Important déficit hydrique sur le bassin lémanique

14 septembre 2019, 25 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Le déficit de précipitations est particulièrement marqué dans la région genevoise.

Pelouse
Pelouse

Manque de précipitations depuis le début de l'année.

Affichage aggrandi:

Sur le graphique ci-dessus, on observe que les quantités cumulées de pluie depuis le début de l'année (en jaune)  sont restées largement inférieures à la norme (ligne grise), nous nous trouvons en fait proche des extrêmes. Depuis le début de l'année, il est tombée 464 mm à Genève et seulement 3.5 mm pour le mois de septembre. La norme des précipitations à Genève de décembre à août est de 621.2 mm alors que cette année, il n'est tombé que 460.8 mm de pluie.

Les années les plus sèches ont été 1921 avec 459.3 mm, 1884 avec 541.4 mm et 1906 avec 588.1 mm.

De janvier à août, plusieurs stations du Plateau et du Jura occidental accusaient un déficit hydrique. Par exemple, les Charbonnières avec 74% de la norme, Fribourg et la Brévine avec 73 %.

La Suisse alémanique ainsi que les Alpes ont reçu des précipitations proches des normes ; le Valais en revanche accuse un léger déficit.

 

Sols secs

Affichage aggrandi: Humidité du sol
Humidité du sol
MétéoSuisse

Lorsque vous bêchez votre jardin, vous aurez remarqué que le sol est très sec. Le graphique ci-dessus montre l'indice d'humidité du sol.

Cet indice est calculé pour un sol ayant des propriétés moyennes, en utilisant les données de précipitations et d'évapotranspiration potentielle. Les zones colorées correspondent à l'écart par rapport à la norme de la teneur en eau du sol.

On remarque que cette année, à Genève, les sols ont été systématiquement  plus secs que la norme et même nettement ; seuls les mois de janvier, février, mars et juin ont été très temporairement supérieurs à la norme.

La suite

Affichage aggrandi: Prévisions mensuelles
Prévisions mensuelles
MétéoSuisse/ECMWF

Sur le graphique ci-dessus,  basé sur les prévisions mensuelles du modèle ECMWF, il semble que la sécheresse devrait persister jusqu'au dimanche 22 septembre. D'ici là, quelques averses pourront se produire dans les Alpes et un faible front abordera le nord du pays. Il semble qu'une perturbation plus active devrait aborder le Jura autour du 23 mais cela reste encore à confirmer.

Commentaires (25)

  1. Jean-Louis ROSSET, 16.09.2019, 07:56

    Curieusement, aucun commentaire posté à ce jour sur LE sujet d'inquiétude principal dans le domaine de la météo et de la pluviométrie. Comme si on commençait à se résigner.
    Ce que j'aimerais bien comprendre, c'est le lien entre ces situations anticycloniques interminables et les événements climatologiques à grande échelle dont vous parlez régulièrement par ailleurs. Pourquoi l'alternance des épisodes secs et de pluie semblent tomber en panne de plus souvent sous nos latitudes.
    Pouvez-vous nous faire un rappel du fonctionnement climatologique global de la planète et pourquoi cela semble avoir changé un peu plus localement au dessus de nos têtes ?
    Merci d'avance.

    Réponses

    Répondre à Jean-Louis ROSSET

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 03:11

      Il y a de nombreux commentaires, mais nous n'avons pas eu le temps de les validés et d'y répondre ce week-end. Vos questions sont intéressantes, mais le sujet est un peu trop compliqué pour vous répondre dans un commentaire (et en plus je ne pense pas avoir toutes les réponses). Nous pourrions par contre écrire un article de blog sur ce sujet si nous avons le temps de nous y attaquer, à suivre...

  2. Favero, 16.09.2019, 07:48

    En regardant régulièrement les images satellites indiquant le développement des précipitations, on remarque que ces dernières contournent souvent le bassin genevois. Est-ce à cause des reliefs tels que le Jura et le Salève ?

    Réponses

    Répondre à Favero

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 03:05

      Vous parlez probablement de l'image radar. Oui le relief peut jouer un rôle, notamment lors de situations de nord-ouest où le Jura agit comme barrière.

  3. Magali Cottier, 15.09.2019, 15:16

    Bonjour, à quoi correspond la "field capacity"? À une saturation en eau? Merci!

    Réponses

    Répondre à Magali Cottier

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 02:58

      Il s'agit d'une estimation de l'humidité du sol à partir des précipitations (mesurées) et de l'évapotranspiration potentielle. L'humidité du sol est calculée avec un modèle pour une prairie présentant des propriétés de sol moyennes. La capacité supposée de la prairie en eau (quand le sol est saturé) est de 13%.

  4. Julie, 15.09.2019, 12:44

    "Important déficit hydrique sur le bassin Lémanique" mais vous ne parlez que de Genève... nous savons que vous êtes basés là-bas mais faites un effort S.V.P, sinon autant appeler le lac, Lac de Genève...

    Réponses

    Répondre à Julie

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 02:56

      Ne vous inquiétez pas, nous n'oublions pas le reste de la Suisse, même si nous sommes basés à Genève. Nous utilisons souvent les données de la station de Genève, car celle-ci possède une longue série de mesures homogénéisées. Et comme l'indique le titre, le déficit concerne une bonne partie du bassin lémanique. Le même constat peut être fait avec les stations de Pully et Vevey.

    2. Julita, 17.09.2019, 23:07

      Super, merci pour votre réponse!

  5. Peter Mosimann, 15.09.2019, 12:33

    Merci pour cet état de situation que chacun aura pu remarquer.
    Ce déficit me semble d’autant plus préoccupant qu’il suit une année 2018 également sèche à Genève, où bien?
    A-t-on une idée des causes de ce déficit marqué, spécifiaient à la topographie de la région GE: j’ai l’impression que chaque fois que des précipitations sont venues, elles se dispersaient au Nord et au Sud pour n’atteindre qu’épisodiquement le bassin genevois.
    Merci.

    Réponses

    Répondre à Peter Mosimann

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 02:48

      Oui l'année 2018 fut déjà sèche à Genève avec un déficit de précipitations d'environ 30%. Dans le cas de situations de nord-ouest, la région de genevoise est souvent protégée par le Jura. Le déficit s'explique probablement par des situations d'ouest ou sud-ouest actives pas suffisamment fréquentes. C'est dans ce genre de situations où il pleut le plus à Genève.

  6. Angela, 14.09.2019, 23:28

    Nous manquons effectivement beaucoup de pluie! Mais petite question : comment ce fait-il qu’il n’y ai pas de danger d’incendie sur votre carte alors que le sol est très sec?

    Réponses

    Répondre à Angela

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 02:41

      L'estimation du danger d'incendie est une tâche effectuée par l'Office fédéral de l'environnement en collaboration avec les cantons. Vous trouverez peut-être plus d'informations sur cette page : https://tinyurl.com/yyqllqsa

  7. domani domani domani qui vivra verra domani, 14.09.2019, 17:28

    qu'il fasse chaud, froid, vent, neige , ensoleillé, ca ne vas pas et il faut toujours blogger, rouspecter. la meilleur météo est celle que l'on a lorsqu'on ouvre ses volet en se levant, sans toujours vouloir lire des pages qui se contredisent les unes des autres. de plus les commentaires mettent des fois des jours avant d'etres publiés.

    Réponses

    Répondre à domani domani domani qui vivra verra domani

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 02:35

      Nous écrivons un article par jour, il est logique que nous parlions du vent, de la neige, du soleil, etc... Mais nous le faisons de manière objective, comme ici où nous faisons un simple constat basé sur nos statistiques, rien de plus.

      S'il faut parfois plusieurs jours pour valider et répondre aux commentaires, c'est que les quelques prévisionnistes qui sont chargés de cette tâche n'ont pas toujours le temps pour le faire rapidement. Nous le faisons souvent quand nous avons un petit moment de libre, comme maintenant où je profite d'une petite pause dans mon service de nuit pour vous répondre.

    2. domani domani domani, 17.09.2019, 08:38

      merci de m'avoir répondu, super, mais c est vrai on dirait qu'on oublie parfois le valais

  8. stump andreas, 14.09.2019, 16:41

    quand est il de l'Ajoie ? on a me semble il un déficit chronique ces dernières années

    Réponses

    Répondre à stump andreas

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 02:22

      À Fahy, il est tombé 548 mm entre janvier et août alors que la norme pour cette période est de 710 mm.

  9. Roland-Alexandre Gross, 14.09.2019, 16:28

    Situation parfaitement identique sur le Littoral ouest neuchâtelois. C'est en récoltant les échalotes du jardin que j'ai eu la preuve tangible de ce que je craignais dès la mise en route des semis. Les sol est effectivement sec en profondeur.
    Il y a bien eu un bel orage le dimanche 1er septembre, durant une heure et demie (le seul digne de ce nom de tout l'été !). Mais l'eau a surtout ruisselé sur un sol très sec et dur.
    Sans les nombreuses fontaines du village, l'arrosage des jardins auraient été difficile, s'il n'y a pas de point d'eau proche des cultures. Les arbres fruitiers ont très vite montré des signes de soif ! Comme les cerisiers, par exemple, dont les feuilles pendaient lamentablement dès juin. Sans oublier la forêt.
    Par contre, la récolte de noisettes est magnifique ! Les noisetiers s'adaptent-ils si bien au réchauffement climatique et au déficit hydrique ?

    Réponses

    Répondre à Roland-Alexandre Gross

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  10. Claude Guignard, 14.09.2019, 15:01

    Depuis longtemps je souligne, dans mes commentaires de vos blogs, lorsque le sujet s'y prête, le fait que dans la région genevoise les precipitations restent en-dessous des normes. Vos indications, tres intéressantes, viennent confirmer mes propos.
    Je ne sais pas si, sur la carte hydrique de l'ouest de l'Europe, il s'agit d'un îlot isolé ou si les régions voisines, en France, observent le même phénomène. En Suisse il n'est pas si isolé puisque des stations du Jura montrent le même déficit hydrique bien que leur situation géographique et leur proche environnement soient bien différents de ceux de Genève.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 02:14

      La sécheresse concerne une bonne partie de la France et est particulièrement marquée par endroits. À Paris par exemple, il n'a pas plu depuis le 26 août.

  11. Virgile Woringer, 14.09.2019, 14:28

    Est-ce que ce sont de vraies mesures, et alors comment ? Tient-on compte de la température à laquelle se ferait la mesure, et de la profondeur ?

    Réponses

    Répondre à Virgile Woringer

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 02:11

      Il ne s'agit pas de mesures, mais d'une estimation à partir des précipitations (mesurées) et de l'évapotranspiration potentielle. L'humidité du sol est calculée avec un modèle pour une prairie présentant des propriétés de sol moyennes. La capacité supposée de la prairie en eau (quand le sol est saturé) est de 13%.

  12. David Padayachy, 14.09.2019, 13:53

    A-t-on une explication en micro météorologie ou de manière générale l’ensemble de l’Europe centrale est touchée?

    Réponses

    Répondre à David Padayachy

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2019, 02:03

      Cela concerne une partie de l'Europe de l'Ouest. À Paris par exemple, il n'a pas plu depuis le 26 août. Cela s'explique en partie par un courant d'ouest peu actif et un anticyclone qui s'étend d'avantage vers nos régions (et qui n'étend plus seulement sont influence aux régions méditerranéennes en été).