Contenu

Un nombre record de journées estivales autour du Léman en mai

28 mai 2022, 7 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Vendredi, le temps a encore été une fois estival sur la moitié sud de la Suisse. Le Bassin lémanique n’a jamais connu un nombre de journées estivales aussi élevé en mai depuis le début des mesures.

Château de Chillon photographié vendredi 27 mai à la mi-journée. Source : "Observations Météo" - Application MétéoSuisse
Château de Chillon photographié vendredi 27 mai à la mi-journée. Source : "Observations Météo" - Application MétéoSuisse

Un vendredi encore estival, mais un week-end plus frais avec de la bise

Vendredi, les températures ont encore atteint des valeurs estivales autour du Léman, dans le Chablais et en Valais avec une valeur maximale de 28,8 °C à Viège. Au Tessin, il a même fait jusqu’à 30,3 °C à Biasca.

Ce week-end, la bise dirige de l’air plus frais et les températures n’atteindront plus des valeurs estivales au Nord des Alpes. Le Tessin connaîtra encore des valeurs estivales samedi, mais dimanche, l’air plus frais concernera également le Sud des Alpes.

Un nombre record de journées estivales

Pour rappel, on parle de journées estivales ou de chaleur lorsque la température maximale atteint ou dépasse 25 °C.

Bien que le mois de mai ne soit pas encore terminé, le nombre de journées estivales n’a jamais été aussi élevé autour du Léman et dans le Chablais en mai depuis le début des mesures.

A Genève, nous sommes déjà à 15 journées estivales. Depuis le début des mesures homogénéisées en 1864, il s’agit d’un nombre record (voir Figure 1), dépassant le précédent record établi en mai 2011 avec 14 journées estivales.

Affichage aggrandi: Figure 1. Nombre de journées estivales en mai à Genève depuis le début des mesures en 1864.
Figure 1. Nombre de journées estivales en mai à Genève depuis le début des mesures en 1864.

A Pully, la série de mesures est plus courte, débutant en 1978. Dix journées estivales sont comptabilisées en mai 2022. Le précédent record a été de 9 journées en mai 2017.  

Même sur le site de Nyon / Changins, station située dans un environnement peu urbanisé, le nombre de journées estivales en mai 2022 est de 11, dépassant le record de mai 2011 qui a compté 9 journées. Les mesures sont disponibles depuis 1965.

A Aigle (début des mesures en 1981), le nombre de journées estivales en mai 2022 est de 13. Le précédent record a été de 10 en mai 2017.

Le Sud des Alpes a également connu un nombre record de journées estivales pour un mois de mai.

Affichage aggrandi: Figure 2. Nouveaux records du nombre de journées estivales pour un mois de mai pour une sélection de stations. Les chiffres ne tiennent pas encore compte de la journée du samedi 28 mai qui sera aussi estivale au Sud des Alpes.
Figure 2. Nouveaux records du nombre de journées estivales pour un mois de mai pour une sélection de stations. Les chiffres ne tiennent pas encore compte de la journée du samedi 28 mai qui sera aussi estivale au Sud des Alpes.

Une séquence estivale inédite et précoce

A Genève, parmi les 15 journées estivales, il y a eu 14 journées consécutives du 10 au 23 mai. Si la première journée estivale de l’année à Genève s’est produite le 10 mai, ce qui n’a rien d’exceptionnel, on n’avait jamais connu une séquence chaude avec 14 journées estivales consécutives aussi précocement dans la saison. En 1945, une séquence estivale avait également débuté le 10 mai, mais n’avait duré que 10 jours. En 1953, une période estivale 12 jours s’était produite du 16 au 27 mai. Elle avait donc débuté plus tardivement et duré un peu moins longtemps. Ainsi, cet épisode de chaleur en mai 2022 à Genève est le plus long et le plus précoce depuis le début des mesures homogénéisées en 1864.

Vers un mois de mai exceptionnel à Genève

Les jeux sont encore ouverts jusqu’à la fin du mois, mais d’autres records sont possibles à Genève sur d’autres paramètres. Ainsi, la température en mai pourrait être la plus élevée depuis le début des mesures en 1753. Seul le mois de mai 1868 pourrait compromettre ce record de quelques centièmes de degré. A noter qu’au Grand-Saint-Bernard, station qui dispose de mesures depuis 1818, mai 2022 sera le plus chaud.

Au niveau des précipitations, seuls 10,9 mm ont été recueillis à Genève-Cointrin jusqu’à présent. Le mois de mai le plus sec s’est produit en 1871 avec 11,2 mm. Il subsiste une incertitude sur le risque de pluie pendant la journée du 31 mai. Ce mois de mai pourrait bien compter parmi les plus secs.

Enfin, au niveau de l’ensoleillement, c’est aussi un podium qui est envisagé. Le mois de mai le plus ensoleillé depuis le début des mesures en 1897 s’est produit en 1952 avec 298,6 heures. Au 27 mai, nous avons déjà comptabilisé 246,8 heures de soleil. Si les journées jusqu’à lundi seront bien ensoleillées, l’ensoleillement pour le 31 mai est encore incertain. Même si ce mois de mai ne sera probablement pas le plus ensoleillé, il figurera parmi les plus ensoleillés.

Il est extrêmement rare d’avoir un mois qui ressort de l’ordinaire sur trois paramètres en même temps. Ce mois de mai 2022 à Genève pourrait donc s’avérer parmi les plus chauds, les plus secs et les plus ensoleillés.

MétéoSuisse est ouvert à un dialogue en ligne respectueux et accueille volontiers les commentaires et les questions. Nous vous invitons à respecter notre nétiquette. Veuillez noter qu’il n'existe aucun droit pour la publication d’un commentaire et que nous n'entretenons aucune correspondance concernant la décision de publier ou non un commentaire ou une question. Merci pour votre compréhension. Formulaire de contact

Commentaires (7)

  1. Casper, 31.05.2022, 22:55

    La figure 1 en montre beaucoup entre 1900 et 1940.... qu’en déduisez-vous ?

    Réponses

    Répondre à Casper

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 01.06.2022, 02:47

      Bonjour, cela coïncide avec le réchauffement global observé lors des premières décennies du 20e siècle (appelé "Early Twentieth Century Warming" par la communauté scientifique). Alors que les causes du réchauffement observé depuis la fin de années 1970 sont bien établies (émissions de gaz à effet de serre liées à l'activité humaine), il y a davantage d'incertitudes sur les causes de la première phase de réchauffement au début du 20e siècle. Les études scientifiques ont montré qu'environ la moitié de ce réchauffement s'explique par des forçages externes, c'est-à-dire les émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine, mais également à une absence d'éruptions volcaniques majeures. L'autre moitié de ce réchauffement serait le résultat de variations internes du climat inhabituellement marquées. Cette variabilité interne peut notamment être liée à des variations de la température de surface des océans avec par exemple une hausse des indices AMO (Atlantic Multi-decadal Oscillation) et PDO (Pacific Decadal Oscillation) dans les années 1920.

      Il existe de nombreux articles scientifiques sur le sujet. Un article relativement récent résume les connaissances actuelles (Hergel et al., 2018, "The early 20th century warming: Anomalies, causes, and consequences") : https://doi.org/10.1002/wcc.522

  2. Pierre-Louis Imsand, 28.05.2022, 17:40

    Bonjour, je suis désolé car je sais que vous ne faites pas de politique, mais ne devrait-il pas y avoir une réaction des exécutifs pour mettre en place immédiatement un plan d'économie d'eau ? Fixer un maximum dans les consommation des ménages etc. ?
    Cette sécheresse n'est pas une simple statistique si elle conduit à des cultures dévastées, des forêts mourantes et des émissions radio qui vantent ces belles journées.
    Bref, je suis, vous le constatez, un peu anxieux et peut-être que météo suisse aurait un rôle à jouer ?
    Merci en tous les cas de tout ce que vous faites et de vos articles !
    Bon weekend

    Réponses

    Répondre à Pierre-Louis Imsand

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 29.05.2022, 16:57

      Bonjour,
      Le rôle de MétéoSuisse est de publier des rapports résumant les conditions climatologiques des derniers mois, saisons et années et de les placer dans le contexte du changement climatique. Par ailleurs, avec l’aide des universités, nous simulons le climat attendu dans plusieurs décennies. Nous mettons donc à disposition ces informations. C’est ensuite aux politiques d’en prendre connaissance et d’agir en conséquence.

  3. Pascal_fr_39, 28.05.2022, 17:10

    C'est effectivement un mois de mai qui s'annonce historique autour du Leman. Le Jura ne sera pas en reste, des records de chaleurs et de sécheresse vont manifestement être dépassés. Parlons aussi du grand écart avec l'an passé, pour ma part une moyenne des maximales qui lui sera supérieure de 6,8 ou 6,9° cette année, et des précipitations divisées par 6,5. Pour l'anecdote, on avait certes fait pire côté températures dans le sens inverse, mais sur 2 ans entre 2011 et 2013.

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  4. Claude Guignard, 28.05.2022, 16:03

    On commençait à se douter, au fil des jours, que l'on pourrait bien finir, en mai, par atteindre des records. Vos mesures montrent que c'est le cas. Avec un petit regret : les 4 derniers jours du mois ne vont probablement plus changer le "palmarès". Cela dit, la réjouissance apportée par de si belles conditions se trouve fortement tempérée lorsque on sait que, sans réchauffement climatique, on n'en serait pas là. En particulier on ne devrait pas faire face à une sécheresse qui, notamment dans la région lemanique, prend une tournure plus que préoccupante. Si rien ne change nous allons bientôt voir le paysage devenir semi-desertique en été, comme au sud de l'Espagne. Ce qui est loin de constituer pour Genève une perspective intéressante.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  5. Fabrice, 28.05.2022, 13:31

    Le lac étant déjà à plus de 15° on peut s'attendre cet été au fait que la station de Vevey/Corseaux enregistre un paquet de nuit tropicales si les situations anticycloniques se présentent.
    Autant la renommer Vevey/Singapour 😂😓

    Réponses

    Répondre à Fabrice

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension