Contenu

La qualité de nos alertes d’intempéries en 2021

28 mars 2022, 5 Commentaire(s)
Thèmes: Portrait

Dans le cadre du PITF (Plan intégré des tâches et des finances de la Confédération), MétéoSuisse rend compte chaque année au Conseil fédéral et au parlement de la qualité des avis d’intempéries. Dans cet article, nous présentons les résultats pour l’année 2021.

Centrale de prévisions à l’aéroport de Zurich. Photo : MétéoSuisse
Centrale de prévisions à l’aéroport de Zurich. Photo : MétéoSuisse

MétéoSuisse avertit la population et les autorités des dangers météorologiques. Notre objectif est de fournir au public et à nos partenaires des informations aussi précises et précoces que possible sur les intempéries à venir. Ces tâches importantes, ainsi que d'autres, sont définies dans la Loi fédérale sur la météorologie et la climatologie (LMét) et dans l'Ordonnance sur la protection de la population (OProP).

Comment vérifions-nous nos alertes ?

Afin de mesurer objectivement la qualité de nos avis d’intempéries, les événements sont vérifiés selon des critères prédéfinis. Une vérification est effectuée pour tous les événements météorologiques de niveau d'alerte 3, 4 ou 5 qui se produisent dans une zone de taille régionale. Il s'agit d'événements tels que le vent, la pluie, la neige, la pluie verglaçante ou la chaleur. Chaque niveau d'alerte est lié à des seuils qui varient en partie selon les régions et l'altitude (pour plus d'informations, consultez notre page sur les explications des niveaux de danger).

Les avis locaux d’orages envoyés à court terme sont vérifiés séparément, car ils se distinguent nettement des autres intempéries en termes de durée de l'événement, d'étendue spatiale et de prévisibilité.

Les avertissements sont évalués en premier lieu par rapport aux grandeurs physiques prévues (quantités de pluie, cumuls de neige fraîche, rafales de vent, etc.). Celles-ci sont comparées avec les valeurs réelles mesurées. Des critères temporels tels que le temps avant le début de l'intempérie ainsi que la période d'alerte de l'événement sont pris en compte dans l'évaluation de la qualité.

En ce qui concerne la vérification spatiale, une alerte est considérée comme "réussie" si plus de la moitié de la zone avertie remplit les critères. Cela signifie que les rafales de vent, la neige fraîche ou la pluie prévues dans une alerte ne doivent pas nécessairement se produire partout dans la zone avertie pour qu'une alerte soit considérée comme une "réussie". Inversement, un événement météorologique pour lequel aucune alerte n'a été émise entre également dans les statistiques en tant qu'événement "manqué".

Les intempéries à partir du niveau d'alerte 3 à 5 sont analysées comme suit :

  • A signifie que l'alerte était correcte ("réussite").
  • B signifie que l'alerte était "inutile" ("fausse alerte").
  • C signifie que MétéoSuisse a "manqué" l'événement (un événement météorologique s'est produit, mais celui-ci n'a pas été averti ou l'a été de manière insuffisante).
  • D signifie qu'il n'y a pas eu d'événement ni d'alerte. D est donc insignifiant.

Les caractéristiques de qualité suivantes sont déterminées à partir des classifications de tous les événements :

  • Taux de réussite POD = A/[A+C]
  • Taux de fausses alertes FAR = B/[A+B]

Le taux de réussite indique la proportion d'alertes correctes, le taux de fausses alertes la proportion d'alertes inutiles. Un taux de réussite de 100 %, par exemple sur une année, et un taux de fausses alertes de 0 % correspondraient donc à une performance parfaite.

Des exigences de qualité minimales ont été convenues avec les autorités cantonales pour nos alertes d'intempéries. Ainsi, sur une année, le taux de réussite doit être d'au moins 85 %, tandis que le taux de fausses alertes ne doit pas dépasser 30 %.

Performance des alertes de l'année 2021

Avec un taux de fausses alertes de 27 %, les exigences relatives au taux de fausses alertes ont été remplies l'année dernière. Le taux de réussite de 2021 était de 82 %, ce qui est légèrement inférieur à l'objectif de 85 %. Les raisons de cette situation sont multiples. Il y a eu un nombre élevé de situations d'alerte complexes ;  on peut mentionner le fait que certains événements - en majorité des tempêtes et des pluies - ont été un peu plus intenses que prévu au niveau régional, en particulier au printemps et en automne 2021. La plupart du temps, MétéoSuisse a émis une alerte de niveau 2 pour ces événements, mais en réalité, l'intensité des événements correspondait à un niveau d'alerte 3. Les rafales de vent ou les quantités de pluie mesurées étaient donc parfois plus élevées que ce qui était prévu dans l'alerte correspondante. En revanche, l'étendue régionale des alertes a été en grande partie correctement choisie.

Ces intempéries souvent complexes ont donc été considérées comme "à moitié manquées". Elles ont largement contribué à réduire le taux de réussite en 2021. Cependant, il n'y a guère eu d'intempéries qui ont été totalement manquées. Si l'on considère les valeurs moyennes sur plusieurs années du taux de réussite et de fausses alarmes, les objectifs convenus avec les cantons continuent d'être atteints malgré les fluctuations (valeurs moyennes des dix dernières années, 2012 à 2021 : 85,4 % pour le taux de réussite, 19 % pour le taux de fausses alarmes).

L'année 2021 a été marquée par un hiver 2020/2021 très enneigé ainsi que par un été très humide avec des précipitations abondantes et répétées et des orages violents. Il n'est donc pas étonnant qu'environ deux tiers des événements d'alerte de 2021 soient imputables aux précipitations (pluie et neige). La Suisse romande, la Suisse alémanique et le Sud des Alpes ont été touchés par les précipitations dans des proportions à peu près équivalentes. Les tempêtes ont représenté environ un tiers des événements. Les avis de canicule, basés depuis l'été dernier sur un nouveau concept d’alertes, n'ont en revanche été émis qu'une seule fois. Cette alerte concernait les plaines du Sud des Alpes pour la période du 13 au 16 août 2021.

Dans le cadre de la conférence annuelle sur les alertes, les experts cantonaux en matière de dangers naturels sont invités à donner leur avis sur les alertes émises par Météosuisse. Les résultats de l'enquête de l'année 2021 se situent globalement à un bon niveau, comparable à celui des années précédentes.

Amélioration et développement continus des alertes

Le système d'alerte actuel de MétéoSuisse est en service depuis quelques années. Afin de continuer à répondre aux exigences croissantes du public et des autorités, MétéoSuisse travaille depuis 2020 sur une nouvelle génération d'alertes en cas d'intempéries. En effet, une alerte n'est efficace que si elle est comprise et prise en compte. Les expériences acquises dans la collaboration avec les autorités et le public jouent donc un rôle central dans le renouvellement du système d'alerte. L'une des premières innovations, qui sera introduite par une phase pilote, est un échange plus direct par vidéoconférence entre les météorologues de MétéoSuisse et les autorités en cas d'intempéries. Par ailleurs, MétéoSuisse travaille également sur une nouvelle génération de modèles météorologiques et climatiques.

Commentaires (5)

  1. René Sonney, 29.03.2022, 17:53

    Tout à fait d'accord avec Daniel. Il me semble que sur le lac les feux sont là pour confirmer notre appréciation et non pas pour prévenir. Souvent, quand ils s'allument on est sur le chemin de la rentrée, voire même déjà rentré.

  2. daniel strubin, 29.03.2022, 11:15

    Bonjour
    J'observe effectivement une amélioration significative des alertes, avec des précisions sur le type d'événement. Je regrette pourtant le changement au niveau des alertes sur les lacs, coup de vent, les feux sont allumés beaucoup trop tard, souvent 30 minutes avant ou même après l'événement, rendant tout retour au port impossible. Donc ce nouveau principe d'alerte changé il y a quelques années ne rempli pas sa fonction. On doit faire sa propre analyse avec les observations du ciel et l'étude des précipitations sur le radar.

  3. Jacques, 29.03.2022, 08:19

    Même fausse, une alerte est un succès: les gens lèvent le nez au ciel !
    Bravo et merci pour votre travail et votre blog toujours éclairant.

  4. Dany Stelvio, 28.03.2022, 18:55

    Donc si j’ai bien compris vous vous autoévaluez?

    1. MétéoSuisse, 29.03.2022, 11:14

      Bonjour,
      Oui, c’est MétéoSuisse qui vérifie ses alertes émises. Mais ce ne sont pas les mêmes personnes qui émettent les alertes et qui les vérifient ensuite.