Lundi 29 octobre : journée à risque pour le Haut-Valais (mise à jour)

29 octobre 2018, 21 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Nous sommes entrés depuis ce lundi matin dans la situation jugée depuis plusieurs jours comme 'explosive' pour le Haut-Valais et le Valais central. Le suivi de cette situation nous permet de comprendre les difficultés de la prévision d'un tel événement.

Situation générale

L'image ci-dessus représente la projection que nous avions hier de la situation météorologique. Ce matin, cette situation se confirme dans les grandes lignes. Cette image montre une profonde dépression centrée sur l'ouest méditerranéen. Autour de cette dépression, les courants circulent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre et sont quasi-parallèles aux isobares figurées par les lignes noires continues. On voit que le flux atmosphérique s'écoulant vers le sud des Alpes sera originaire de l'Afrique du nord et aura donc tout loisir de se charger en humidité sur une mer encore très chaude à cette période de l'année (comprise entre 21 et 26 degrés).

La dynamique de la situation, associée à la chaleur et l'humidité captées au-dessus de la Méditerranée, ont généré de l'instabilité qui s'est traduite par un grand nombre d'orages. Dans l'image ci-dessous, sont représentés les décharges électriques qui remontent de l'Italie vers les Alpes dans un courant de sud.

Grâce à la forte instabilité accentuée par le relief alpin, les précipitations seront soutenues en altitude par une puissante dynamique associée aux jet-streams. Comme on le voit sur l'image ci-dessous, la Suisse se trouvera lundi soir en sortie d'un coeur de jet vigoureux, présentant des vents de 150 à 180 km/h. Une telle configuration, provoquant des ascendances généralisées de la masse d'air, serait propice à d'intenses précipitations, même en l'absence de relief.

Tout le Haut-Valais concerné

En règle générale, les situations de barrage provoquent des précipitations essentiellement le long du versant sud des Alpes, avec quelques débordement en direction du nord. Ce ne sera pas le cas cette fois-ci pour 3 raisons :

1. l'instabilité orageuse attendue empêchera l'air de s'affaisser sur le versant nord des Alpes après franchissement de la crête principale.

2. le dynamisme lié au jet rendra une partie importante de ces précipitations indépendantes du relief.

3. les vents de moyenne altitude exceptionnellement puissants pousseront vers le nord une partie des précipitations générées au sud des Alpes.

A quelles quantités de pluie faut-il s'attendre ?

Les modèles ont, il faut l'avouer, beaucoup de problèmes à gérer dans les détails les quantités de précipitations qui auront lieu aujourd'hui. Essentiellement parce qu'il est difficile de cerner l'activité orageuse au plus près. Les intégrations successives de nos modèles à haute résolution, tendent à diminuer les valeurs annoncées ces derniers jours.

Ci-dessous les prévision de Cosmo-E (modèle de contrôle- résolution de 2 km) :

Les deux image ci-dessous montrent une différence jusqu'à un facteur 2 par endroits. Cette différence traduit la difficulté à intégrer la convection dans l'analyse et la simulation à des échelles de 1 ou 2 km.

Seule la vérification que nous pourrons présenter demain nous indiquera quel modèle sera plus proche de la réalité.

La composante orageuse étant encore incertaine, mais en tenant compte des précipitations déjà tombées et de celles, à la baisse, que prévoient les modèles. L'avis de degré 4 sera maintenu pour la région du Simplon, le versant sud des Alpes Valaisannes, avec des cumuls possibles entre 120 et 150 mm. Dans les régions limitrophes, les quantités seront moins importantes.

Limite des chutes de neige

Un des éléments susceptible d'atténuer l'importance de l'écoulement est la limite des chutes de neige. Dans le cas qui nous intéresse, cette dernière sera cependant assez élevée en raison de la période de l'année, trop précoce pour un abaissement significatif, lié entre autre à la température élevée de la Méditerranée. Cependant, dans les vallées alpines du nord des Alpes abritées du vent dominant d'altitude (Zinal, Arolla, etc...), cette limite pourrait considérablement s'abaisser par isothermie.

Commentaires (21)

  1. Claude Guignard, 29.10.2018, 14:05

    Nous suivons attentivement et avec intérêt le développement de la situation. Le gros des pluies reste probablement en ce début d'apres-midi encore à venir. Pour ces dernières le nord des Alpes pourait bien demeurer globalement le parent pauvre.

  2. David, 29.10.2018, 07:20

    Pourquoi subit-on actuellement des températures nettement plus fraîches que la semaine dernière, alors que d'après la carte des isobares, la masse d'air semble provenir de la méditerranée ? En plus d'être chargée en humidité, cette masse d'air ne devrait-elle pas aussi correspondre à des températures plus clémentes ?

    1. MétéoSuisse, 29.10.2018, 07:44

      Nous avons une situation de contre-courant avec une forte inversion thermique. L’air froid s’est écoulé dans les basses couches et il est entretenu par de la bise. En revanche, de l’air méditerranéen humide et doux afflue dans les Alpes avec des vents soufflant fortement depuis le sud. Ainsi, à 7h30 ce matin, il faisait 1.9 degré à Fribourg, mais 2.5 degrés au sommet du Moléson (1974 m) et encore 0 degré au Säntis (2502 m).

  3. lionel, 28.10.2018, 18:31

    je vais sortir mon parapluie

  4. Alain Piquerez, 28.10.2018, 13:40

    L'événement du lundi 29 octobre a vraisemblablement quelques points commun avec un événement "Cévenol" ou "Méditerranéen", non ?
    Quelles similitudes ? quelles différences ?
    Si le deux situations sont comparables, les conséquences pourraient être catastrophiques, il reste à espérer que les autorités (ré)agissent en conséquence !

    1. MétéoSuisse, 28.10.2018, 15:30

      Les similitudes avec un épisode "Cévenol" sont un puissant forçage d'altitude lié à la configuration des jets-streams ainsi qu'une composante orageuse importante. Les différences sont une plus grande dispersion orageuse, et donc une intensité moindre, mais une composante orographique nettement plus marquée. Celle-ci fait parfois complètement défaut dans certains épisodes méditerranéens.

  5. Bastien Mesnil, 28.10.2018, 09:15

    Très technique comme article mais hyper intéressant à la foi ! J'imagine qu'il faut s'attendre à des inondations et autres pour cet épisode de précipitations intenses, pour les régions les plus concernées? Surtout avec un sol aussi sec.

  6. JL Pélissier., 27.10.2018, 17:56

    Sur la carte des jet streams (3ème image), à quelle altitude sont mesurés les isobares?

    JLP.

    1. MétéoSuisse, 28.10.2018, 15:25

      Il s'agit en fait d'isohypses, soit l'altitude à laquelle se rencontrent certains niveaux de pression, en l'occurrence 300 hPa pour la carte des jet-streams. Pour ne pas trop embrouiller le lecteur, nous parlons (un peu abusivement dans ce cas...) d'isobares, lesquelles sont en fait des lignes d'égale pression.

  7. Guillaume, 27.10.2018, 13:43

    Situation effectivement très intéressante et inquiétante à la fois.
    Un grand merci pour les images des modèles, qui nous démontrent bien ce qui nous attends.
    300mm au Simplon en 24h, c’est vraiment énorme !

  8. Michel Jacques Gérard, 27.10.2018, 12:19

    Merci beaucoup pour ces explications vraiment très intéressantes.
    Malheureusement, cela me rappelle le triste souvenir de "Gondo".
    Bravo encore pour votre travail très professionnel !
    Michel

  9. Ph Lesur, 27.10.2018, 12:06

    Un blog toujours aussi passionnant à suivre ! Merci beaucoup pour ces explications qui permettent de mieux comprendre le travail des prévisionnistes.
    Je suivrai avec attention ce que seront les conditions réelles lundi 29 en Haut Valais .
    Et une suggestion : serait-il possible de d'avoir des cartes agrandissables sur smartphone pour une meilleure lisibilité de ces très intéressants documents ?

    1. Sanz, 28.10.2018, 10:45

      Si vous cliquez sur la carte seule, ensuite vous pouvez l’agrandir :-)

  10. Pierre Ingold, 27.10.2018, 12:05

    Ouille! Des précipitations aussi abondantes sur des reliefs montagneux de plus en plus instables laissent craindre le pire (coulées de boue, de roches délitées, etc...).

    Courage amis valaisans!

  11. Perret Claude, 27.10.2018, 11:39

    Vous annoncez 46mm un rêve ?,la courroie patine depuis des mois

  12. Sylvain, 27.10.2018, 10:28

    Post vraiment très très intéressant...! Merci pour cette analyse!

  13. Michel Pernet, 27.10.2018, 10:11

    Une situation météo qui représente un danger pour les populations des régions concernées, mais qui aura probablement un effet bénéfique sur le débit du Rhin, me semble-t-il...

  14. Christian Aymon, 27.10.2018, 09:15

    Que sont ces dbZ ?
    (et toujours merci pour votre blog !)

    1. MétéoSuisse, 28.10.2018, 15:21

      Les DBZ sont une expression de la réflectivité mesurée par les ondes radars sur les précipitations ; il s'agit d'une mesure primaire du signal réfléchi. A des fins de comparaison, les précipitations prévues par certains modèles sont également exprimées en DBZ, ce qui donne une meilleure idée de leur intensité que des millimètres/heure par exemple.

  15. Claude Guignard, 27.10.2018, 08:50

    Cette situation est en effet très intéressante. Il reste cependant à voir si elle va se développer comme prévu. Les régions où devraient se produire les précipitations les plus fortes sont actuellement celles où le manque de pluie est le plus marqué. On note sur vos cartes que l'ouest de la Suisse ne serait pas complètement oublié. Attendons donc sereinement. Il faut cependant relever que, une fois de plus, l'évolution s'est produite de telle manière que la Suisse ne sera pas traversée sur toute sa surface par une bonne perturbation pluvieuse.
    On tombe de nouveau dans une situation particulière, propice à des records mais pas à ce que tout le monde désire : de bonnes pluies bien répandues. La sécheresse n'est donc pas encore vaincue.

  16. Marie.D, 27.10.2018, 06:55

    Merci pour cet article particulièrement bien expliqué et documenté ! J'habite le Valais et je suis concerné par vos précisions, d'autant plus que nous attendions enfin la pluie depuis tellement longtemps !
    J'espère, malgré tout qu'il n'y aura pas d'inondation, mais que cela remplira un peu les nappes phréatiques.
    Encore merci...