Poussières des feux Canadiens transportées sur la Suisse – observations par LIDAR

31 mai 2016

Depuis le 1 mai 2016 des feux dévastateurs se produisent dans la province d’Alberta au Canada et ont provoqué, entre autres, l’évacuation d’une ville de 10'000 habitants. Ces feux ont injecté une quantité énorme de poussière dans l’atmosphère. Cette dernière est actuellement mesurée au-dessus de la Suisse.

Cet évènement montre sur quelles distances la composition de l’atmosphère peut être influencée. Pourtant, les concentrations mesurées actuellement au-dessus de la Suisse ne représentent aucun danger pour la population.

Canada : Fort McMurray envahie par les flammes, Le Monde

Observations satellitaires du 20 Mai 2016

L’image du satellite OMI Aura illustre (Figure 1), pour la journée du 20 Mai 2016, la localisation des fumées produites par les feux qui se sont développés sur une vaste zone de l’Amérique du nord-ouest. La surface en code-couleur présente l’Indice Aérosol calculé par le satellite. Il montre indirectement la quantité d’aérosol en se basant sur les propriétés optiques d’absorption de la lumière UV par la suie émise par les feux.

Observations par le LIDAR de MétéoSuisse de Payerne

Le profil de rétrodiffusion des aérosols, calculé en utilisant les données du LIDAR (RALMO) de Payerne, nous permet de visualiser les différentes couches d’aérosols qui sont présentes au-dessus de Payerne. Les observations LIDAR Raman permettent aussi de voir l’effet de ces couches d’aérosols sur d’autres variables de l’atmosphère comme la température et l’humidité.

Les couches d’aérosols sont transportées par les vents géostrophiques sur de très longues distances. Les fumées canadiennes que l’on observe entre le 24 et 25 mai proviennent de  l’Ouest du Canada et ont été émises vraisemblablement les 19-20 Mai 2016. L’utilisation de rétro-trajectoires (HYSPLIT) calculées pour l’altitude de 9000 mètres et pendant 148 heures le confirme (Figure 3).

L’air plus humide transporté à travers l’Atlantique est clairement visible dans le graphique (flèches noires) de la Figure 4. La couche d’air d’origine Canadienne/Atlantique est plus humide d’à peu près 200% par rapport à la couche d’air directement en-dessous (flèches jaunes et noires).

Informations complémentaires

LIDAR et ceilomètre

Commentaires (0)