Contenu

Régime sec

9 juillet 2022, 12 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

L’anticyclone des Açores s’est installé au-dessus de nos régions et c’est un temps durablement sec qui va persister ces prochains jours. Il n’est pas prévu de précipitations significatives jusqu’en fin de semaine prochaine au moins.

Belle journée depuis Grandevent (VD) le 8 juillet vers 13h00. Source : "Observations Météo" - Application MétéoSuisse
Belle journée depuis Grandevent (VD) le 8 juillet vers 13h00. Source : "Observations Météo" - Application MétéoSuisse

Anticyclonique

Depuis les dernières précipitations du lundi 4 juillet, et encore pas partout, le temps est sec en Suisse romande. L’anticyclone des Açores s’est installé sur l’ouest de l’Europe. Pour l’instant, la Suisse se trouve sur son flanc oriental. La masse d’air est stable, mais un courant du nord à nord-est limite la hausse des températures. Il y a par moments des zones plus humides qui descendent de la mer du Nord en direction de l’Autriche. Ainsi, des passages nuageux concernent parfois le nord de la Suisse. Jeudi, il a même plu un peu dans les Préalpes orientales et dans les Grisons. Cela pourra être de nouveau le cas dimanche matin dans les mêmes régions, mais les quantités de pluie seront très faibles.

Cette situation va perdurer pendant plusieurs jours encore, la Suisse restant protégée par les hautes pressions. Le temps va donc rester sec. Le risque d’orages en montagne sera négligeable.

Il est assez rare d’observer un météogramme aussi « plat » en été pour les précipitations comme le montre l’exemple de Genève (Figure 1). Très peu de scénarios proposent des précipitations. Certains membres minoritaires commencent à réagir un peu à partir du week-end prochain.

Affichage aggrandi: Figure 1. Prévisions de précipitations pour les 10 prochains jours basées sur les ensembles du modèle ECMWF du 9 juillet 2022 à 0 UTC.
Figure 1. Prévisions de précipitations pour les 10 prochains jours basées sur les ensembles du modèle ECMWF du 9 juillet 2022 à 0 UTC.

Perspectives

La semaine du 18 au 24 juillet, la situation sur le front de la pluviométrie ne devrait guère évoluer. Le signal de précipitations reste peu marqué en terme probabiliste (Figure 2).

Comme les températures vont devenir élevées avec une probable période caniculaire (voir article du 8 juillet), il n’est pas exclu que des orages de chaleur éclatent localement en fin de journée, notamment dans les Alpes.

Affichage aggrandi: Figure 2. Prévision probabiliste de pluie pour la semaine du 18 au 24 juillet 2022. La probabilité d’un temps généralement sec (moins de 2,9 mm de pluie) est de l’ordre de 80 %.
Figure 2. Prévision probabiliste de pluie pour la semaine du 18 au 24 juillet 2022. La probabilité d’un temps généralement sec (moins de 2,9 mm de pluie) est de l’ordre de 80 %.

Des gagnants et des perdants

Ces perspectives peuvent être réjouissantes pour les nombreux vacanciers qui vont profiter d’une météo idéale pour les activités en plein air, quoique devenant très chaude à partir de la mi-juillet.

En revanche, la situation sur le front de la sécheresse va s’empirer et certains métiers comme les agriculteurs vont commencer à tirer la langue. Par ailleurs, certaines communes ont déjà commencé à restreindre l’accès à l’eau. Là aussi, la situation risque de se péjorer, notamment dans le Jura en raison de son sol karstique qui n’arrive pas à stocker l’eau.

SPEI : anomalie du bilan hydrique

L’index normalisé de précipitations-évapotranspiration (Standardized Precipitation Evapotranspiration Index, SPEI) décrit l’écart du bilan hydrique (précipitations moins l’évapotranspiration potentielle) durant une période écoulée par rapport à la moyenne calculée sur une longue période de mesures.

LE SPEI sur les 3 derniers mois est négatif dans toutes les stations suisses (état au 8 juillet 2022). Il est de -1,6 à Payerne (Figure 3) et à Sion, -1,9 à Delémont, -2,3 à Genève-Cointrin et -1,5 à La Chaux-de-Fonds.

On parle de conditions sèches lorsque le SPEI est entre -1 et -1,5, très sèches entre -1,5 et -2 et extrêmement sèches lorsqu’il est inférieur à -2.

Avec les conditions sèches attendues ces prochains jours, les valeurs de SPEI vont se péjorer.

Affichage aggrandi: Figure 3. SPEI à Payerne sur une période de 3 mois. L’index était encore positif jusqu’en septembre 2021 à la suite d’un été 2021 très humide. Les conditions ont complètement changé à partir du mois d’octobre. Depuis la mi-mai 2022, l’index est souvent inférieur à -1,5, ce qui correspond à des conditions très sèches.
Figure 3. SPEI à Payerne sur une période de 3 mois. L’index était encore positif jusqu’en septembre 2021 à la suite d’un été 2021 très humide. Les conditions ont complètement changé à partir du mois d’octobre. Depuis la mi-mai 2022, l’index est souvent inférieur à -1,5, ce qui correspond à des conditions très sèches.

Retrouvez tous les indices de sécheresse sur le site internet de MétéoSuisse.

Danger d’incendie de forêt

La bise, qui souffle depuis plusieurs jours et qui soufflera jusqu'à mardi, est en train d’assécher la végétation en surface. Par conséquent, le danger d’incendie de forêt va très probablement augmenter ces prochains jours au Nord des Alpes. Pour l’instant, le danger est généralement limité (degré 2), mais le Tessin et le Valais sont déjà en danger marqué (degré 3). Certaines portions de la vallée du Rhône sont même en fort danger (degré 4).  

La carte des dangers d’incendie est disponible sur notre App ou sur le portail des dangers naturels de la Confédération.

Rappelons que c’est l’Office fédéral de l’Environnement (OFEV) en concertation avec les cantons qui émet les avis pour le danger d’incendie de forêt.

Affichage aggrandi: Figure 4. Carte du danger d’incendie de forêt. Etat au 9 juillet à 7h30.
Figure 4. Carte du danger d’incendie de forêt. Etat au 9 juillet à 7h30.

Une situation de plein été

Au vu de tout ce qui précède, nous sommes en train de vivre une situation de plein été, digne de celle qu’on trouve habituellement sur les bords de la mer Méditerranée.

Il faut être conscient que ce n’est pas le climat que l’on trouve habituellement en Suisse qui est nettement plus changeant en été. Certes, on peut avoir parfois une belle période de beau temps, mais rarement sur une aussi longue période consécutive. On peut d’ailleurs se remémorer l’été 2021, qui s’était montré bien arrosé. D’ailleurs, juillet 2021 avait été le mois de juillet le plus pluvieux en moyenne suisse depuis le début des mesures en 1864.

Commentaires (12)

  1. Roland-Alexandre Gross, 10.07.2022, 09:08

    Question de néophyte: quelle définition donnez-vous au terme « membre » [minoritaire] ?
    S’agissant du sol karstique du Jura, n’y a-t-il pas aussi un avantage car l’eau voyage dans le sous-sol et alimente des poches pour ressortir quelque part ? Certes de manière disparate.
    N’est-elle pas mieux « protégée » de l’évaporation ?
    Dans notre village (Littoral neuchâtelois ouest), nous avons une bonne dizaine de fontaines qui débitent de belle manière. C’est une grande chance et je suis conscient que les vignes ne sont pas arrosées avec l’eau des fontaines ! Je ne mets nullement en doute vos remarques concernant le régime sec que nous vivons.
    Merci de ce nouveau blog.

    1. MétéoSuisse, 12.07.2022, 09:38

      Bonjour, pour évaluer la fiabilité des prévisions numériques, on calcule un "ensemble" de prévisions. En plus de la prévision à haute résolution, on va calculer un certain nombre (52 pour le modèle IFS) de scenarios supplémentaires, dont on modifie légèrement les conditions initiales, ceci afin d'évaluer la dispersion des solutions proposées. On parle de "membre" de l'ensemble pour chacun des scenarios.

  2. Marie.D, 10.07.2022, 06:53

    Bonjour, à partir de quand Météo Suisse émet un avis de canicule ?
    37° en fin de semaine en Valais, cela parait être vraiment caniculaire.
    Je sais que les prévisions sont à court termes, mais avez vous une idée du retour d'un peu d'eau sur le Valais ? Ce serait bon pour le moral !
    D'autre part, je ne sais pas ou est " le beau temps" en ce moment ce serait le pire temps, sauf bien sur pour les vacanciers...

    1. MétéoSuisse, 10.07.2022, 15:18

      Bonjour,
      MétéoSuisse émet des alertes canicule lorsque la température moyenne journalière atteint 25°C. La philosophie de ces alertes est expliquée sur notre site. https://www.meteosuisse.admin.ch/home/meteo/termes-meteorologiques/canicule/alerte-canicule.html

      On pourrait atteindre cette valeur à partir de jeudi.

  3. Claude Guignard, 09.07.2022, 18:00

    On vit en Europe centrale des étés contrastés mais dernièrement globalement plus chauds que la normale. Pour la sécheresse il n'y a pas si longtemps le Jura était dramatiquement sec et il avait fallu faire appel à la troupe pour puiser l'eau au lac de Joux avec des hélicoptères et la monter aux chalets, ce qui avait déclenché un presque incident diplomatique avec la France suite à une confusion avec le lac des Rousses. Les cultures sèchaient sur pied. Il y a plus longtemps l'anticyclone des Acores persistait tout l'été à ne pas s'étendre vers l'est, maintenant sur nos régions un temps couvert et frais de NW appelé "mousson européenne". On a donc tout ou presque tout connu et la situation de cette année en rajoute une nouvelle couche.. La question se pose de savoir s'il s'agit d'une variation extrême ou de l'amorce d'un changement de plus grande ampleur lié au dérèglement climatique, ce que beaucoup pensent.

    1. Casper, 09.07.2022, 22:58

      Je viens de traverser le Jura et je peux vous garantir que les prairies sont bien vertes.

    2. Eric, 10.07.2022, 08:49

      je crois que la question ne se pose plus.

    3. Ricardo, 10.07.2022, 12:08

      En tous cas, nos étés n’ont plus rien à voir avec ceux des années 70 et 80 (ma jeunesse). Je daterai le début du changement des années 90.

  4. thibault, 09.07.2022, 17:31

    Je n ai pas de souvenir précis de 2003, mais il me semble que 2022 sera l année (en tout cas l été météorologique) le plus sec jamais enregistré pour la station de Nyon.
    Juillet avec probablement 0mm de pluie, une canicule, précédé d une bise à decorner les bœufs, on aurait essayé de sècher le peu d eau résiduelle, on aurait pas fait mieux :-(
    Les soja et maïs ne vont probablement pas s en sortir. Même le sorgho commence déjà à tirer la langue.!

    1. G.S., 10.07.2022, 09:48

      Vue le déficit depuis des mois, je suis presque étonné que la situation ne soit pas pire... bien que sur des fruitiers d'agrément sans irrigation, je vois que les cerises, pommes, sans doute pruneaux, sont tous de taille réduite cette année (pas la 1ère fois).

  5. Pascal_fr_39, 09.07.2022, 16:06

    Le contraste avec 2021 est majeur en ce mois de juillet, la fête nationale Française s'annonce torride, tout comme elle l'avait été en 2003, alors que l'an passé nous avions reçu dans le Jura 100 mm les 14 et 15, en lien avec les pluies catastrophiques d'Allemagne et Belgique. La vague de chaleur à venir va faire mal aux forêt déjà en souffrance depuis l'été 2015, ainsi qu'à la faune des rivières qui ont un débit très faible et dont la température pourra atteindre un seuil critique pour la truite.

    1. Ricardo, 09.07.2022, 17:45

      Sans parler des glaciers, ils font pitié à voir. À noter qu’ils avaient même reculé l’année dernière (été certes pluvieux mais pas vraiment froid + un automne globalement chaud et sec).