Contenu

Réchauffement 1864-2099

24 novembre 2020, 42 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Comme déjà présenté récemment dans divers blogs, le réchauffement de la Suisse se poursuit. Nous présentons dans ce blog une animation illustrant la hausse de température observée sur le Plateau suisse ainsi que les scénarios pour le futur jusqu’en 2099. Le constat est clair, des mesures de protection du climat pourraient freiner le changement climatique.

L’animation ci-dessous montre le réchauffement sur le Plateau suisse pour chaque mois de l’année en °C. Les barres montrent les anomalies de température moyennes observées sur une période de 30 ans par rapport à la moyenne préindustrielle (1871-1900). L’année indiquée est la dernière de chaque période (par exemple, 2019 = moyenne 1990 à 2019). Les barres rouges indiquent un réchauffement et les barres bleues un refroidissement. Pour les futur, les données des scénarios climatiques (CH2018) sont utilisées. Le réchauffement moyen est indiqué par une ligne en gras avec une bande de couleur montrant l’incertitude (plage des valeurs possibles). Les simulations avec des mesures de protection du climat sont en bleu et les simulations sans protection du climat en rouge. La température en dessous de l’année avec une ligne traitillée correspond à l’anomalie annuelle moyenne.

Hausse de 2 °C de la température depuis le début des mesures

Le début de l’animation montre l’évolution passée de la température sur le Plateau depuis le début des mesures en 1864. Au début, les anomalies par rapport à la moyenne préindustrielle (1871-1900) sont petites, parfois positives et parfois négatives. À partir de la fin des années 1940, tous les mois commencent à montrer un faible réchauffement (figure 1a). Jusqu’au début des années 1980, les mois d’été en particulier (juin, juillet, août) montrent un petit refroidissement. Les autres mois sont toujours significativement plus chauds que la période préindustrielle (figure 1b). À partir de là, une période de fort réchauffement débute. Jusqu’à aujourd’hui, presque toutes les températures moyennes mensuelles sont montées significativment, entre 1 °C en septembre et jusqu’à 3 °C en janvier et 2 °C en moyenne annuelle (figure 1c).

Le réchauffement se poursuit

Les scénarios climatiques suisses CH2018 fournissent un aperçu de la température en Suisse dans le futur. Pour cela, de nombreuses simulations de modèles climatiques ont été calculées pour différentes évolutions possibles des émissions globales des gaz à effet de serre. La deuxième partie de l’animation montre l’évolution future de la température pour deux scénarios, en bleu avec des mesures de protection du climat et en rouge sans ces mesures. Il n’y a que peu de différence entre ces deux scénarios pour un futur proche (2030, figure 1d). Les différences augmentent ensuite de plus en plus avec le temps.

Des mesures de protection du climat efficaces

Les modèles montrent un réchauffement de 2,7 °C en 2060 avec des mesures de l’imitation des émissions de gaz à effet de serre (protection du climat), sans ces mesures, la hausse de température pourrait atteindre 3,4 °C (figure 1e). Les différences deviendraient marquées d’ici la fin du 21e siècle (figure 1f). Le hausse de température par rapport à la période préindustrielle serait en moyenne de 5,6 °C en 2099 sans mesures de protection du climat. Cela correspond au double des 2,7 °C avec des mesures de protection du climat. Sans ces mesures, des différences apparaissent dans le réchauffement selon les saisons. Il est également important de parler des incertitudes. Par exemple, le réchauffement en août sans mesures de protection du climat pourrait se situer entre 5 et 9 °C d’ici la fin du siècle. Avec des mesures de protection du climat, l’incertitude est moins marquée avec une hausse température entre 2,5 et 3 °C.

Affichage aggrandi: Figure 1. Réchauffement du Plateau suisse pour différentes périodes. Passé : a) 1950 (moyenne 1921-1950), b) 1982 (moyenne 1953-1982). Aujourd’hui : c) 2019 (moyenne 1990-2019). Futur : d) 2030 (moyenne 2001-2030), e) 2060 (moyenne 2031-2060), f) 2099 (moyenne 2070-2099).
Figure 1. Réchauffement du Plateau suisse pour différentes périodes. Passé : a) 1950 (moyenne 1921-1950), b) 1982 (moyenne 1953-1982). Aujourd’hui : c) 2019 (moyenne 1990-2019). Futur : d) 2030 (moyenne 2001-2030), e) 2060 (moyenne 2031-2060), f) 2099 (moyenne 2070-2099).

Commentaires (42)

  1. Etatdurgence.ch, 29.12.2020, 18:55

    Le temps n'est hélas plus aux tergiversations, nous devons immédiatement prendre toutes les mesures nécessaires pour diminuer drastiquement notre consommation d'énergie fossile. D'autres informations sur http://www.etatdurgence.ch/faq

  2. Fabien, 03.12.2020, 09:35

    Bonjour,
    Nous savons que les modèles météorologiques par nature déterministes chaotiques et ne peuvent prédire avec précision le temps au delà de quelques jours.

    Pourquoi est-ce que les Global Climate Models (GCM), autrement plus complexes puisqu'ils modélisent le système terre en liant les modèles atmosphériques avec l'hydrosphère, la géosphère et la biosphère seraient capable de délivrer des valeurs d'augmentation de température précises sur 80 ans ?
    Non seulement, on ajoute des modèles qui sont chaotiques par nature (circulation atmophérique et circulation océanique) et l'on ignore encore l'effet réel de nombreux paramètres sur le réchauffement, comme la sensibilité climatique et l'effet des boucles de rétroactions négatives du cycle du carbone comme le cycle carbonate-silicate.
    Merci beaucoup pour votre réponse,
    Fabien

    1. MétéoSuisse, 09.12.2020, 16:05

      Bonjour, tout dépend de ce que l’on cherche à savoir, le but des prévisions météorologiques à court terme et des prévisions climatiques n’est pas le même. Par exemple, pour le lendemain on cherche à savoir à quelle heure les précipitations vont débuter, quelles quantités de pluie vont tomber et quelle sera la température à une certaine heure. Pour la semaine suivante, on peut prévoir le passage d’un front sans savoir à quel moment exactement il va traverser le pays et quelles seront les quantités de précipitations. Pour les mois suivants, on peut prévoir la circulation moyenne à l’échelle d’un continent et prévoir l’impact sur la température moyenne. Pour les prévisions jusqu’à la fin du siècle, on ne s’intéresse pas aux détails de la circulation atmosphérique et les conséquences sur une région donnée. Des températures moyennes sur plusieurs années sont calculées à partir de plusieurs modèles climatiques. Les données publiées par le GIEC sont par exemple le résultat de simulations d’une quinzaine de modèles différents. De plus, ce sont toujours des valeurs moyennes qui sont données avec une plage de valeurs possibles. La circulation atmosphérique moyenne globale étant bien comprise, son caractère chaotique n’a que peu d’impact sur des projections moyennes à long terme, mais a une forte influence sur la prévision du temps à court terme

      On a également aujourd’hui un certain recul, par exemple la température moyenne globale suit pour le moment les prévisions faites par les modèles il y a quelques décennies (des modèles moins performants que ceux utilisés actuellement).

      Certains effets du réchauffement ne sont effectivement pas encore très bien compris, comme par exemple l’impact sur la nébulosité. Des études sont cependant menées pour paramétrer aux mieux les modèles. Pour ce qui est du cycle carbonate-silicate, c’est un cycle qui se déroule sur des centaines de milliers voire des millions d’années. Ce cycle n’aura donc que très peu d’influence sur l’évolution de la température moyenne au cours des prochaines décennies et siècles.

  3. SH, 30.11.2020, 08:23

    Ce qui est amusant c'est que les 'scientifiques' peuvent nous dire avec certitude qui il y aura une rechauffement en 50 ans mais pas s'il va neiger cette hiver ou s'il va pleuvoir en deux semaines..

    Ils trouvent ce qu'ils cherchent

    1. MétéoSuisse, 02.12.2020, 09:52

      C’est le paradoxe entre la météo et le climat. Début janvier 2020, il était possible d’affirmer que la Terre connaîtra une des années les plus chaudes en 2020 au niveau mondial. En revanche, le 25 novembre, il était encore difficile de prévoir s’il allait neiger jusqu’en plaine en Suisse le 1er décembre ! Le système climatique est nettement plus stable, notamment au niveau mondial que les systèmes météorologiques.

    2. alphawave, 13.12.2020, 18:39

      Vous confondez évènement et tendance. D'un point de vue statistique, il est aisé de dégager une tendance mais difficile de dire si l'évènement va se produire.

      Faisons le parallèle avec un dé à 6 faces non truqué. Quand vous le lancez, comment prévoir la face qui va sortir ? Par contre, si vous faîtes 6'000 lancés, vous dégagerez comme tendance que chaque face sort avec environ 1 chance sur 6.

      Cela vous fait-il avancer dans votre compréhension de la démarche scientifique ?

  4. Jean-Marc Rihs, 30.11.2020, 07:17

    Bonjour, comme il semble que selon les experts une température moyenne plus élevée soit négative pour notre civilisation. Quel est donc la température moyenne optimale ? Pourquoi ?
    Personnellement, le fait que l'on puisse croire que l'on peut régler la température de notre planète un peu comme un thermostat, me dérange au niveau du raisonnement.

    1. MétéoSuisse, 02.12.2020, 14:29

      Bonjour, il n'y a pas de température moyenne globale idéale. Les problème vient du fait que les conditions climatiques changent de manière différente pour chaque région avec des conséquences sur les populations, l'environnement, l'économie, l'agriculture, etc. Soit nous allons faire face à ces changements et nous allons devoir nous adapter (ce qui peut avoir un coup économique important), soit nous réduisons les émissions de gaz à effet de serre pour limiter les conséquences d'une hausse de la température globale. Il est possible que le résultat se situe entre les deux, c'est-à-dire que nous allons nous adapter à ces changements tout en réduisant en partie les émissions de CO2.

  5. Colin, 29.11.2020, 01:03

    Bonsoir,
    Un grand merci pour vos articles toujours passionnants et pour la pédagogie argumentée que vous déployez inlassablement face aux septiques et aux injures qui leur servent d'argument.

  6. Casper, 28.11.2020, 18:56

    Bonjour, le CO2 d’origine humaine est mis en avant, or malgré la réduction des activités humaines à cause de la Covid-19 on a mesuré une augmentation importante du CO2. Donc est-il vraiment d’origine humaine ou de source naturelle ?
    Autre question, quelle est la contribution de la Suisse au CO2 mondial ? Quelle serait l’impact sur la hausse des températures si elle était nulle du jour au lendemain ?
    Merci par avance

    1. MétéoSuisse, 02.12.2020, 14:17

      Bonjour, suite à la diminution des activités économiques, les émissions de CO2 ont baissé par rapport aux années précédentes, mais elles ne sont pas devenues négatives. La concentration totale de CO2 dans l'atmosphère a donc continué d'augmenter, mais simplement moins rapidement que les dernières années.

      Les émissions de CO2 de la Suisse représentent 0,36 % des émissions globales. Cela inclut les émissions causées à l'étranger par la consommation suisse, par exemple les émissions générées par la fabrication et le transport d'un produit acheté en Suisse mais fabriqué en Chine. La population suisse représente environ 0,12 % de la population mondiale. Les émissions par habitant sont donc relativement élevées ; 11,3 tonnes de CO2 par année par habitant. (18,1 pour les États-Unis, 6,9 pour la France, 5,7 pour la Chine).

      Si les émissions de gaz à effet de serre mondiales s'arrêtaient du jour au lendemain, le réchauffement global se poursuivrait jusque dans les années 2030 avant que la température se stabilise.

  7. alphawave, 28.11.2020, 07:29

    Je suis quand même sidéré par certains commentaires qui transpirent le déni, déni de comprendre/reconnaître que 8 milliards d'humains brûlant chacun plusieurs litres de pétrole/kg de charbon par jour pendant des décennies ne peut être sans conséquence.

    La plupart des humains n'ont pas la maturité pour raisonner "planète" et "long terme" car des millions d'années d'évolution ont formaté notre cerveau avec comme seul objectif survivre à la journée qui s'annonce. Mais quand même ! Avons-nous encore le droit en 2021 de se comporter et raisonner comme des animaux malgré le formidable outil dont la nature nous a doté, un cerveau ?

  8. Bleu, 27.11.2020, 19:09

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour votre très intéressant article bien que les perspectives ne soient pas des plus réjouissants.

    A la lecture de certains commentaires relatifs à votre article, force est de constater que l'urgence de la situation n'est pas encore bien saisie pas toutes et tous.

    Outre le combat à mener contre le réchauffement il faudra aussi mener celui contre l'ignorance et c'est également contre celui-ci que l'aspect pédagogique de votre travail trouve toute son importance.

    Continuez comme ça!

    Au plaisir de vous lire.

  9. paolo, 27.11.2020, 16:22

    Je vous cite "L'influence d'autres facteurs comme le Soleil est marginale." Vous êtes une honte pour la science.

    1. MétéoSuisse, 27.11.2020, 16:54

      Bonjour, nous parlons là de la période actuelle, c'est-à-dire de la fin du 19e siècle à la fin du 21e siècle. Si vous voulez plus d'explications scientifiques, vous pouvez vous référer au chapitre 8.4.1 (page 688) du rapport du GIEC ("Climate Change 2013, The Physical Science Basis"). Pour ce qui est du passé, les variations de températures observées ne peuvent pas être attribuées à l’activité solaire uniquement. De nombreuses études ont cherché à estimer l’impact de l’activité solaire sur le climat (notamment lors du Moyen Âge et du petit âge glaciaire), malgré l’incertitude et les différences dans les reconstructions de l’activité solaire (Delaygue and Bard, 2011, Muscheler et al., 2007, Steinhilber at al., 2009, Shapiro et al., 2011, Vieira et al., 2011, Wang et al., 2005). Les variations de l’activité solaire peuvent expliquer en partie les changements survenus entre le Moyen Âge et le petit âge glaciaire (Ammann et al., 2007, Andres and Peltier, 2016, Goosse et al., 2012), mais l’impact direct sur la température reste relativement limité. La combinaison de changements dans la circulation atmosphérique (oscillation nord atlantique, oscillation arctique), dans les courants marins (Gulf Stream, courant Kuroshio) et également dans l’hémisphère sud (la Nina) peuvent par contre expliquer certaines variations de températures (Mann et al., 2009, Trouet et al, 2009).

      Ahmed M et al. 2013. Continental-scale temperature variability during the past two millennia. Nature Geoscience 6, 339–346.

      Amman, C. M., Joos, F., Schimel, D. S., Otto-Bliesner B. L., and Tomas, R. A.: Solar influence on climate during the past millennium: Results from transient simulations with the NCAR Climate System Model, PNAS, 104, 3713-3718, 2007.

      Andres, H. J., and Peltier, W. R.: Regional Influences of Natural External Forcings on the Transition from the Medieval Climate Anomaly to the Little Ice Age, Journal of Climate, 29, 5779-5800, 2016.

      Delaygue, G. and Bard, E.: An Antarctic view of Beryllium-10 and solar activity for the past millennium, Clim. Dynam., 36, 2201–2218, 2001.

      Goose, H., Crespin, E., Dubinkina, S., Loutre M. F., Mann, M. E., Renssen, H., Sallaz-Damaz, Y., Schindell, D.: The role of forcing and internal dynamics in explaining the ‘‘Medieval Climate Anomaly’’, Clim Dyn, 39, 2847-2866, 2012.

      Mann, M. E., Zhang, Z., Rutherford, S., Bradley, R. S., Hughes, M. K., Shindell, D., Amman, C., Faluvegi, G., ans Ni, F.: Global Signatures and Dynamical Origins of the Little Ice Age and Medieval Climate Anomaly, Science, 326, 1256-1260, 2009.

      Muscheler, R., Joos, F., Beer, J., Müller, S., Vonmoos, M., and Snowball, I.: Solar activity during the last 1000 yr inferred from radionuclide records, Quat. Sci. Revs., 26, 82–97, 2007.

      Shapiro, A. I., Schmutz, W., Rozanov, E., Schoell, M., Haberreiter, M., Shapiro, A. V., and Nyeki, S.: A new approach to the long-term reconstruction of the solar irradiance leads to large historical solar forcing, Astron. Astrophys., 529, A67, 2011.

      Steinhilber, F., Beer, J., and Fröhlich, C.: Total solar irradiance during the Holocene, Geophys. Res. Lett., 36, L19704, 2009.

      Trouet, V., Esper, J., Graham, N. E., Baker, A., Scourse J. D., and Frank, D. C.: Persistent Positive North Atlantic Oscillation Mode Dominated the Medieval Climate Anomaly, Science, 324, 78-80, 2009.

      Vieira, L. E. A., Solanki, S. K., Krivova, N. A., and Usoskin, I.: Evolution of the solar irradiance during the Holocene, Astron. Astroph., 531, A6, 2011.

      Wang, Y., Cheng, H., Edwards, R. L., He, Y., Kong, X., An, Z., Wu, J., Kelly, M. J., Dykoski, C. A., and Li, X.: The Holocene Asian Monsoon: Links to Solar Changes and North Atlantic Climate, Science, 308, 854–857, 2005.

    2. Sébastien Huguelet, 28.11.2020, 09:51

      Bonjour. On ne vous demande pas d'accepter, ni de comprendre ou de tout savoir (chacun son "job"), mais ayez au moins un peu de respect !

    3. Michel Pernet, 29.11.2020, 00:34

      Quelques arguments plus scientifiques que des invectives seraient les bienvenus et surtout plus crédibles...

  10. André, 25.11.2020, 21:29

    Les statistiques de l'évolution du climat se basent sur des données collectées par le biais des relevés humains et par les prélèvements effectués dans les calottes glacières.

    On ne peut nier que le climat se réchauffe.

    Cependant les instances politiques mondiales ont lié ce réchauffement à l'activité industrielle. Le fait de le marteler à tous vent, ce réchauffement devient presque une pensée unique à laquelle tous devraient y adhérer.

    Est-ce le Co2 qui réchauffe la Terre ?

    Ou bien est-ce la Terre qui se réchauffe par d'autres causes (soleil, orbite, etc...) dégageant ainsi davantage de Co2 (notamment par les océans) ?

    1. MétéoSuisse, 26.11.2020, 17:11

      Bonjour, ce ne sont pas les instances politiques qui ont lié le réchauffement à l'activité industrielle, mais d'abord les instances scientifiques. Les grands changements climatiques qu'il y a eu par le passé, notamment induits par des variations de l'orbite de la Terre, ont d'abord fait augmenter la température avant les concentrations de CO2. Ces variations d'orbite ont augmenté le rayonnement solaire arrivant sur Terre ce qui a eu comme conséquence d'accroître la température de l'air et des océans. Cette hausse de la température de l'eau a ensuite libéré du CO2 dans l'atmosphère (car l'eau chaude peut contenir moins de CO2 que l'eau froide). La hausse des concentrations de CO2 dans l'atmosphère a ensuite accentuer le réchauffement.

      Aujourd'hui, la première cause du réchauffement sont les gaz à effet de serre émis par les activités humaines. L'influence d'autres facteurs comme le Soleil est marginale.

  11. Tiphaine Peppicelli, 25.11.2020, 12:50

    Bonjour, je suis avec intérêt votre blog particulièrement intéressant. Pourriez vous publier les données de copernicus au niveau mondial pour le mois d'octobre ? Je ne parviens pas à les trouver sur internet. Merci beaucoup et meilleures salutations

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 17:22

      Bonjour, voici les liens sur notre article à ce sujet : https://bit.ly/3m7uJdg et sur le site Copernicus : https://bit.ly/2V3ULlM (vous devez passer par notre site internet pour ouvrir les liens, ce n'est pas possible depuis l'application).

  12. Peter Colberg, 25.11.2020, 08:40

    Et le cycle Milankovitch actuel dans tout ça?

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 17:16

      Bonjour, les cycles de Milankovitch influencent les climat sur des dizaines ou des centaines de milliers d'années. Ces cycles n'ont qu'un impact très limité sur une période de 100 ans.

  13. Marc-Antoine Rochat, 25.11.2020, 06:50

    Merci de confirmer ce que l'on sais/sent depuis longtemps... qu'on fait / que font / que von faire les politiques ...

    Je fais ma part du colibri mais me sens impuissant devant un tel constat... Il faudra beaucoup plus de volonté et d'engagement afin de preserver notre planète!

  14. Claude Guignard, 25.11.2020, 00:33

    Vous relevez l'effet important de mesures visant à réduire le réchauffement climatique. Le problème c'est que si ces mesures existent en effet théoriquement il faut encore les prendre. Et là, entre les climastosceptiques et les difficultés prévisibles à convaincre les gens à consentir aux sacrifices qu'elles impliqueront, il ne reste qu'une toute petite marge qui risque bien de ne pas permettre de mettre en place en temps utile quoi que ce soit d'efficace. Il faut donc d'ores et déjà envisager l'évolution la plus pessimiste, donc la plus forte hausse de température.

  15. Mohammed, 24.11.2020, 23:22

    Super intéressant, merci !
    Comment peut-on interpréter une hausse moyenne de 5° pour la plaine ? Les stations autour du Léman sont les plus chaudes au nord des alpes avec 21-23° de moyenne en juillet ces dernières années, peut-on imaginer ces valeurs atteindre de 25° avec d'innombrables nuits tropicales et un lac totalement surchauffé ?

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 17:14

      Bonjour, une température 5° plus élevée que la moyenne préindustrielle en été correspond approximativement à l'été 2003. Cela veut dire qu'un été normal ressemblerait à l'été 2003 et la température moyenne d'un été chaud serait en moyenne encore 2 à 3° plus élevée. En 2003, il y avait eu entre 30 et 50 jours avec une température supérieure à 30° en plaine.

  16. Mouquin Yves, 24.11.2020, 23:00

    Animation graphique très intéressante. Février-mars 2012 qui ont été particulièrement froids apparaissent cependant positifs, contrairement à février 1956 ? Et pour le mois dernier? Selon votre propre blog, octobre 2020 a été frais, mais cela n’est pas retranscrit sur la courbe ci-dessus. Qu’en est-il?

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 08:31

      Bonjour, les barres bleues et rouges indiquent toujours une anomalie moyenne sur 30 ans. Cela veut dire que par exemple février 2012 correspond à la moyenne des mois de février 1983 à 2012.

    2. Pascal_fr_39, 25.11.2020, 18:18

      Bonjour,
      Vous affirmez que février et mars 2012 avaient été froids, or si ce fut bel et bien le cas pour février avec 5° au-dessous de la normale 1981/2010 pour les plateaux du Jura côté France en ce qui concerne ma région, le mois de mars qui a suivi apporta l'exact contraire, 3° au-dessus de la normale, et parmi les plus doux avec 2017, 2003 et 1994.

  17. Julien, 24.11.2020, 21:48

    Très très bien fait. Question: « avec protection du climat » ça veux dire quoi exactement ? Suivre les accords de Paris ou plus ?
    Bonjour du Quebec ou nous avons le même problème que vous.

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 13:27

      Bonjour, cela correspond au scénario d'émission RCP2.6, c'est-à-dire une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre à un niveau proche de zéro d'ici 20 ans. Cela permettrait d'atteindre l'objectif de Paris et de limiter la hausse de la température globale à 2° par rapport à l’ère préindustrielle.

    2. Laurent, 26.11.2020, 12:09

      Quel gouvernement aura le courage d'interdire l'importation et l'usage de carbone d'origine fossile ?

  18. Davide, 24.11.2020, 20:35

    Et si ce réchauffement était du seulement à la chaleur dégagée par l'ensemble des véhicules et des infrastructures, plutôt que pour l'effet serre du à la CO2?

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 13:21

      Bonjour, la chaleur émise par les infrastructures et les véhicules peut avoir une influence à une échelle très locale, mais cela fait longtemps que des études ont démontré le lien entre les gaz à effet de serre et la température moyenne globale.

  19. Ralph, 24.11.2020, 20:10

    Bonjour, merci pour cet article!

    Il y a une erreur dans le paragraphe "le réchauffement se poursuit". Vous dites que dans les projections, la courbe rouge est avec protection du climat et en bleu sans. J'imagine que c'est l'inverse! 😉

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 08:26

      Bonjour, merci pour votre remarque. Nous avons corrigé l'erreur.

  20. mais bien sur, 24.11.2020, 18:59

    Bonjour, mais bien sur qu'il existe des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique, mais faut il encore que les humains s'en servent ? Quand on pense que le réchauffement climatique est entièrement causé par la race humaine, cette dernière devrait en prendre de la graine et ne plus râler contre les mesures ni nier ce réchauffement climatique, car chers habitants terrestre, vous en êtes entièrement responsable et vous devez absolument entendre ça, évitez de pleurez sur vous même en entendant une catastrophe, et pour en éviter les prochaines, faites ceci : ara, soit, arrêter , réfléchir, agir , si vous faites l'inverse = droit dans le mur. Maintenant je vous ai tout dit, à vous d'agir,

  21. Jean-Mi, 24.11.2020, 18:44

    Bonjour, pratiquement tous les jours, vous nous parlez du réchauffement climatique, ok je vous crois, mais vous qui êtes scientifique, soyez honnête, l’accord de Paris sur le climat est du bla bla politique, puisque les pays les plus pollueurs n’ont pas de contraintes jusqu’en 2030 ( Chine , Inde, etc..) et les occidentaux peuvent acheter des droits de CO2, quand à la prévision de 2099 ,jamais vous ne parlez de la croissance démographique, combien d’humains en 2099 ,es-que la croissance va continuer de 90:millions par année? ou es-que la population va drastiquement baisser d’ici la fin du siècle, où es-que la question est taboue, merci quand même pour votre travail , c’est toujours intéressant de lire vos articles

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 12:23

      Bonjour, le scénario "avec protection du climat" (RCP2.6) est basé sur une estimation d'une population globale d'un peu moins de 9 milliards de personnes à la fin du siècle. Le scénario "sans protection du climat" (RCP8.5) est basé sur une estimation d'une population de 12 milliards de personnes à la fin du siècle. Des pays comme l'Inde et la Chine, ils sont déjà confrontés à de problèmes de pollution dans les grandes villes qui les poussent à prendre des mesures pour réduire les concentrations de particules fines, qui indirectement ferraient baisser les émissions de gaz à effet de serre. L'Inde a par exemple prévu de se passer des centrales électriques à charbon d'ici 2050. Il y a sûrement des raisons de penser que c'est réaliste ou pas, mais ce n'est pas notre travail à MétéoSuisse de juger ce que font les autres pays.

    2. Caponette, 01.12.2020, 10:37

      C’est très bien tout ces commentaires preuve que quelques homo sapiens s’intéressent à l’état de santé de notre planète. Mais j’aimerais vous faire part d’une curiosité lors d’une émission très intéressante sur ce sujet. En effet apparemment d’après un scientifique très réputé il serait faux de croire que l’augmentation de la température est due à l’augmentation des gaz à effet de serre suite aux activités de l'homme qui provoque une hausse de la température des surfaces jusqu'à trouver un nouvel équilibre...etc etc .apparement,C'est la cause principale du réchauffement climatique observé ces dernières décennies.Mais revenons à cet interview très intéressant de ce scientifique. D’après lui notre planète fait un cycle tout les 8 à 12000 ans , on a retrouvé des fossiles de passage de bétail en Montagne datant de 8000 ans et qui maintenant sont entièrement recouvert de glace. Alors la question est; que faisait ce bétail perché dans cette montagne qui maintenant est sous la glace? Merci et une bonne journée à vous tous.

    3. MétéoSuisse, 02.12.2020, 14:47

      Bonjour, vous parlez là d'échelles de temps et de causes qui ne sont pas comparables avec le réchauffement actuel. La période douce il y a environ 8000 ans concerne principalement l'hémisphère nord et est le résultat de variations dans l'orbite de la Terre autour du Soleil.