Contenu

Un mois de juin souvent arrosé

29 juin 2020, 7 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

La température mensuelle en juin 2020 a été conforme à la normale. Les deux premières décades du mois ont été fraîches et, dans de nombreux endroits, nettement plus arrosées que la norme 1981-2010. Au niveau régional, il y a eu des différences marquées dans les quantités de précipitations. En Valais, en Engadine et sur le Tessin méridional, les précipitations ont par endroits atteint plus de 160 % de la norme. La majeure partie de cette somme est tombée dans les 20 premiers jours du mois. Sur le sud-ouest de la Suisse, mais aussi sur les bords du lac de Constance, les précipitations ont de nouveau été déficitaires, après un printemps déjà trop sec. La fin du mois a été pleinement estival.

Ambiance vespérale à Zofingue AG, capturée le 17 juin 2020 après de fortes pluies vers la mi-journée. La vue est orientée vers le nord-ouest avec le Jura soleurois en arrière-plan. Photo : Elias Zubler.
Ambiance vespérale à Zofingue AG, capturée le 17 juin 2020 après de fortes pluies vers la mi-journée. La vue est orientée vers le nord-ouest avec le Jura soleurois en arrière-plan. Photo : Elias Zubler.

Température de juin conforme à la normale

Le mois de juin 2020 a atteint une température moyenne nationale de 11,8 °C, ce qui correspond exactement à la norme 1981-2010. Le record de juin de l'été caniculaire de 2003 a été 5,5° au-dessus de la normale. Juin 2019 et 2017 ont suivi avec un dépassement de la normale de l’ordre de 3,5 °C. A cet égard, le mois de juin de cette année n’est pas une particularité. Néanmoins, ce mois-ci correspond à l'évolution des dernières décennies.

De 1864 aux années 1980, la tendance à long terme des températures en juin ne montre aucune tendance à long terme vers des conditions plus chaudes ou plus fraîches. Par la suite, la température du mois de juin augmente d'environ 2 °C en quelques années. La moyenne pour la période 1991-2020 est de 12,6 °C.

Affichage aggrandi: Figure 1. La température en juin en Suisse depuis le début des mesures en 1864. La ligne bleue montre la moyenne glissante sur 20 ans. Les lignes rouges montrent les moyennes sur 30 ans 1871-1900 (préindustrielle) et 1991-2020. Le réchauffement en juin est de 2,2 °C.
Figure 1. La température en juin en Suisse depuis le début des mesures en 1864. La ligne bleue montre la moyenne glissante sur 20 ans. Les lignes rouges montrent les moyennes sur 30 ans 1871-1900 (préindustrielle) et 1991-2020. Le réchauffement en juin est de 2,2 °C.

Rebuses de juin ?

Après un début d’été météorologique chaud, le temps en Suisse a été caractérisé par des conditions principalement dépressionnaires du 4 au 20 juin. Une dépression d’altitude qui s’est déplacée, dans les deux sens, entre les îles Britanniques et le golfe de Gascogne a transporté à plusieurs reprises de l’air humide et instable vers la Suisse dans un courant de sud-ouest à nord-ouest.

En conséquence, les températures moyennes journalières jusqu'au 11 juin ont été entre 3 et 5 °C trop fraîches par rapport à la norme 1981-2010. Les périodes de froid au milieu du mois de juin sont souvent associées au terme de "Schafskälte" en Suisse alémanique ou de "rebuse" de Suisse romande. C'est à cette époque de l'année que les moutons en Suisse montent à l'alpage, souvent dans de mauvaises conditions météorologiques. Si le froid se produit au début ou à la fin du mois, on ne parle pas de "Schafskälte"  

Le mois de juin de cette année est un cas limite, car à partir du 12 juin, il y a eu une pause de plusieurs jours par rapport au temps froid. Sur le Plateau, le thermomètre a atteint 26-28 °C le 12 juin sous l'influence d'un fort courant du sud-sud-ouest, avant que les conditions ne se dégradent à nouveau à partir du 14 juin. Au Sud des Alpes, la rotation au vent du nord du 12 au 15 juin a contribué à apporter des conditions estivales. A Lugano, les journées du 14 et 15 juin ont été estivales. Entre le 16 et le 20 juin, le temps dans toute la Suisse a de nouveau été aussi frais qu'avant le milieu du mois.

Plus d’informations sur les rebuses en juin  

Un mois de juin localement très arrosé

Les deux premières décades du mois de juin de cette année ont régionalement été nettement trop arrosées. Le 4 juin, un premier front froid en provenance de l'ouest a apporté des précipitations dans toute la Suisse. Le front froid est quasiment resté stationnaire au-dessus de la Suisse, ce qui a provoqué l'accumulation de 80 mm de pluie à certains endroits du Tessin au cours de la journée.

Le 7 juin, un nouveau front froid a apporté de fortes précipitations au Nord des Alpes, en particulier le long des crêtes alpines, ainsi que dans le Nord et le Centre des Grisons. La limite des chutes de neige s’est localement abaissée en dessous de 1000 m, comme par exemple à Andeer GR, où 81 mm de précipitations ont été relevées en 24 heures. Au Sud des Alpes, des orages ont engendré des cumuls journaliers bien supérieurs à 100 mm dans certaines stations de mesures. Par exemple, il a été mesuré 138 mm de pluie à Magadino, 130 mm à Lugano. Au poste pluviométrique de Ponte Tresa, 172 mm ont été relevés. Il s’agit de la cinquième valeur journalière la plus élevée mesurée à cet endroit depuis 1901.

Affichage aggrandi: Figure 2. Précipitations journalières les plus élevées par année sur le site de mesures de Ponte Tresa au Tessin. La ligne noire indique la moyenne glissante sur 30 ans.
Figure 2. Précipitations journalières les plus élevées par année sur le site de mesures de Ponte Tresa au Tessin. La ligne noire indique la moyenne glissante sur 30 ans.

Le 10 juin, une dépression méditerranéenne sur le golfe de Gênes a provoqué de fortes précipitations dans les Alpes orientales. Entre le 4 juin et le 11 juin, les pluies ont été quotidiennes dans presque toute la Suisse.

Une nouvelle phase de précipitations persistantes a débuté le 13 juin et s'est terminée vers le 19 juin. Le 17 juin, une dépression qui s'approchait a entraîné de fortes précipitations régionales en quelques heures. La Suisse occidentale et le nord-ouest de la Suisse ont été particulièrement touchés. Dans certains cas, 30 à 40 mm de pluie sont tombés en quelques heures. Il y a même eu des inondations locales, comme par exemple à Gunten BE.

Normale des précipitations rapidement dépassée

Les nombreux épisodes de fortes pluies et les pluies persistantes ont fait que les quantités normales de précipitations pour un mois de juin ont été nettement dépassés dans de nombreux endroits après seulement 20 jours. Les excédents les plus importants jusqu'à peu avant la fin du mois ont été enregistrés dans les vallées des Alpes valaisannes, sur le Tessin central et méridional, ainsi que dans le val Müstair et le val Poschiavo. Sur l’ouest du Plateau, la norme de juin a également été nettement dépassée. Sur les bords du lac de Constance et sur le sud-ouest de la Suisse, les quantités de précipitations sont restées légèrement inférieures à la normale.

Affichage aggrandi: Figure 3. Ecart (en %) à la norme 1981-2010 des précipitations du 1er au 28 juin 2020.
Figure 3. Ecart (en %) à la norme 1981-2010 des précipitations du 1er au 28 juin 2020.

Dernière décade anticyclonique

Le 21 juin, des conditions anticycloniques se sont installées. Avec la fin de la bise, c'est à partir du 23 juin que le temps en Suisse est devenu pleinement estival, avec des températures maximales proches, voire supérieures à 30°C des deux côtés des Alpes. Le 22 juin, une première journée tropicale a été comptabilisée sur les régions de plaine du Tessin. A Magadino et à Locarno-Monti, le thermomètre a atteint 31,3 °C. Les 28 et 29 juin, un courant de sud-ouest a apporté de fortes précipitations au Nord des Alpes et en Valais.

Les températures resteront estivales jusqu'à la fin du mois. Cela explique aussi pourquoi, malgré la longue période de mauvais temps, la température du mois de juin sera finalement très proche de la norme 1981-2010.

Floraison des tilleuls à grandes feuilles

Le milieu de l'été phénologique commence avec la floraison du tilleul à grandes feuilles. Au Tessin, la floraison du tilleul à grandes feuilles a été observée dès la mi-mai, tandis qu’au Nord des Alpes, elle a débuté dès la fin mai, puis principalement en juin. Par rapport à la moyenne des 30 dernières années (1981-2010), la floraison du tilleul à grandes feuilles avait une avance de 11 jours. Le tilleul à petites feuilles fleurit, en dessous de 600 m, en moyenne 9 jours après le tilleul à grandes feuilles. Selon les premiers rapports reçus au début du mois de juin, la floraison du tilleul à petites feuilles a été observée de plus en plus souvent à partir de la mi-juin, soit 9 jours plus tôt que la moyenne de la période de comparaison. La floraison de la vigne a eu lieu 13 jours plus tôt que la moyenne et a été observée à partir de la mi-mai dans les zones les plus chaudes, et dans les autres stations principalement au cours de la première semaine de juin.

Le sureau noir a fleuri en juin à des altitudes supérieures à 800 m. L'avance sur la moyenne de la période de comparaison a été réduite de 18 jours en mai à 14 jours. Les épicéas ont déployé leurs aiguilles dans la première moitié du mois de juin à une altitude supérieure à 1560 m, conformément à la date moyenne. Dans les montagnes au-dessus de 1000 m, les herbes ont été en fleurs. La floraison du dactyle aggloméré est observée depuis 1996 dans le réseau phénologique. Dans le cas du dactyle aggloméré également, l'avance de la floraison en juin s’est réduite à quelques jours.

Affichage aggrandi: Figure 4. Là où se trouvent encore des prairies naturelles sur le Plateau, le chardonneret élégant trouve maintenant de nombreuses graines à manger, par exemple celles de la fleur de la centaurée jacée. Photo : Regula Gehrig.
Figure 4. Là où se trouvent encore des prairies naturelles sur le Plateau, le chardonneret élégant trouve maintenant de nombreuses graines à manger, par exemple celles de la fleur de la centaurée jacée. Photo : Regula Gehrig.

Le bulletin définitif de juin 2020 sera disponible à partir du 10 juillet 2020 dans la rubrique rapports climatiques.

Commentaires (7)

  1. Casper, 02.07.2020, 11:04

    Quand on est au dessus des moyennes on mets cela sur le dos du changement climatique et quand on est en dessous on ne se remet pas en cause! Drôle de logique ou la météo du mois sert de d’explicitation pour le climat alors que le climat est une notion qui doit s’observer sur plusieurs siècles pour avoir un sens et non sur 10 ou 20 ans.

    1. MétéoSuisse, 03.07.2020, 13:15

      Quand nous faisons le lien entre des températures mensuelles supérieures à la norme et le réchauffement climatique, nous regardons toujours l'évolution sur une plus longue période. Le réchauffement climatique ne s'observe effectivement pas sur un seul mois, mais sur une période plus longue. La fréquence de mois supérieures à la norme est également un signe du réchauffement.

  2. Claude Guignard, 30.06.2020, 11:47

    Curieux mois de juin qui, globalement, ne laissera pas forcément un bon souvenir. Les périodes de temps incertain et hors de saison en raison de la persistance de gouttes froides ont été trop nombreuses. Ce n'est que grâce à un revirement de temps en fin de mois qu'il va finalement se terminer dans les normes. Du côté des précipitations j'ai tout de même relevé chez moi à Vandoeuvres/Genève 130 mm ce qui ne signifie pas grand-.chose en raison du caractère orageux souvent observé.

    1. MétéoSuisse, 01.07.2020, 15:01

      En juin, il est tombé 92 mm à Genève-Cointrin (100 % de la norme 1981-2010), 114 mm à Genève / Aïre (134 % de la norme) et 136 mm à Jussy (140 % de la norme). Avec les orages, les différences peuvent être importantes, même dans un petit canton !

  3. sylvia, 30.06.2020, 11:46

    Bonjour
    Je viens de voir sur l'aplication que des orages forts (degree 3) sont prèvus pour demain.
    Est il juste?

    1. MétéoSuisse, 01.07.2020, 01:49

      Oui des orages localement violents pourraient se produire mercredi en fin de journée.

  4. gamelle au maillon faible, 29.06.2020, 15:10

    Oui pendents deux semaines il a plus chaque jour et météosuisse au bout de ces 15 jours , un journde soleil puis blog ( quand va t'il pleuvoir ? ) j'en pouvais plus de rire, et je vous avoue, je n'en reviens toujours pas, vraiment pas, c est quelque chose que je ne peux pas comprendre encore maintenant, surtout avec les trois mois qui ont été bien long, imaginez en france trois mois a la maison... puis vous lisez quand vas t il pleuvoir ? Je trouve pas ca très classe , c est mon avis, sinon tous les blogs sont très interessant encore merci