Douceur extrême en janvier

28 janvier 2018, 5 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

En plaine, des deux côtés des Alpes, on peut s'attendre à un mois de janvier extrêmement doux. En Suisse romande et en Valais, c'est même un record massif qui se dessine pour janvier. Cela, une année seulement après le mois de janvier le plus froid depuis 30 ans, qui débutait l'année 2017.

Illustration : le bourgeonnement du maronnier
Illustration : le bourgeonnement du maronnier

Records de chaleur en Suisse romande

Á notre station de Genève, la température de janvier 2018 atteindra la valeur-record exceptionnelle de 6 degrés selon les prévisions numériques actuelles. Jusqu'à présent, les mois de janvier les plus doux atteignaient environ 4.5° à Genève. Á notre station de Sion, en Valais, on compte sur tout juste 4° pour janvier 2018. Les records précédents, pour janvier, étaient de l'ordre de 3°. Pour un bon nombre de stations de mesures au nord et au sud des Alpes, on s'attend au deuxième mois de janvier le plus doux depuis le début des mesures en 1864.

La température de janvier aux stations Genève et Sion

Un hiver doux en plaine jusqu'à présent

Le mois de janvier 2018 extrêmement doux fait suite à un mois de décembre 2017 hivernal, marqué par une température généralement en dessous de la moyenne. Pour les régions de plaine, avec son importante chaleur, ce mois de janvier domine l'hiver en cours. Avec 4.3°, ces deux mois d'hiver, pris ensemble, font également partie du domaine des records pour Genève, mais tout juste. A Sion, en revanche, ce n'est pas le cas pour cette même période.

La température de décembre-janvier 1865–2018 aux points Genève et Sion

En altitude : dans le domaine normal

En altitude, la température de janvier se trouve dans la norme. Au Saentis, les -6.3° attendus ne se trouvent que légèrement au-dessus de la norme 1981-2010. Pour cette station, si l'on considère la même période décembre-janvier, on trouve même une température légèrement en-dessous de la moyenne.

La température de janvier et celle de décembre-janvier à la station du Saentis

Les tempêtes emportent l'hiver de la plaine

A l'origine de ces chaleurs extrêmes en janvier en plaine, on trouve des situations répétées de tempête d'ouest et du sud-ouest.  L'afflux d'air doux atlantique quasi-ininterrompu a fait nettement grimper les températures moyennes mensuelles. Avec ces situations d'ouest et sud-ouest, les lacs d'air froid n'ont pas pu se former en plaine, alors que, alliés au brouillard et au stratus, ils jouent habituellement un rôle important au niveau de la température du Plateau. Lorsque ces lacs d'air froid font défaut, la température à basse altitude est plus que proportionnellement supérieure à celle des altitudes supérieures. C'est ce qui explique la différence actuelle entre Plateau et montagne.

Commentaires (5)

  1. Patrick, 29.01.2018, 10:19

    Ce mois de janvier est effectivement très doux.
    Ce qui me choque le plus c'est le nombre de jours avec gel (T°min<=0) qui est extrêmement faible : il est de 3 à Genève (contre 20 selon la norme), de 2 à Neuchâtel (contre 17), de 2 à Bâle (contre 17), etc... Il reste encore deux jours avant la fin du mois mais ça ne devrait plus trop bouger!

  2. Guilhem, 29.01.2018, 08:19

    Bonjour,
    Pourriez vous clarifier la phrase:
    "Lorsque ces lacs d'air froid font défaut, la température à basse altitude est plus que proportionnellement supérieure à celle des altitudes supérieures"

    Vous voulez dire qu'en hiver, sans inversion, le gradient de température en fontion de l'altitude est plus fort (par exemple 1°/100m au lieu des 0.7°/100 normalement observés ?)

    Merci d'avance.

    1. MétéoSuisse, 30.01.2018, 15:38

      Si on prend la norme 1981-2010, la différence de température entre Payerne et Planfayon correspond à un gradient thermique de 0.21 °C / 100 mètres en janvier contre 0.6° C / 100 mètres en saison chaude. En janvier 2018, ce gradient thermique entre la plaine et la montagne n’a pas été observé. Ainsi, l’écart à la norme sera nettement plus important en plaine qu’en montagne.

  3. Jacques, 28.01.2018, 18:57

    Quel est le lien (s’il y en a un) avec les températures exceptionnellement élevées observées dans l’est de l’Amerique du Nord fin décembre et début janvier ?

    1. MétéoSuisse, 30.01.2018, 15:23

      Vous voulez plutôt parler des températures exceptionnellement basses qui ont été observées dans l’Est de l’Amérique du Nord entre fin décembre et début janvier ? Cela a pu engendrer un fort contraste de température entre l’air polaire et l’air subtropical qui s’est matérialisé par un jet-stream sur l’Atlantique plus puissant que de coutume. Il s’agit d’une hypothèse qui demanderait quelques études plus poussées pour la valider. Des liens entre le temps dans l’Est de l’Amérique du Nord et l’Europe existent également comme avec l’oscillation nord-atlantique.