Contenu

Le réseau suisse de mesure de grêle

Début du projet 01.04.2018
Fin du projet 01.04.2026
Thèmes Recherche et collaboration
Recherche et collaboration > Projets
Dangers
Météo
Région Suisse
Statut Projects actuels

Le projet "Le réseau suisse de mesure de la grêle" a débuté au printemps 2018. 80 capteurs automatiques de grêle d'une durée de vie de 8 ans ont été installés dans les trois régions présentant la plus forte probabilité d'occurrence de la grêle : la région du Napf, celle du Jura et le sud du Tessin.

Grêle : imprévisible et difficile à prévoir

Chaque année en Suisse, la grêle cause pour plusieurs millions de dommages aux véhicules, aux bâtiments et à l'agriculture et constitue le deuxième risque naturel le plus coûteux après les inondations. Les événements ponctuels peuvent causer des dégâts de plusieurs millions en quelques minutes.

Depuis plusieurs années, la grêle fait l'objet de divers projets de recherche et d'innovation à MétéoSuisse et au Laboratoire de la Mobilière pour les dangers naturels à l'Université de Berne. Cet intérêt est motivé par la demande croissante d'informations précises sur la grêle de la part des experts, des compagnies d'assurance et du grand public. Les développements technologiques tels que le renouvellement du réseau suisse de radars météorologiques et les innovations en matière de technologie de mesure, comme le nouveau capteur de grêle entièrement automatique, sont également importants.

Le projet "Le réseau suisse de mesure de la grêle" a débuté au printemps 2018, avec 80 capteurs automatiques de grêle, exploités pendant huit ans, installés dans les trois régions présentant la plus forte probabilité d'occurrence de la grêle. Il s'agit de la région du Napf, celle du Jura et celle du sud du Tessin.

Il y a 38 capteurs dans la région du Napf, 27 au Tessin et 15 dans le Jura. Ils ont été installés principalement sur les toits des bâtiments scolaires ou d'autres bâtiments publics, voir la carte.

     

Le capteur automatique de grêle mesure l'énergie et la taille d'un grêlon

Grâce à la nouvelle technologie des capteurs, l'énergie cinétique et la répartition granulométrique de la grêle peuvent être enregistrées automatiquement et quantitativement pour la première fois au niveau du sol. La mise en place du réseau de mesure de la grêle fournit à la science un ensemble de données précieuses. La combinaison des données du radar météorologique, des données de la fonction de notification de la grêle de l'appli MétéoSuisse et des données du réseau de mesure de la grêle rend ce projet unique au monde. Les nouvelles mesures, ainsi que les retours d'information de l'application, seront utilisées pour améliorer l'algorithme radar de détection et de prévision de la grêle, ainsi que pour améliorer l'évaluation du risque de grêle.

Fonctionnement

Le capteur de grêle "HailSens" se compose d'un disque en Makrolon d'un diamètre de 50 cm, qui se met à vibrer lorsqu'il est touché par un grêlon. Les vibrations sont enregistrées par un microphone très sensible situé sous le disque. Les capteurs mesurent ainsi l'énergie cinétique, la taille des grains et l'heure de l'averse de grêle. Les données sont ensuite transmises, via un réseau mobile, à une unité de stockage de MétéoSuisse.
    

Des partenaires compétents

Le projet, unique au monde, est mené par l'Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse en collaboration avec la compagnie d'assurance "Mobilière" (Gesellschaftsengagement) et le Laboratoire de la Mobilière pour les risques naturels de l'Université de Berne. La société inNET Monitoring AG est chargée de mettre en place et d'exploiter le réseau de mesure des capteurs de grêle pendant toute la durée du projet.