Contenu

Supercellule

Les supercellules sont des formations orageuses particulièrement grandes et dangereuses. Elles sont souvent accompagnées de grêle et de fortes rafales de vent et peuvent rester actives pendant des heures. Il est difficile de prévoir la direction exacte dans laquelle les supercellules vont se déplacer.

Pied de page

Navigation top bar

Toutes les autorités fédéralesToutes les autorités fédérales

Navigation des services

Les orages se produisent souvent sous forme de cellules isolées et se forment lorsque les vents sont faibles à toutes les altitudes. Mais si le vent augmente fortement avec l'altitude et change nettement de direction, des orages supercellulaires (ou supercellules) peuvent se former. A leur base, elles peuvent atteindre un diamètre de 50 km et se développer jusqu'à la limite de la troposphère à plus de dix kilomètres d'altitude.

Comment se forme les supercellules

Pour que des supercellules se forment, il faut, en plus d'un orage mature, un cisaillement du vent. Celui-ci peuvent être provoqués par des vitesses de vent différentes à différentes altitudes ou par des directions de vent différentes. En raison du fort vent ascendant, les paquets d'air en rotation à l'intérieur de l'orage sont basculés à la verticale. De ce fait, tube d’air ascendant se met lui-même à tourner. Si le processus s'intensifie encore, il peut en résulter une tornade.

Effet destructeur

Dans le nuage d’orage, les vents ascendants et descendants font circuler les noyaux de précipitations plusieurs fois vers le haut et vers le bas. C’est ainsi que des grêlons de plusieurs centimètres peuvent se former. Comme les supercellules se déplacent souvent rapidement, la grêle se limite à des couloirs étroits (couloirs de grêle). Dans la zone de vent descendant, de fortes rafales se produisent parfois et des tornades peuvent également se former.

Événements météorologiques de plusieurs heures

Les supercellules ont une durée de vie extrêmement longue. Comme les zones de vent ascendant et de vent descendant sont séparées et que les supercellules se déplacent rapidement, elles peuvent se déplacer sur de grandes distances et rester actives pendant trois à douze heures, voire jusqu'à 24 heures dans les cas extrêmes.

Souvent, elles se divisent alors en plusieurs cellules secondaires qui ne sont pas seulement déplacées passivement par le vent dans leur environnement, mais qui s'en écartent nettement à gauche ou à droite. Ce phénomène peut être expliqué par une balle de foot ou de tennis qui tourne rapidement : un minimum de pression se forme au bord de l'ascendance en rotation dans l'orage supercellulaire, qui est entouré par l'air environnant. C'est sur ce côté de l'orage que les nouvelles impulsions d'air ascendant se posent de préférence. Cela a pour conséquence que l'ensemble de la cellule orageuse se déplace dans cette direction. Les modèles météorologiques actuels ne permettent pas de prévoir si un orage va éclater et dans quelle direction.