Retour d'est au Tessin

5 avril 2020, 10 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

En météo, il y a toujours quelque chose à dire, même pour les plus taiseux d'entre nous, et même lorsqu'il ne se passe apparemment rien et que l'angoisse de la page blanche guette le bloggeur du jour. Aujourd'hui, c'est au Tessin que nous trouvons de quoi alimenter cette chronique. Embarquons donc pour le sud des Alpes et scrutons une situation typique de cette région appelée "retour d'Est".

Affichage aggrandi: Prise de vue depuis les hauteurs d'Ascona (TI) en direction du Monte Gambarogno situé au sud-est, ce dimanche matin à 06h50. Comme on le constate, l'atmosphère est très brumeuse dans le val Ticino en direction de Bellinzone (Est) et le ciel couvert par un épais stratus dont le plafond se situe vers 2300 m.
Prise de vue depuis les hauteurs d'Ascona (TI) en direction du Monte Gambarogno situé au sud-est, ce dimanche matin à 06h50. Comme on le constate, l'atmosphère est très brumeuse dans le val Ticino en direction de Bellinzone (Est) et le ciel couvert par un épais stratus dont le plafond se situe vers 2300 m.
Source : www.roundshot.ch

Quelques heures à peine séparent ces deux prises de vue. La première a été faite samedi en fin d'après-midi et la seconde ce dimanche matin à l'aube. Sur l'une le ciel est dégagé et l'atmosphère limpide, sur la plus récente, ciel couvert et atmosphère brumeuse. Comment expliquer cette évolution, alors qu'apparemment rien n'a changé dans la situation générale, désespérément anticyclonique ?

Explication du phénomène

L'explication de ce phénomène est à rechercher dans la position de l'anticyclone et dans la trajectoire des masses d'air qui le contournent. Comme on le sait, la circulation autour d'un anticyclone se fait dans le sens des aiguilles d'une montre (dans l'hémisphère nord). Voyons donc - en images - comment cette circulation s'est modifiée en quelques heures.

Affichage aggrandi: Les lignes noires montrent la position de l'anticyclone (en l'occurrence une crête anticyclonique s'étirant des Baléares à la mer du nord) en altitude vers 5500 m. Les plages de couleurs indiquent l'emplacement des centres de pression au sol (en bleu les dépressions et en rose l'anticyclone). La flèche rouge montre quelle était la circulation de basse couche autour de l'anticyclone à l'heure indiquée ; on constate que la plaine du Pô n'était pas encore impliquée dans cette circulation ; en revanche, la Bora soufflait déjà en Croatie.
Les lignes noires montrent la position de l'anticyclone (en l'occurrence une crête anticyclonique s'étirant des Baléares à la mer du nord) en altitude vers 5500 m. Les plages de couleurs indiquent l'emplacement des centres de pression au sol (en bleu les dépressions et en rose l'anticyclone). La flèche rouge montre quelle était la circulation de basse couche autour de l'anticyclone à l'heure indiquée ; on constate que la plaine du Pô n'était pas encore impliquée dans cette circulation ; en revanche, la Bora soufflait déjà en Croatie.
Source : MétéoSuisse et ECMWF.
Affichage aggrandi: Ces images montrent les courants à 800 m d'altitude tels que prévus par le modèle COSMO-E du samedi 4 avril à 00 UTC. A gauche, la situation samedi à 18 UTC ; la Bora souffle fortement sur les rives croates mais le courant ne pénètre pas encore dans la plaine du Pô. Durant la nuit tout change, et ce dimanche à 06 UTC, un fort courant d'Est s'écrase contre le versant sud des Alpes, du Piémont au Tessin, provoquant l'apparition du stratus.
Ces images montrent les courants à 800 m d'altitude tels que prévus par le modèle COSMO-E du samedi 4 avril à 00 UTC. A gauche, la situation samedi à 18 UTC ; la Bora souffle fortement sur les rives croates mais le courant ne pénètre pas encore dans la plaine du Pô. Durant la nuit tout change, et ce dimanche à 06 UTC, un fort courant d'Est s'écrase contre le versant sud des Alpes, du Piémont au Tessin, provoquant l'apparition du stratus.
Source : MétéoSuisse

L'extension du bras anticyclonique en direction de la plaine du Pô a eu deux incidences qui expliquent l'apparation du stratus :

1. en passant sur l'Adriatique, le courant de secteur Est s'est chargé en humidité.

2. en heurtant de plein fouet les reliefs du versant sud des Alpes, cet air humide s'est mis en ascension, s'est refroidi par décompression et a atteint la saturation (apparition de la nébulosité). Empêché de monter plus haut par la subsidence anticyclonique, la nébulosité s'est étalée sous forme de stratus élevé. Dans une atmosphère instable estivale, une telle situation pourrait au contraire déboucher sur des orages.

Ci-dessous, l'évolution du taux d'humidité aux stations tessinoises de Costa et Efra, situées respectivement à 2170 et 2100 m d'altitude, illustre parfaitement les effets d'une advection d'air humide en provenance de l'adriatique.

Il paraît que le Diable se cache dans les détails. C'est souvent vrai, à la différence qu'en météorologie, il ne s'agit pas du Diable mais des merveilles de la nature que l'on découvre en grattant un peu la surface. Ainsi, même une situation telle que celle-ci offre du grain à moudre aux esprits curieux et débouche sur des constatations intéressantes que nous vous faisons partager avec le plus grand plaisir. A noter en prime que le taux d'humidité du Jungfraujoch (3580 m) était ce matin de 2.2 % et son point de rosée de -47°C. Un record ?

Affichage aggrandi: Profil vertical modélisé de la masse d'air au-dessus du lac Majeur dans la région de Locarno pour ce dimanche matin à 06 UTC. La bande grise représente le stratus présent à ce moment-là et l'encadré rose l'air chaud et sec lié à la subsidence anticyclonique. La ligne noire continue de droite montre l'évolution des températures avec l'altitude. La hausse des températures présente au-dessus du stratus est appelée "inversion" ; elle empêche tout échange entre les masses d'air située de part et d'autre, d'ou l'impossibilité pour l'humidité de progresser au-dessus de 2500 m environ.
Profil vertical modélisé de la masse d'air au-dessus du lac Majeur dans la région de Locarno pour ce dimanche matin à 06 UTC. La bande grise représente le stratus présent à ce moment-là et l'encadré rose l'air chaud et sec lié à la subsidence anticyclonique. La ligne noire continue de droite montre l'évolution des températures avec l'altitude. La hausse des températures présente au-dessus du stratus est appelée "inversion" ; elle empêche tout échange entre les masses d'air située de part et d'autre, d'ou l'impossibilité pour l'humidité de progresser au-dessus de 2500 m environ.
Source : MétéoSuisse - COSMO-1

Commentaires (10)

  1. Neige, 11.04.2020, 23:55

    Bonjour MétéoSuisse,
    Merci beaucoup pour votre terme : désespérément anticyclonique.
    Oui, c'est désespérant. Je constate qu'on a bientôt plus que 2 "saisons" = 1. Que je nommerai fraîche (parce qu'on ne peut plus parler d'Hiver). La 2e que je nommerai chaude (Printemps, Été et Automne).
    Je trouve désespérant de lire certains commentaires et là je ressors de l'ombre (Mon pseudo Fleur et je vis à Yverdon. J'ai repris mon ancien pseudo Neige que je trouve plus approprié...).
    Non surtout ne changez pas votre manière d'écrire en parlant de températures supérieures à la norme. Si vous le faites cela voudra dire qu'on acceptera que La Suisse (Notre Suisse) n'a plus Son climat qui lui est propre.
    Pour tous les êtres humains fanatiques de chaleur, sans jugement mais sincèrement je leur propose de quitter La Suisse et d'aller vivre sous des latitudes estivales toute l'année...
    Merci à vous Messieurs et Mesdames de MétéoSuisse pour votre engagement et votre métier parfois "critiqués" mais ne vous attardez pas sur les mécontents. Regardez à toutes celles et ceux qui sont ravis de votre Blog.
    Je vous souhaite de belles fêtes de Pâques et surtout Restez à la maison pour votre santé.
    Bien Cordialement d'Yverdon, Neige

    Réponses

    Répondre à Neige

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. Jeannine, 06.04.2020, 12:00

    Tout s’explique, merci! Un grand plaisir de vous lire et d’apprendre.
    Une petite erreur d’orthographe à corriger dans les explications concernant la première carte dans le chapitre « Explication du phénomène »: ajouter un /s/ à noires /de lignes noires/.

    Réponses

    Répondre à Jeannine

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 07.04.2020, 02:29

      Merci pour votre commentaire, nous avons corrigé l'erreur.

  3. Pascal_fr_39, 05.04.2020, 16:53

    Très instructif, même pour un Jurassien qui n'aura jamais ce scénario chez lui. On peut certainement assimiler ce phénomène aux entrées maritime telles qu'elles sont nommées ici en France sur le sud du Massif Central lorsqu'un courant de sud est présent, et que la masse d'air s'est humidifiée en Méditerranée .
    Et pour le 2,2% d'humidité au Jungfrau Joch, c'est impressionnant, je ne pensais pas que cela était possible, j'ai déjà remarqué autour de 10% a la Dôle, il est vrai plus basse. Avez-vous un exemple de taux parmi les plus bas en région de plaine ou de moyenne montagne? Avec du foehn par exemple?

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 07.04.2020, 02:56

      Dans les vallées alpines, le taux d'humidité descend rarement en dessous de 10%. Cela est cependant déjà arrivé à Altdorf avec un minimum de 6,3% mesuré le 19 octobre 2012. À la Dôle, un minimum de 2,5% avait été mesuré le 15 janvier 2005.

  4. PC, 05.04.2020, 15:39

    Selon vos relevés, le point de rosée au Jungfraujoch est même descendu en-dessous de -48° pendant la nuit. Quel est le record national ?

    Réponses

    Répondre à PC

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 07.04.2020, 02:50

      Les données du point de rosée aux stations ne sont pas homogénéisées et il n'y a pas de records enregistrés. Les valeurs les plus basses mesurées au Jungfraujoch se situent aux environs de -54°.

  5. Jan, 05.04.2020, 15:24

    Fidèle lecteur de vos blogs extrêmement instructifs et bien rédigés, je saisis l'opportunité de ce billet pour vous poser une question d'ordre plus général concernant les stations de mesures tessinoises : en voyant la carte des stations de mesure de Costa et Efra, on distingue la station des Îles de Brissago ; est-ce que Météosuisse dispose de données relatives à l'ensoleillement et aux températures pour cette station ? Passionné de climatologie et de botanique, j'y ai effectué un service civil et demandé au directeur les données de la station installée sur le toit de l'hôtel (peut-être une station meteonews?). En vain. S'agissant probablement de l'endroit le plus chaud de Suisse, si l'on se réfère à la température moyenne annuelle (vraisemblablement proche des 14°C sur les derniers 10 ans), et de l'endroit avec le moins de jours de gel du pays, il serait intéressant de disposer de données pour cette station. Merci d'avance de votre réponse, et au plaisir de continuer à vous suivre !

    Réponses

    Répondre à Jan

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 05.04.2020, 15:35

      Bonjour,
      la station de l'île de Brissago appartient à Metetogroup. Elle mesure la température mais - sauf erreur - pas l'ensoleillement.
      Merci de vous adresser directement à eux pour de plus amples informations.
      Meilleures salutations.

  6. marche arrière bip, 05.04.2020, 13:18

    Situation désespèrément anticyclonique, alors la je suis plié de rire. Cette situation est juste magnifique de part ces températures que l'on peut qualifier de chaudes et ainsi agréables pour un début avril, et j'adore, on peut manger dehors sur notre terrasse, se promener soit en écoutant la nature, ou par exemple écouter la musique que l'on veut en marchant. Ca fait longtemps que j'attends ce temps ci, et vous parlez que cette situation anticyclonique est désespérante , elle vient tout juste de commencer, essayez d'apprecier ces choses la, on a de la chance dans de ptits villages pouvoir encore se promener , d aller en voiture au magasin du coin encore ouvert. Ca la peur durer encore 2 semaines trop super, on peut vraiment profiter,

    Réponses

    Répondre à marche arrière bip

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension