Contenu

Août 2022 au niveau mondial

15 septembre 2022, 7 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

En moyenne mondiale, le mois d'août 2022 a été le troisième mois le plus chaud de l'ensemble des données Copernicus depuis 1979. Il a été 0,3 °C au-dessus de la norme 1991-2020. Le mois d'août a été aussi chaud en 2017 et 2021. Il a été légèrement plus chaud en 2016 et en 2019. L'Europe a enregistré le mois d'août le plus chaud avec 1,7 °C au-dessus de la norme 1991-2020 et l'été le plus chaud avec 1,3 °C au-dessus de la norme 1991-2020 dans le jeu de données Copernicus depuis 1979. C'est dans l'est de l'Europe que les températures d'août ont été les plus élevées par rapport à la norme. Dans le sud-ouest du continent, elles ont également été largement supérieures à la norme en juin et en juillet. Dans cette partie de l'Europe, ainsi qu'en Chine centrale et orientale, des vagues de chaleur ont eu lieu pendant les trois mois d'été. En outre, l'Amérique du Nord a également connu l'un des étés les plus chauds de l'ensemble des données Copernicus depuis 1979.

Fig. 1: Distribution mondiale de la température en août 2022. Ecart à la norme 1991-2020 en °C. Source : Copernicus
Fig. 1 : Distribution mondiale de la température en août 2022. Ecart à la norme 1991-2020 en °C. Source : Copernicus

Le panorama mondial

Dans une grande partie de la Chine, la température du mois d'août a été largement supérieure à la norme 1991-2020. La vague de chaleur et la sécheresse ont été particulièrement massives dans le bassin du Sechuan. Les régions de l'ouest du Canada et des États-Unis ont également connu des températures inhabituellement élevées. En Antarctique, comme c'est souvent le cas, certaines régions, réparties sur l'ensemble du continent, ont connu des températures nettement supérieures ou inférieures à la moyenne.

Le Pakistan, frappé par des inondations, a connu des températures inférieures à la norme, contrairement aux conditions inhabituellement chaudes de la période précédant la mousson. Au nord, une vaste zone de températures inférieures à la norme s'étendait des républiques d'Asie centrale au nord-ouest de la Chine, en passant par le centre de la Russie et la Mongolie.
Les grands bassins océaniques ont connu des conditions diverses. Parmi les régions où la température de l'air s'est montrée au-dessus de la norme 1991-2020, on trouve les mers de Barents et de Kara, la Méditerranée occidentale, le nord de l'océan Pacifique et de l'océan Atlantique, une région du Pacifique sud qui s'étend de l'Australie au sud de l'Amérique du Sud, ainsi que de grandes régions maritimes de l'Antarctique. 
La température de l'air a été inférieure à la norme 1991-2020 dans une grande partie du Pacifique tropical et subtropical oriental méridional, ce qui indique des conditions La Niña persistantes, dans de grandes zones de l'océan Indien et au-dessus de certaines zones maritimes de l'Antarctique, en particulier au large de la côte de l'Antarctique occidental.

Affichage aggrandi: Fig. 2 : Anomalie mensuelle de la température moyenne mondiale de janvier 1979 à août 2022 par rapport à la norme 1991-2020. Les barres noires indiquent les mois d'août.
Fig. 2 : Anomalie mensuelle de la température moyenne mondiale de janvier 1979 à août 2022 par rapport à la norme 1991-2020. Les barres noires indiquent les mois d'août.
Source : Copernicus.

L'Europe

En moyenne européenne, le mois d'août a été de loin le plus chaud de l'ensemble des données Copernicus depuis 1979, avec 1,7 °C au-dessus de la norme 1991-2020. Il a dépassé de 0,8 °C le précédent record d'août 2018 et de 0,9 °C les mois d'août 2010, 2003 et 2015. 
En 2003 et 2010, les extrêmes locaux du mois d'août étaient certes plus élevés qu'actuellement, mais certaines grandes régions d'Europe enregistraient alors des valeurs inférieures à la norme. En revanche, en août 2022, la température était supérieure à la norme 1991-2020 dans la plupart des régions d'Europe.
C'est à l'extrême est du continent, dans une bande s'étendant des mers de Barents et de Kara au Caucase, qu'elle s'est montrée le plus au-dessus de la norme. Dans l'ouest de l'Europe, la température du mois d'août a également été généralement élevée, mais pas aussi extrême qu'en juin et en juillet.

Affichage aggrandi: Fig. 3 : Répartition spatiale de la température du mois d'août 2022 en Europe. Ecart à la norme 1991-2020, en °C.
Fig. 3 : Répartition spatiale de la température du mois d'août 2022 en Europe. Ecart à la norme 1991-2020, en °C.
Source : Copernicus

L'été 2022 dans l'hémisphère nord

Pendant l'été de l'hémisphère nord (juin à août), la température à la surface des continents a été majoritairement supérieure à la norme 1991-2020. En Amérique du Nord, en Afrique du Nord-Ouest, en Chine, au Japon, en Europe et en Russie orientale, la période de juin à août a été en grande partie nettement plus chaude que la norme 1991-2020. La majeure partie de l'Antarctique a connu un hiver (juin à août) moins froid que la norme 1991-2020.
Parmi les régions où la température de juin-août a été inférieure à la norme, on trouve le Pakistan et les régions côtières d'Oman et du Yémen, la majeure partie de l'est de l'Australie, une grande partie du Groenland et une bande allant du centre de la Sibérie au nord-est de la Chine.
La température de juin-août au-dessus des océans a montré à peu près le même schéma d'écart par rapport à la norme 1991-2020 que celui décrit ci-dessus pour août 2022.
 

Affichage aggrandi: Fig. 4 : Répartition spatiale de la température de juin à août 2022 à l'échelle du globe. Ecart à la norme 1991-2020 en °C.
Fig. 4 : Répartition spatiale de la température de juin à août 2022 à l'échelle du globe. Ecart à la norme 1991-2020 en °C.
Source : Copernicus

L'été 2022 en Europe

En moyenne européenne, il s'agit de l'été le plus chaud enregistré dans le jeu de données Copernicus depuis 1979. La température de juin à août a été supérieure d'environ 1,34 °C à la norme 1991-2020. L'été européen le plus chaud jusqu'à présent, celui de 2021, est resté 0,4 °C en dessous. Les étés 2010 et 2018 étaient plus frais de 0,5 °C, l'été 2003 de 0,6 °C.
Presque toute l'Europe a enregistré des valeurs nettement supérieures à la norme, en particulier le sud-ouest et l'extrême nord-est. La France a connu en 2022 le deuxième été le plus chaud après 2003 et ce, bien que le nombre de jours considérés comme caniculaires ait été plus élevé en 2022 qu'en 2003. L'Angleterre a également signalé le deuxième été le plus chaud, à égalité avec l'été 2018.

Affichage aggrandi: Fig. 5 : Répartition spatiale de la température de juin à août 2022 en Europe. Ecart à la norme 1991-2020, en °C.
Fig. 5 : Répartition spatiale de la température de juin à août 2022 en Europe. Ecart à la norme 1991-2020, en °C.
Source : Copernicus.

Août 2022 en Suisse

En moyenne nationale, la Suisse a connu le troisième mois d'août le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Le deuxième rang a surtout été atteint en Suisse romande, en Valais et au Sud des Alpes. Localement, on a enregistré l'une des périodes sur trois jours les plus chaudes pour un mois d'août. Les précipitations sont restées nettement inférieures à la moyenne dans de nombreuses régions, tandis que plusieurs sites ont mesuré l'un des mois d'août les plus ensoleillés de ces 60 dernières années.

Affichage aggrandi: Fig. 6 : Répartition spatiale des précipitations en août 2022, représentée en % de la norme 1991-2020
Fig. 6 : Répartition spatiale des précipitations en août 2022, représentée en % de la norme 1991-2020

L'été 2022 en Suisse

La Suisse a connu son deuxième été le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Celui-ci a donné lieu à trois vagues de chaleur marquées. Les fortes chaleurs ont débuté de manière inhabituellement précoce en juin et ont également concerné les mois de juillet et d'août. Cette chaleur s'est accompagnée d'un manque massif de pluie pendant une longue période. Le peu de pluie a laissé la place à un fort ensoleillement, ce qui a conduit dans certaines régions à l'été le plus ensoleillé depuis le début des mesures.

Affichage aggrandi: Figure 7: Répartition spatiale de l’ensoleillement pendant l’été 2022, représentée en % de la norme 1991-2020.
Figure 7: Répartition spatiale de l’ensoleillement pendant l’été 2022, représentée en % de la norme 1991-2020.

Les bulletins climatologiques d'août 2022 et de l'été 2022 rédigés par MétéoSuisse donnent un aperçu complet de la situation en Suisse.

MétéoSuisse est ouvert à un dialogue en ligne respectueux et accueille volontiers les commentaires et les questions. Nous vous invitons à respecter notre nétiquette. Veuillez noter qu’il n'existe aucun droit pour la publication d’un commentaire et que nous n'entretenons aucune correspondance concernant la décision de publier ou non un commentaire ou une question. Merci pour votre compréhension. Formulaire de contact

Commentaires (7)

  1. Jean-Marc Rihs, 19.09.2022, 22:35

    Concernant la banquise arctique selon le NSIDC, celle-ci a étonnamment bien résisté cette année, se trouvant en 13 ème position dans les plus petites superficies à fin août.
    Par contre l'Antarctique a pour cette même période une des plus faibles extensions jamais enregistrées.
    Je pense que ces 2 paramètres sont importants au niveau de l'évolution du climat à cette époque de l'année, du fait que l'on arrive ces tous prochains jours au minimum et maximum respectif.

    Réponses

    Répondre à Jean-Marc Rihs

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. tel père, tel fils, chanson du grand lama, 18.09.2022, 19:47

    Bonjour, la réponse donnée à Nathalie est excellente, c'est excactement ce que je voulais poser comme question, alors merci beaucoup

    Réponses

    Répondre à tel père, tel fils, chanson du grand lama

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  3. Nathalie, 16.09.2022, 13:13

    Il est clair que les canicules deviennent de plus en plus fréquentes sous nos latitudes, ceci parfois dès le mois de juin.

    Après consultation des liens transmis par vos soins dans certains de vos précédents articles, il me semble que bien qu'il y ait moins de jours de gel et d'enneigement en basses altitude durant les hivers, ceux-ci présentent moins de phénomène extrêmes que les autres saisons. Ils sont donc plus stables.

    Ceci dit, mon ressentiment personnel est qu'il y a toujours moins "d'entre-saison", avec des températures agréables aux alentours de 20°C. On passe du froid au chaud, et inversement, en quelques jours seulement. Comme en ce moment. On passe souvent du T-shirt à la veste d'hiver en 2 semaines il me semble.

    Serait-il possible pour vous de vérifier si cette sensation est réelle ou erronée? Par exemple en montrant sur des séquences de plusieurs années le nombre de jours par an (ou par saison) par tranche de -5°C à 0, de 0 à 5, 5-10, 10-15, 15-20, 20-25, etc.?

    Réponses

    Répondre à Nathalie

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 16.09.2022, 14:10

      Bonjour, souvent durant l'entre-saison peuvent survenir des passages frontaux marqués. Par exemple, cette mi-septembre est marquée par l'arrivée du premier front froid polaire digne de ce nom depuis la fin avril. Dans ce genre de cas, la variation de température sera forcément brusque entre une masse d'air maritime tropicale à l'avant du front et une masse d'air maritime polaire à l'arrière de celui-ci. En revanche, les températures peuvent remonter à nouveau durant le cours de l'automne comme elles le font souvent en dents de scie durant cette saison. Donc oui, les variations de températures peuvent être brusques aux passages des front froids mais souvent les températures remontent par la suite, donc il ne s'agit pas forcément de passer de l'été à l'hiver durablement mais de manière très temporaire dans la masse d'air polaire à l'arrière de ces fronts froids. Dans des climats plus continentaux comme aux Etats-Unis, des fluctuations de températures d'environs 40°C peuvent être enregistrés en quelques heures aux passages de certains fronts froids, ce qui est une variation énorme... en revanche, trois jours plus tard, il n'est pas hors du commun de voir les températures remonter à des valeurs plus "normales" pour la saison en question. Cela étant dit, merci pour votre proposition d'effectuer une analyse sur la fréquence des températures moyennes journalières par saison par tranches de 5°C ou 10°C, nous étudierons la possibilité d'effectuer une telle analyse!

  4. Claude Guignard, 16.09.2022, 09:32

    Malgré les fluctuations inévitables le réchauffement global se poursuit. Mais un examen en attentif de votre grapnique semble montrer un réchauffement très rapide entre 2000 et 2015 mais dont le rythme s'est nettement réduit depuis. lors.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 16.09.2022, 11:36

      Le réchauffement mondial semble se matérialiser par paliers où la hausse des températures peuvent stagner sur quelques années avant de remonter à nouveau. Si les anomalies de températures semblent montrer une certaine stagnation depuis 2015 au niveau mondial sur le graphique, les 5 années les plus chaudes au niveau mondial ont tous été enregistrées depuis 2015 et comme le montre les figures 3 et 5, d'importantes variations des écarts à la norme peuvent être enregistrées d'une région à l'autre sur une échelle mensuelle et saisonnière.

  5. Pascal_fr_39, 15.09.2022, 18:16

    Bonjour, +0,4° pour l’été et + 0,8° pour le mois d’août en rapport à leur précédent record respectif, cet été 2022 n’a pas été avare de ses efforts pour se hisser sur la plus haute marche du podium, une année 2022 qui a du panache avec ses records du début d’année, de la mi- mai et les 40° pour la 1ere fois en France métropolitaine en septembre ce lundi dans les Landes.
    Faut-il s’inquiéter ou lire l’information parmi le flot incessant qui en chasse l’une après l’autre?
    Dans mon pays, nous avons le carburant le moins cher de l’Europe de l’Ouest, les trajets en jet privé ne sont pas un sujet puisqu’ils ne représentent qu’une infinie portion du trafic aérien, et des icônes planétaires d’un certain sport se tordent de rire en réponse à une question concernant les vols privés, insultant pompiers, agriculteurs et le brave citoyen vertueux. Donc tout va très bien comme le chantait Ray Ventura il y a déjà fort longtemps.

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension