Contenu

Le nouveau rapport climatologique 2021

7 septembre 2022, 5 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Le rapport climatologique de MétéoSuisse présente en détail les conditions météorologiques de l'année dernière et les replace dans l'évolution climatique à long terme. Pour une fois, ce ne sont pas des températures élevées, mais des précipitations abondantes et de nombreux épisodes de grêle qui ont frappé les esprits en 2021.

Un symbole de l’été 2021 : une supercellule orageuse atteint la Suisse dans l’après-midi du 20 juin (vue en direction du Haut-Léman). Le front orageux a provoqué par endroits des chutes de grêle avec des grêlons de 3 à 5 cm de diamètre. Image : Dean Gill.
Un symbole de l’été 2021 : une supercellule orageuse atteint la Suisse dans l’après-midi du 20 juin (vue en direction du Haut-Léman). Le front orageux a provoqué par endroits des chutes de grêle avec des grêlons de 3 à 5 cm de diamètre. Image : Dean Gill.

Comment faut-il classer l'été 2021, riche en précipitations, d'un point de vue climatologique ? Quelle a été la température annuelle l'année dernière ? Le nouveau rapport climatologique 2021 de MétéoSuisse répond à ces questions et à bien d'autres. De nombreux graphiques pour des paramètres tels que la température, les précipitations et l’ensoleillement, ainsi que pour une série d'indicateurs climatiques qui en découlent, donnent une image claire de l'année 2021. Le rapport climatologique est établi depuis 11 ans déjà et est disponible sous forme de produit imprimé et en ligne. Nous en avons résumé les points les plus marquants.

Eté humide et grêle en Suisse

L'année a commencé par l'un des hivers les plus arrosé depuis le début des mesures. Au Nord des Alpes, il a souvent neigé jusqu'à basse altitude. En Suisse orientale, des records de neige fraîche ont été battus par endroits. En revanche, le printemps, globalement le plus froid depuis plus de 30 ans, a commencé par deux mois de mars et avril pauvres en précipitations. En mai, les précipitations ont atteint localement 150 à 200 % de la norme 1991-2020, marquant ainsi le début d'une période exceptionnellement pluvieuse.

Au Nord des Alpes, l'été a été l'un des plus humides depuis le début des mesures en 1864, avec 170 % de la norme 1991-2020 par endroits. Les quantités de pluie considérables ont fait déborder plusieurs lacs et rivières à la mi-juillet. Au Nord des Alpes, plusieurs chutes de grêle dévastatrices ont traversé la Suisse, surtout en juin. La taille des grêlons a atteint 6-7 cm ou plus dans certaines régions. Au Sud des Alpes, les sommes de précipitations ont atteint des valeurs élevées en été, surtout dans le nord-ouest du Tessin. Au Sud également, la grêle a causé d'importants dégâts.

L'automne a été pauvre en précipitations dans tout le pays. Au Nord des Alpes, il a régionalement été l'un des plus secs depuis le début des relevés systématiques.

Température proche de la norme actuelle

En moyenne nationale, la température annuelle en 2021 a été inférieure de 0,2 °C à la norme 1991-2020 (+1,1 °C par rapport à la période de référence 1961-1990). Cette année se place ainsi au 21e rang depuis le début des mesures en 1864. Avant 1989, seules deux années (1961, 1947) avaient atteint un niveau de température aussi élevé.

Septième année la plus chaude dans le monde

Au niveau mondial, l'année 2021 a présenté un écart de +0,8 °C par rapport à la norme 1961-1990. Les années 2015-2021 sont les sept années les plus chaudes depuis le début des mesures en 1850, l'année 2021 occupant le 7e rang. C'est surtout dans l'hémisphère Nord que 2021 a été très chaude (6e rang, +1,1 °C par rapport à la norme 1961-1990). Dans la moitié sud du globe, la température moyenne annuelle de 2021 a atteint le 9e rang, avec +0,5 °C par rapport à la norme 1961-1990. En Europe, des vagues de chaleur intenses ont eu lieu pendant les mois d'été, avec des températures dépassant largement les 40 °C dans le bassin méditerranéen.

Evolution climatique à long terme

Le rapport climatique de MétéoSuisse ne compare pas seulement l'année écoulée avec la période normalisée actuelle 1991-2020, mais la situe également dans l'évolution à long terme du climat en Suisse. L'évolution à long terme des températures en Suisse entre 1864 et 2021 montre une tendance claire vers des températures de plus en plus chaudes en toutes saisons. En moyenne annuelle, la tendance linéaire est de 1,4 °C par siècle, ce qui correspond à un changement total de 2,2 °C sur l'ensemble de la période de mesures. La dernière décennie achevée 2011-2020 se situe même 2,5 °C au-dessus de l'ère préindustrielle. En accord avec l'augmentation générale des températures en Suisse, le nombre de jours d'été a augmenté de manière significative au cours de la période depuis 1959, tandis que le nombre de jours de gel a nettement diminué. De même, on observe une hausse de l'isotherme zéro degré durant la même période. Le réchauffement s'exprime également par un développement plus précoce de la végétation.

L'évolution à long terme des précipitations entre 1864 et 2021 ne montre une tendance significative à l'augmentation des précipitations totales qu'en hiver et sur le Plateau. Les autres saisons ou régions n'enregistrent pas de changement à long terme des précipitations moyennes. Cependant, des études montrent que la fréquence et l'intensité des fortes précipitations journalières ont augmenté depuis 1901 dans la grande majorité des 185 stations de mesures. L'été humide de 2021 a montré de manière impressionnante les dangers liés à de telles fortes précipitations. En ce qui concerne la neige fraîche et la hauteur de neige, on constate un net recul dans l'espace alpin au cours des 50 à 60 dernières années.

MétéoSuisse est ouvert à un dialogue en ligne respectueux et accueille volontiers les commentaires et les questions. Nous vous invitons à respecter notre nétiquette. Veuillez noter qu’il n'existe aucun droit pour la publication d’un commentaire et que nous n'entretenons aucune correspondance concernant la décision de publier ou non un commentaire ou une question. Merci pour votre compréhension. Formulaire de contact

Commentaires (5)

  1. Claude Guignard, 07.09.2022, 19:54

    Les années se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Il n'y a que la température qui est restée dans la ligne du réchauffement climatique. .Et c'est vrai que trouver l'an dernier une série de beaux jours a été difficile. Mais malgré tout le souvenir n'a globalement t pas été mauvais. Chaque année efface le souvenir de la précédente. .

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Jo, 10.09.2022, 18:18

      Très juste, effectivement aucune année ne se ressemble finalement en fait réel. En tout cas on apprécie fortement les grosses pluies de cette dernière semaine sud jura. Beaucoup de facteurs sont impliqués, à l échelle mondiale qui influe largement sur notre climat en Suisse. Peut-on parler déjà de précurseur de cycle de mousson comme il y en a dans d'autres latitudes étant donné que la température, elle, augmente et très vite en Suisse, nous avons apparemment déjà 2 degrés de plus par rapport à l échelle mondiale, est ce bien juste ?

    2. MétéoSuisse, 10.09.2022, 18:29

      Bonjour,
      Sans aller jusqu'à parler de mousson, qui est un phénomène des régions proches de grandes masses océaniques chaudes, on peut déjà entrevoir une augmentation de la fréquence des fortes précipitations (du fait qu'une atmosphère plus chaude peut contenir plus de vapeur d'eau).
      En effet, en Suisse la température a augmenté de 2 °C comme le montre ce graphique d'évolution de l'écart de température moyenne sur toute la Suisse par rapport à la période 1961 - 1990 : https://www.meteosuisse.admin.ch/home/climat/changement-climatique-suisse/evolution-de-la-temperature-et-des-precipitations.html?filters=ths200m0_swiss_year_1864-smoother

  2. Nathalie, 07.09.2022, 12:14

    Bonjour, merci pour cet article.

    Il est très bien de relever, je vous cite: "la température annuelle en 2021 a été inférieure de 0,2 °C à la norme 1991-2020".

    Car malgré "un été pourri" comme beaucoup de personnes climatosceptiques le soulignent, globalement 2021 était quand même plus chaud que les années précédent 1990. Soit les gens sont trop jeunes et ils n'ont pas connu ces années-là, soit ils ont la mémoire courte.

    D'autre part, en un sens, heureusement qu'il y a eu ces fortes pluies en été, car les mois suivants ont été très secs. Et grâce à ces pluies les sols étaient encore gorgés d'eau plusieurs mois après, même jusqu'au début 2022, du moins dans ma région (Seeland).

    Cette année c'est peut-être l'inverse qui va se passer. Si l'automne est très pluvieux (en espérant que les précipitations ne soient pas trop violentes et bien réparties), les sols, rivières, et nappes phréatiques asséchés, pourront absorber toute cette eau sans que les lacs débordent. On verra...

    Réponses

    Répondre à Nathalie

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Virgile Woringer, 10.09.2022, 07:36

      Oui, oui, bien sür... etc. Mais en fonction des évènements de vie personnel et du Covid, le souvenir est rarement assez précis pour comparer objectivement !