Contenu

De trop peu à trop ?

31 juillet 2022, 26 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Il fait très chaud et très sec en Suisse ainsi qu'en Méditerranée. Ces conditions font que les eaux de surface de la Grande Bleue sont devenues exceptionnellement chaudes. Ce stock de chaleur et d'humidité à nos portes est-il le gage de phénomènes météo intenses durant les prochains mois?

La NASA a publié des images satellitaires qui permettent de comparer la Suisse entre 2021 et 2022. Dans ces images, les champs arides et le manteau neigeux réduit apparaissent nettement. Dans les deux images zoomées sur une partie de la Suisse romande, la sécheresse de 2022 est clairement identifiable.

Le contraste entre 2021 et 2022 est saisissant!

Affichage aggrandi: Figure 1 : Image satellitaire de la NASA montrant l'enneigement dans les Alpes en 2021.
Figure 1 : Image satellitaire de la NASA montrant l'enneigement dans les Alpes en 2021.

Dans une autre étude portant sur la Méditerranée et ses températures, Copernicus montre une anomalie positive très marquée de la température de cette mer.

Au cours des derniers jours, la température de surface de la mer a atteint un niveau généralisé de 27 à 30°C entre la mer Tyrrhénienne et les îles Baléares. Ces valeurs de température sont de 4 à 6 degrés au-dessus de la norme pour la période. Il s'agit d'une "vague de chaleur océanique", un événement rare, voire considéré comme extrême, au cours duquel la température de la mer est anormalement élevée et qui a un impact important sur les écosystèmes marins. Depuis le début de l'été, le mistral (qui transporte habituellement de l'air frais) est peu fréquent et des conditions anticycloniques avec un temps très chaud ont dominé le bassin méditerranéen occidental. Cela a conduit à une augmentation des températures de surface de la mer en juillet à des niveaux remarquables. Dimanche dernier, par exemple, la bouée au large d'Alistro, en Corse, a même enregistré un pic de 30,7°C. Il y a quelques années, peu nombreuses à vrai dire, nous nous inquiétions du fait que les températures de surface en Méditerranée pourraient atteindre 27 degrés, remplissant ainsi l'une des conditions pour le développement de violentes tempêtes d'automne et d'hiver, comme les Medicanes ou TLC (Tropical like cyclones). Ces dernières années, ces cyclones méditerranéens se sont produits (Méditerranée centrale et orientale) avec une fréquence accrue. Actuellement, la température de surface de la mer est même supérieure de plusieurs degrés.

Affichage aggrandi: Figure 5: Anomalie de la température à la surface de la mer © Copernicus Marine Service.
Figure 5: Anomalie de la température à la surface de la mer © Copernicus Marine Service.

Une source d'humidité presque inépuisable, aussi pour la région alpine

Une mer Méditerranée très chaude constitue également un risque pour la région alpine. La quantité d'humidité et d'énergie qui pourrait être canalisée vers les Alpes est énorme.  Mais ce potentiel seul n'est pas suffisant. L'inconnue se situe au niveau synoptique (répartition spatiale des zones de haute et basse pression) : en l'absence de courants provenant des secteurs sud (sud-ouest, sud-est), d'une certaine intensité et persistance, cette humidité a peu de chances d'atteindre nos régions en quantités significatives. De plus, pour que cette humidité soit "activée", une forte dynamique d'altitude générée par un vigoureux système dépressionnaire est nécessaire. 

Imaginons maintenant que les conditions anticycloniques, qui ont été une constante ces derniers mois, se maintiennent également dans les mois à venir ! Ce serait une version que personne n'espère car nous serions confrontés à une sécheresse sans précédent.

(Blog traduit de la version italienne)

MétéoSuisse est ouvert à un dialogue en ligne respectueux et accueille volontiers les commentaires et les questions. Nous vous invitons à respecter notre nétiquette. Veuillez noter qu’il n'existe aucun droit pour la publication d’un commentaire et que nous n'entretenons aucune correspondance concernant la décision de publier ou non un commentaire ou une question. Merci pour votre compréhension. Formulaire de contact

Commentaires (26)

  1. Philippe MÉAN, 02.08.2022, 14:35

    Le fil du blog se préoccupe de la poursuite hivernale de la sècheresse en Suisse. C’est une hypothèse pertinente mais peu probable à mes yeux. Les risques de pluies extrêmement intenses (associées au transport de l’humidité des masses d’air méditerranéennes sur la Suisse centrale par une dépression en Lombardie) me semblent plus importants. Qu’en pense MeteoSwiss?

    Réponses

    Répondre à Philippe MÉAN

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 02.08.2022, 16:38

      Bonjour,
      Difficile de faire de la prévision à cette échelle temporelle. Mais, effectivement on se souvient de mois de septembre ou octobre extrêmement arrosés (en Valais par exemple). A suivre donc!

  2. Fehr, 01.08.2022, 08:55

    Le plus désespérant c’est que ces situations climatiques qui vont virer dramatiques ont été prédites il y a plusieures décennies! Des météorologues, des climatologues ont tirés toutes les sonnettes d’alarme…et voila nous sommes devant le début des faits qui s’accomplissent! Et est ce que les politiques s’inquiètent vraiment ? Je lis ce matin qu’une conseillère fédérale parle de développer l’hydraulique…vraiment utile en pleine sécheresse, il y a des spécialistes qui informent ces gens ??? Suis d’accord cela ne traîte la météo que d’une manière détournée mais cela serait intéressant de lire les commentaires non ? 🙏

    Réponses

    Répondre à Fehr

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Martin, 01.08.2022, 13:50

      Avec des pluies diluviennes, des barrages peuvent réduire l'impact de celle-ci. Et quand un lac naturel est à sec, comme celui de Nendaz (lac tacouet, si je ne fait erreur), sans l'apport de l'eau d'un barrage, les batraciens et autres n'auraient pas survécus. Les années 2019 et 2020 ont déjà fait passablement de dégâts dans nos forêts et en 2022, les zones qui étaient habituellement humides sont totalement sèches. Pour éviter les coulées de boues comme en 2021 en Allemagne et Belgique, des retenues d'eau sont nécessaires. Eau utile en cas d'incendie et utile pour maintenir un débit minimum dans les ruisseaux. Des citernes enterrées pouvant capter au moins l'équivalent de 6mois d'eau de pluie provenant d'un toit de chaque construction auraient dû être obligatoire depuis longtemps. En Chine, il a plu en quelques jours, l'équivalent d'une année. Prétendre que c'est impossible en Suisse avec ce réchauffement climatique qui s'accélère est téméraire.

  3. Chris, 01.08.2022, 05:05

    Comparer 2021 à 2022 n'a pas vraiment de sens, sauf à vouloir faire paniquer les gens qui ne savent pas que les variations climatiques d'une année à l'autre peuvent être encore plus importantes que l'évolution moyenne sur 100 ans!
    Bref... si 2023 est aussi pluvieuse (neigeuse) que 2021, je me réjouis de voir la Nasa refaire la même comparaison, dans l'autre sens cette fois.

    Réponses

    Répondre à Chris

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  4. Jacques, 31.07.2022, 20:15

    Et si les conditions anticycloniques se maintenaient, comme vous en faites l’hypothèse, où pourrait aller cette humidité ?

    Réponses

    Répondre à Jacques

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 02.08.2022, 12:24

      Bonjour,
      L'humidité est entraînée par les courants d'altitude donc elle pourrait par exemple, en cas d'anticyclone sur l'Europe de l'Ouest, aller vers la Grèce ou la Turquie ou, en l'absence totale de courant, stagner sur place, au-dessus de la Méditerranée.

  5. Bastien Mesnil, 31.07.2022, 19:37

    En même temps, les images de la NASA, ce sont celles du mois de juillet 2021, un des plus arrosé des annales, avec celui de 2022, probablement l'un des plus chaud et sec. Pas étonnant que le contraste soit saisissant!

    Réponses

    Répondre à Bastien Mesnil

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  6. Jérémie Le maine coon, 31.07.2022, 19:29

    Peut on risquer une augmentation des médicanes?

    Réponses

    Répondre à Jérémie Le maine coon

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 31.07.2022, 20:19

      Bonjour, avec une Méditerranée plus chaude, la probabilité d'avoir des medicanes est plus élevée si les conditions atmosphériques favorables à leur formation sont réunies. Cela ne va donc pas seulement dépendre de la température de l'eau, mais également de la circulation atmosphérique.

    2. Jérémie Le maine coon, 01.08.2022, 17:44

      Si les conditions sont réunis peut risquer d’en souffrir en Suisse?

    3. MétéoSuisse, 02.08.2022, 12:30

      probablement de manière marginale. De grosses perturbations comme un medicane ont sans doute un impact à grande échelle.

  7. Claude Guignard, 31.07.2022, 19:21

    Personnellement j'ai de la peine à imaginer les conséquences dans notre pays d'une Méditerranée surchauffée. Lorsque la répartition des pressions amène vers le nord l'air mediterrannen humide et chaud, il se heurte normalement à la barrière des Alpes. C'est le foehn classique. C'est le sud des Alpes qui recueille toute cette eau. S'il le phénomène fonctionne. Mais vous savez bien mieux que moi que les Alpes compliquent sérieusement les choses et des conditions anormales peuvent conduire à des situations inattendues et fortement négatives. C'est en effet les conclusions auxquelles je parviens et qui ne différent guère des vôtres. Un élément négatif de plus à prendre en considération, dû au changement climatique.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  8. Damien, 31.07.2022, 19:01

    C'est pas parce que la Suisse est surnommée le château d'eau de l'Europe que l'eau continuera à tomber au-dessus du pays. La situation étant de plus en plus tragique, on va se payer des beaux moments dramatiques...

    Réponses

    Répondre à Damien

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  9. Paul Sanchez, 31.07.2022, 17:41

    Bonjour,

    Merci pour votre article.
    A l'aide des modèles dont metesosuisse dispose, est-il possible d'estimer la probabilité du scenario ou les conditions anticycloniques se maintiendrait ?

    Réponses

    Répondre à Paul Sanchez

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 31.07.2022, 20:16

      Bonjour, les tendances pour le début de l'automne montrent plutôt un maintient des conditions plus anticycloniques qu'en moyenne à cette saison, mais aucun scénario ne peut être exclu.

  10. Pascal-fr-39, 31.07.2022, 17:06

    Bonjour,
    les images satellites du bassin Lémanique sont édifiantes. A ce propos, un sol aride tel qu’il l’est actuellement, emmagasiné beaucoup plus le rayonnement solaire qu’un sol humide recouvert de végétation « en vie ». Ainsi, à masse d’air égale à 850 hPa, est-ce qu’on a une estimation du surplus de température que peut apporter la situation actuelle sur les mesures des stations météo du bassin Lémanique non côtières, 1 degré, voire 2 localement, ou plus?

    Réponses

    Répondre à Pascal-fr-39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 31.07.2022, 20:07

      Bonjour, nous n'avons pas fait de statistiques, mais lorsque que le vent est faible ou souffle du nord-est, la différence entre la température à 850 hPa et 400 m est plutôt classique pour la saison, c'est-à-dire environ 13,5 °C. Par exemple ce dimanche 31 juillet, 16,5 °C à 850 hPa mesurés par le radiosondage et 29,9 °C à la station de Payerne. Par contre, la température en plaine peut facilement être 1 à 2 degrés plus élevée quand le vent de sud-ouest souffle.

  11. Emma D'Hautbois, 31.07.2022, 16:08

    SVP cessez de nous alarmer! Nous sommes déjà si inquiets. Rassurez-nous plutôt. Il n'est pas envisageable que les vents ne tournent pas sous peu. Il pleut aux USA, il pleut en Iran... L'Europe, la Suisse peuvent-elles rester encore longtemps au régime sec??? C' est impensable! Merci de répondre.

    Réponses

    Répondre à Emma D'Hautbois

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 31.07.2022, 19:56

      Bonjour, les précipitations vont finir par revenir, mais tout reste possible pour les prochains mois. Un automne avec des cumuls de précipitations inférieurs à la norme est tout à fait possible, tout comme un automne très pluvieux.

    2. David Padayachy, 31.07.2022, 20:24

      Il ne s’agit pas de faire l’autruche et de cacher ce qui est alarmant. C’est un fait qu’il fait extrêmement chaud et ce même en Méditerranée.
      La semaine dernière j’étais dans le sud de la France à Palavas et j’ai été extrêmement frappé par la température de l’eau. D’un point de vue de pure qualité humaine elle était très agréable mais dans les faits elle était très voire trop chaude.
      Le problème de la Méditerranée c’est, comme son nom l’indique une mer dans les terres ce qui empêche de facto un brassage massif avec des eaux en provenance des pôles. J’en étais à comparer avec les eaux de Thaïlande. Et la Thaïlande ce sont les tropiques, soit des latitudes (en comparant des lieux plus proches de nous) au sud du Mali et la Guinée.
      Je pense que cet automne les épisodes cévenols risquent être vraiment très intenses vu l’énergie thermique que la mer aura accumulé tout l’été.

    3. Damien, 02.08.2022, 09:26

      Alors que les scientifiques ayant les connaissances appropriées dans ce domaine nous alarment, nos services météo confirment ces faits et nous alarment aussi. Cela vous déplaît? Personnellement je trouve extrêmement important d'informer la population sur ce qu'il se passe, car nous courons à notre perte par nos actes et nos inactions en faisant comme si tout allait bien! Ignorer les problèmes ne les résoudra jamais, ouvrez les yeux! Agissez!

  12. Stéphanie Rey, 31.07.2022, 15:01

    La comparaison estivale entre 2021 et 2022 est délicate, caf 2021 a été marqué par beaucoup de neige et début d’année et un printemps froid et pluvieux, voit même neigeux et un été plutôt frais et humide. C’est comme si on comparait deux extrêmes alors c’est sur qu’il y’a une différence marquée.

    Réponses

    Répondre à Stéphanie Rey

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 31.07.2022, 19:54

      Bonjour, une petite précision. La température moyenne de l'été 2021 était dans la norme, il ne peut donc pas vraiment être qualifié de frais.

    2. Franz Hueber, 07.08.2022, 23:36

      Vous nous rappelez pourquoi le mois de juin 2021 a été plutôt doux ? Ah oui, à cause de la couverture nuageuse nocturne.

      Juillet étant dans la norme, sinon ?

    3. MétéoSuisse, 08.08.2022, 08:56

      @Franz Hueber
      Bonjour,
      Juin 2021 s’est avéré 1,8 °C plus chaud que la norme 1991-2020. L’anomalie thermique a été tout aussi importante sur les températures minimales que sur les températures maximales. Quant à juillet 2021, il s’est avéré plus froid que la norme 1991-2020 de 0,7 °C.