Trombes lacustres

27 août 2018, 7 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Le blog d'hier était consacré au "Lake Effect" sur le lac de Constance. Cet effet à donné lieu à une trombe lacustre, sujet à la une d'hier dimanche. Depuis le début de la semaine dernière, les conditions météos semblaient propices pour la formation de "trombes lacustres" le dimanche et les professionnels de la météo comme les amateurs guettaient cette échéance de près. Le beau cliché de trombe lacustre immortalisée sur le lac de Zürich confirme que les observateurs ont eu raison de guetter attentivement.

La trombe lacustre sur le lac de Zürich dans la lumière matinale vue de Richterswil en direction d'Uerikon. Photo: Daniel Gerstgrasser
La trombe lacustre sur le lac de Zürich dans la lumière matinale vue de Richterswil en direction d'Uerikon. Photo: Daniel Gerstgrasser

Trombes sur trois lacs suisses

Dimanche matin, le 26.09.18, des trombes lacustres ont été observées sur les lacs de Zürich, de Constance et de Zoug. Les trombes lacustres sont des phénomènes relativement rares qui ont déjà fait l'objet de blogs. Vous y trouverez les conditions de formation bien décrites.

Pour rappel, trombes et tornades ne se forment pas dans les mêmes conditions. Les trombes nécessitent un environnement de base instable mais peu ventilé alors que les tornades naissent dans un contexte, certes instable, mais où le profil vertical de la masse d'air est fortement cisaillé (ventilé). Fort de ces principes, les trombes dont la formation est fortement dépendente de la différence de température entre la surface du plan d'eau et de l'air au-dessus ne causent souvent peu de dommages et sont confinées essentiellement au plan d'eau. A l'inverse, les tornades tirent leur puissance de l'environnement fortement cisaillé, sont capables de produire d'importants dégâts et peuvent parcourir des distances considérables sur terre ferme, notamment les tornades supercellulaires.

Conditions nécessaires à la formation de trombes

En Suisse, les trombes lacustres se forment le plus souvent vers la fin de l'été ou au début de l'automne, lorsque les températures des lacs sont encore élevées. Pour se former, elles nécessitent des conditions bien particulières, comme décrit dans ce blog.

Masse d'air froide et instable

Pour la formation des trombes du dimanche 26.08.2018, l'air froid d'altitude nécessaire à leur formation a été fourni par un talweg qui s'est déplacé de la Mer du Nord en direction de la Méditerranée. Au passage de l'axe de ce talweg, de l'air polaire a fait irruption sur la Suisse. Parallèlement, l'anticyclone des Açores commençait déjà à pousser dans notre direction.

Dimanche au petit matin, cette masse d'air froide se trouvait dans les basses couches, juste au-dessus de la Suisse orientale et, en altitude, juste à l'est de celle-ci. Le profil atmosphérique de basses couches était donc suffisamment instable malgré la stabilisation en cours dans les couches moyennes et hautes engendrée par la poussée de l'anticyclone.

 

Le sondage aérologique de Payerne effectué à 02h00 heures locales le dimanche montrait cette instabilité de basses couches, même si ce sondage a été réalisé un peu plus tôt dans la journée et plus à l'ouest.

 

Températures élevées des eaux lacustres

Les températures des eaux des lacs suisses sont actuellement élevées. Dimanche matin, le lac de Zürich affichait environ 23 degrés (Source: Kant. Messnetz Zürichsee-Oberrieden, AWEL), le lac de Constance entre 21 et 23 degrés (Source: Wasserportal SH/TG) et la température du lac de Zoug devait se trouver vraisemblablement autour des mêmes valeurs.

La température de l'air, quant à elle, affichait des valeurs de l'ordre de 8 à 9 degrés.

Humidité dans les basses couches

Les nombreuses nappes de brouillard sur le Plateau montraient bien l'humidité disponible pour les trombes d'eau. Bien que le brouillard soit un phénomène de masse d'air stable, les parcelles d'air au-dessus des lacs étaient bel et bien instables, conséquence de la différence de température entre les surfaces d'eaux chaudes et l'air froid résidant au-dessus.

Trombe lacustre sur le lac de Zürich

Ci-dessous, quelques magnifiques clichés de la trombe lacustre sur le lac de Zürich pris dimanche matin le 26.08.2018 (collages et photos de Daniel Gerstgrasser).

Commentaires (7)

  1. Michael. A, 27.08.2018, 21:51

    Superbe cliché en effet. Est-ce que le lac Léman était assez chaud et la masse d'air assez froide pour que des trombes lacustre se forme ?

    1. MétéoSuisse, 28.08.2018, 11:15

      Oui, une trombe aurait pu se former sur le lac Léman, notamment sur le Haut-Lac. Cependant, la masse d’air était déjà trop sèche et dimanche matin sur le Bassin lémanique. La carte de l’instabilité de basses couches montre d’ailleurs que celle-ci était nettement plus faible au-dessus des lacs de la Suisse romande qu’au-dessus des lacs de Suisse alémanique.

  2. Maître Capello, 27.08.2018, 18:04

    Juste un petit détail: le terme blog désigne l'ensemble des articles, et non chaque article...
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Blog

  3. Daniel Friedli, 27.08.2018, 16:55

    Question naïve : la trombe lacustre contient de l’eau ? Et si oui, est-il possible d’en quantifier la quantité?
    Merci pour tous ces blogs intéressants

    1. MétéoSuisse, 28.08.2018, 11:43

      Alors l'entonnoir de la trombe est avant tout constitué de vapeur d'eau condensée (gouttelettes), créée par l'air ascendant refroidit et par la baisse de pression. Ensuite, la trombe créant de la succion au contact avec la surface de l'eau, cette eau est partiellement aspirée dans sa circulation également. Donc, la trombe contient à la fois des gouttelettes d'eau condensée (nuage de l'entonnoir) et de l'eau aspirée directement du lac sur lequel elle opère.

  4. Claude Guignard, 27.08.2018, 16:51

    Il est curieux de noter que ces phénomènes aient pu se produire en Suisse alémanique alors, que sur la Suisse occidentale, ils semblaient exclus. A Genève il se mettait en place sur le lac, au lever du jour, une situation de bise qui, à première vue, semblait tout sauf propice au développement de trombes lacustres.

    1. MétéoSuisse, 28.08.2018, 13:38

      Oui, en effet, l'humidité et l'instabilité de basses couches étaient encore présentes sur les lacs alémaniques alors qu'au-dessus des lacs romands, l'humidité et l'instabilité s'étaient déjà fortement réduites par la subsidence induite par la crête de haute pression et par effet d'assèchement de la bise.