Contenu

Que nous réserve l’hiver ?

16 septembre 2021, 22 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Alors que beaucoup de personnes ont encore profité des températures souvent estivales de ce début septembre, d’autres ont déjà un œil rivé sur l’hiver à venir. Dans ce blog, nous présentons les tendances saisonnières et leurs limites. Nous revenons aussi sur quelques hivers contrastés de la dernière décennie, le tout agrémenté de photos qui feront rêver les amateurs de neige et frissonner celles et ceux qui regrettent déjà l’été.

Passage sous-voie de la gare de Bex (VD) le 10 décembre 2017. Photo : Mikhaël Schwander
Passage sous-voie de la gare de Bex (VD) le 10 décembre 2017. Photo : Mikhaël Schwander

Un hiver doux ?

Beaucoup d’amateurs (mais pas tous) de météorologie apprécient la neige et le froid. Il est donc normal qu’à partir du début de l’automne, ils scrutent déjà les premiers signaux hivernaux et tentent de prévoir les conditions pour l’hiver à venir.

Affichage aggrandi: Figure 1. Vue sur le Grand Muveran et les Dents de Morcles depuis la région de Villars-sur-Ollon (VD) le 16 janvier 2021.
Figure 1. Vue sur le Grand Muveran et les Dents de Morcles depuis la région de Villars-sur-Ollon (VD) le 16 janvier 2021.
Photo : M.Schwander

Nous n’allons pas nous lancer dans une analyse des nombreux indices qui peuvent être utilisés pour faire une prévision à long terme, ce que font certains passionnés sur des forums météorologiques. Nous allons seulement présenter les tendances actuelles calculées par le Centre européen de prévision (ECMWF) et expliquer ce que cela signifie.

Affichage aggrandi: Figure 2. Averse de neige à Pont de Nant (VD) le 28 décembre 2020.
Figure 2. Averse de neige à Pont de Nant (VD) le 28 décembre 2020.
Photo : M.Schwander

Les tendances saisonnières sont calculées pour 3 mois à partir de 51 scénarios. Cela fournit seulement une moyenne et donc aucun détail sur le déroulement exact de l’hiver. La carte ci-dessous (figure 3) montre la probabilité que la température à 2 mètres soit en dessous de la norme 1981-2020 (tercile inférieur) pour l’hiver 2021-2022 (décembre, janvier et février). Au niveau de la Suisse, les probabilités se situent entre 6 et 12 % au Sud des Alpes et entre 12 et 18 % sur une grande partie du reste du pays.

Affichage aggrandi: Figure 3. Probabilité (en %) que la température soit en dessous de la norme 1981-2020 (tercile inférieur) pour l’hiver 2021-2022 (décembre, janvier et février).
Figure 3. Probabilité (en %) que la température soit en dessous de la norme 1981-2020 (tercile inférieur) pour l’hiver 2021-2022 (décembre, janvier et février).
Source : ECMWF - MétéoSuisse

La figure 4 ci-dessous montre la probabilité que la température soit en dessus de la norme l’hiver prochain (tercile supérieur). L’échelle de couleur est inversée par rapport à la figure 3. Cette probabilité se situe globalement entre 42 et 70 % selon les régions du pays.

Affichage aggrandi: Figure 4. Probabilité (en %) que la température soit en dessus de la norme 1981-2020 (tercile supérieur) pour l’hiver 2021-2022 (décembre, janvier et février).
Figure 4. Probabilité (en %) que la température soit en dessus de la norme 1981-2020 (tercile supérieur) pour l’hiver 2021-2022 (décembre, janvier et février).
Source : ECMWF - MétéoSuisse

Pour une région donnée, ces probabilités peuvent être présentées sous forme d’histogramme. La figure 5 montre les probabilités pour les mois de novembre, décembre et janvier en Suisse romande. La probabilité que la température soit en dessus de la norme 1981-2010 est d’environ 60 %. Elle est d’environ 30 % pour une température dans la norme et d’environ 10 % pour une température en dessous de la norme.

Affichage aggrandi: Figure 5. Probabilité (en %) que la température soit en dessous, dans ou en dessus de la norme 1981-2020 pour les mois de novembre, décembre 2021 et janvier 2022 en Suisse romande.
Figure 5. Probabilité (en %) que la température soit en dessous, dans ou en dessus de la norme 1981-2020 pour les mois de novembre, décembre 2021 et janvier 2022 en Suisse romande.
Source : ECMWF - MétéoSuisse

Il y a donc des raisons de penser que l’on se dirige vers un hiver doux. Il faut toutefois faire attention à quelques éléments en regardant ces graphiques.

  1. Il s’agit de probabilités et pas de certitudes, donc aucun scénario n’est exclu.
  2. Dans un climat qui se réchauffe, la probabilité d’être en dessus d’une norme calculée sur une période qui débute il y a 40 ans est logiquement plus élevée que la probabilité d’être en dessous.
  3. Il s’agit d’une perspective sur 3 mois qui ne permet pas de distinguer les détails. Il n’y a par exemple pas d’information sur l’ampleur de l’anomalie de température.

L’été 2021 est un bon exemple qui illustre le 3ème point. Au mois de mai, la probabilité pour que la température estivale moyenne soit plus élevée que la norme était d’environ 60 %. Résultat, l’anomalie a été de +0,6 °C sur les 3 mois d’été (+2,6 °C en juin, -0,3 °C en juillet et -0,6 °C en août). Donc même si l’on peut dire que la prévision saisonnière était juste, ce que beaucoup de monde va retenir de cet été, ce sont les fortes précipitations de juillet et les températures relativement fraîches de juillet et août.

Le constat est le même pour l’hiver. Il y a parfois des hivers très froids du début à la fin, comme en 1962-1963 ou des hivers très doux comme 2019-2020, mais souvent les hivers alternent entre mois froids et doux. Revenons donc sur quelques exemples d’hiver contrastés.

Affichage aggrandi: Figure 6. Anomalies de température (en °C) par rapport à la moyenne 1981-2010 pour les mois d’hiver (décembre, janvier, février) de 1865 à 2021.
Figure 6. Anomalies de température (en °C) par rapport à la moyenne 1981-2010 pour les mois d’hiver (décembre, janvier, février) de 1865 à 2021.
Source : MétéoSuisse

2020-2021

L’hiver dernier a été dans l’ensemble doux avec toutefois quelques périodes plus froides et des épisodes neigeux jusqu’en plaine. Il était par exemple tombé plus de 30 cm de neige dans la région de Zurich le 14 janvier.

Affichage aggrandi: Figure 7. Neige au-dessus de Winterthour (ZH) le 15 janvier 2021
Figure 7. Neige au-dessus de Winterthour (ZH) le 15 janvier 2021.
Photo : Andreas Hostettler

Une vague de froid a touché l’Allemagne, et dans une moindre mesure la Suisse, au mois de février. Cependant, le début ainsi que la deuxième moitié du mois ont été tellement doux, que ces quelques jours froids sont presque passés inaperçus.

Affichage aggrandi: Figure 8. Anomalies journalières de température à diverses stations MétéoSuisse du 1er au 28 février 2021 par rapport à la moyenne 1981-2010.
Figure 8. Anomalies journalières de température à diverses stations MétéoSuisse du 1er au 28 février 2021 par rapport à la moyenne 1981-2010.
Source : MétéoSuisse

2011-2012

Il y a bientôt 10 ans, la Suisse avait connu une vague de froid de grande ampleur. Les mois de décembre et janvier avaient été relativement doux, en particulier en plaine. Puis à la fin du mois de janvier, de l’air arctique avait envahi la Suisse et avait fait plonger les températures a des niveaux largement négatifs les deux premières semaines de février.

Affichage aggrandi: Figure 10. Anomalies de températures (en °C) pour les mois de décembre 2011 (gauche), janvier 2012 (centre) et février 2012 (droite) par rapport à la moyenne 1981-2010.
Figure 10. Anomalies de températures (en °C) pour les mois de décembre 2011 (gauche), janvier 2012 (centre) et février 2012 (droite) par rapport à la moyenne 1981-2010.
Source : MétéoSuisse

Décembre 2016

En cas de situation anticyclonique et sèche, il peut y avoir d’importants contrastes de température en fonction de l’altitude. Tout le mois de décembre 2016 avait été anticyclonique et sec. Alors que le soleil avait brillé généreusement en montagne avec des températures nettement en dessus de la norme. La Plateau s’était retrouvé dans un lac d’air froid avec du brouillard persistant et donc des températures inférieures à la norme.

Affichage aggrandi: Figure 12. Anomalie de température (en °C) en décembre 2016 par rapport à la moyenne 1981-2010.
Figure 12. Anomalie de température (en °C) en décembre 2016 par rapport à la moyenne 1981-2010.
Source : MétéoSuisse

Conclusion

Il est donc important de ne pas tirer de conclusions hâtives à partir des prévisions saisonnières. Pour l’hiver à venir, il est donc mieux de se laisser surprendre. Tous les scénarios restent possibles, même si la tendance montre plutôt un hiver doux. Avec une tendance au réchauffement sur le long terme, la probabilité qu’une vague de froid d’une même ampleur que celles des années 1950, 60 ou 80 se produise se réduit chaque année.

Affichage aggrandi: Figure 14. 2 décembre 2010 au Bois de Sauvabelin dans les hauts de Lausanne. Il était tombé plus de 30 cm de neige entre Genève et Lausanne les 30 novembre et 1er décembre 2010.
Figure 14. 2 décembre 2010 au Bois de Sauvabelin dans les hauts de Lausanne. Il était tombé plus de 30 cm de neige entre Genève et Lausanne les 30 novembre et 1er décembre 2010.
Photo : M.Schwander

Les perspectives saisonnières (pour le moment seulement jusqu'en novembre) ainsi que les archives depuis 2002 sont diponibles sur notre site internet, Cette page rappelle à juste titre que ces prévisions ont une fiabilité limitée : "A la différence des prévisions météorologiques, les prévisions climatiques à long terme comportent par essence un fort degré d'incertitude. Les calculateurs performants et les simulations réalisées ont beau avoir fait de nets progrès au cours des dernières années, la qualité des prévisions à long terme pour l'Europe centrale et pour la Suisse reste limitée."

MétéoSuisse est ouvert à un dialogue en ligne respectueux et accueille volontiers les commentaires et les questions. Nous vous invitons à respecter notre nétiquette. Veuillez noter qu’il n'existe aucun droit pour la publication d’un commentaire et que nous n'entretenons aucune correspondance concernant la décision de publier ou non un commentaire ou une question. Merci pour votre compréhension. Formulaire de contact

Commentaires (22)

  1. Jérémie Le maine coon, 17.09.2021, 21:58

    A mon avis (et en esperant de me tromper) un hiver doux aux dessus des normes saisonnières jusqu’en février ensuite froid

    Réponses

    Répondre à Jérémie Le maine coon

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. pas facile, 17.09.2021, 11:28

    Pas facile d'être météorologue aujourd'hui. je pencherais sur les pelures d'oignons et les mouvements de queue des vaches pour que les prévisions à long terme soient vraiment fiables !

    Réponses

    Répondre à pas facile

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  3. Eric, 17.09.2021, 09:51

    Conclusion
    Il est donc important de ne pas tirer de conclusions hâtives à partir des prévisions saisonnières...Tous ça pour ça...

    Réponses

    Répondre à Eric

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Alexia, 17.09.2021, 10:27

      Merci pour le résumé, effectivement c'était plus rapide 😅

  4. Nestor Lopez, 17.09.2021, 08:32

    Bonjour, je rejoins un autre lecteur qui proposait faire une comparaison en utilisant une référence plus récente que 1980-2010. Est-ce-que c'est quelque chose de techniquement possible?

    Réponses

    Répondre à Nestor Lopez

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  5. Marie.D, 17.09.2021, 06:46

    Bonjour, merci pour votre reportage. Si j'ai bien compris, nous ne verrons surement pas de véritable hiver cette année !
    Les saisons bien changeantes me manquent énormément, j'en ai assez de voir des fraises en décembre et des gens en tee shirts !
    Malheureusement, je suis certainement trop âgée, pour accepter ces changements et je dois vivre avec mes souvenirs d'hiver bien froid et neigeux, ou l'on était content de retrouver un bon feu à la maison !!!

    Réponses

    Répondre à Marie.D

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Frank Peter, 18.09.2021, 00:45

      Des gens en t-shirt en décembre… ça doit être l’âge en effet !

  6. Icelake, 16.09.2021, 22:17

    Vos tendances sont complètement à côté de la plaque. Il y'a tout les signaux qui vont plutôt vers un hiver exceptionnellement froid. A commencé par le QBO en phase est, couplé a une Nina et un PDO négatif modéré et une activité solaire encore faible. Ces éléments sont favorables a un vortex très déconcentré et donc un hiver avec des blocages récurrents sur l'Europe de l'ouest. Il est dommage que météo suisse sombre dans le dogme du réchauffement climatique et feigne d'ignorer les records de froids de 1 siècle au texas en février 2021. Ce qui est possible là bas est encore possible en Suisse et en Europe !

    Réponses

    Répondre à Icelake

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2021, 10:01

      Il n’est pas question ici de dogme mais de science. Les records de froid du Texas sont des événements météorologiques qui ne s’inscrivent pas dans une tendance climatique, qui elle, se mesure sur plusieurs décennies. Il convient de noter aussi que la configuration de l'Amérique du nord n'est absolument pas la même que celle de l'Europe. Les échanges thermiques entre le pôle et l'équateur y sont favorisés par l'orientation méridienne de la chaîne des Rocheuses, ce qui explique ces brutales descentes d'air glacé jusqu'à des latitudes quasi tropicales. Quant aux tendances pour l'hiver 2021-2022, nous saurons si elles sont à côté de la plaque au printemps 2022. Il convient de souligner que ces prévisions d'hivers rigoureux "du siècle", certains sites nous les reproposent chaque automne, sur la base de l'interprétation simpliste d’éléments de téléconnexions, dont les interactions entre les différentes anomalies/oscillations ne sont pas toujours très claires et bien comprises. Ces prévisions d'hivers glacés tiennent plus du "wishcasting" que d'une réelle prévision. A force de prévoir chaque année un hiver rigoureux, ils finiront bien par tomber sur un hiver rigoureux et à cette occasion, ils ne manqueront pas de souligner la justesse de leur « prévision ».

    2. Leilos, 17.09.2021, 15:24

      C'est toujours hilarant lorsqu'une personne pointe du doigt la vague de froid du Texas alors que cette année il y a eu 99 records de chauds pour 1 de froid... Surtout que beaucoup de ces canicules ont été encore plus exceptionnelle que la vague de froid du Texas... Bref, pitoyable.

  7. PC, 16.09.2021, 21:25

    Bonjour, la dernière photo se réfère sans doute à décembre 2010, et non 2021. Merci pour cet article.

    Réponses

    Répondre à PC

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2021, 05:37

      Merci. L'erreur est corrigée.

  8. Claude Guignard, 16.09.2021, 20:53

    Il est important au cours d'un hiver que les températures restent modérées, sans chaleurs hors de saison qui perturbent la nature et surtout, pour la sauvegarde de la végétation relativement méditerranéenne qui prospère en Suisse depuis quelques décennies, sans périodes ininterrompues de températures inférieures à 0 degré. Des nuits froides provoquent bien moins de dégâts que quelques jours consécutifs sans dégel. Il faut que chaque jour il y ait si possible un dégel. En région de plaine bien sûr.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Schwarz Henri, 16.09.2021, 22:24

      Je ne trouve pas que la végétation même sur notre plateau soit de type méditerranéene et est à même de supporter et d apprécier plusieurs jours de glace consécutifs....sapins,melezes, bouleaux etc... sont la pour le démontrer

    2. Claude Guignard, 17.09.2021, 17:53

      Schwarz Henri a globalement raison. Mais nous voyons maintenant prospérer aux emplacements les plus privilégiés du plateau, notammemt au bord du Leman, une végétation inconnue autrefois, par ex. des oliviers, des lauriers et d'autres, qui ne résistent pas à des températures hivernales rigoureuses. Il n'est pas absurde de planter de tels végétaux.

    3. Schwarz Henri, 20.09.2021, 00:40

      Pas absurde mais risqué....le climat ne va pas s' sadapter à ces plantes exotiques....les vagues de froid avec des jours de glace font partie de notre climat lémanique et sont même indispensables aux brassages des eaux du Léman et donc de sa bonne santé.....espérons donc revivre des hivers rigoureux malgré le réchauffement et tant pis pour ces plantes si il fait trop froid pour elles.

  9. Myriam Müller, 16.09.2021, 20:44

    Bonjour
    Merci pour cet article très intéressant.
    Je vous signale une coquille dans la légende de la figure 14.
    Il est écrit 2021 et je suppose que ça devrait être 2010.

    Réponses

    Répondre à Myriam Müller

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2021, 05:37

      Merci. L'erreur est corrigée.

  10. Pascal_fr_39, 16.09.2021, 19:11

    Bonjour,
    Au regard de votre exposé complet sur la prévision de l'hiver à venir, il faut donc s'attendre à un hiver avec une moyenne thermique au-dessus de celle des années 1981-2010. Cependant, il aurait été intéressant d'avoir la même étude en se basant sur la norme 1991-2020, puisque la décennie des années 1980 fait partie de ce que l'on pourrait nommer l'ancien monde climatique, pour nos régions en tous cas. Et la norme 1991-2020 a ainsi fait un beau bond en avant, si bien qu'il est fort probable que les cartes publiées ici référencées à ce nouveau seuil auraient une autre couleur. Mais comment qualifier la moyenne d'un hiver, et même d'une saison quelle qu'elle soit en notre période d'évolution si rapide, c'est un réel chalenge. Et au delà de ces normales, souvenons de l'été dernier, annoncé plus chaud que la moyenne 81-2010, et qui le fut, mais qui dans les esprits, Jurassiens en tous cas, a été transparent, faute à un mois de juin chaud, mais aux mois de juillet et août frais.

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Frank Peter, 18.09.2021, 00:46

      Un mois de juin chaud surtout la nuit grâce à la couverture nuageuse !

  11. Fred Bat, 16.09.2021, 15:48

    Bonjour,
    Merci pour les excellents articles de votre blog!
    Est-ce que vous tenez compte dans votre estimatif se rapportant au prochain hiver de l'hypothèse du ralentissement, voire de l'arrêt du Gulf Stream?

    Réponses

    Répondre à Fred Bat

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.09.2021, 02:22

      Bonjour,
      Nos prévisions saisonnières pour la Suisse sont établies à partir des prévisions du centre européen (ECMWF), qui prennent effectivement en compte la variabilité liée à l'océan grâce à un couplage océan-atmosphère. L'évolution météorologique à moyen terme est d'ailleurs surtout conditionnée par les sytèmes qui varient sur des temps longs, en particulier les courants océaniques.
      D'après les prévisions du centre européen jusqu'à décembre 2021, la température de surface de l'océan Atlantique nord serait plutôt au-dessus de la norme des années précédentes, ce qui penchepeu pour un affaiblissement du Gulf Stream. Ce scénario n'est toutefois pas exclu.