Qu’est-ce qui influence la limite supérieure du brouillard?

De nos jours, prévoir la formation, l’extension et la durée du brouillard ou du stratus reste un défi pour les météorologues, malgré les progrès de ces dernières années en matière d’instrumentations de mesures et de méthodes de prévision.

Pour celui qui est assis en salle de prévision, apporter une réponse la plus précise possible aux questions suivantes, apparemment banales, mais qui en réalité s’avèrent plutôt épineuses :

  • Dans quelles régions le brouillard va-t-il se former ?
  • S’agira-t-il d’une couche proche du sol, et donc de brouillard, ou alors de stratus ?
  • Quelle sera la limite supérieure du brouillard ?
  • Quand se formera-t-il ? Quand se dissipera-t-il , s’il se dissipera ? La dissipation sera-t-elle totale ou partielle ?

Dans ce chapitre, nous chercherons à répondre à la question concernant la limite supérieure du brouillard. Un information essentielle qui peut influencer le caractère du temps de la journée pour de nombreuses personnes : quelques mètres au-dessus ou en-dessous de cette limite et vous vous  trouvez soit dans une ambiance grise et froide, soit alors vous bénéficiez d’un soleil agréable et d’une magnifique vue sur la mer de brouillard.

Une prévision précise de la limite supérieure du brouillard requiert une analyse de toute une série de paramètres comme la valeur de la pression au sol et sa tendance(en baisse, stationnaire ou en augmentation), les caractéristiques de la masse d’air présente en-dessus et en-dessous de l’inversion (taux d’humidité, température, …), la vitesse et la direction du vent des deux côtés de l’inversion, la différence de température entre le dessus et le dessous de l’inversion, etc…

Pour le Plateau suisse, en simplifiant, nous pouvons raisonner en considérant la position du centre de la haute pression et la direction principale des vents au Nord des Alpes entre le sol et 2500 – 3000 m d’altitude. Lorsque le centre de la haute pression se trouve directement sur les Alpes, ou si nous sommes en situation de marais barométrique, la limite supérieure du brouillard oscillera entre 800 et 900 mètres.

Si, au contraire, le courant général vient du sud-ouest (situation souvent associée à une baisse de pression et au passage imminent d’un front), l’altitude de la limite supérieur du brouillard s’abaisse alors vers 500 à 700 mètres.

La situation est complètement différente lorsque la bise, un courant d’est –  nord-est, se met à souffler sur le Plateau. Dans ce cas, plus la bise soufflera fort et plus élevée sera la limite supérieure du brouillard. On ne parle plus de brouillard dans ce cas, mais de stratus, car la base de la couche nuageuse s’élève à des altitude conséquentes. Lorsque nos bulletins mentionnent une tendance à la bise ou une bise faible, dans ces cas-là la limite supérieure de la couche de stratus se trouvera généralement entre 900 et 1200 mètres. En revanche, avec une bise modérée, il faudra monter vers 1500 mètres ou parfois plus haut pour profiter du soleil. Dans ces situations,  le stratus remonte généralement dans les vallées préalpines et alpines et donc concerner également le Valais ou les Grisons.

Pour le Sud des Alpes, les règles ne sont pas aussi claires que pour le Plateau. En général, on peut dire qu’il y a soit des bancs de brouillard bas (avec une limite supérieure d’environ 100 à 200 m au-dessus des fonds de vallées), ou alors il s’agit de situations avec couches nuageuses élevées, avec des limites supérieures comprises entre 1500 et 3000 m, suivant l’altitude de l’inversion. Le stratus est pratiquement inconnu au Sud des Alpes, car le phénomène est régit par d’autres règles que sur le Plateau. En ce qui concerne sa durée également, si sur le Plateau, le brouillard peut durer 5 à 10 jours d’affilées (ou plus), au Sud des Alpes, ce phénomène dure généralement 1 à 2 jours, rarement plus.

Dans tous les cas, les valeurs cités ci-dessus, sont des valeurs “classiques moyennes”. En réalité, la limite supérieure du brouillard se situe au-dessus ou au-dessous de la limite calculée par cette méthode générale. Si vous prévoyez une excursion, il est toujours plus prudent de consulter les webcams à disposition pour la région envisagée, sinon vous pourriez rencontrer quelques difficultés d’orientation comme notre collègue ci-dessous...