Contenu

Bilan des fortes précipitations et perspectives pour la fin du mois

16 juillet 2021, 16 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Les précipitations ont été abondantes depuis le début du mois et en particulier depuis le début de cette semaine. Mais bien que les précipitations deviennent plus éparses ce vendredi, le niveau de certaines rivières et des lacs continue de monter. Une accalmie est attendue à partir de samedi et devrait se prolonger une bonne partie de la semaine prochaine.

Jonction entre le Rhône et l'Arve à Genève le jeudi 15 juillet 2021. Photo : Mikhaël Schwander
Jonction entre le Rhône et l'Arve à Genève le jeudi 15 juillet 2021. Photo : Mikhaël Schwander

Bilan des précipitations de la semaine

Depuis lundi, les précipitations ont été abondantes dans la plupart des régions. Les cumuls ont dépassé les 100 mm dans de nombreuses stations avec un maximum de 221,2 mm mesurés au Tessin à Robièi, devant les Avants sur la Riviera avec 191 mm. Pour cette station, il s’agit d’un nouveau record de cumuls sur 4 jours, dépassant les 183,8 mm tombé en juillet 2014 (202,5 mm en 5 jours). Les 153,8 mm de pluie mesurés à Pully depuis lundi constituent également un nouveau record de cumuls en 4 jours. Quelques régions ont été relativement épargnées par les précipitations, notamment l’ouest lémanique (28,5 mm à Genève et 41,6 mm à Nyon). Les données pour toutes nos stations sont disponibles sur notre site internet.

Affichage aggrandi: Figure 1. Cumuls des précipitations (en mm) du 12 au 15 juillet 2021.
Figure 1. Cumuls des précipitations (en mm) du 12 au 15 juillet 2021.
Source : MétéoSuisse

Une première moitié de mois pluvieuse et fraîche

Les précipitations ont été fréquentes depuis le début du mois de juillet. Les cumuls mensuels seront probablement excédentaires dans la plupart des régions. Les deux graphiques ci-dessous (figures 2 et 3) montrent l’évolution du cumul des précipitations pour le mois de juillet (ligne turquoise), il s’agit de mesures du 1er au 15 juillet et de prévisions du 16 au 31 juillet avec une marge d’erreur estimée à partir des différents scénarios du modèle IFS (lignes noires). La norme 1981-2010 est indiquée en gris (le total mensuel en rouge à droite). Les mois de juillet les plus humides sont indiquées en turquoise à droite et les mois les plus secs en gris. Les cumuls à la station d’Altdorf (figure 2) sont particulièrement importants depuis le début de ce mois, le record de juillet 1877 est presque atteint et des précipitations sont encore attendues d’ici la fin du mois.

Affichage aggrandi: Figure 2. Cumuls des précipitations (en mm) à Altdorf du 1er au 31 juillet 2021 (mesure du 1er au 15 et prévision du 16 au 31).
Figure 2. Cumuls des précipitations (en mm) à Altdorf du 1er au 31 juillet 2021 (mesure du 1er au 15 et prévision du 16 au 31).
Source : MétéoSuisse

En Suisse romande, les cumuls pourraient atteindre le top 5 des mois de juillet les plus pluvieux à certaines stations. À Château-d’Oex (figure 3), les quantités tombées jusqu’à présent sont largement au-dessus de la norme et les cumuls d’ici la fin du mois pourraient se rapprocher du mois de juillet record de 2014.

Affichage aggrandi: Figure 3. Cumulus des précipitations (en mm) à Château d’Oex du 1er au 31 juillet 2021 (mesure du 1er au 15 et prévision du 16 au 31).
Figure 3. Cumulus des précipitations (en mm) à Château d’Oex du 1er au 31 juillet 2021 (mesure du 1er au 15 et prévision du 16 au 31).
Source : MétéoSuisse

La situation synoptique de ce mois de juillet ressemble d’ailleurs fortement à celle de juillet 2014 avec des pressions plus élevées que la norme sur la Scandinavie qui forcent les basses pressions à circuler plus bas en latitude sur l’Europe de l’Ouest et centrale.

Affichage aggrandi: Figure 4. Anomalie de géopotentiel à 500 hPa (pression vers 5500 m, en décamètres) du 1er au 15 juillet 2021.
Figure 4. Anomalie de géopotentiel à 500 hPa (pression vers 5500 m, en décamètres) du 1er au 15 juillet 2021.
Source : NCEP - NOAA - https://psl.noaa.gov/data/histdata/

Ce temps dépressionnaire a également une influence sur les températures. En moyenne suisse, la température du 1er au 15 juillet était de 1,4 °C en dessous de la norme. Avec des températures plus estivales (proches de la norme) attendues la semaine prochaine, cette anomalie ne devrait pas beaucoup évoluer. On devrait donc rester très loin des mois de juillet les plus froid depuis le début des mesures en 1864 (1909, 1888, 1879, 1913 et 1919).

Affichage aggrandi: Figure 5. Évolution de la température moyenne suisse (en °C) du 1er au 31 juillet 2021 (mesure du 1er au 15 et prévision du 16 au 31).
Figure 5. Évolution de la température moyenne suisse (en °C) du 1er au 31 juillet 2021 (mesure du 1er au 15 et prévision du 16 au 31).
Source : MétéoSuisse

Hausse du niveau des lacs

Ce vendredi, le niveau de certains cours d’eau et de la plupart des lacs continue de monter. Le niveau de danger est de 5 sur 5 pour les lacs de Bienne, Thoune et des Quatre-Cantons. Le pic devrait être atteint ce week-end. Le lac de Zurich est au niveau 4 et le Léman ainsi que le lac de Neuchâtel au niveau 3, mais ils se rapprochent du niveau 4.

Affichage aggrandi: Figure 6. Évolution du niveau (en mètres) du lac de Neuchâtel et du Léman du 10 au 16 juillet (12h40) 2021.
Figure 6. Évolution du niveau (en mètres) du lac de Neuchâtel et du Léman du 10 au 16 juillet (12h40) 2021.
Source : OFEV

À Berne, le débit de l’Aar a atteint le niveau de danger 5 vendredi à midi. Retrouvez toutes les informations sur le niveau des lacs et des cours d'eau sur le site de l'Office fédéral de l'environnement.et sur le bulletin des dangers naturels.

Affichage aggrandi: Figure 7. Évolution du niveau (en mètres) et du débit (en m3/seconde) de l’Aar à Berne du 10 au 16 juillet (13h20) 2021.
Figure 7. Évolution du niveau (en mètres) et du débit (en m3/seconde) de l’Aar à Berne du 10 au 16 juillet (13h20) 2021.
Source : OFEV

Perspectives

Des averses pourront encore se produire cet après-midi et samedi, notamment dans les Préalpes orientales. Le temps redeviendra sec en toutes régions à partir de dimanche et la semaine prochaine devrait être globalement bien ensoleillée. Les températures vont progressivement monter pour atteindre un maximum probablement vendredi ou samedi. Une nouvelle dépression pourrait se positionner sur les îles Britanniques le week-end prochain, elle pourrait faire circuler un front froid sur la Suisse entre samedi 24 et dimanche 25 juillet.

Les dernières tendances pour la semaine du 26 juillet au 1er août montre que l’Europe de l’Ouest pourrait être à nouveau soumise à des conditions plutôt dépressionnaires. La probabilité que les températures soient au-dessus de la norme est donc faible (moins de 20 %). La probabilité que cette semaine soit sèche est également faible.

Affichage aggrandi: Figure 9. Probabilités (en %) que la température moyenne en Suisse romande du 26 juillet au 1er août soit en dessous, dans la norme ou en dessus de la norme.
Figure 9. Probabilités (en %) que la température moyenne en Suisse romande du 26 juillet au 1er août soit en dessous, dans la norme ou en dessus de la norme.
Source : MétéoSuisse

Commentaires (16)

  1. Alexandre, 21.07.2021, 00:24

    Dans le cas de l'Allemagne, j'ai lu que les précipitations et les crues ont largement battu ce qui était prévu pour un temps de retour de 100 ans et qu'on serait plutôt dans les temps de retour de 1000 ans.

    C'est ce qui est rapporté dans le New York Times (European Floods Are Latest Sign of a Global Warming Crisis).

  2. François Bocherens, 17.07.2021, 16:23

    La situation actuelle m'évoque celle du 7 au 9 août 1978 où la Suisse connut des intempéries particulièrement dévastatrices dues à une goutte froide. Max Bouët l'évoque dans son livre "Climat et météorologie de la Suisse romande" et on peut trouver un rapport de travail à ce sujet en allemand sur votre site internet. Il tomba jusqu'à 318 mm d'eau à Camedo au Tessin Tessin en 24 heures à la suite d'orages préfrontaux responsables de pluies diluviennes. La répartitition des précipitations fut quelque peu différente, avec des cumuls importants également sur l'ouest lémanique (près de 100 mm à Genève) et sur l'ex-Allemagne de l'Est (jusqu'à 180 mm à Berlin). La neige s'abaissa même par endroits dans les Alpes jusqu'à 1450 m.

  3. david, 17.07.2021, 08:57

    Comment explique-t-on les erreurs oarticulièrement grandes dans les prévisions saisonnières d'avril voire de mai?

    Je comprends que ces dernières donnent normalement une indication de probabilité, mais là l'erreur porte quand même sur une assez longue période et avec une réalité aux antipodes des prévisions les péus probables.

    Cela remet-il en cause la possibilité même de faire des prévisions saisonnières plus fiables que les statistiques climatiques en l'état actuel des models ou s'agit-il simplement d'une exception inévitable?

    1. MétéoSuisse, 17.07.2021, 18:07

      La prévision saisonnière, c'est-à-dire pour l'été météorologique complet (mois de juin, juillet et août) donnait un été plus chaud que la moyenne, ce qui est le toujours cas actuellement après environ 45 jours d'été. L'excédent se monte encore à 1 °C, malgré une première quinzaine de juillet fraîche.
      Nous n'avons par contre jamais affirmé que l'été serait caniculaire. Une probabilité élevée d'être au-dessus de la norme n'est pas nécessairement synonyme de canicule, un été peut être chaud sans être caniculaire. Notre page internet précise que "à la différence des prévisions météorologiques, les prévisions climatiques à long terme comportent par essence un fort degré d'incertitude. Les calculateurs performants et les simulations réalisées ont beau avoir fait de nets progrès au cours des dernières années, la qualité des prévisions à long terme pour l'Europe centrale et pour la Suisse reste limitée."

  4. Hennemann, 16.07.2021, 20:30

    Bonjour.
    Peut-on parler de crue centennale ?
    Ou il faut s'attendre a pire vu que la derrière était il ya environ cent ans ?

    1. MétéoSuisse, 17.07.2021, 17:37

      Bonjour,
      Cela dépend de quelle crue centennale vous parlez. Le niveau du lac de Bienne a atteint 430,94 m, soit plus que le record de 2007 avec 430,88 m. La crue centennale est estimée à 431,00 m. Mais la comparaison n’est valable que depuis la dernière correction des eaux du Jura il y a 150 ans environ.
      https://bit.ly/3BecbAg

  5. Pascal_fr_39, 16.07.2021, 19:41

    Bonjour, la différence du total de précipitations entre l'est et l'ouest du lac Léman est spectaculaire, d'autant que sur le versant ouest du Jura, on a reçu entre 150 et 200 mm dès le pied de premier plateau avec des débordements très importants, rarement observés en été, excepté localement sur le sud de la region le 28 juillet 2019. Comment expliquez-vous que de Nyon à Genève, il ait si peu plu, tandis qu'à Pully, on retrouve les mêmes quantités que sur le Jura, d'où venait ce courant de nord ouest? La haute chaîne, de La Dôle au Reculet a-t-elle joué un si grand rôle, ou bien les contreforts Moleson Rochers de Naye ont-ils re-intensifié les pluies à proximité du le Haut Lac?
    Merci par avance pour votre analyse.

    1. MétéoSuisse, 17.07.2021, 17:27

      Bonjour,
      Vos deux hypothèses sont correctes. Il y a un assèchement entre Nyon et Genève en raison de la haute chaîne du Jura. Et il y a un effet orographique entre Lausanne et le Haut-Lac Léman en raison des Préalpes.

  6. sylvia, 16.07.2021, 19:01

    Et merci bcp pour toutes les informations
    Vous avez ètait d'une justesse extraordinaire
    Moi,j'ai confiance en mètèo Suisse.
    Bonne soirèe

  7. sylvia, 16.07.2021, 18:57

    Le lac de Neuchâtel monte encore, le camping bellerive est inondèe ,et en quelques heures ,c'est impresionant le changement du niveau d'eau,et ça va continuer je pense.
    (Côtè Corcelettes /Vaud)

  8. Martin G., 16.07.2021, 18:37

    Je trouve l'app MeteoSwiss impeccable. Elle est instructive et intéressante.
    Les crues de ces derniers jours m'amènent toutefois à faire une remarque. La carte des dangers de crues ne tient pas compte des lacs de moindre importance, ce qui peut donner l'impression qu'il ne s'y passe rien.
    Actuellement au bord du lac de Sempach (avec des alertes crues degré 4), je constate des inondations, des chemins fermés, etc.
    Ne pourriez-vous pas, sur votre carte, inclure les couleurs de danger de ces lacs afin qu'ils correspondent aux alertes de danger?
    Avec mes cordiales salutations ensoleillées.

    1. MétéoSuisse, 17.07.2021, 16:52

      Bonjour,
      La carte des dangers de crues est alimentée par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) qui s’occupe des lacs et cours d’eau d’intérêt national. Les autres lacs (par exemple lac de Sempach, lac de Zoug) sont également surveillés, mais les alertes ne sont pas relayées sur notre App ou sur le site internet http://www.dangers-naturels.ch .

  9. Claude Guignard, 16.07.2021, 18:28

    Le mois de juillet 2021 ne se caractérise pas, en Suisse, par des températures particulièrement froides mais par des précipitations inhabituellent importantes accompagnant parfois de violents orages. Notre pays n'est pas seul touché et en Eutope, notammemnt la Belgique et surtout l'Allemagne, sont gravement affectées. Une situation particulière, peut-être due au hasard ou favorisée par le réchauffement climatique, se trouve à l'origine de toute cette eau. Il faudrait peu de chose pour vivre un été plus "normal" mais il est compréhensible que personne n'ose s'avancer à l'annoncer, d'autant moins que rien ne le laisse particulièrement entrevoir.

  10. Richard Wilson, 16.07.2021, 17:39

    Pouvez-vous m'expliquer comment l'eau dans le lac de Bienne est plus haut que l'eau du lac de Neuchâtel ? Est - ce un phénomène naturel ou causé par l'homme ?

    1. MétéoSuisse, 16.07.2021, 18:08

      Bonjour. Nous ne sommes malheureusement pas compétents pour répondre à des questions hydrologiques, il faudrait s'adresser à l'OFEV. Néanmoins, une petite recherche nous permet de fournir des éléments de réponse tiré d'un rapport du canton de Berne (lien ci-dessous): "Rien ne permet de réguler directement le lac de Neuchâtel. Comme il est relié à celui de Bienne par le canal de la Thielle, son niveau dépend indirectement du barrage de régulation de Port et du niveau du lac de Bienne. Vu sa taille, le lac de Neuchâtel ne réagit que lentement aux variations du niveau des eaux dans celui de Bienne, mais il peut absorber de grandes masses d’eau et assure ainsi un effet tampon bienvenu en cas de crue." https://www.bve.be.ch/bve/fr/index/direktion/organisation/awa/downloads_publikationen/awafakten.assetref/dam/documents/BVE/AWA/fr/EAU/Regulation%20des%20eaux/Regulation_des_lacs_13_OED_franz_Webversion.pdf
      De plus les deux lacs n'ont pas les mêmes niveaux de crues: avec un niveau d'eau de 430.5 m, le lac de Bienne est en degré 4, alors que cette même valeur correspond au seuil entre le degré 3 et 4 pour le lac de Neuchâtel: https://www.hydrodaten.admin.ch/fr/messstationen_gefahren.html

    2. Claude Guignard, 17.07.2021, 16:16

      Le lac de Bienne, plus petit, est alimenté, depuis la première (?) correction des eaux du Jura, par l'Aar qui apporte considérablement plus d'eau que la Thiele dans le lac de Neuchatel, bien plus grand.