Gel complet des lacs suisses («Seegfrörnen»)

Le gel complet des lacs suisses («Seegfrörnen») est un phénomène qui se produit sur les lacs du Plateau suisse lors des hivers rigoureux. Des données d'observation montrent une nette diminution du nombre de gel complet des lacs sur le Plateau suisse. De nombreux lacs de taille moyenne n'ont jamais été complètement gelés depuis plus de 30 ans. En raison du changement climatique, les «Seegfrörnen» devraient devenir encore plus rares à l'avenir.

Lors des hivers rigoureux, la glace se forme sur les lacs du Plateau suisse, ce qui attire l'attention du public surtout lorsque les lacs deviennent accessibles. Nous abordons ici certains aspects climatologiques liés aux «Seegfrörnen».

Pas de relevé systématique

La glace sur les lacs suisses n'est pas systématiquement relevée. Néanmoins, il existe des groupes ou des individus qui collectent depuis longtemps des données sur la glace de leur lac. Les archives des médias fournissent également des informations importantes. En 2008, les données sur la glace des lacs du Plateau suisse ont été publiées par Hendricks Franssen et Scherrer. Elles sont maintenant disponibles jusqu'en 2020 et permettent d'approfondir la climatologie du phénomène de la glace sur les lacs du Plateau suisse.

Définition d’un «Seegfrörni»

Dans ce qui suit, nous utilisons le terme «Seegfrörni» tel qu'il a été utilisé dans la publication de Hendricks Franssen et Scherrer (2008). Selon ce principe, un «Seegfrörni» se produit lorsqu'un lac est complètement ou presque complètement recouvert de glace pendant plus d'un jour. Contrairement à d'autres définitions, pour cette analyse, la glace ne doit pas être nécessairement suffisamment épaisse pour transporter des personnes.

Quand un lac gèle-t-il?

Les lacs réagissent différemment au froid. En termes très simples, plus un lac est profond, plus il faut du froid avant qu'il ne gèle. Cela est dû au fait que toute la masse d'eau du lac doit d'abord être refroidie à environ 4°C avant qu'un refroidissement supplémentaire des masses d'eau proches de la surface n'ait lieu et que la congélation ne devienne possible. Les degrés-jours négatifs (DJN) se sont avérés être une mesure simple comme base de calcul. On additionne ici les degrés des jours où la température moyenne est inférieure à 0 °C. Par exemple, une journée avec une température moyenne de -5°C produit 5 DJN. Chaque lac a besoin d'un nombre différent de DJN jusqu'à ce qu'il gèle. La Figure 1 donne une vue d'ensemble pour certains lacs du Plateau. Important : le nombre de DJN requis pour un gel complet peut varier considérablement. Par exemple, le lac de Greifen a réussi à geler avec seulement environ 100 DJN. Une autre année, 200 DJN n'ont pas été suffisants pour un gel complet. Les conditions météorologiques des mois précédents, entre l’été et l’hiver, jouent un rôle important à cet égard.

Beaucoup moins de gel complet

ll y a eu beaucoup moins de gel complet au cours des dernières décennies, comme le montre de façon impressionnante la Figure 2. Les baisses les plus importantes sont observées dans les lacs de taille moyenne, tels que les lacs de Hallwil et de Sempach. Jusque dans les années 1960, il y avait deux à quatre «Seegfrörnen» par décennie dans ces lacs. A l'exception des années 1980, il n'y a plus eu de gel complet dans ces lacs depuis lors. La diminution est un peu moins spectaculaire dans les lacs plus petits, moins profonds ou plus élevés comme les lacs de Pfäffikon, Greifen ou d’Aegeri, mais là aussi, les gels complets sont devenus nettement plus rares. Les grands lacs ou les lacs profonds comme les lacs de Constance et de Zoug gèlent très rarement, la dernière fois au cours de l'hiver très rigoureux de 1962/1963. Il y a même des lacs qui n'ont jamais gelé depuis des centaines d'années, comme le lac Léman, le lac de Walenstadt et le lac des Quatre-Cantons.

Déclin en raison du changement climatique

Au cours des 150 dernières années, la Suisse s'est réchauffée de 2 °C et les vagues de froid ont considérablement diminué. Comme les «Seegfrörnen» n'apparaissent que lors d'hivers rigoureux, le phénomène réagit très sensiblement au réchauffement et à l'absence de vagues prononcées de froid. Ainsi, le réchauffement climatique explique très bien la diminution marquée de la couverture de glace sur les lacs du Plateau suisse.

Que nous réserve l’avenir?

Le réchauffement climatique se poursuit. Selon les scénarios, les températures augmenteront de quelques degrés supplémentaires dans les prochaines décennies. A l'aide d'un modèle simple, des chercheurs de l'ETH Zurich, de l'Université de Fribourg, du Forschungszentrum Jülich et de l'Academia Engiadina ont calculé que les lacs de grandeur moyenne du Plateau suisse pourront continuer à geler jusqu’en 2050 en cas d’hivers extrêmement froids. Après 2050, le gel complet des lacs deviendra de plus en plus improbable.

Littérature complémentaire

  • Hendricks Franssen H-J und SC Scherrer (2008) Freezing of lakes on the Swiss Plateau in the period 1901-2006. Int J Clim, 28, 421-433, https://doi.org/10.1002/joc.1553 (en anglais).
  • Huss M, Hendricks Franssen H-J, Keller F, Funk M und M Hoelzle (2016) Freezing of lakes on the Swiss Plateau 1865-2100: combining long-term observations with modelling. Geophysical Research Abstracts, 18, EGU2016-5593, http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2016/EGU2016-5593.pdf (en anglais).