Les promesses de l'automne

15 septembre 2019, 9 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Contrairement au bilan de fin de saison, le blog du jour s'intéressera à ce qui, en principe, adviendra cet automne si les statistiques sont respectées. Si...

Vous connaissez Jean de Florette ? Moi aussi ! ça fleure bon la Provence et le chant des cigales, la musique est belle, le soleil brille, et le Papet en jette avec ses yeux pétillants de malice et sa moustache frémissante. Bref, j'ai adoré ! Bon, tout cela ne vous dit toujours pas ce que Jean de Florette vient faire dans le blog de MétéoSuisse. Et bien il se trouve que le citadin Jean de Florette base tout son avenir de paysan sur des statistiques météorologiques, sans se rendre compte que ces dernières ne sont que des moyennes, lesquelles peuvent parfois cacher d'importants écarts ! Erreur qui aura de lourdes conséquences pour lui.

Et de notre côté ? que nous réserve l'automne ? Ses promesses auront-elles une chance d'être tenues ? Autant de questions auxquelles nous allons essayer de répondre. Petit rappel : nous parlons ici de l'automne "météorologique", à savoir des mois de septembre, octobre et novembre.

Commençons par les températures

Affichage aggrandi: Evolution des températures maximales automnales pour certaines stations de plaine (en haut) et de montagne (en bas).
Evolution des températures maximales automnales pour certaines stations de plaine (en haut) et de montagne (en bas).
Source : MétéoSuisse

L'automne, saison de transition, est marquée par une forte baisse des températures, laquelle s'accélère - surtout en montagne - entre la mi-octobre et la mi-novembre environ. En plaine, on constate que les températures à Fahy (Ajoie), sensiblement plus fraîches que le reste du pays en été, tendent à rentrer dans le rang des températures du Plateau à partir de la mi-octobre. Dans la vallée du Rhône (stations de Sion et Aigle), le refroidissement plus lent que sur le Plateau (Payerne et Neuchâtel) tend à creuser l'écart au fil des semaines, avec les valeurs d'Aigle rejoignant celles de Genève, alors que celles de Sion restent nettement supérieures à toutes les autres. A la fin de l'automne, toutes ces valeurs convergent, signe qu'un lac d'air froid plus tenace s'installe progressivement, alors que le rayonnement diurne, de plus en plus faible, peine à faire la différence. La persistance de valeurs plus basses pour Neuchâtel et Payerne est sans doute due au stratus, plus fréquent dans ces régions.

En montagne, la même convergence s'observe en fin de période, avec un écart qui se ressert entre les différentes stations. Il est plus difficile de comparer les séries puisque les altitudes sont différentes. Il est intéressant de constater qu'au sortir de l'été, les stations de Montana (1500 m) et de La Chaux-de-Fonds (1000 m) ont des températures quasiment identiques, malgré une altitude fort différente. L'explication réside sans doute dans l'exposition très favorable de Montana sur un coteau très ensoleillé situé sur le versant sud des Alpes bernoises. Au fil des semaines toutefois, les températures maximales de la Chaux-de-Fonds deviennent progressivement plus élevées que celles de Montana, tendance qui s'observera durant tout l'hiver.

Affichage aggrandi: Projection des températures moyennes à Genève d'ici à la fin de l'automne. Ligne rouge : températures moyennes observées jusqu'à maintenant et évolution probable ; ligne grise : moyenne 1981-2010.
Projection des températures moyennes à Genève d'ici à la fin de l'automne. Ligne rouge : températures moyennes observées jusqu'à maintenant et évolution probable ; ligne grise : moyenne 1981-2010.
Source : MétéoSuisse

L'évolution des températures moyennes ci-dessus montre bien que le bref épisode de froid de début septembre n'était qu'un épisode isolé au milieu d'une longue série de températures supérieures aux normes. Compte tenu de la limite actuelle du 0°, l'excédent en montagne est plus marqué qu'en plaine. Le front froid attendu en milieu de semaine prochaine étant essentiellement un phénomène de basse couche, les températures en montagne en seront peu affectées.

L'évolution est basée pour les 10 prochains jours sur des prévisions de modèles. Pour la suite de la saison, la climatologie prend le relai, avec comme point de départ l'excédent ou le déficit constaté à ce stade. On voit que les températures pourront encore, au final, être proches des normes, moyennant toutefois une période de températures inférieures aux normes à un moment ou à un autre de l'automne.

Affichage aggrandi: Nombre de jours de pluie (> 1 mm) attendus entre septembre et novembre.
Nombre de jours de pluie (> 1 mm) attendus entre septembre et novembre.
Source : MétéoSuisse

Si l'on regarde attentivement les deux cartes ci-dessus, on s'aperçoit rapidement que la configuration des précipitations automnales doit - en moyenne - beaucoup à un phénomène typique de cette saison : le foehn avec barrage au sud des Alpes. C'est une saison très favorable à de fortes précipitations au Tessin, en Engadine, dans le Haut-Valais ou encore dans le bassin lémanique et le sud du Jura. On notera précisément qu'au sud des Alpes, le nombre de jours de pluie - plutôt modeste - contraste singulièrement avec les importants cumuls. Cela signifie qu'en dehors des situations de barrage donnant de grosses quantités de pluie, les périodes sèches sont relativement longues et les situations convectives de moins en moins nombreuses.

Affichage aggrandi: Précipitations cumulées (en mm ou  litres par mètre carré) depuis début septembre.
Précipitations cumulées (en mm ou litres par mètre carré) depuis début septembre.
Source : MétéoSuisse

Un coup d'oeil à la carte ci-dessus suffit à donner l'intuition que les choses semblent assez mal partie pour la Suisse romande. Loin de se mettre en mode "foehn", le mois de septembre s'obstine pour l'instant à faire prédominer les situations de nord-ouest, lesquelles sont assez favorables à des précipitations significatives en Suisse alémaniques (entre le 5 et 8 septembre par exemple) et à des orages au sud des Alpes. En Suisse romande en revanche, elles sont synonymes de temps généralement sec.

Comme le blog d'hier le laissait entendre, cette situation ne changera pas avant la fin de la semaine prochaine, et le mois de septembre sera donc loin de tenir ses promesses pour l'ouest de la Suisse.

Dire qu'une telle situation constitue une surprise frôlerait la mauvaise foi tant les automnes se suivent et se répètent désormais. Sur les trente dernières années, les stations de Suisse romande ont perdu de 15 à 30 % de leur précipitations automnales par décade. Cette évolution y est donc significative, ce qui n'est pas le cas des autres régions, comme le montre la carte ci-dessous.

Affichage aggrandi: La carte indique, pour les sites du réseau suisse de mesures climatiques, l'évolution des précipitations des 30 dernières années, celui-ci étant représenté en % par décennie. Plus la valeur est élevée, plus le cercle est grand. Les hausses sont en vert, les baisses en brun; les cercles pleins indiquent une tendance significative statistiquement.
La carte indique, pour les sites du réseau suisse de mesures climatiques, l'évolution des précipitations des 30 dernières années, celui-ci étant représenté en % par décennie. Plus la valeur est élevée, plus le cercle est grand. Les hausses sont en vert, les baisses en brun; les cercles pleins indiquent une tendance significative statistiquement.
Source : MétéoSuisse

Conclusion

Les normes utilisées actuellement sont une moyenne portant sur la période 1981-2010. Elles incluent donc les années 1980 à 2000, plutôt riches en précipitations automnales ; la tendance à la diminution des précipitations s'est accentuées après les années 2000, en particulier en Suisse romande. Sur le long terme toutefois, il n'est pas possible de conclure à une évolution persistante, des diminutions du même ordre s'étant déjà produite par le passé, notamment entre 1880 et 1900, ou encore entre 1940 et le début des années 60.

Il serait sage toutefois de ne pas prendre au pied de la lettre les promesses de pluie de l'automne, sous peine de se trouver fort dépourvu quand l'hiver sera venu. L'or bleu prend chaque jour davantage de valeur...

 

Affichage aggrandi: Gérard Depardieu, dans Jean de Florette, (Film de Claude Berri 1986)
Gérard Depardieu, dans Jean de Florette, (Film de Claude Berri 1986)

Commentaires (9)

  1. Claude Guignard, 16.09.2019, 12:02

    Ces interessants graphiques montrent que si la diminution de la température est hélas inéluctable elle pourrait malgré tout continuer, sauf imprévu, à se maintenir un peu en-dessus de la norme. Pour les precipitations il faudra très probablement ne pas attendre de miracle. Le volume des pluies s'est sensiblement réduit en automne dans l'ouest du pays et tout indique que cela va encore durer cette année. Comment peut-on expliquer l'origine de ce phenomene ?

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 03:55

      Il s'agit là que d'une hypothèse, mais cela peut provenir d'un changement dans la fréquence de certaines situations synoptiques. Les situations actives d'ouest et sud-ouest qui amènent des précipitations significatives dans nos régions sont peut-être moins fréquentes. Si c'est le cas, reste à savoir s'il s'agit d'un changement temporaire ou durable.

  2. Jeannine, 16.09.2019, 08:57

    Très bien, nous allons donc profiter du début de l’automne qui, pour l’heure et encore en ce jour, est une splendide conclusion de l’été au sud des Alpes!

    Réponses

    Répondre à Jeannine

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  3. Robert HAHN, 16.09.2019, 08:52

    Magnifique exposé, comme à chaque fois venant de vos services.

    Réponses

    Répondre à Robert HAHN

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  4. Jacques 01, 16.09.2019, 08:09

    Merci pour cet article.
    On s’aperçoit déjà depuis quelques années d'un grand changement sur les températures et précipitations d'automne.
    Un peu d'eau milieu août puis plus rien. Il faut regarder les sous-bois et l’absence (ou presque) de champignons en cette période pour rapidement s'en convaincre.
    Pour l'instant, cet automne semble bien parti pour être sec.
    Cela ne pose t-il pas un problème aussi sur la décomposition des bois par exemple ?

    Que faisons nous pour essayer de ralentir le changement climatique ? Rien ou presque, l'économie, la croissance et le "confort" passent avant la réduction de notre impact sur la planète.

    Autre exemple :
    Les buis décimés par la pyrale. Une catastrophe écologique passée sous silence ou presque car le buis n'a que peu de valeur marchande. Je n'ose imaginer le même phénomène sur les vignobles, le drame serait national...
    On pourrait aussi parler des sapins qui dépérissent à grande échelle cette année.

    Réponses

    Répondre à Jacques 01

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  5. Marie.D, 16.09.2019, 06:27

    Commentaire vraiment intéressant sur cet automne qui n'arrive pas à s'installer !
    Allons nous vers 2 saisons un "petit" hiver et un été ?
    Je trouve que le printemps et l'automne ont tendance à disparaitre, une sensation ou une réalité ?
    De toute façon ce manque cruel de pluie devient vraiment angoissant, les nappes phréatiques ne se remplissent plus, mais les stations continuent toujours autant et peut être plus, à utiliser les canons à neige
    Quand comprendront t-ils qu'il est plus important de boire, de se laver, ou d'arroser les légumes que de faire du ski !!

    Réponses

    Répondre à Marie.D

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  6. Mathieu, 15.09.2019, 21:49

    merci pour cet article très intéressant !

    Réponses

    Répondre à Mathieu

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  7. Pascal_fr_39, 15.09.2019, 19:31

    Vous faîtes remarquer que Montana est plus chaud en hiver que La Chaux de Fond, or la couleur des courbes du graphique indique l'inverse.

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 11:53

      Bonjour,
      vous avez raison, j'avais mal regardé le graphique. Le texte a été modifié.
      Merci pour votre remarque et bonne journée.