Petit âge glaciaire

4 février 2019, 20 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Une étude récente montre que le petit âge glaciaire aurait pu être, en partie, déclenché par la disparition des peuplades autochtones américaines.

Funérailles d'un chef Sioux, wikipedia
Funérailles d'un chef Sioux, wikipedia

Une cause de la baisse du CO2

Affichage aggrandi: Glacier des Bossons, milieu du XIXième siècle.
Glacier des Bossons, milieu du XIXième siècle.
Wikipedia

Le petit âge glaciaire correspond à une période climatique froide qui a duré de la fin du XIVème à la fin du XIXème siècle. Durant cette période, les températures ont chuté, causant le gel de fleuves et de rivières, dont la Tamise.

Une nouvelle analyse de l'University College London (UCL), suggère que la diminution des zones agricoles, due à la disparition des peuplades aurtochtones américaines,  a provoqué l'absorption de gaz carbonique présent dans l'atmosphère.

Après l'arrivée des Européens aux Amériques en 1492, la population locale du continent est passée de 60 millions à 6 millions en 100 ans, en raison des massacres et des maladies introduites par les colons.

L'étude publiée dans "Quaternary Science Review" montre que les terres cultivées par les habitants se transformèrent en friches, remplacées par des prairies et de la forêt. Au total, on estime que 56 millions d'hectares, soit l'équivalent de la surface de la France, furent rendus à l'état naturel.

Ainsi, l'absorption de CO2 durant cette période est estimé à deux années d'émission de combustible fossile au taux actuel.

L'équipe de recherche a examiné les données historiques de la population et en a déduit les modifications des surfaces agricoles à l'aide de modèles.

Ces résultats ont été correlés avec les données tirées des carottes glaciaires de l'Antarctique et des dépôts de charbon de bois et de pollens observés dans les Amériques.

Le professeur Ed Hawkins, de la faculté des sciences climatiques à l'université de Reading, explique que : "Les scientifiques ont compris que les éléments qui ont causé le petit âge glaciaire étaient multiples, comme la baisse du dioxyde de carbone dans l'atmosphère, plusieurs éruptions volcaniques et une baisse temporaire de l'activité solaire."

Cette nouvelle étude montre que la diminution du CO2 dans l'atmosphère serait en partie due à la diminution de la population autochtone des Amériques, permettant à la végétation de se développer. Cela démontre que l'activité humaine a déjà affecté le climat, bien avant que la révolution industrielle ne débute.

Traduit de l'article de Henty Bodkin, paru le 31.1.2019 dans le "Daily Telegraph" tiré de "Little Ice Age which froze River Thames cause by Americas genocide"

 

 

Commentaires (20)

  1. Marie L., 06.02.2019, 16:57

    Bonjour,
    Merci pour cet article.
    Je m'étonne vraiment que l'on lie le réchauffement climatique uniquement au CO2. La prolifération exponentielle des micro-ondes depuis la Seconde Guerre Mondiale, surtout depuis les dernières décennies, doit aussi certainement jouer un rôle, sans parler de l'impact sanitaire. Silence radio sur le sujet, c'est trop sensible, et trop dérangeant.

    Réponses

    Répondre à Marie L.

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. Bruce, 05.02.2019, 15:57

    Le petit âge glaciaire a débuté dès le début du XIVème siècle, un siècle avant l'arrivée des colons. De plus cet période dit de Maunder, fait suite au maximum médiéval. Ces deux périodes sont étroitement corrélées à l'activité solaire (nombre de Wolf mesuré dès le XVIème siècle), aux paramètres de Milankovitch et à l'activité volcanique). Aucune étude n'a pour le moment confirmé ou infirmé cette récente théorie résumée ainsi (génocide=baisse du CO2=refroidissement). Une théorie reste une théorie, toute scientifique qu'elle est. Juste de l"eau apportée au moulin du "réchauffement climatique").

    Réponses

    Répondre à Bruce

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 05.02.2019, 18:08

      Il est beaucoup trop facile d’attribuer des changements climatiques tels que le petit âge glaciaire à la variation de l’activité solaire. Si seulement il s’agissait d’une simple corrélation, tout serait plus facile. Évidemment que cette étude tient compte de l’activité solaire et des éruptions volcaniques, les scientifiques ne s’amusent pas à faire de simple conclusions après avoir regardé si deux courbes sont corrélées. Cet article se concentre sur une période particulière allant de la fin des années 1500 au début 1600. Le Maunder Minimum (1645-1715) a débuté après la période analysée ici. Vous oubliez le Spörer Minimum (1416-1537) qui lui également ne couvre pas cette période.

      Le but de cette étude n’est pas d’analyser les causes du réchauffement climatique actuel, mais d’avancer dans la recherche sur les causes du petit âge glaciaire et de mieux comprendre l’impact de l’activité humaine sur le climat.

  3. Jean-C. Adsuar, 05.02.2019, 15:21

    J'ai aussi oublié de mentionner que les terres agricoles abandonnées par les autochtones, n'étaient pas laissées en friches car les colons européens se les appropriaient et continuaient de les cultiver !

    Réponses

    Répondre à Jean-C. Adsuar

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 05.02.2019, 16:51

      Le nombre d’Européens ayant émigrés en Amérique entre 1500 et 1783 était d’environ 1'410'000. C’est-à-dire que la population européenne était de loin pas équivalente à celle des amérindiens au XVIe siècle.

      Source :
      Altman I. 1991. To Make America: European Emigration in the Early Modern Period. Berkeley: University of California Press.

  4. Jean-C. Adsuar, 05.02.2019, 15:15

    En environ 200 ans, les Européens ont exploité pratiquement toutes les forêts à l'est du Mississipi. Le bois était soit exporté en Europe, soit utilisé comme combustible ou pour la construction. Si bien qu' à la fin des années 1800, 90% du territoire de la Floride au centre du Québec a été déboisé et transformé en paturage. C'est donc un déboisement massif qui a eut lieu en Amérique du nord et non un retour de terres agricoles en friche. Donc moins de forêt, moins d'absorption de CO2, plus de CO2 dans l'atmosphère... oups!!!

    Réponses

    Répondre à Jean-C. Adsuar

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 05.02.2019, 16:41

      Cet article parle d’une période à la fin des années 1500, début 1600 en Amérique du Nord, centrale et du Sud. Ce qu’il s’est passé à l’est de l’Amérique du Nord en 1800 est une autre histoire. Vous pouvez lire l’article complet pour plus d’informations.

      Koch A, Brierley C, Maslin MM, Lewis SL. 2019. Earth system impacts of the European arrival and Great Dying in the Americas after 1492. Quaternary Science Reviews 207 : 13-36.

      https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2018.12.004

  5. Guilhem arnal, 05.02.2019, 13:33

    L'usage du lidar pour détecter les occupations humaines sous la foret amazonienne montre l'effondrement radical des populations du au choc microbien et la mise en culture antérieure des zones. Des traces de constructions, de routes, de cultures d'espèces végétales qui subsistent le montrent.
    Le développement de la forêt amazonienne remonteraut au seizième siècle et aurait peut être généré aussi une absorption de carbone?
    Articles de mediapart et fouilles de la fille de Franklin Roosevelt à l'appui.
    Guilhem arnal 42 essertines en chatelneuf france

    Réponses

    Répondre à Guilhem arnal

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  6. François, Lausanne, 05.02.2019, 09:27

    Merci à MétéoSuisse de relayer sur le site cette actualité, complexe certes!, des débats scientifiques sur l'histoire du climat. Belle iconographie aussi.

    Réponses

    Répondre à François, Lausanne

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  7. Christophe, 05.02.2019, 07:30

    Intéressant, mais quelle est l’étude en question? Dans quel journal scientifique ? Là vous ne citez qu’une source secondaire. Merci!

    Réponses

    Répondre à Christophe

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 05.02.2019, 09:27

      Merci pour votre commentaire. L'étude "Earth system impacts of the European arrival and Great Dying in the Americas after 1492" de Alexander Koch et al. a été publiée dans "Quaternary Science Reviews".

      Koch A, Brierley C, Maslin MM, Lewis SL. 2019. Earth system impacts of the European arrival and Great Dying in the Americas after 1492. Quaternary Science Reviews 207 : 13-36.

      https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2018.12.004

  8. Marie Dewailly, 05.02.2019, 06:49

    Bonjour, merci pour cet article passionnant.
    Pourriez me dire si dans les années à venir, nous pourrions revoir un épisode glaciaire, ou si nous allons de plus en plus, vers un réchauffement définitif ? Je me trompe surement, mais je trouve que les incidents climatiques se multiplient ( froid extrême aux USA, chaleur en Australie, inondations, tremblements de terre, etc..) tout cela ne pourrait il pas renouveler un nouveau changement de climat ?
    Merci et bonne journée.

    Réponses

    Répondre à Marie Dewailly

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 05.02.2019, 17:42

      Une courte réponse à une question complexe. Il ne faut pas confondre le petit âge glaciaire avec des périodes de glaciations. Le petit âge glaciaire était une période plus froide de seulement quelques siècles dans une période interglaciaire. Certaines études montrent qu’une baisse de l’activité solaire dans les prochaines décennies pourraient temporairement freiner légèrement le réchauffement climatique, sans toutefois le stopper. Ce sujet pourrait faire l’objet d’un blog. Certains évènements extrêmes sont en partie liés au réchauffement climatique, mais ils n’en sont pas la cause.

  9. natalie favre, 04.02.2019, 23:39

    Eh bien encore une fois MERCI pour ce blog plus qu'intéressant ! Voici enfin une explication qui tient la route quant à ce petit âge glacière, et qui montre rétrospectivement l'impact qu'a l'humanité sur cette planète.
    Meilleures salutations de l'autre bout du lac

    Réponses

    Répondre à natalie favre

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  10. Eichinger Michel, 04.02.2019, 22:09

    Cette étude pour intéressante qu'elle soit présente quelques inconvénients. Le premier est de ne s'intéresser à l'évolution de la population qu'à une échelle régionale, alors que dans le même temps la population mondiale a continué à augmenter à l'échelle mondiale. A contrario, la population mondiale qui atteint son premier milliard vers 1800 , son deuxième à l'issue de la première guerre mondiale et les sept milliards et demi actuellement aurait dû provoquer une fournaise sur Terre, si la disparition de 50 millions d'Amer-Indiens était à l'origine d'un petit âge glaciaire. Le second inconvénient principal de cette étude peut-être les conséquences mêmes du raisonnement : à trop forcer le trait, sur la responsabilité occidentale dans le réchauffement climatique ( qui est indéniable avec la révolution industrielle ) mais avec des hypothèses fragiles, voire idéologiques, on risque d'être contre-productif dans la lutte contre le réchauffement climatique, de braquer certains interlocuteurs s'il en était besoin et à s'exposer à d'autres arguments qui eux aussi ne raisonnent qu'à une échelle régionale, du style, vous voyez bien qu'avec le froid qu'il fait chez nous, le réchauffement climatique est une hérésie ( dixit M.trump ).

    Réponses

    Répondre à Eichinger Michel

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 05.02.2019, 17:29

      Cet article son concentre sur une période de la fin des années 1500 au début 1600. La population mondiale à cette époque n’a que peu évolué. L’accélération de l’accroissement de la population a eu lieu à partir de la révolution industrielle. L’impact de la disparition des populations amérindiennes n’est pas la cause du petit âge glaciaire, mais un facteur y ayant contribué.

      Cette étude ne cherche pas à forcer quelconque trait, mais il s’agit d’une étude objective et sérieuse qui cherche simplement à quantifier les conséquences de la disparition des Amérindiens sur le climat. Et comme toute étude sérieuse, elle n’est pas basée sur des hypothèses fragiles et fait référence à de nombreuses autres études (environ 250). Elle s’intéresse à une évolution régionale (une grande région, tout le continent américain) aux impacts globaux.

      Le but n’est pas de parler de la responsabilité occidentale dans le réchauffement climatique, mais d’avancer dans la recherche sur les causes du petit âge glaciaire et de mieux comprendre l’impact de l’activité humaine sur le climat.

  11. Francesco Lucano, 04.02.2019, 18:37

    Cela montre encore une fois que si nous voulons vivre encore sur cette planète on doit changer radicalement nos styles de vie car la moindre modification à des impacts énormes

    Réponses

    Répondre à Francesco Lucano

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  12. Désiré Rusovsky, 04.02.2019, 17:53

    Est ce que cela ne pourrait pas impliquer que le réchauffement climatique actuel serait aussi partiellement lié à la fin de ce petit âge glaciaire?

    Réponses

    Répondre à Désiré Rusovsky

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 04.02.2019, 20:01

      Le petit âge glaciaire s’est terminé au milieu du XIXe siècle environ. Les causes de la fin de cette période plus froide sont multiples, mais il n’y a pas de lien avec le réchauffement accéléré que nous connaissons depuis quelques décennies.

  13. Claude Guignard, 04.02.2019, 14:55

    Ces informations sont très intéressantes car personne ne s'expliquait le Petit âge glaciaire. Maintenant au moins on est plus au clair. Les causes sont certes multiples mais la diminution de CO2 dans l'atmosphère semble avoir joué un rôle. A l'évidence l'augmentation de CO2 dans l'atmosphère jouera un rôle inverse. Et les quantités astronomiques rejetées actuellement auront un bien plus grand effet que le reboisement du nouveau monde n'en a eu dans l'autre sens en son temps. Mais cela, qui veut l'admettre ? Ôn ne veut même pas l'entendre.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension