Contenu

Une allergie au pollen au cœur de l’hiver?

27 janvier 2020, 9 Commentaire(s)

En plein mois de janvier, on parle plus souvent de grippe que de pollen. Et pourtant, les allergies ne sont pas rares au cœur de l’hiver. Dans ce blog, nous vous disons tout (ou presque) sur la saison pollinique hivernale. Répondez à notre questionnaire en ligne sur les informations polliniques (en bas de page) et contribuer au développement de notre information pollinique

Chatons de noisetier
Chatons de noisetier

En plein mois de janvier, on parle plus souvent de grippe que de pollen. Et pourtant, les allergies au pollen ne sont pas rares au cœur de l’hiver, même en Suisse. Des plantes de la famille des bétulacées en sont responsables : le noisetier et les aunes. Plus tard dans la saison, d’autres arbres de cette famille comme le bouleau et le charme seront responsables des principales allergies printanières. De 5 à 15 % de la population est sensible au pollen des bétulacées.

La météo influence la floraison

Une série de jours avec un temps plus clément au cœur de l’hiver permet aux premiers noisetiers de fleurir et de libérer leur pollen dans l’air. Ces dernières années, c’est de plus en plus souvent arrivé au cours du mois de janvier, alors qu’auparavant cela arrivait plutôt en février. Comme les conditions météorologiques varient beaucoup d’une année à l’autre, les premiers pollens peuvent se trouver dans l’air fin décembre déjà, mais il arrive aussi que la saison ne commence que fin février. Si un temps froid persiste, les chatons des noisetiers et des aunes restent fermés. Mais dès que les températures remontent au-dessus d’environ 5° C et que le soleil pointe, les chatons s’allongent, grossissent, et en quelques jours du pollen peut se trouver dans l’air.

Peu de temps après les noisetiers, c’est au tour des aunes indigènes de commencer leur floraison. Cependant, dès les derniers jours de décembre, les aunes pourpres libèrent déjà de grandes quantités de pollen. Il s’agit d’hybrides qu’on ne trouve pas dans la nature, mais qui résistent bien aux conditions urbaines et que l’on trouve parfois plantés dans les villes de notre pays.  

Prévoir l’arrivée des premiers pollens

Des modèles basés sur le cumul des températures permettent de prévoir le début de la floraison des différentes espèces. Ces modèles utilisent les mesures, les prévisions détaillées à court terme et, pour le futur plus lointain, les valeurs climatologiques. Il est ainsi possible d’estimer le moment du début de la floraison plusieurs semaines à l’avance. Les prévisions sont recalculées chaque jour, ce qui fait qu’elles deviennent plus précises à mesure que l’on s’approche de la libération des premiers pollens. Elles sont disponibles sur le site pollenetallergie.ch.

La situation de ce début d’année

Cette année, le temps des allergies est revenu à Noël, avec le début de la floraison du noisetier au Tessin. Dès le 1er janvier, les concentrations de pollen de noisetier dans l’air atteignaient déjà des valeurs fortes à très fortes. Au Nord des Alpes aussi, les premiers grains de pollen de noisetier étaient mesurés dans l’air au cours des derniers jours de décembre. Les concentrations ont augmenté et atteint des valeurs moyennes à partir du 9 janvier, une journée très douce avec des températures entre 8 et 12° C. La plupart des personnes allergiques à ce pollen ont alors ressenti les premiers symptômes. Les causes de ce démarrage précoce de la saison du pollen de noisetier résident dans un mois de décembre qui a été le troisième le plus chaud depuis le début des mesures de températures et un début d’année doux.

Les aunes pourpres ont également commencé de fleurir très tôt cet hiver. A Buchs par exemple, on a déjà mesuré des concentrations élevées de leur pollen les 18 et 19 décembre. Même si leur floraison a souvent débuté à Noël les années précédentes, une augmentation si précoce des concentrations de pollen en décembre est très inhabituelle. Comme les aunes pourpres ne sont pas présents à l’état naturel, leur pollen n’est sensible que dans les environs des individus plantés dans les villes.

Des mesures plus précises à l’avenir

Le développement par MétéoSuisse d’un réseau de mesure du pollen en temps réel, dont les premières stations seront prêtes pour la saison 2021, permettra un suivi optimal du risque d’allergie pendant toute la saison. Avec la méthode de mesure manuelle utilisée actuellement (https://www.meteosuisse.admin.ch/home/systemes-de-mesure-et-de-prevision/stations-au-sol/reseau-de-mesure-du-pollen.html), les données sont disponibles chaque mercredi.

Donnez-nous votre avis

L’Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse gère le réseau national de mesure du pollen. Ce réseau va être automatisé au cours des quatre prochaines années : les concentrations de pollen dans l’air seront ainsi disponibles en temps réel. Afin de mieux connaître leurs besoins et que les personnes allergiques bénéficient pleinement des améliorations possibles, MétéoSuisse organise un sondage en collaboration avec ses partenaires aha! Centre d’Allergie Suisse et la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse (FHNW).

Contribuez au développement des informations polliniques. Lien pour accéder au sondage [https://befragung.hsa.fhnw.ch/uc/AllergikerInnen/]

Merci de votre collaboration !


Commentaires (9)

  1. Krimo, 05.03.2020, 15:58

    Depuis 3 semaines que je souffre de ces allergies, éternuement, le nez qui coule, yeux qui démangent malgré les antihistaminiques. j'habite à Chavannes/Renens et je travaille au Mont/Lausanne.
    Je vous souhaite du courage et bon rétablissement

  2. Mayoraz Timothée, 05.03.2020, 15:55

    Je pensais avoir attrapé froid, et un beau rhume.
    Et ben en fait, c'était un gros "rhume des foins": nez qui coule, yeux qui démangent. Et j'ai même fait un peu d'asthme. Et tout ceci en plein mois de janvier.

  3. Aaron, 03.03.2020, 07:43

    Can Types of Pollen longer then Normal lead to an Autoimmune Diagnosis ? I have elevated IgE Antibodies permanently from Insect contact. If any Human develops Elevated Antibodies, the Body thinks Specific Pollen's are an Invader & Body Over Reacts with symptoms of Hay Fever, Nasal Congestion, Head ace. I cant enjoy Winter or summer without a autoimmune response. Cold Dry Air triggers the Lungs & Summer Grass & Pollen also.

    1. MétéoSuisse, 09.03.2020, 10:02

      This is a question which should be asked to health and disease experts. But by doing a research online you can find that there are some links between pollen allergies and autoimmune diseases, for example "allergic rhinitis".

  4. Manzoni, 28.02.2020, 07:38

    Depuis 15jours yeux II grattent et mouche que de l’eau .... les yeux un peu rouges

  5. Valérie, 25.02.2020, 01:52

    Région bulloise
    Déjà 1 mois que je combats des allergies (éternuement, rhinite, yeux qui démangent).
    Malheureusement les antihistaminiques, spray ou gouttes oculaires ne soulagent pas autant qu'habituellement.
    Gêne respiratoire ressentie alors que pas les dernières années.

  6. Mimi, 21.02.2020, 00:04

    J habite au dessus de Montreux à 1100m et depuis 3 semaines je souffre d éternuements et le yeux me piquent terriblement

  7. Jean-Luc, 11.02.2020, 09:00

    Région de Coppet, depuis près de 3 semaines, j’ai les yeux qui pleurent à l’ouverture des fenêtres le matin et je souffre également d’écoulements nasals malgré mes antihistaminiques

  8. cleo, 05.02.2020, 09:28

    Je souffre du pollen des noisetiers depuis 3 semaines