Contenu

Quid de la canicule ? (mise à jour du 14.06.22)

14 juin 2022, 29 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

La première vague de chaleur est-elle à nos portes ? C'est ce que laissait entendre notre article d'hier. Celui d'aujourd'hui fait le point sur la situation et précise ce qui peut l'être.

Mise à jour du mardi 14.06.2022

Températures caniculaires jusqu'en fin de semaine

Suite aux dernières sorties de nos différents modèles de prévisions, voici les dernières informations concernant l'épisode de fortes chaleurs attendue pour cette seconde partie de semaine. Mise à jour du blog publié hier, lundi 13.06.2022.

Des températures maximales supérieures à 30 °C se confirment jusqu'au week-end avec un pic de chaleur attendu entre samedi et dimanche. Durant le week-end, des maxima de l'ordre de 32 à 35 °C devraient être atteints en plaine. A noter que la nuit de samedi à dimanche sera particulièrement douce, avec des minima proches de 20°C. 

Incertitude quant au timing du rafraîchissement

L'incertitude à partir de dimanche est encore très marquée. L'image ci-dessous montre deux scénarios du modèle IFS haute résolution. Selon le scénario de gauche calculé lundi soir (13.06), la goutte froide resterait au large du Portugal et le courant d'ouest circulerait sur le nord de l'Europe et balayerait rapidement l'air chaud de la Suisse. Le scénario de droite calculé ce mardi matin montre une solution différente où la goutte froide serait reprise dans le courant d'ouest et la Suisse se retrouverait donc à l'avant dans un courant de sud-ouest encore très chaud.

De l'air nettement plus froid en début de semaine prochaine

Cette dernière version du modèle IFS 14.06.22 00UTC envisage toutefois également une baisse des température, mais seulement à partir de lundi.

Les différents scénarios du modèles IFS illustrés ci-dessous donnent une information sur la fiabilité de cette prévision. La fiabilité est relativement bonne jusqu'à samedi avec une majorité des courbes (scénarios) qui suivent la même trajectoire. Dès dimanche, la dispersion, qui illustre l'incertitude, augmente, mais une baisse des températures est visible pour la semaine prochaine.

Affichage aggrandi: Température (en °C) à 850 hPa (~1500 m) au niveau de Genève du mardi 14 au jeudi 23 juin 2022 selon les 52 membres (scénarios) du modèle IFS.
Température (en °C) à 850 hPa (~1500 m) au niveau de Genève du mardi 14 au jeudi 23 juin 2022 selon les 52 membres (scénarios) du modèle IFS.
Source : ECMWF - MétéoSuisse

Blog du lundi 13.06.2022 14h

Situation générale

Dès le milieu de cette semaine, une dépression fermée assez vigoureuse prendra ses quartiers au large du Portugal, avant de se déplacer lentement vers l'est durant les jours suivants. Cela aura pour principal effet d'aller pomper de l'air nord-africain surchauffé et de le diriger vers le nord en direction de l'Espagne et du sud-ouest de la France. Dans ces régions, une vague de chaleur est plus que probable. Voici ce que cela donne en images : 

Affichage aggrandi: Températures (plage de couleurs) et géopotentiel 500 hPa (lignes noires) prévus pour vendredi 17 juin à 00 UTC par le modèle IFS du 13 juin à 00 UTC.
Températures (plage de couleurs) et géopotentiel 500 hPa (lignes noires) prévus pour vendredi 17 juin à 00 UTC par le modèle IFS du 13 juin à 00 UTC.
Source : EC-Charts@ECMWF

Pour nos régions, nous considérons à MétéoSuisse qu'une température supérieure à 20 °C à 850h hPa (environ 1500 m) rend plausible l'occurrence d'une canicule ; ce ne sera pas encore le cas jeudi et vendredi pour le Nord des Alpes. Samedi en revanche, le déplacement vers l'est du centre dépressionnaire décalera d'autant les remontées d'air tropical à plus de 20 °C à 850 hPa ; nos régions seront dès lors concernées. 

Affichage aggrandi: Températures à 850 hPa (plages de couleur) et géopotentiel à 500 hPa (lignes noires) prévues pour dimanche 19 juin à 00 UTC par le modèle IFS du 13 juin à 00 UTC.
Températures à 850 hPa (plages de couleur) et géopotentiel à 500 hPa (lignes noires) prévues pour dimanche 19 juin à 00 UTC par le modèle IFS du 13 juin à 00 UTC.
Source : EC-Charts@ECMWF

Très incertain en revanche est le devenir de cette ébauche de vague de chaleur, car dès dimanche le modèle ne sait plus où donner de la tête et part dans toutes les directions. On le constate par exemple en comparant les deux dernières prévisions du modèle IFS à haute résolution pour l'échéance de lundi 20 juin à 00 UTC. La prévision du 12 juin à 12 UTC prévoyait pour cette échéance une poursuite de la vague de chaleur avec une température de plus de 21 °C à 850 hPa ; celle du 13 juin à 00 UTC prévoit maintenant un décalage de la dépression sur la France, le passage d'un front froid et un abaissement de la température à 850 hPa à 14 °C. 

Affichage aggrandi: Températures à 850 hPa (plages de couleur) et géopotentiel à 500 hPa (lignes noires) prévues pour lundi 20 juin à 00 UTC par les sorties repsectives du modèle IFS des 12 juin à 12 UTC (à gauche) et du 13 juin à 00 UTC (à droite).
Températures à 850 hPa (plages de couleur) et géopotentiel à 500 hPa (lignes noires) prévues pour lundi 20 juin à 00 UTC par les sorties repsectives du modèle IFS des 12 juin à 12 UTC (à gauche) et du 13 juin à 00 UTC (à droite).
Source : EC-Charts@ECMWF

Si l'on considère maintenant uniquement la sortie de modèle la plus récente, soit celle du 13 juin à 00 UTC, et que l'on se penche sur les prévisions d'ensemble (soit 52 prévisions différentes basées sur la même analyse), nous pouvons obtenir une probabilité d'avoir plus de 20 °C à 850 hPa dimanche soir. La voici : 

Affichage aggrandi: Probabilité de dépasser 20 °C à 850h hPa (env. 1500 m) lundi 20 juin à 00 UTC, basée sur la prévision d'ensemble du 13 juin à 00 UTC.
Probabilité de dépasser 20 °C à 850h hPa (env. 1500 m) lundi 20 juin à 00 UTC, basée sur la prévision d'ensemble du 13 juin à 00 UTC.
Source : EC-Charts@ECMWF

A l'heure actuelle, cette probabilité est estimée ä 16 % sur le Plateau romand, c'est-à-dire plutôt faible. Elle a peu varié aux cours des 3 dernières prévisions, ayant été au maximum de 22 % dans la prévision du 12 juin à 00 UTC.

Le modèle à haute résolution étant le plus fin (sa maille de 9 km est le double de celle des autres membres de l'ensemble) il est intéressant de se demander comment il se situe par rapport à eux. Un météogramme nous donne la réponse : 

Affichage aggrandi: Météogramme représentant la dispersion de la température à 850 hPa (en haut) et la dispersion des températures minimales et maximales (en bas). Sur le tableau du haut, le modèle à haute résolution est représenté par la ligne rouge traitillée et la médiane de l'ensemble par la ligne noire. Les plages bleues montrent la dispersion.
Météogramme représentant la dispersion de la température à 850 hPa (en haut) et la dispersion des températures minimales et maximales (en bas). Sur le tableau du haut, le modèle à haute résolution est représenté par la ligne rouge traitillée et la médiane de l'ensemble par la ligne noire. Les plages bleues montrent la dispersion.
Source : ECMWF@NInJo-MétéoSuisse

Ainsi, on constate qu'à partir de dimanche soir, la température à 850 hPa tend à s'abaisser d'une manière générale. Le modèle à haute résolution montre l'abaissement le plus rapide lié au passage du front froid. Ce scénario est majoritaire dans les ensembles, mais avec un chronologie différente d'un membre à l'autre, si bien que la médiane s'abaisse plus progressivement pour atteindre à peu près le même niveau que le modèle à haute résolution d'ici à mardi matin. A noter cependant qu'environ 10 % des membres maintiennent une température voisine de 20 °C jusqu'à mercredi matin, avant de plonger également en toute fin de période.

Conclusion

Des températures caniculaires semblent probables pour les journées de samedi et dimanche, cette dernière journée étant entachée d'une incertitude concernant le risque d'orages et la nébulosité. La durée de cette vague de chaleur est à l'heure actuelle très incertaine. Sans exclure qu'elle se poursuive durant la première moitié de la semaine prochaine, ce scénario n'est pour l'heure pas considéré comme le plus probable. 

Les températures maximales prévues au plus fort de la canicule pour samedi et dimanche devraient être comprises en plaine entre 33 et 35 °C. 

Commentaires (29)

  1. Cervantes, 17.06.2022, 14:55

    Bonjour,
    Les mesures s'effectuent où exactement ? Par exemple pour Genève, si vous êtes à la campagne, dans un parc ou en plein centre ville bétonné les différences de températures seront notables. De combien de degrés sont ses différences (il me semble constater au moins 5 degrés de plus dans un environnement urbain) ? Faites-vous aussi ce genre de comparatif, ne serait-ce que pour alerter les autorités afin de verdir la ville. Merci.

    1. MétéoSuisse, 17.06.2022, 15:37

      Bonjour,
      Nous mesurons dans différents environnements. A Genève, la mesure est effectuée à l’aéroport, entre le tarmac et la forêt en direction de Ferney. Les différences de température sont notables sur les valeurs minimales avec des températures plus élevées en ville qu’à la campagne. Cela s’appelle l’îlot de chaleur urbain. En Suisse, la différence de température entre la ville et la périphérie peut atteindre 6 degrés en fin de nuit. Un blog sur ce sujet a été rédigé le 15 juin : https://www.meteosuisse.admin.ch/home/actualite/meteosuisse-blog.subpage.html/fr/data/blogs/2022/6/neue-hitzeszenarien-fuer-schweizer-staedte-.html
      Dans le bulletin des dangers naturels, il est indiqué que « pendant la nuit, dans les zones urbaines, les températures minimales seront supérieures de quelques degrés en raison du refroidissement nocturne moins marqué que dans les régions environnantes ».

  2. Xavier, 17.06.2022, 07:07

    Bonjour,
    Dans cet afflux d’air provenant d’Afrique du nord, pourquoi n’y a-t-il cette fois pas de sable du Sahara?

    1. MétéoSuisse, 17.06.2022, 08:48

      Bonjour,
      Il y a eu un peu de poussière du Sahara qui a été détecté au Jungfraujoch le 15 juin.
      https://www.meteosuisse.admin.ch/home/climat/climat-de-la-suisse/informations-saisonnieres/incursions-de-poussieres-du-sahara.html
      Les prévisions simulent un peu de de poussière du Sahara ces prochains jours, mais dans des quantités nettement moins importantes que lors des épisodes survenus au cours du printemps météorologique.

  3. AlexT, 15.06.2022, 20:29

    Il y a eu un significatif coup de vent sur Geneve vers 1230-1300 ce jour, dans un ciel immaculé. Quid ?

    1. MétéoSuisse, 16.06.2022, 11:49

      Bonjour,
      Le vent du sud-ouest, qui d'ailleurs contribue nettement à réchauffer la masse d'air sur le Plateau, s'est "posé" durant la matinée. Il est lié au vent d'altitude qui était assez fort.

  4. Steve, 15.06.2022, 19:49

    Bonjour,
    Tout d'abord un immense MERCI pour votre travail et vos informations toujours très précieuses!
    Concernant la vague de chaleur qui nous attend, pourrait-on avoir des températures maximales encore plus hautes que les prévisions en raison des sols (en tout cas ici à bienne c'est extrêmement sec...) très secs?
    Cordialement

    1. MétéoSuisse, 16.06.2022, 12:01

      Bonjour,
      effectivement, les sols très secs sont considérés comme des facteurs aggravants. En effet la partie de l'énergie qui devrait être utilisée pour évaporer l'eau des sols ne l'est pas et l'énergie reste disponible sous forme de chaleur

  5. Nathalie, 15.06.2022, 14:18

    Et après cette canicule passablement précoce, c'est quoi au menu? Violents orages, grêle, inondations? La terre est dure comme du caillou tellement elle est sèche. S'il tombe des grandes quantités d'eau d'un seul coup dans un premier temps, j'ose même pas imaginer la catastrophe. Certaines zones pourrait expérimenter ce que Cressier(NE) a vécu en juin 2021.
    Et ensuite, c'est quoi qui nous attends pour juillet-août? La mousson? Bon les modèles saisonniers penchent pour un été plutôt chaud. Mais si j'ai tord, et qu'il n'arrive pas de fortes pluies fin juin ou début juillet, c'est la catastrophe aussi au niveau de la sécheresse.
    Après avoir battu des records l'été 2021 par rapport au niveau élevé des lacs, on risquerait de battre des records inverses. Les paysans devront pomper l'eau des lacs pour ne pas perdre leurs très précieuses cultures. Car cette année il ne faudra pas trop compter sur les importations en provenance de certains pays.
    Le dérèglement climatique est vraiment là 🥴

    1. MétéoSuisse, 15.06.2022, 16:54

      Bonjour, l'évolution pour la semaine prochaine est encore très incertaine, un refroidissement est aussi probable qu'une poursuite des fortes chaleurs. Nous n'allons donc pas nous prononcer sur la suite de l'été.

  6. Florence Miguet, 15.06.2022, 08:20

    Merci pour ce commentaire. On y voit très bien les difficultés auxquelles vous êtes confrontés pour vos prévisions. La comparaison des modèles est très intéressante.

  7. Hugo, 14.06.2022, 15:22

    Bonjour. Je me demandais s’il y avait une raison particulière de mesurer les températures à 850hp (1500m) et non directement en plaine?
    Est-ce que c’est en relation avec l’effet du vent qui pourrait être un indicateur et changer les prévisions?
    Merci d’avance pour vos explications. Une belle journée!

    1. MétéoSuisse, 14.06.2022, 20:10

      Bonjour, la température à 850 hPa en air libre, c'est-à-dire sans l'influence du sol, fournit une information sur la masse d'air. La température en plaine est fortement influencée par l'ensoleillement, le vent et le terrain.

      Par exemple, si le vent de sud-ouest se lève ce week-end et que le ciel est dégagé, la température maximale à 400 m pourrait être environ 14 °C plus élevée que la température à 1500 m. En l'absence de vent, et donc de brassage de l'air, le réchauffement au sol sera probablement moins marqué.

      Lors d'une analyse de la situation synoptique à moyen terme, on regarde donc d'abord la température à 850 hPa pour se rendre compte du type de masse d'air et faire par exemple une première estimation du risque de canicule. Puis à plus court terme, on analyse les détails de la situation pour prévoir les températures au sol.

    2. JP, 16.06.2022, 07:50

      Bonjour, n'y a-t-il pas, lors d'absence de vent, un réchauffement au sol plus marqué dû à un manque de brassage de l'air ? A titre d'exemple, la nuit la température au sol et proche du sol est d'autant plus froide à cause du rayonnement lorsqu'il n'y a pas de vent donc de brassage d'air qu'à une altitude plus élevée. Le brassage d'air ne favoriserait-il donc pas une atténuation des extrêmes proches du sol (donc abaissement de la température maximum proche du sol et augmentation de la température minimum) en comparaison à s'il y a pas de vent ?

    3. MétéoSuisse, 17.06.2022, 08:59

      Bonjour,
      En cas d’absence de vent en plaine, le rayonnement nocturne est efficace et la température peut bien s’abaisser et une inversion thermique se forme. Ainsi, en fin de nuit, il peut faire plus doux à La Dôle qu’à Nyon. En cas de vent, l’air est brassé. Par conséquent, la température s’abaisse moins en plaine et il n’y a pas une inversion thermique qui se forme. A proximité du sol, le brassage de l’air a des effets sur la température (moins de rayonnement la nuit, moins de réchauffement la journée). A 2 mètres du sol, le brassage de l’air a moins de conséquence la journée. Selon l’orientation du vent, cela peut même faire grimper la température si le vent vient du lac ou de la terre.

  8. David, 14.06.2022, 13:25

    Bonjour,
    Petite question par rapport à vos prévisions de mercredi fin de journée. Vous nous dites qu'il y a un risque d'orage mais avez vous une idée si ceux-ci seront conséquent ou comme l'épisode de dimanche?
    En attendant votre réponse merci pour votre blog toujours très instructif, et une belle journée

    1. MétéoSuisse, 14.06.2022, 19:56

      Bonjour, comme indiqué dans notre bulletin, des orages sont possibles en montagne (probabilité de 20 à 40 %) et pas exclus en plaine (probabilité de 0 à 20 %). Il s'agit donc d'une situation où l'activité orageuse restera isolée.

  9. Marie.D, 14.06.2022, 06:27

    Pourquoi est-il si difficile de prévoir les orages et les quantités d'eau qu'il pourrait tomber ?
    Vous parliez la semaine dernière d'orages sur le Valais et nous n'avons rien vu venir.
    Pensez vous également que pour les semaines à venir, nous en aurons fini avec la canicule, ou cela devrait, encore, réapparaitre ?
    Merci et excusez mes questions, peut être un peu"basiques" .
    Belle journée à toute votre équipe.

    1. MétéoSuisse, 14.06.2022, 09:29

      Bonjour,
      Par définition, un orage est un phénomène local et éphémère. Dans l'état actuel de nos connaissances, il n'est pas possible de prévoir le lieu et le moment exact où se formera une cellule orageuse. Par contre, nous sommes en mesure de savoir si les ingrédients qui conduisent au développement d'orages sont présents ou non. Ceci nous permet de définir des régions où des foyers orageux sont susceptibles de se former, tout en sachant que ceux-ci n'affecteront pas toute la région en question. A partir du moment où les orages sont formés, il est possible de prévoir avec une certaine précision leur déplacement et lancer ainsi des alertes d'orage imminent. Pour ce qui concerne la canicule, nous faisons des prévisions à 7 jours. Au-delà de cette échéance, il ne s'agit que de tendances qui ne nous permettent pas de savoir avec certitude si d'autres canicules se produiront.

  10. Devanthery, 13.06.2022, 21:35

    Et des pluies sérieuses sur l’ouest de la romandie c prévu pr quand ? 🤨

    1. MétéoSuisse, 14.06.2022, 09:36

      Bonjour,
      La semaine prochaine pourrait voir la mise en place d'un temps plus changeant, plus frais et par moments pluvieux. Pour l'instant, l'horaire et les quantités sont très incertains, mais il semble peu probable que ces précipitations soient susceptibles de combler le manque de pluie en cours.

  11. Jacques Rossat, 13.06.2022, 21:14

    Bravo pour ces compléments toujours passionnants et bien vulgarisés !

  12. Roland, 13.06.2022, 20:37

    Hello tout le monde alors canicule 🥵 ou pas ??

    1. Freiburghaus, 14.06.2022, 12:23

      Le site, bien fait et passer une bonne journée.

  13. Michel, 13.06.2022, 19:13

    Je profite pour vous remercier de ces billets de blog toujours très intéressants et pour vous signaler que depuis quelque temps, le pictogramme de La Givrine n’apparaît parfois pas pour le lendemain (c’est le cas en ce moment pour demain).

  14. Claude Guignard, 13.06.2022, 18:15

    Il me semble que le temps de ce printemps a souvent été marqué par des dépressions qui s'installent au large du Portugal.et font remonter de l'air chaud d 'Afrique du nord sur l'Europe occidentale et centrale. Cette situation se poursuit. Vous l'avez relevé, l'évolution de ces dépressions est imprévisible. Dans le cas présent celle qui nous intéresse pourrait à première vue demeurer en place plus longtemps que prévu ou se déplacer autrement qu'attendu, ce qui modifierait les prévisions de canicule... On comprend dès lors qu'il soit difficile actuellement de donner des prévisions solides. Le temps est chaud et le restera mais c'est l'intensité de cette chaleur, sa date et sa durée qui demeurent vagues. Dans ce contexte personne ne se hasarde à parler de pluie...

    1. Lambert Eliane, 14.06.2022, 12:38

      Je suis en vacances en Catalogne est-ce que c’est vrai qu’ils annoncent 43°

    2. MétéoSuisse, 14.06.2022, 20:12

      C'est effectivement possible dans les terres.

    3. Pascal_fr_39, 15.06.2022, 06:15

      Effectivement, et c'est exactement la même situation qui avait apporté le gros pic de chaleur fin juin 2019. Ces circulations méridiennes semblant devenir plus frequentes au détriment des flux zonaux, notamment cette année, et à contrario, elles peuvent apporter des coups de froid remarquables tels au début du mois d'avril dernier. En 2019, une 2eme situation du même genre s'était manifestée fin juillet, 43° en region Parisienne, 38° sur le 1er plateau du Jura, certainement plus de 36° sur le bassin Lemanique le 25 juillet, 28,5 à La Dôle.