Contenu

Variabilité naturelle du climat et changement climatique

8 Commentaire(s)

L’évolution récente du climat, rapide et d’une ampleur significative à l’échelle des temps géologiques, soulève la question de la part de variabilité naturelle par rapport à celle des activités humaines, dite anthropique. Source de confusions et parfois utilisée à tort comme argument de minimisation de l’impact des activités humaines sur le climat, la notion de variabilité climatique est essentielle pour comprendre les évolutions actuelles. Quelques explications dans ce blog pour démêler le naturel de l’anthropique dans le changement climatique en cours.

  • Climat

Pied de page

Navigation top bar

Toutes les autorités fédéralesToutes les autorités fédérales

Navigation des services

Changement rapide et global

Le climat a naturellement varié au cours des temps géologiques. Cette variabilité est déterminée par des facteurs externes comme par exemple les variations d’activité solaire ainsi que par des facteurs internes comme le volcanisme. En revanche, la hausse de température moyenne observée en Suisse et au niveau global ces dernières décennies ne peut pas être expliquée par les seuls facteurs naturels. Le réchauffement actuel se distingue par sa rapidité (cf graphique ci-dessous) et surtout par le fait que la hausse ne se limite pas à une région, mais est globale. Le dernier résumé technique du GIEC sur les bases physiques du changement climatique publié en 2021 précise que “L'ampleur des changements récents dans l'ensemble du système climatique - et l'état actuel de nombreuses composantes du système climatique - est inédit sur plusieurs siècles ou milliers d'années. » (traduit de l’anglais).

Contribution des activités humaines

Grâce à des simulations numériques dont les résultats sont présentés sur le graphique ci-dessous, il est possible de décomposer l’évolution de la température annuelle moyenne sur les 170 dernières années en deux catégories prenant en compte :

  • Tous les facteurs de variabilité naturelle et les activités humaines (courbe marron, les bandes semi-transparentes montrent la dispersion entre les modèles utilisés pour ces simulations) ;
  • Seulement les facteurs de variabilité naturelle (courbe verte).

Et on les compare à la température annuelle moyenne observée sur la même période (courbe noire). Pour pouvoir quantifier les changements depuis le début de l’ère industrielle, les évolutions sont présentées en terme d’écart de température à la moyenne sur la période 1850-1900 considérée comme la référence (période pré-industrielle).

Que constatez-vous? Les courbes noires et marron suivent, à quelques fluctuations interannuelles près, la même tendance d’augmentation de l’écart de température depuis 100 ans. En revanche, la courbe verte, isolée des 2 autres, reste proche d’un écart de température nul. Et les plages d’incertitude ne se recoupent plus à partir du 21ème siècle. Cela signifie que si l’on retire l’influence humaine, il n’y aurait pas eu d’augmentation de température de près de +1 °C en moyenne globale depuis la fin du 19ème siècle. Ces simulations montrent ainsi la contribution des activités humaines dans le changement climatique très rapide observé depuis près d’un siècle.

En résumé

La variabilité climatique naturelle est déterminée par la superposition de nombreux facteurs internes et externes, aujourd’hui connus et compris. Ces 100 dernières années en revanche, l’ampleur et la rapidité des changements ne peuvent pas être expliquées par cette seule variabilité naturelle du climat à laquelle se sont surimposées les activités humaines. La part de l’homme dans les changements observés n’est plus contestable et les impacts sont déjà sensibles depuis plusieurs années, en particulier en Suisse et en montagne.

A l’échelle de la Suisse, la variabilité naturelle donnera toujours des alternances d’hiver plus enneigés que d’autres en montagne, d’été plus ou moins pluvieux etc… En revanche, la tendance de fond sur plusieurs décennies est claire et se poursuivra, voire s’amplifiera, si les émissions de gaz à effets de serre anthropiques ne sont pas rapidement réduites au niveau global.

Pour aller plus loin