Contenu

Neige et soleil printanier en mars

30 mars 2021, 3 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Mars 2021 a commencé sous le soleil et la douceur. Vers le milieu du mois, le temps est d'abord devenu très venteux au Nord des Alpes, puis hivernal avec un afflux continu d'air polaire. La neige est tombée à plusieurs reprises jusqu'à basse altitude. En montagne, il est localement tombé un mètre de neige fraîche voire plus. Au Sud, de fréquents épisodes de foehn du nord ont permis un bon ensoleillement et amené peu de pluie. Le dernier tiers du mois s'est avéré très ensoleillé et extrêmement doux sur l'ensemble du pays avec des températures souvent supérieures à 20 °C.

Neige en mars à Obersaxen (GR) et signes printaniers au bord du lac de Zurich. Photos : Franziska Hoff (neige) et Stephan Bader (crocus).
Neige en mars à Obersaxen (GR) et signes printaniers au bord du lac de Zurich. Photos : Franziska Hoff (neige) et Stephan Bader (crocus).

Dans les normes

Malgré une longue période de froid hivernal et avec de la neige jusqu'à basse altitude au Nord des Alpes, la température moyenne du mois de mars s'est située dans la norme 1981-2010 au niveau national. Sur certains sites de mesures à basse et moyenne altitude des deux côtés des Alpes, la norme de mars a été dépassée de 0,6 à 0,9 °C. En haute altitude, le mois de mars est resté localement 0,6 °C en dessous de la norme 1981-2010. A Samedan, en Haute-Engadine, la température du mois de mars a même été inférieure à la normale de 1,3 °C.

Affichage aggrandi: Figure 1. La température en mars en Suisse, en comparaison avec les autres mois depuis 2020. L’écart à la norme 1981-2010 est représenté pour chaque mois.
Figure 1. La température en mars en Suisse, en comparaison avec les autres mois depuis 2020. L’écart à la norme 1981-2010 est représenté pour chaque mois.

Un début de mois ensoleillé

Les trois premiers jours de mars ont été anticycloniques. Les 1er et 2 mars, le soleil a brillé dans toute la Suisse et les températures maximales ont atteint 14 à 17 °C des deux côtés des Alpes, localement jusqu’à 18 °C en Valais et sur le nord-ouest de la Suisse et même 19 °C à Coire. Le 3 mars, une bande nuageuse compacte s'étendant de l'Espagne aux Alpes a complètement caché le soleil. En outre, un peu de poussière du Sahara a de nouveau atteint la Suisse.

Changeant au Nord, ensoleillé au Sud

Du 4 au 10 mars, des courants du secteur nord-ouest à sud-ouest ont apporté un temps changeant au Nord. Le soleil a globalement brillé au Sud des Alpes. Ce n'est que les 6 et 9 mars que le soleil a été à peine visible au Sud et qu'il y a eu quelques précipitations.

Agité

A partir du 11 mars, une situation de fort vent d’ouest a entraîné des conditions agitées durant 3 jours au Nord des Alpes et dans les Alpes. Les rafales de vent les plus élevées ont été déclenchées par la dépression tempétueuse Luis sur la mer du Nord et le Danemark le 13 mars. Les rafales ont atteint 70 à 100 km/h au Nord des Alpes et jusqu'à 150 km/h sur les crêtes.

Peu de tempêtes au cours du semestre d’hiver

Le mois de mars marque la fin du semestre d'hiver, période classique pour des conditions tempétueuses au Nord des Alpes. Au cours de ce semestre d'hiver, les tempêtes au Nord des Alpes n'ont pas constitué un problème majeur. Sur le site de mesures de Zurich-Fluntern bien exposé au vent, depuis octobre 2020, il n'y a eu que 4 journées avec des rafales de 75 km/h ou plus. Deux l'ont été en janvier et deux en mars. Rien à voir avec le semestre d'hiver de l'année dernière, qui a été l'un des plus tempétueux depuis le début des mesures automatiques en 1981. Le mois de février 2020 avait été le principal contributeur, avec 13 jours de tempête. Les tempêtes hivernales Hervé (Petra en Suisse alémanique), Ciara (Sabine) et Inès (Tomris) étaient passées sur la Suisse à quelques jours d'intervalle.

Affichage aggrandi: Figure 2. Nombre de jours au cours du semestre d’hiver avec des rafales de 75 km/h ou plus sur le site de Zurich-Fluntern depuis le début des mesures automatiques en 1981.
Figure 2. Nombre de jours au cours du semestre d’hiver avec des rafales de 75 km/h ou plus sur le site de Zurich-Fluntern depuis le début des mesures automatiques en 1981.

Neige au Nord

A partir du 14 mars, un afflux continu d'air froid s'est dirigé vers l'Europe. Entre une zone de haute pression sur l'Atlantique et une zone de basse pression sur le sud-est de l'Europe, de l'air froid polaire s'est dirigé vers les Alpes pendant plusieurs jours. Au Nord des Alpes, de la neige est tombée à plusieurs reprises jusqu'à basse altitude. En montagne, il a abondamment neigé. Du 14 au 21 mars, les Alpes centrales et orientales ont régionalement reçu plus d’un mètre de neige fraîche, localement plus de 1,5 m. Les températures maximales sont restées bien en dessous de 10 °C au Nord.

Affichage aggrandi: Figure 3. Carte météorologique en altitude (à 500 hPa) du 17 mars 2021 pour illustrer l’afflux continu d’air froid vers la Suisse, matérialisé par la flèche grise.
Figure 3. Carte météorologique en altitude (à 500 hPa) du 17 mars 2021 pour illustrer l’afflux continu d’air froid vers la Suisse, matérialisé par la flèche grise.

Foehn au Sud

L'air polaire a traversé les Alpes et s’est propagé dans les vallées du Sud des Alpes sous la forme d'un fort foehn du nord. Les rafales ont généralement atteint 70 à 75 km/h, localement jusqu'à 80 km/h. En montagne, les rafales ont dépassé les 100 km/h. Le foehn du nord a dispersé les nuages et apporté beaucoup de soleil au Sud des Alpes avec des températures maximales entre 13 et 15 °C à partir du 14 et même jusqu’à 17 °C le 22 mars.

Un foehn du nord très actif

Au Sud des Alpes, le foehn du nord a été très actif en mars. Poschiavo a enregistré 214 heures de foehn, le mois de mars avec le plus de foehn depuis plus de 10 ans. La dernière fois que Poschiavo a eu plus de fœhn en mars, c'était en 2009 avec 279 heures. La moyenne pour le mois de mars est de 145 heures de foehn. Cela fait du mois de mars à Poschiavo, comme pour les autres sites de mesures du Sud des Alpes, le mois avec le plus d'heures de fœhn de l'année. Et comme particularité, il faut mentionner que Poschiavo, avec une moyenne de plus de 1100 heures de foehn par an, est clairement le site de mesures où le foehn souffle le plus fréquemment en Suisse.

Affichage aggrandi: Figure 4. Nombre d’heures de foehn en mars depuis le début des mesures sur le site de Poschiavo.
Figure 4. Nombre d’heures de foehn en mars depuis le début des mesures sur le site de Poschiavo.

Contrairement à la forte activité du fœhn au Sud des Alpes, le fœhn a rarement soufflé en mars 2021 au Nord des Alpes. Altdorf n'a mesuré que 5 heures de foehn. Depuis le début de la série de données en 1981, il n'y a eu que 4 mois de mars à Altdorf avec moins de 10 heures de fœhn.

Ensoleillé dans toute la Suisse

A partir du 22 mars, l'anticyclone atlantique s'est déplacé sur le continent européen. Du 23 au 26 mars, le soleil a brillé dans toute la Suisse. Les températures maximales ont atteint 15 à 17 °C au Nord, 18 à 20 °C au Sud.

Après le passage d'un front froid le 27 mars avec de fortes précipitations régionalement au Nord des Alpes, un nouvel anticyclone venant de l'ouest a de nouveau apporté beaucoup de soleil et des conditions très douces jusqu'à la fin du mois. Au cours des derniers jours de mars, les températures maximales ont dépassé 20 °C des deux côtés des Alpes et même régionalement plus de 23 °C.

Beaucoup de journées ensoleillées au Sud….

Au Sud des Alpes, le soleil a localement brillé sans interruption du 12 au 26 mars. Avant cela, il y a eu 6 journées ensoleillés supplémentaires en mars au Sud. Le Sud du Tessin a finalement enregistré 22 jours de soleil en mars. Lugano a enregistré un total de presque 260 heures d'ensoleillement. Dans le nord-ouest de la Suisse, 11 journées ont été ensoleillés en mars, jusqu’à 19 en région genevoise. Genève a enregistré l'un des dix mois de mars les plus ensoleillés depuis le début des mesures en 1897, avec plus de 210 heures de soleil.

. . . mais peu de précipitations

En contrepartie des nombreux jours de beau temps, il y a eu peu de précipitations dans certaines régions du Sud des Alpes. Pour certains sites de mesures, les cumuls mensuels n’ont même pas atteint l’équivalent de 10 % de la norme 1981-2010. Heureusement, les deux mois précédents avaient été copieusement arrosés au Sud, surtout en janvier.

Particularité tessinoise en mars

Sur le site de mesures de Lugano, la température en mars n'avait montré aucun changement à long terme depuis le début des mesures en 1864 jusqu'à la fin des années 1980. Cette évolution a été suivie, en l'espace de quelques années, d'un bond massif de 7 °C à près de 9 °C (Figure 5). Depuis lors, il n'y a pas eu de nouveau changement perceptible à long terme. La température en mars à Locarno-Monti présente une image comparable. Au Tessin, un réchauffement unique, rapide et massif du climat en mars a apparemment eu lieu au tournant des années 1980 et 1990. Ce réchauffement est l'un des changements de température les plus impressionnants dans les séries de mesures homogénéisées en Suisse.

Affichage aggrandi: Figure 5. Température en mars à Lugano depuis le début des mesures en 1864. Le point rouge indique le mois de mars actuel (9,2 °C). La ligne verte indique la référence préindustrielle 1871-1900 (6,9 °C). La ligne verte interrompue indique la moyenne des 30 dernières années 1992-2021 (8,9 °C). La ligne rouge indique la moyenne glissante sur 30 ans.
Figure 5. Température en mars à Lugano depuis le début des mesures en 1864. Le point rouge indique le mois de mars actuel (9,2 °C). La ligne verte indique la référence préindustrielle 1871-1900 (6,9 °C). La ligne verte interrompue indique la moyenne des 30 dernières années 1992-2021 (8,9 °C). La ligne rouge indique la moyenne glissante sur 30 ans.

Développement de la végétation printanière freiné

La floraison des noisetiers a été presque terminée en mars. Ce n'est qu'à des altitudes supérieures à 1000 m que l'on peut observer des chatons de noisetiers en fleur. Globalement, le noisetier a fleuri 13 jours plus tôt que la moyenne de la période 1981-2010. Les pas-d’âne ont commencé à fleurir à partir du 20 février. En mars, la floraison des pas-d’âne a été observée de la plaine à la montagne. Elle a bénéficié dans son développement des températures élevées entre février et mi-mars. Par conséquent, à ce stade, les pas-d’âne ont fleuri 19 jours plus tôt que la normale.

La floraison des anémones des bois a été observée à partir du début du mois de mars, également avec 14 jours d'avance sur la moyenne. Ce n'est qu'à partir de la mi-mars que la période froide a ralenti le développement de la végétation. Avec le retour de températures printanières dans la dernière semaine de mars, de nouvelles observations d'anémones des bois en fleur vont arriver, mais cela va diminuer l’avance que la végétation avait prise.

D'autres signes avant-coureurs du printemps commencent à apparaître : Liestal a été la première station à signaler le début de la floraison du cerisier le 25 mars, soit 10 jours plus tôt que la moyenne depuis le début des observations en 1996. A Locarno, la pleine floraison de la dent-de-lion a été observée le 16 mars, conformément à la période habituelle.

A propos des deux photos : la floraison printanière dans les forêts de hêtres profite de la chaleur des couches proches du sol et de la lumière du soleil avant que les feuilles des arbres en déploiement ne commencent à assombrir la forêt. Les plantes à floraison printanière comprennent les nivéoles du printemps des bois, les anémones des bois et l'ail des ours. Dès le mois de mai, les fleurs dépérissent et les plantes survivent dans le sol sous forme de boutons porteurs de bulbes ou de rhizomes.

Le bulletin définitif de mars 2021 sera disponible à partir du 9 avril 2021 dans la rubrique rapports climatiques.

Commentaires (3)

  1. Anne Lelièvre, 07.04.2021, 20:55

    Bonjour sur l'aperçu de la météo, il y a maintenant des petits traits verticaux en bas. Qu'est -ce que ça signifie?
    Sinon, merci pour votre site qui est très intéressant.

    Réponses

    Répondre à Anne Lelièvre

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 08.04.2021, 07:17

      Bonjour,
      La barre bleue indique la quantité de précipitations prévue. La ligne verticale noire délimitée par les traits horizontaux en haut et en bas indique la plage d’incertitude de la prévision de précipitations. Si vous cliquez sur le petit « i » à côté de précipitations en mm/h, il y a petite fenêtre d’informations qui s’ouvre.

  2. Blaise Roduit, 30.03.2021, 23:49

    Le "tournant" des années 80/90 ne concerne pas que le Tessin... Quand on regarde l'évolution annuelle aux stations on remarque un peu partout une cassure au niveau du mois de septembre 1987 à partir duquel les périodes de plusieurs mois d'affilée avec des températures nettement en dessous des normes (comme on peut le voir les années précédentes) semblent avoir disparu, comme si un seuil avait été franchi et les normes étaient montées d'un "étage"...

    Réponses

    Répondre à Blaise Roduit

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension