Contenu

Mai et le printemps boréal 2022 au niveau mondial

10 juin 2022, 2 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

En moyenne mondiale, le cinquième mois de mai le plus chaud a été enregistré dans le jeu de données Copernicus depuis 1979. Dans le sud-ouest de l'Europe, les températures ont été largement supérieures à la moyenne 1991-2020, associées à une vague de chaleur. Dans les parties centrales et orientales de l'Europe, les températures sont restées inférieures à la moyenne. Les températures printanières ont également été largement supérieures à la moyenne dans certaines parties de l'Europe occidentale, alors qu'elles ont été inférieures à la moyenne en Europe centrale et orientale.

Figure 1. Distribution mondiale de la température en mai 2022. L’écart (en °C) à la norme 1991-2020 est représenté. Source : Copernicus  Climate Change Service/ECMWF
Figure 1. Distribution mondiale de la température en mai 2022. L’écart (en °C) à la norme 1991-2020 est représenté. Source : Copernicus Climate Change Service/ECMWF

Cinquième mois de mai le plus chaud

Avec une anomalie de 0,26 °C par rapport à la norme 1991-2020, au niveau mondial, mai 2022 a été le cinquième mois de mai le plus chaud jamais enregistré, à égalité avec 2018 et 2021. Les mois de mai les plus chauds restent, dans l’ordre, ceux de 2020, 2016, 2017 et 2019.

Dans le sud-ouest de l'Europe, les températures ont été bien supérieures à la moyenne, associées à une vague de chaleur qui a battu certains records de température maximale et minimale quotidienne. Les températures ont également été supérieures à la moyenne dans une ceinture s'étendant de la Sibérie occidentale au nord de l'Inde et du Pakistan en passant par l'Asie centrale, ainsi que dans la Corne de l'Afrique, le sud des Etats-Unis et du Mexique et dans l’Antarctique. Les températures inférieures à la moyenne ont dominé en Europe de l'Est, dans une grande partie de l'Amérique du Sud et dans certaines parties de l'Arctique et de l'Ouest canadien.

Les températures de l'air ont été nettement supérieures à la moyenne dans certaines parties de tous les grands bassins océaniques, en particulier dans les régions du nord et du sud-est du Pacifique, autour du Japon, entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande et le long de la côte de l'Antarctique.

Des températures inférieures à la moyenne ont été enregistrées dans le Pacifique oriental tropical et subtropical, ce qui indique la persistance des conditions de La Niña. Le temps a été particulièrement frais au large des côtes de l'Equateur et du Pérou.

Europe divisée en deux

Les températures du mois de mai 2022 ont considérablement varié en Europe par rapport à la moyenne de la période 1991-2020. Cependant, des anomalies plus importantes que les anomalies globales sont généralement observées en Europe, avec de grandes variations spatiales. La température moyenne européenne en mai a été de 0,29 °C au-dessus de la norme 1991-2020.

Des valeurs record ont été enregistrées dans la partie sud-ouest du continent, sous l'influence des vents chauds venant du Sahara. La France a enregistré le mois de mai le plus chaud depuis 1900, avec de nombreux records locaux battus.  En Espagne, la ville de Jaén a enregistré à la fois la journée de mai la plus chaude et la température minimale quotidienne la plus élevée jamais enregistrées en mai en Espagne continentale. Le Portugal a connu une vague de chaleur dans la première moitié du mois et une nuit exceptionnellement chaude plus tard dans le mois. Finalement, le Portugal continental a enregistré son mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1931. Au Royaume-Uni, la température mensuelle moyenne a été moins extrême, la cinquième plus élevée jamais enregistrée, mais la température minimale journalière moyenne la plus élevée jamais enregistrée pour ce mois a été mesurée.

En revanche, une région comprenant l'extrême est de l'Europe et certaines parties de l'Asie occidentale, où les vents dominants du nord-ouest ont été atypiques pour le mois de mai, a enregistré une anomalie de température négative.

Le printemps boréal 2022

Dans l'hémisphère Nord, les températures du printemps 2022 (mars, avril et mai) ont généralement été supérieures à la norme 1991-2020. Elles ont été particulièrement élevées dans une région comprenant l'est de l'Iran, le Pakistan, le nord-ouest de l'Inde, l'Afghanistan, le Tibet et le Qinghai chinois, ainsi que dans certaines parties de l'Arctique. Les températures ont également été bien supérieures à la moyenne dans le nord-ouest et l'est de la Sibérie, le sud de l'Amérique du Nord, l'est de l'Afrique et le nord de l'Australie.

La plupart des pays d'Europe de l'Est ont connu un printemps plus froid que la moyenne 1991-2020. Cependant, la France a connu le troisième printemps le plus chaud depuis 1900, et le Royaume-Uni le cinquième le plus chaud. Le nord de la Scandinavie a également été relativement chaud.

Le printemps en Europe a été 0,14 °C plus frais que la moyenne 1991-2020. Il a été plus chaud de 0,3 °C que le printemps 2021, et plus chaud que la plupart des printemps antérieurs à l'année 2000.

Le mois de mai et le printemps 2022 en Suisse

En Suisse, mai 2022 a été le deuxième mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Localement, un nombre record de journées estivales ont été enregistrées et de nouveaux records de température maximale quotidienne ont été relevés. Au niveau régional, les précipitations sont restées inférieures à la normale.

Le printemps en Suisse a été le quatrième plus doux depuis le début des mesures. A l'échelle nationale, la saison a été peu arrosée et, localement, l'une des plus ensoleillées depuis le début des mesures, il y a plus de 120 ans. Les mois de mars et mai ont été exceptionnellement ensoleillés et peu arrosés.

Les bulletins climatologiques de mai 2022 et du printemps 2022 rédigés par MétéoSuisse donnent un aperçu complet de la situation en Suisse.

Commentaires (2)

  1. Claude Guignard, 10.06.2022, 21:06

    Je m'étonne de trouver mention, entre autres, de l'Antarctique dans des indications sur le printemps.boréal.Je pensais que là-bas c'était plutôt l'automne austral. Cela dit, les conditions de températures, trop élevées à l'ouest et au centre et trop basses à l'est de l'Europe trouvent sans doute leur origine dans une répartition des pressions inhabituellement longuement bloquée, qui entraînait une remontée persistante d'air chaud d'un côté net une descente orrespondante d'air froid de l'autre. Il ne faut pas trop y chercher, à mon avis, une conséquence du réchauffement climatique mais plutôt la manifestation de extrême variabilité locale du climat qui peut conduire à des situations inattendues.

    1. MétéoSuisse, 11.06.2022, 03:43

      Bonjour, nous avons corrigé l'erreur, nous voulions parler de l'Arctique.