Contenu

Juin le plus chaud au niveau mondial, à égalité avec juin 2019

10 juillet 2020, 6 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Selon les données du service européen Copernicus, les températures en juin 2020 ont été supérieures de 0,53 °C à la moyenne de la période 1981-2010, ce qui fait de ce mois juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde, à égalité avec juin 2019. La Sibérie orientale a enregistré des températures largement au-dessus de la moyenne. En Europe, les températures ont été nettement supérieures à la moyenne dans le nord, mais inférieures à la moyenne dans le sud. L’ensemble de l’Europe a connu son deuxième mois le plus chaud depuis le début des mesures en 1979.

Figure 1. Anomalie (en °C) de la température globale en juin 2020 par rapport à la moyenne 1981-2010. Source : Copernicus Climate Change Service/ECMWF
Figure 1. Anomalie (en °C) de la température globale en juin 2020 par rapport à la moyenne 1981-2010. Source : Copernicus Climate Change Service/ECMWF

Une Europe coupée en deux : anomalie chaude au nord, anomalie fraîche au sud

Les réanalyses ERA5 effectuées par le Centre Européen pour les Prévisions Météorologiques à Moyen terme (ECMWF) dans le cadre du Programme Copernicus permettent d'établir un bilan pour le mois de juin. En utilisant une grande variété de mesures météorologiques du monde entier, les réanalyses offrent une reconstruction de la température au niveau du sol pour le monde entier depuis 1979 et il est donc possible de comparer tous les mois de juin depuis cette année-là.

En juin 2020, les températures en Europe se sont considérablement écartées de la moyenne de 1981 à 2010, avec un schéma largement opposé à celui de mai, associé à un changement de la circulation atmosphérique dominante. Les températures ont été bien supérieures à la moyenne en Scandinavie et dans une grande partie de l'Europe orientale, sous l'influence de conditions anticycloniques. La Norvège a connu son deuxième mois de juin le plus chaud, selon des données datant de 1900. La Suède a enregistré l'une de ses températures de juin les plus élevées depuis le début des relevés dans les années 1889, tandis que Helsinki et d'autres endroits en Finlande ont enregistré leur mois de juin le plus chaud depuis 1961.

En direction du sud de l’Europe, les températures ont été proches ou un peu en dessous de la moyenne. Il a également fait plus frais que la normale dans l'est de la Russie européenne et en Sibérie occidentale, contrairement aux conditions relativement douces qui y ont prévalu pendant une grande partie de l'hiver et du printemps derniers.

Affichage aggrandi: Figure 2. Répartition en Europe de la température en juin 2020. L’écart (en °C) à la moyenne 1981-2010 est représenté. 
Source : Copernicus.
Figure 2. Répartition en Europe de la température en juin 2020. L’écart (en °C) à la moyenne 1981-2010 est représenté. Source : Copernicus.

Importante anomalie chaude en Sibérie orientale

En dehors de l'Europe, les températures ont le plus dévié de la moyenne de juin 1981-2010 dans une bande couvrant presque toute la masse terrestre de l'Arctique sibérien, où elles ont été les plus chaudes jamais enregistrées en juin, à la fois en moyenne sur la région et en termes d'extrêmes. Par exemple, à Verkhoïansk en Sibérie orientale, ville située au-delà du cercle polaire, la température a dépassé les 30 °C pendant 11 jours consécutifs avec une valeur maximale de 38 °C mesurée le 20 juin. Cette valeur pourrait être la plus élevée jamais mesurée dans l’Arctique et l’OMM est en train d’évaluer cette information.

Anomalie chaude aux Etats-Unis, anomalie froide sur le nord de l’Inde

Ailleurs, l'Antarctique a présenté une variabilité géographique hivernale caractéristique, avec des températures nettement supérieures ou inférieures à la moyenne. Les températures ont principalement été supérieures à la moyenne, en particulier dans le centre des Etats-Unis et le sud du Canada, dans le nord-est du Canada et dans la plupart des pays d'Afrique, du Moyen-Orient, de la Chine, de l'Amérique du Sud et de l'Australie. Le nord de l'Inde a connu des températures nettement inférieures à la moyenne.

Début d’un événement La Niña sur le Pacifique équatorial

Les températures au-dessus de la mer ont été un peu en dessous de la moyenne dans plusieurs régions. En dehors de la glace de mer de l'Antarctique, les températures ont été inférieures à la moyenne le long du Pacifique équatorial oriental, où un épisode La Niña, qui était encore faible en mai, a continué à se développer. Néanmoins, les températures au-dessus de la mer ont généralement été plus chaudes que la moyenne de la période 1981-2010.

Juin 2020 en résumé

En juin 2020, les températures mondiales ont été bien supérieures à la moyenne. L'ensemble du mois a été :

  • 0,53 °C plus chaud que la moyenne pour un mois de juin de la période 1981-2010 ;
  •  moins de 0,01 °C plus frais qu'en juin 2019, le mois de juin le plus chaud de ce relevé de données ;
  • 0,1°C plus chaud qu'en juin 2016, le troisième mois de juin le plus chaud.

Les anomalies de température moyennes européennes sont généralement plus importantes et plus variables que les anomalies mondiales. La température moyenne européenne pour juin 2020 a été 1,3°C supérieure à la moyenne de la période1981-2010. Le mois de juin le plus chaud a eu lieu en 2019, avec une température supérieure de 2,3 °C à la moyenne européenne. La température de juin 2020 correspond à celle de juin 1999 ; ces deux mois sont à égalité les deuxièmes plus chauds.

Le bulletin de juin de Copernicus est disponible en anglais.

Suisse : un mois de juin dans la norme

La Suisse s’est située entre l’Europe du nord plus chaude et l’Europe du sud plus fraîche que la moyenne. Ainsi, la température en Suisse a été plus ou moins conforme à la norme 1981-2010 avec un écart entre -0,7 °C et +0,5 °C selon les régions. Un léger déficit thermique a surtout été constaté dans la vallée du Rhin, ainsi que sur le Chablais.  En moyenne nationale, la température en juin a été exactement conforme à la norme 1981-2010.

Affichage aggrandi: Figure 3. Répartition en Suisse de la température en juin 2020. L’écart (en °C) à la moyenne 1981-2010 est représenté. En blanc figurent les régions où la température a été plus ou moins conforme à la normale.  
Source : MétéoSuisse
Figure 3. Répartition en Suisse de la température en juin 2020. L’écart (en °C) à la moyenne 1981-2010 est représenté. En blanc figurent les régions où la température a été plus ou moins conforme à la normale. Source : MétéoSuisse

Le bulletin climatologique de juin 2020 donne un aperçu complet de la situation en Suisse.

Commentaires (6)

  1. André Warisse, 13.07.2020, 13:03

    Bonjour,
    Je suis très étonné que le mois de juin soit classé comme étant le plus chaud. A mon domicile, sur la riviera vaudoise, les 3 premières semaines ont été très pluvieuses et on peut de loin pas les qualifier de très chaud. A partir du 20 les températures ont pris l'ascenseur et nous avons des jours dit "tropicaux". Peut être que si on fait la moyenne du mois (ce que je n'ai pas fait) on pourrait arriver à ce mois "le plus chaud" mais ce n'est, à mon sens, pas très caractéristique d'une hausse globale des températures. Sauf bien évidemment si on doit aller dans le sens d'une hausse des températures.

    1. MétéoSuisse, 13.07.2020, 15:30

      En fait, il s’agit du mois de juin le plus chaud au niveau mondial, mais pas en Suisse. En effet, la température a été plutôt autour de la normale en Suisse (voir Figure 3). La dernière décade de juin chaude a compensé les deux premières décades de juin qui ont été plutôt fraiches et souvent pluvieuses.

  2. Fehr, 11.07.2020, 08:21

    Ce qui serait très intéressant serait une interpolation de ces données avec des mesures hydrogéologiques en Suisse, voire Européennes.

  3. Jean-Marc Rihs, 10.07.2020, 21:43

    Bonjour,

    J'aime beaucoup votre blog.

    Par contre je ne suis pas certain que le palmarès mensuel des températures soient toujours approprié. Il y a un côté classement "jeux olympiques" ou type "cas Covid-19" qui n'est peut-être pas judicieux.

    Une analyse saisonnière à mon avis suffirait.

    Rendre un problème (réchauffement ou autre) trop anxiogène souvent dessert la cause qu'elle soit réelle, justifiée...ou pas.

    Alors profitons tous de cet été au climat agréable et à la nature magnifique !

  4. Claude Guignard, 10.07.2020, 15:15

    C' est sans la moindre surprise que je prends connaissance du fait que juin 2020 se révèle à nouveau, au niveau mondial, un mois plus chaud que la " moyenne". Il en sera ainsi pour tous les mois et toutes les années tant que des mesures drastiques ne seront pas prises pour limiter très fortement l'utilisation de matières fossiles pour produire de l'énergie. Certes, on y vient mais infiniment trop lentement. Et dire qu'il existe toujours des gens qui ne voient aucun problème et nient toute nécessité d'un changement.

    1. Golliard Dominique, 18.07.2020, 08:30

      Mais des mesures ont déjà été et sont prises actuellement. Il est faux de dire que rien n'est fait ! Et, soit-dit en passant, j'espère que vous êtes bien conscient que, même si la consommation d'énergie fossile en Suisse s'arrêtait demain (arrêt total des transports thermiques, chauffage, etc...), la température moyenne ne baisserait pas d'un dizième de degré grâce à cela ! C'est bien et nécessaire d'aller dans cette direction, mais il me semble que certaines personnes croient que les mesures drastiques qui seraient prises en Suisse amélioreraient considérablement les températures en Suisse, ce qui est bien évidemment faux. Il faut le faire comme modèle pour les autres, pour montrer que cela est possible, mais sans aucune illusion si seule la Suisse le fait...