Contenu

La canicule en cours et les éléments encore incertains

18 juin 2022, 7 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Une canicule de degré 3 affecte actuellement les régions de plaine en Suisse. Alors que la chaleur ne fait d'aucun doute, ce blog fait le point sur la situation en cours et les éléments de la prévision qui sont encore particulièrement incertains.

Figure 1 : carte de danger MétéoSuisse
Figure 1 : carte de danger MétéoSuisse

Situation actuelle

Vendredi, des températures maximales de 31 à 34 °C ont été mesurées à basse altitude dans le Sud des Alpes, avec un pic à Biasca de 36,6°C dû à un effet de foehn. En Valais central et dans la région lémanique, des températures maximales de 31 à 33°C ont été mesurées (Figure 1a). Les seuils de canicule (température moyenne au-dessus de 25 °C, voir blog d’hier ) ont été atteint dans plusieurs stations du Tessin et de la région lémanique. Dans les autres régions où l'avis de canicule de degré 3 n'était pas encore actif, les maxima étaient compris entre 29 et 31°C  (Figure 1b, faire défiler pour voir les températures moyennes).

Samedi, des températures maximales légèrement plus basses, autour de 32°C, sont attendues au sud des Alpes mais l'humidité de l'air sera plus élevée. En Valais central, en Suisse romande et dans la région de Bâle, les températures maximales attendues sont de l'ordre de 32 et 36°C, donc les seuils de canicule de degré 3 seront très probablement dépassés. Pour le reste de la Suisse alémanique, bien que les températures maximales devraient atteindre 32 à 35°C, les températures minimales mesurées samedi matin de 12 à 17 degrés, feront que les seuils du degré 3 de canicule ne seront très probablement pas atteints dans cette région pour cette journée de samedi. 

Prévisions

Le puissant anticyclone déplacera progressivement son centre vers l'Europe centrale et orientale ces prochains jours. Il continuera à déterminer le temps dans la région alpine avec une masse d'air encore initialement stable, et il continuera à faire très chaud, surtout au sud des Alpes, en Valais, dans les Alpes et sur le nord-ouest de la Suisse.  

À basse altitude au sud des Alpes, en dessous de 600 mètres environ, des températures maximales de 31 à 33 °C sont attendues de dimanche à mardi, avec une humidité relative aux heures les plus chaudes de la journée d'environ 35 à 45 %. Les températures minimales seront comprises entre 19 °C en région de plaine et en fond de vallées et entre 20 et 22 °C dans les régions légèrement surélevées. En Valais central, en Suisse romande et en région bâloise, les températures maximales se situeront entre 32 et 37 °C, les valeurs les plus élevées étant attendues dimanche. Les températures nocturnes seront comprises entre 17 et 21 °C. Pendant la nuit, en zones urbaines, les températures minimales seront plus élevées de quelques degrés en raison du refroidissement nocturne moins prononcé que dans les régions environnantes.

Dans les autres régions de plaine de Suisse alémanique, des maxima de 32 à 35 °C sont attendus dimanche et autour de 31 °C lundi. Les températures minimales de dimanche seront comprises entre 13 et 19 °C, celles de lundi entre 17 et 21 °C. En raison des minima plus bas de dimanche et des températures maximales moins chaudes de lundi, ainsi que par la durée plus courte de l'épisode, une alerte de degré 2 est en vigueur dans ces régions, mais elle a été prolongée jusqu'à lundi soir.

A partir de mercredi, une augmentation générale de l'activité orageuse et une légère baisse des températures sont attendues en toutes régions. Il est possible qu'à partir de mercredi, les seuils d'avis ne soient plus dépassés, mais pour l'instant, l'évolution est encore incertaine, de sorte que même la fin de la période de canicule reste difficile à déterminer avec exactitude pour le moment.

Eléments de la prévision encore incertains

Parmi les incertitudes liées à cette canicule figurent sa durée exacte et la composante orageuse qui devrait l'accompagner, prévue d'abord isolée ce week-end puis progressivement plus marquée en début et milieu de semaine prochaine.

Concernant le risque orageux pour ce soir de samedi, il est prévu d'être isolé et surtout présent en soirée à proximité du Chablais français et autour du Léman. En effet, des orages de chaleur liés au cycle diurne sont prévus de démarrer en cours d'après-midi dans les Alpes françaises savoyardes et progressivement remonter dans un léger flux de sud en direction de la région lémanique. L'incertitude demeure quant à la maintenance de cette activité orageuse jusqu'au Léman puisque la plupart des modèles de prévision tendent à la dissiper juste avant ou au moment qu'elle aborderait le pourtour lémanique.

En effet, si le soulèvement alpin facilitera le démarrage des orages sur les crêtes françaises, leur maintenance sur le bassin lémanique est nettement moins évidente compte tenu de la couche d'air chaud en moyenne altitude qui tend à inhiber une tendance orageuse quelqueconque. L'air particulièrement sec en basse couche entretenu par une légère tendance à la bise sur le Plateau est également un facteur défavorable à leur poursuite. La maintenance de ces orages jusqu'au Léman en soirée dépendra vraisemblablement de facteur locaux tels que de petites lignes de convergence de vent ou autres anomalies d'humidité de basses couches qu'il est souvent hélas quasi-impossible de prévoir à l'avance. Si les foyers orageux sur le relief des Alpes françaises prennent un peu plus d'envergure que prévue, il se peut également que leur dynamisme interne leur permettent de survivre un peu plus longtemps lors de leur approche.

Incertitude liée à l'activité orageuse prévue samedi soir autour du Léman (faire défiler les dias pour voir heures successives)

Fin de la canicule

Concernant la fin de la canicule, celle-ci devrait intervenir au moment où le couloir dépressionnaire en marge sur la France commence à déborder sur la Suisse occasionnant une activité orageuse plus marquée et que parallèlement, le front froid en surface aborde l'ouest de notre pays. L'échéance exacte de cette conjonction est encore incertaine, tant la progression et l'évolution du courant d'altitude sont lentes et capricieuses.

Le scénario le plus probable est celui d'une fin de canicule intervenant mardi soir ou mercredi matin avec la mise-en-place d'une activité d'averses et d'orages préfrontaux sur la Suisse liée à l'avancée à la fois du courant perturbé d'altitude et du front froid depuis l'ouest. En revanche, la baisse des températures risque d'être un peu plus lente qu'initialement prévue et devrait s'étaler sur plusieurs jours. Nous continuerons de suivre la situation ces prochains jours afin de cerner au mieux cette évolution.

Affichage aggrandi: Figure 5 : panaches ensemblistes prévus par le modèle européen (ECMWF, IFS-EPS) des températures à la 850 hPa (env. 1500 m), des totaux de précipitations par pas de 6h et des géopotentiels à la 500 hPa (env. 5800 m) pour Genève et la période allant du sam 18 juin au lun 27 juin. On repère la dispersion importante des solutions (surface verte) au niveau des températures de la masse d'air dès le mercredi 22 juin, soit à l'échéance de la fin de la canicule. On remarque la lente baisse des températures amorcée à partir de cette date et les signaux de précipitations qui se font plus marqués dès cette date également. La baisse des niveaux de pression est également visible.
Figure 5 : panaches ensemblistes prévus par le modèle européen (ECMWF, IFS-EPS) des températures à la 850 hPa (env. 1500 m), des totaux de précipitations par pas de 6h et des géopotentiels à la 500 hPa (env. 5800 m) pour Genève et la période allant du sam 18 juin au lun 27 juin. On repère la dispersion importante des solutions (surface verte) au niveau des températures de la masse d'air dès le mercredi 22 juin, soit à l'échéance de la fin de la canicule. On remarque la lente baisse des températures amorcée à partir de cette date et les signaux de précipitations qui se font plus marqués dès cette date également. La baisse des niveaux de pression est également visible.
Source : ECMWF, IFS-EPS

Commentaires (7)

  1. Jan, 19.06.2022, 09:10

    Bonjour, et merci pour la fréquence et la qualité de vos articles. Quelle est la température moyenne journalière maximale jamais enregistrée en Suisse (au nord et au sud des Alpes) ? Merci par avance.

    1. MétéoSuisse, 20.06.2022, 14:37

      Bonjour, merci pour votre commentaire. La température moyenne journalière maximale enregistrée en Suisse est de 31,1 °C, ceci le 11 août 2003 à Grono (sud des Alpes).

  2. Stéphane Demierre, 18.06.2022, 22:39

    Bonjour,

    Pourquoi toujours prendre (par ex. Figure 5) des modèles à 850 hPa? Pourquoi pas moins? Pour correspondre plus à l’altitude moyenne du plateau romand…

    Merci!

    1. MétéoSuisse, 20.06.2022, 09:56

      Bonjour, nous reproduisons ici notre réponse à une question semblable datant du 14 juin :
      La température à 850 hPa en air libre, c'est-à-dire sans l'influence du sol, fournit une information sur la masse d'air. La température en plaine est fortement influencée par l'ensoleillement, le vent et le terrain.

      Par exemple, si le vent de sud-ouest se lève (ce week-end) et que le ciel est dégagé, la température maximale à 400 m pourrait être environ 14 °C plus élevée que la température à 1500 m. En l'absence de vent, et donc de brassage de l'air, le réchauffement au sol sera probablement moins marqué.

      Lors d'une analyse de la situation synoptique à moyen terme, on regarde donc d'abord la température à 850 hPa pour se rendre compte du type de masse d'air et faire par exemple une première estimation du risque de canicule. Puis à plus court terme, on analyse les détails de la situation pour prévoir les températures au sol.

  3. Claude Guignard, 18.06.2022, 18:59

    Nous avons tous vu qu'il fait une extrême chaleur. A mon avis de longues considérations sur les températures maxima possibles pour 1 ou 2 degrés d'ecart n'a que peu d'utilité. Aujourd'hui, à Genève, l'air frais venant du lac a freiné la hausse, mais on a tout de même dépassé les 30 degrés. Une circonstance très locale. Je note aussi que l'afflux d'air chaud ne dépasse guère le nord de la France et que Londres, par ex, doit se contenter avec 20 degrés de moins. Je releve une baisse persistante,des pressions depuis quelques heures qui pourrait annoncer du changement plus rapide qu'envisage. Enfin je reste sceptique quant aux pluies prévues dès le milieu de la semaine prochaine.

  4. Pascal_fr_39, 18.06.2022, 16:34

    Bonjour, n'y aurait-il pas au sein de notre atmosphère actuelle des poussières Sahariennes, tel que c'était aussi le cas lors du pic de chaleur de juin 2019 ?  Ce matin, sa transparence était meilleure dans le Jura à moins de 800m qu'au-dessus où un vent chaud d'Est était présent, puis tout s'est homogénéisé à la mi-journée. En regardant le Tour de Suisse, on a bien l'imprssion que les sommets sont visibles derriere un voile. Enfin, le rendement des panneaux solaires est atténué de 5% par rapport à samedi dernier où l'atmosphère était particulièrement limpide.

    1. MétéoSuisse, 20.06.2022, 09:47

      Bonjour, oui c'est juste, il a quelques poussières sahariennes depuis vendredi, mais rien de très important, c'est pourquoi nous ne les avons pas mentionnées. Elles devraient toutefois augmenter mardi et mercredi.. si elles ne sont pas balayées par des orages.