Anticyclone des Açores en retrait et "split flow"

6 mars 2018, 9 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Hormis la vague de froid de la semaine dernière, le flux d'altitude cet hiver a été largement dominé par des courants d'ouest maritimes perturbés avec comme conséquence un ensoleillement considérablement réduit. La configuration actuelle est celle d'un courant d'ouest avec 2 branches de jets séparées et un anticyclone des Açores repoussé vers des latitudes bien plus méridionales que d'habitude.

Image satellite infrarouge MSG avec la prévision du champ des courants jets à la 300 hPa issue du modèle européen (ECMWF) à 12h00 le mardi 06.03.2018
Image satellite infrarouge MSG avec la prévision du champ des courants jets à la 300 hPa issue du modèle européen (ECMWF) à 12h00 le mardi 06.03.2018

Avis de recherche... où a disparu l'anticyclone des Açores ?

Habituellement centré à proximité des Açores vers la latitude 38°N, l'anticyclone du même nom se situe actuellement bien davantage au sud, à savoir autour de la latitude 25° N, soit au sud-ouest des îles Canaries. Cela s'explique par la présence d'un courant d'ouest étendu au-dessus de l'Atlantique Nord, courant d'ouest composé de deux ceintures de jets bien distinctes, celle du jet polaire et du celle du jet subtropical.

Courants de jets scindés ou "split flows"

Lorsque ces deux ceintures de jet évoluent de manière séparée au-dessus d'une même région, on parle souvent d'un courant de "split flow", terme anglophone pour décrire un "courant scindé". Lorsque ces deux ceintures se rapprochent l'une de l'autre ou fusionnent, cela renforce les gradients thermiques en altitude et peut favoriser dans certaines situations d'importants creusements dépressionnaires au sol. Cette configuration de "split flow" intervient également lorsque la ceinture du courant jet polaire se scinde en deux parties.

Le courant synoptique hémisphérique en altitude à l'heure actuelle

Comme le démontre la carte hémisphérique de prévision des vents à la 300 hPa (env. 9'000 m d'altitude) ci-dessous du modèle européen valide ce 6 mars 2018 à midi, le courant d'altitude à ce niveau est caractérisé par un "split flow" au-dessus de l'Atlantique Nord, composé à la fois par deux branches distinctes du jet polaire ainsi que de celle du jet subtropical plus au sud. Ces ceintures se rejoignent à proximité des Açores en un puissant courant jet zonal qui traverse l'extrême nord de l'Afrique et la Méditerranée. La branche du jet subtropical au-dessus des Açores aide à repousser l'anticyclone du même nom davantage vers le sud en direction des îles du Cap Vert. Cette carte hémisphérique des courants jets montre la complexité du courant d'altitude avec les nombreuses oscillations du courant, les scissions (splits) et les fusions (merges) des jets, que ce soit ceux du jet polaire et/ou du jet subtropical.

Commentaires (9)

  1. Paul, 08.03.2018, 11:55

    top les explications. est ce une des conséquences du phénomène "el nina" dans le pacifique? parce que j'observe a ma petite échelle de parapentiste amateur qu'a chaque phénomène modéré ou important dans le pacifique çà joue dans notre climat en zone tempéré.j'habite dans le sud de la france : el nina : se décompose en deux parties franches : sécheresse extreme puis pluie torrentiel, neige abondante. el nino: sécheresse, peu de neige, peu de pluie.

    1. MétéoSuisse, 08.03.2018, 15:45

      Alors il est difficile de qualifier l'effet d'un épisode "La Nina" sur le climat européen et encore plus difficile de le quantifier. Il est communément admis que l'influence (les effets de téléconnexion) des épisodes "El Nino/La Nina (ENSO)" sur le climat européen est (sont) très difficile(s) à établir/quantifier car les signaux/coefficients de corrélation sont souvent faibles. Un article scientifique datant de 2010 tend toutefois à montrer que le signal est vraisemblablement plus important que précédemment pensé pour diverses raisons et que les années "El Nino" tendent à produire un temps plus froid (anomalies froides) sur l'Europe du nord en moyenne. Vous pouvez consulter cet article en anglais via le lien ci-après : https://pdfs.semanticscholar.org/2ad1/533631368ce3a97a92da5bba19c7f2717a52.pdf

  2. Dubuis Bertrand, 07.03.2018, 12:23

    C'est la première fois que je vois la carte de l'hémisphère nord. Elle m'est particulièrement parlante. On y "voit" presque le temps se faire.
    Merci

  3. Alex Lamon, 07.03.2018, 08:49

    Merci pour ces explications! Deux questions surviennent pour les compléter :
    - pourquoi ce phénomène ce passe précisément cet hiver, et autant durablement? Quelle est l’origine de ces modifications des jet streams?
    - existe-t-il la possibilité d’une irréversibilité du phénomène, donc que l’anticyclone des Açores se retrouve durablement déplacé et affaibli?
    Merci pour ces précisions.

    1. MétéoSuisse, 07.03.2018, 14:16

      Alors ces modifications de jet streams se produisent constamment et en tout temps car ces rivières de vents ne coulent pas dans des sillons prédéfinis (les lits de ces rivières se déplacent constamment). Mais en règle général, ces rivières de vents tendent à être davantage structurées et plus homogènes en hiver lorsque les gradients thermiques sont plus marqués et plus diffuses tout en se rétractant vers les pôles en été. L'origine même des modifications des jets tient à l'effet des différentes boucles de rétroaction sur leurs configurations, engendrées par les diverses téléconnexions atmosphériques et par les effets de "cordes" que peuvent avoir des modifications du courant jet en amont du flux où l'on se trouve. Il n'est toutefois pas anormal de voir l'anticyclone des Açores se décaler temporairement de son emplacement habituel et de voir son intensité fluctuer au fil des saisons.

  4. Marco Coletta, 07.03.2018, 08:11

    Fort intéressant !
    Et donc ? Quelle sera l'évolution climatique pour l'Europe occidentale ? Quelles seront les conséquences pour le temps chez nous ?

    1. MétéoSuisse, 07.03.2018, 13:57

      Il n’est pas prévu d’amélioration durable des conditions météorologiques jusqu’à la mi-mars au moins avec de fréquents passages pluvieux.

  5. valazza, 06.03.2018, 22:33

    Très intéressantes ces données cartographiques. Quels progrès en cinquante ans! Moi qui ai toujours rêvé d'être climatologue.Merci!

  6. Claude Guignard, 06.03.2018, 19:10

    La structure des courants en altitude est très complexe. Et sans doute que leur évolution ne l'est pas moins. Je ne sais pas si la meteo d'il y a 60 ans était en mesure d'établir des cartes telles celles que vous nous montrez. Ces cartes sont évidement très importantes pour les previsions en basse atmosphère. Vous ne nous dites pas quelles seront les répercussions sur le temps en Europe du "split flow" et du rejet vers le sud d'un anticyclone des Acores affaibli. En tout cas tout semble montrer que les vents d'ouest ont repris le dessus après leur perturbation par une anomalie saisonnière au-dessus des regions arctiques. C'est passionnant.