Contenu

Juin avec une vague de chaleur

29 juin 2022, 7 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

La Suisse a connu le deuxième mois de juin le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Sur plusieurs sites de mesures, les valeurs maximales journalières ont atteint de nouveaux records pour un mois de juin. Localement, il a été enregistré l'une des périodes de trois jours les plus chaudes pour un mois de juin. Les précipitations sont souvent restées déficitaires, tandis que l’ensoleillement s’est généralement montré excédentaire.

En pleine canicule le 19 juin 2022 près de Bubikon, dans l’Oberland zurichois. Photo : Franziska Hoff.
En pleine canicule le 19 juin 2022 près de Bubikon, dans l’Oberland zurichois. Photo : Franziska Hoff.

Un mois de juin très chaud

En moyenne nationale, la température du mois de juin a dépassé de 2,7 °C la norme 1991-2020. Les mois de juin 2019 et 2017, avec 2,6 °C au-dessus de la norme, avaient été tout aussi chauds. Depuis le début des relevés en 1864, seul juin 2003 avait été nettement plus chaud avec 4,7 °C au-dessus de la norme.

Depuis le début des mesures en 1864 jusqu'à la fin du 20e siècle, le mois de juin a présenté une évolution moyenne assez équilibrée, sans tendance marquée à long terme vers des valeurs mensuelles plus élevées ou plus basses. Au passage au 21e siècle, la température en juin a brusquement augmenté d'environ 2 °C. D'autres mois ont montré le fort réchauffement dès la fin des années 1980.

Affichage aggrandi: Figure 1. La température en juin en Suisse depuis le début des mesures en 1864. Le point rouge montre juin 2022 (15,3 °C). La ligne verte interrompue montre la norme 1991-2020 (12,6 °C), la ligne rouge montre la moyenne glissante sur 20 ans.
Figure 1. La température en juin en Suisse depuis le début des mesures en 1864. Le point rouge montre juin 2022 (15,3 °C). La ligne verte interrompue montre la norme 1991-2020 (12,6 °C), la ligne rouge montre la moyenne glissante sur 20 ans.

Un début de mois orageux

La première décade de juin a été principalement orageuse. Jusqu'au 9 juin, il y a eu des averses quotidiennes quelque part en Suisse. Les 3, 5, 7 et 8 juin, des averses se sont produites sur une grande partie du territoire des deux côtés des Alpes. Au Nord des Alpes, certains sites ont mesuré des pluies quotidiennes du 1er au 9 juin, comme Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds ou encore Schaffhouse et Wädenswil.

Le 5 juin, la station de Vaduz a mesuré 21,0 mm de pluie en 10 minutes, soit sa quantité la plus élevée depuis le début des mesures automatiques en 1981.

Le 5 juin, la plus grande surface du mois touchée par la grêle a été enregistrée. La surface avec une probabilité de grêle supérieure à 80 % a concerné 4772 km2. Les 15, 21, 22 et 23 juin, de grandes surfaces de la Suisse ont également été touchées par la grêle. Le mois de juin 2022 a connu au total 13 jours de grêle (état au 27.6.2022). On considère qu'il s'agit d'une journée de grêle lorsque la surface présentant une probabilité de grêle supérieure à 80 % atteint au moins 100 km2 dans toute la Suisse.

Situation anticyclonique persistante

A partir du 10 juin, une longue période anticyclonique généralement ensoleillée s'est installée. Jusqu'au 15 juin, la Suisse s’est trouvée sous l’influence d’un anticyclone sur l’Atlantique. A partir du 16 juin, un anticyclone d’origine subtropicale s’est entendu de la Méditerranée jusqu’en Europe centrale. Il a fait affluer de l’air très chaud en direction de la Suisse.

Vague de chaleur

La période de chaleur a débuté le 15 juin. Les températures maximales journalières au Nord des Alpes et en Valais ont souvent atteint ou dépassé la barre des 30 °C. Le Sud des Alpes a enregistré des journées souvent tropicales à partir du 16 juin. La chaleur a atteint son paroxysme en Suisse le 19 juin.

La vague de chaleur avec des températures maximales journalières de 30 °C ou plus a duré jusqu'au 21 juin des deux côtés des Alpes. Un article détaillé a été publié par MétéoSuisse le 22 juin 2022.

Affichage aggrandi: Figure 2. Comparaison des vagues de chaleur les plus intenses à Genève-Cointrin. En rouge, la température maximale quotidienne en °C. Etat au 27 juin 2022.
Figure 2. Comparaison des vagues de chaleur les plus intenses à Genève-Cointrin. En rouge, la température maximale quotidienne en °C. Etat au 27 juin 2022.

Violents orages

A partir du 22 juin, de l’air chaud, humide et instable en provenance du sud-ouest a déterminé le temps en Suisse. Localement, de fortes pluies orageuses sont tombées en peu de temps au Nord des Alpes. En l'espace de 10 minutes, Lucerne a reçu 19,1 mm (22 juin) et Fahy 20,5 mm (26 juin). Sur les deux sites, il s'agit de la quantité la plus élevée en 10 minutes depuis le début des mesures automatiques en 1981. Le 23 juin, La Frétaz a enregistré 27,4 mm, soit la deuxième valeur la plus élevée en 10 minutes depuis le début des mesures en 1981.

Au Sud des Alpes, la station de Bellinzone a mesuré la somme de 10 minutes la plus élevée du mois avec 23,8 mm (28 juin), suivie de Crana-Torricella avec 21,3 mm (24 juin). Sur ces deux sites de mesures, les sommes de 10 minutes ne sont toutefois disponibles que depuis 2016. Pour Bellinzone, il s'agit de la valeur de 10 minutes la plus élevée durant cette période. Crana-Torricella, en revanche, a déjà mesuré bien plus de 30 mm.

Localement, les pluies ont persisté pour atteindre des quantités journalières considérables. La valeur la plus élevée a été enregistrée à Magadino-Cadenazzo avec près de 100 mm le 23 juin. Cela n'a toutefois rien d'exceptionnel pour le Sud des Alpes. Au Nord des Alpes, les sommes journalières les plus élevées ont été enregistrées à Koppigen avec 62,3 mm (23 juin) et à Mosen avec 64,4 mm (24 juin). De tels cumuls journaliers sont attendus tous les 5 à 10 ans environ sur ces sites de mesures.

Précipitations supérieures à la norme uniquement dans certaines régions

Les précipitations mensuelles ont atteint ou dépassé 80 % de la norme 1991-2020 dans de nombreuses régions. En Suisse occidentale, le déficit pluviométrique a régionalement été supérieur à 20 %. Il a même été supérieur à 50 % sur le Sud du Tessin. Sur le Plateau central en particulier et en Ajoie, les valeurs ont atteint l’équivalent de 100 à 150 % de la norme 1991-2020, et le Sud des Alpes a également connu des valeurs régionalement de 110 à 160 % de la norme.

Affichage aggrandi: Figure 3. Répartition spatiale des sommes de précipitations en juin 2022, représentée en % de la norme 1991-2020.
Figure 3. Répartition spatiale des sommes de précipitations en juin 2022, représentée en % de la norme 1991-2020.

Fonte extrêmement rapide de la neige

Au Weissfluhjoch (champ de mesure de la neige à 2536 m d'altitude), le manteau neigeux hivernal a disparu très tôt. Dès le 6 juin 2022, une hauteur de neige de 0 cm a été signalée. Il s'agit de la deuxième fonte de la neige la plus précoce depuis le début des mesures en 1937. En 1947, année record, la fonte de la neige avait eu lieu 3 jours plus tôt (données SLF Davos). En 2011 et en 2007, la disparition du manteau neigeux hivernal au Weissfluhjoch s’est produite le 9 juin, soit légèrement plus tard que cette année.  

Il y a un an, il y avait encore plus de 2 m de neige sur le Weissfluhjoch le 6 juin, ceci après un printemps frais et humide. La neige n'avait disparu que le 7 juillet 2021, soit un mois plus tard que cette année. La fonte de la neige a été extrêmement tardive en été 1980 : le manteau neigeux hivernal n'avait disparu que le 16 août. Il s'agissait de la fonte de neige la plus tardive de ces 60 dernières années.

Floraison très rapide des tilleuls à grandes feuilles

Fin mai, les tilleuls à grandes feuilles ont commencé à fleurir dans les régions de basse altitude du Tessin et de la Suisse romande. Dès le début du mois de juin, ils ont également fleuri en Suisse alémanique, dégageant leur doux parfum. Le moment de la floraison du tilleul à grandes feuilles dépend de la température printanière de mars à mai ou, une année où la floraison est plus tardive, de mars à juin. Le printemps de cette année a été le quatrième le plus doux depuis le début des mesures en 1864. Les tilleuls à grandes feuilles ont ainsi fleuri 10 jours plus tôt que la moyenne de la période 1991-2020. Une floraison encore plus précoce des tilleuls à grandes feuilles n'a été observée qu'en 2007, 2011 et 2018 et ils ont fleuri à peine plus tard en 2003. Les tilleuls à petites feuilles, qui ont commencé à fleurir un peu plus d'une semaine après les tilleuls à grandes feuilles, ont également été en avance de 10 jours.

Les vignes ont également fleuri avec 11 jours d'avance. Comme pour les tilleuls, la floraison a commencé fin mai au Tessin et en Suisse romande. Elle s'est poursuivie en juin en Suisse alémanique.

Le sureau noir a fleuri dès le mois de mai dans la plupart des stations d'observation. En juin, il n'a généralement plus été observé qu'à des altitudes supérieures à 1000 mètres. En moyenne sur l'ensemble des stations, le sureau noir a fleuri 8 jours plus tôt que la moyenne de la période 1991-2020 et près de 2 semaines plus tôt que l'année dernière. Sur le Plateau, les premières baies mûres du sureau rouge ont pu être observées en juin, bien plus tôt que la normale.

A partir du 10 juin, la période des foins a prévalu et a surtout été mise à profit en altitude au-dessus de 1000 mètres. Mais le temps chaud et ensoleillé a également été mis à profit en plaine pour récolter une nouvelle fois du foin.

Affichage aggrandi: Figure 4. A la mi-juin, les cerises des arbres à haute tige ont été récoltées dans le Fricktal. Parallèlement, le temps chaud et ensoleillé a été mis à profit pour faire une nouvelle fois les foins.

Photo : Regula Gehrig
Figure 4. A la mi-juin, les cerises des arbres à haute tige ont été récoltées dans le Fricktal. Parallèlement, le temps chaud et ensoleillé a été mis à profit pour faire une nouvelle fois les foins. Photo : Regula Gehrig

Le bulletin définitif de juin 2022 sera disponible à partir du 11 juillet 2022 dans la rubrique rapports climatiques.

MétéoSuisse est ouvert à un dialogue en ligne respectueux et accueille volontiers les commentaires et les questions. Nous vous invitons à respecter notre nétiquette. Veuillez noter qu’il n'existe aucun droit pour la publication d’un commentaire et que nous n'entretenons aucune correspondance concernant la décision de publier ou non un commentaire ou une question. Merci pour votre compréhension. Formulaire de contact

Commentaires (7)

  1. Robert, 30.06.2022, 14:22

    Bonjour,

    Étant donné que la carte des précipitations de juin 2022 date d'hier et qu'il risque d'y avoir de fortes pluies aujourd'hui, est-il possible que le mois de juin 2022 se rapproche de la norme?

    Cordialement,
    Robert

    Réponses

    Répondre à Robert

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 01.07.2022, 22:31

      Bonjour,
      Nous avons attendu la fin du mois pour vous répondre. Effectivement, les orages du 30 juin ont permis de se rapprocher de la normale pour les précipitations. La carte définitive sera publiée dans le bulletin climatologique qui paraîtra le 11 juillet. Elle aura moins de ton brun que celle présentée ici.

  2. Hervé, 30.06.2022, 11:05

    Subjectivement il m'aurait paru que juin 2019 avait été beaucoup plus chaud avec une période de canicule de 10 jours

    Réponses

    Répondre à Hervé

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 01.07.2022, 22:50

      Bonjour,
      Comme vous dites, il s’agit d’une impression subjective. Certes, il avait fait très chaud du 23 au 30 juin 2019. Mais le temps avait été frais du 6 au 13 juin. Finalement, en moyenne suisse, la norme 1991-2020 a été dépassée de 2,6 °C en juin 2019 et de 2,7 °C en juin 2022.

  3. Marie.D, 30.06.2022, 06:13

    Bonjour, pouvez-vous me dire, sur quel critère, vous prévoyez, dans vos prévisions à long termes, de juillet à Septembre, un été chaud ?
    Pour le moment, à part quelques jours de canicule, cela me semble assez normal.
    Vous dites qu'actuellement, on ne peut pas réellement, donner de prévisions fiables, alors comment arrivez vous à cet été chaud ?
    Avez-vous des consignes des sites touristiques pour ne pas décourager les touristes ? Mais ceux qui vivent là toute l'année auraient peut être préférés un été "normal".
    Merci de vos réponses, et bonne journée.

    Réponses

    Répondre à Marie.D

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 01.07.2022, 22:44

      Bonjour,
      L’été météorologique va de juin à août. Avec un écart à la norme 1991-2020 de +2,7 °C, juin 2022 contribue déjà fortement à ce que l’été soit probablement plus chaud que la normale. Si on fait l’hypothèse que juillet et août seront proches de la norme, l’ensemble de l’été météorologique sera au-dessus de la normale. Bien sûr, l’impression peut parfois fortement différer d’un individu à un autre. Si pendant vos 2-3 semaines de vacances, le temps est frais et humide, vous aurez une autre perception de l’été. Les prévisions à long terme émanent du modèle européen ECMWF et sont générées automatiquement sous forme de probabilités. Nous n’avons donc aucune consigne touristique.

  4. Claude Guignard, 29.06.2022, 16:56

    Il eet interessant, sur la durée, de noter le jour de la disparition, au sens que vous avez défini, de la neige hivernale au Weissfluhjoch s/Davis. Il ne faut cependant pas lui donner trop d'importance. La disparition de la neige "hivernale" dépend en effet de nombreux facteurs et non seulement de la chaleur printanière. La plus ou moins grande hauteur de neige accumulée joue un rôle très important. Un mois de juin très chaud et sec suivant un printemps froid et humide qui a même vu la hauteur de neige croître encore ne pourra pas venir aussi rapidement à bout de la neige. L'ensoleillement joue aussi un rôle lorsqu'il parvient à réchauffer le sol à travers une couche de neige amincie. Et bien d'autres facteurs. C'est la tendance qui compte. Et là, on le voit, globalement la disparition de la neige survient toujours plus tôt, une fois écartés les cas spéciaux. Une confirmation de plus du réchauffement climatique. Que l'on persiste non pas à nier, c'est impossible, mais à n'en plus reconnaître l'urgence et les dangers

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension