Contenu

Printemps 2021 froid et développement de la végétation

8 juin 2021, 5 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Malgré le printemps le plus froid depuis 1987, la végétation s'est développée conformément à la période habituelle par rapport à la moyenne de la période sur 30 ans 1981-2010. Nous montrons ci-dessous comment le développement de la végétation printanière interagit avec la température.

Fleur du pommier. Photo : Regula Gehrig
Fleur du pommier. Photo : Regula Gehrig

Le printemps 2021 en comparaison à long terme

L'indice du printemps montre le développement à long terme de la floraison et/ou du déploiement des feuilles de neuf espèces végétales différentes, entre janvier et mai. Le développement de la végétation printanière en 2021 a eu une avance de 3 jours par rapport à la moyenne de la période sur 30 ans 1981-2010 et peut donc être classé comme normal (Figure 1). Elle s'inscrit ainsi dans la tendance à long terme, l'indice du printemps montrant clairement que depuis la fin des années 1980, le printemps est généralement plus précoce.

Le facteur décisif pour le développement de la végétation printanière est la température des mois de janvier à avril ou de février à avril (Figure 2). L'indice du printemps est fortement corrélé négativement avec la température de ces mois : des températures élevées entraînent un développement précoce de la végétation, et vice versa. Cette année, la température de février à avril a été de 0,8 °C supérieure à la norme 1981-2010. Par conséquent, la végétation printanière dans son ensemble ne s'est développée que légèrement plus tôt que la moyenne.

 

En détail, la végétation avait une avance de 10 à 15 jours de février à mi-mars, et encore de 5 à 10 jours de mi-mars à mi-avril. A partir de la mi-avril, toute l’avance a fondu et le déploiement des feuilles des arbres à feuilles caduques a été retardé. Vers la fin du mois de mai, les hêtres situés en altitude sont devenus verts environ une semaine plus tard que la moyenne 1981-2010.

Floraison précoce du noisetier, dégâts liés au gel sur les cerisiers

Le mois de janvier a été plutôt frais et ce n'est que vers la fin du mois que l'on a observé la floraison des chatons du noisetier au Tessin. Au Nord des Alpes, le noisetier a fleuri dès le début du mois de février. La plupart des observations ont été faites dans la seconde moitié de février, une période où les températures ont été bien supérieures à la moyenne. En moyenne sur l'ensemble des stations, la floraison du noisetier a eu une avance de 12 jours. Les pas-d’âne et les anémones des bois ont profité des températures élevées de février à la mi-mars et ont fleuri avec une avance moyenne de 9 à 10 jours. Avec la floraison des arbres fruitiers, des dents de lion (ou pissenlits) et des cardamines des prés fin mars et en avril, l'avance a déjà été réduite à 5-7 jours. Les premiers cerisiers ont fleuri avant la vague de froid de début avril. Les basses températures nocturnes de -3 à -6 °C ont causé des dommages dus au gel à de nombreux cerisiers à floraison précoce. Pendant les journées un peu plus douces du 9 au 11 avril et à partir du 20 avril, davantage de cerisiers en fleurs ont été observés. Dans le cas des poiriers, seule une petite proportion d'arbres a fleuri avant les nuits de gel, tandis que les pommiers en fleurs ont surtout été observés à partir du 20 avril, quelques jours seulement avant la date moyenne de floraison.

Déploiement tardif des feuilles des arbres à feuilles caduques

Le déploiement des feuilles et le verdissement des forêts ont été plus lents cette année que l'année dernière. Les mélèzes ont déployé leurs aiguilles à partir de fin mars et début avril, à une période normale, avec un jour d'avance sur la moyenne. Pour le hêtre, il s’agit du déploiement des feuilles le plus tardif depuis 1991. En plaine, le déploiement des feuilles du hêtre a commencé à la mi-avril. Plus souvent, cependant, elle a été observée à partir de la fin du mois d'avril. Au-dessus de 1000 m, le hêtre est devenu vert à partir du 10 mai environ. Par rapport à la moyenne de la période 1981-2010, le déploiement des feuilles a eu lieu avec 4 jours de retard. Les érables, les tilleuls à petites feuilles et à grandes feuilles sont également devenus verts 5 à 7 jours plus tard que la moyenne. Pour ces arbres, la période de comparaison est 1996-2020.

L'influence du printemps froid

Les températures basses des mois du printemps (mars à mai) ont été clairement perceptibles dans le développement de la végétation. Cependant, comme la température d'un à deux mois avant la floraison et le déploiement des feuilles est importante pour le développement de la végétation, la végétation printanière de cette année a encore pu bénéficier des températures élevées de février et jusqu'à la mi-mars et n'a donc pas été significativement retardée dans son ensemble, comme la température printanière le laisserait penser.

Le réseau d'observations phénologiques

Les données pour ces évaluations sont collectées par nos observateurs phénologiques dans environ 160 stations en Suisse. Ils observent le développement de la nature au fil des saisons sur la base de 26 espèces végétales définies et nous transmettent ces données. Vous trouverez plus d’informations sur le réseau d'observations phénologiques en cliquant sur ce lien.

Liens supplémentaires

Commentaires (5)

  1. Claude Guignard, 09.06.2021, 00:23

    La présentation de votre figure 1 Indice du printemps me surprend. Une amélioration de cet indice le pousse vers le bas alors que généralement on adopte la présentation inverse : tout élément positif, telle l'augmentation de la température moyenne (figure 2) poussant la courbe vers le haut. Cela dit le réchauffement climatique qui hâte le développement de la végétation accroît les risques de gel si parallèlement la date des derniers gels ne recule pas. Vos statistiques pourraient montrer s'il y a un recul ou non.

    1. MétéoSuisse, 10.06.2021, 08:30

      Bonjour, le but du graphique est de montrer de manière objective si le développement de la végétation est en avance ou en retard par rapport à la moyenne. Des valeurs négatives ne veulent pas dire que cela est un effet négatif mais simplement que cela se produit plus tôt dans l'année. D'une manière générale, l'évolution de la température n'est pas une bonne ou une mauvaise chose. Ce sont les conséquences sur les activités humaines qui peuvent être considérées comme positives ou négatives.

  2. Frank Peter, 08.06.2021, 17:04

    Vos conclusions ne sont certainement pas correctes pour l’ensemble des régions du pays. Dans mon village, tous les agriculteurs que je fréquente parlent d’un retard conséquent et mes observations corroborent leurs propos.

    1. MétéoSuisse, 08.06.2021, 17:31

      Bonjour,
      Sur l’ensemble du printemps, les phases phénologiques ont été conformes à la normale. Mais si on se focalise sur le mois de mai uniquement, les phases phénologiques commencent à prendre du retard (déploiement des feuilles du hêtre, des érables, ainsi que des tilleuls à petites et grandes feuilles). Les phases phénologiques concernent les plantes et arbres, ainsi que la fenaison et les vendanges. Elles ne se focalisent pas sur les autres travaux agricoles.

    2. Frank Peter, 08.06.2021, 23:19

      Merci de votre réponse étayée, c’est appréciable et apprécié.