Contenu

Première incursion hivernale, extrême ou pas ?

23 novembre 2021, 14 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Comme mentionné dans le blog d’hier, une première incursion hivernale va faire son apparition dès jeudi et plonger la Suisse dans une atmosphère froide et humide jusqu’au début de la semaine prochaine. On peut raisonnablement s’attendre à quelques flocons de neige jusqu’en plaine, mais est-ce que cet évènement peut être qualifié d’extrême ? En plus de présenter la situation météorologique et les prévisions de chutes de neige, nous tenterons de répondre à cette question dans ce blog.

La Suisse plongée dans un couloir dépressionnaire

L’animation de la Figure 1 montre l’évolution synoptique entre jeudi et lundi prochain. Dans un premier temps, la dépression sur la Méditerranée va transporter de l’air humide sur les Alpes dans un courant de sud à sud-est. En même temps, un premier talweg (couloir dépressionnaire) va passer au nord de la Suisse entraînant une baisse des températures et donc de la limite pluie-neige. Cette dernière va passer d’environ 1400 m jeudi matin à 500 m en soirée. Vendredi, la dépression sur la Méditerranée et le talweg tendent à s’évacuer vers l’est, alors que la dépression sur l’Ecosse se creuse et se déplace sur la mer du Nord. Cela conduira à des précipitations résiduelles vendredi et à une probable accalmie dans la nuit de vendredi à samedi (la Suisse se retrouve entre deux bandes humides, voir Figure 1 samedi à 00 UTC). Samedi, le front associé à la dépression sur la mer du Nord va traverser la Suisse, conduisant à des précipitations étendues dans un courant du sud-ouest et à une limite pluie neige toujours autour des 500 m. Dimanche, nous nous retrouverons au cœur du talweg (représenté par les bas géopotentiels sur la Figure 1) avec un courant pivotant du sud-ouest au nord-ouest. Cela conduira à des précipitations intensifiées le long des versants nord des Alpes et du Jura par effet de barrage. Lundi, l’axe du talweg se déplace vers l’est et nous nous retrouverons vraisemblablement sous une branche du jet stream (couleurs sur la carte du haut de la Figure 1). Cela va probablement encore conduire à des précipitations par barrage sur les versants nord des Alpes. Même si l’évolution de la limite pluie-neige dimanche et lundi reste à préciser, elle va très probablement rester en dessous de 1000 m.

Qu’en est-il des quantités de neige fraîche ?

La Figure 2 montre les cumuls de précipitations sur 24 h entre jeudi et lundi. On voit que pour jeudi et vendredi, les quantités devraient rester assez faibles avec 1-2 mm/24 h au nord des Alpes et 2-5 mm/24 h dans les Alpes. Cela pourrait bien donner quelques centimètres de neige en montagne et peut-être une fine couche blanche jusqu’en plaine, étant donné que la limite pluie-neige va descendre jusqu’à 500 m d’ici jeudi soir. Cette fine couche ne devrait pas tenir en plaine dans un premier temps, car la température du sol sera probablement légèrement en dessus de 0 °C. Pour samedi, dimanche et lundi, on pourrait bien se retrouver avec 5 mm/24h en plaine et jusqu’à 10 mm en montagne. Ces cumuls ne sont certes pas mirobolants, mais accumulés sur 5 jours cela représente tout de même l’équivalent de 20 à 40 cm de neige fraîche en montagne.

Affichage aggrandi: Figure 2 : précipitations cumulées sur 24 h pour les journées du 25, 26, 27, 28 et 29 novembre (la date et l’heure du titre représentent la fin de la période d’accumulation : vendredi 00 UTC = précipitation pour la journée de jeudi). Les valeurs représentent la médiane des ensembles du modèle IFS, run du 23 novembre à 00 UTC. Les valeurs en bas à droite des cartes représentent la limite pluie-neige, à prendre avec du recul pour ces échéances.
Figure 2 : précipitations cumulées sur 24 h pour les journées du 25, 26, 27, 28 et 29 novembre (la date et l’heure du titre représentent la fin de la période d’accumulation : vendredi 00 UTC = précipitation pour la journée de jeudi). Les valeurs représentent la médiane des ensembles du modèle IFS, run du 23 novembre à 00 UTC. Les valeurs en bas à droite des cartes représentent la limite pluie-neige, à prendre avec du recul pour ces échéances.
Source : MétéoSuisse

Alors, évènement extrême ou pas ?

Quand on parle d’évènement extrême, il faut tenir en compte la climatologie du lieu d’intérêt pour la période de prévision. En effet, 30 cm de neige en un jour en moyenne montagne peuvent être considérés comme extrêmes en été, mais ne le sont certainement pas en hiver. Par contre, le même cumul en plaine serait extrême même en hiver. Pour éviter de définir des seuils arbitraires pour chaque région et période de l’année, un index appelé le Extreme Forecast Index (EFI) a été développé. L’EFI nous montre à quel point une prévision est extrême par rapport à la climatologie du modèle. Pour cela, l’ensemble des scénarios de prévisions possibles est comparé à la climatologie du modèle pour quantifier si un évènement donné peut être considéré comme extrême. Les principaux avantages de l’EFI en plus de ne pas avoir besoin de définir des seuils sont : (i) il est basé sur des prévisions d’ensemble et donc il tient compte de l’incertitude de la prévision et (ii) il n’est pas affecté par les biais du modèle, car on compare la prévision à la climatologie du modèle qui est affectée par les mêmes biais. La Figure 3 montre l’EFI de chute de neige pour samedi. Un EFI proche de 0 indique un évènement proche de la climatologie du modèle, tandis que des valeurs proches de 1 indiquent qu’un évènement extrême est possible. On voit que cet évènement n’a rien d’extrême pour les Alpes, mais que par contre il pourrait s’avérer significatif pour l’ouest du Plateau. Nous tenons à préciser que des valeurs d’EFI entre 0.6 et 0.7 montrent qu’il y a encore une certaine incertitude. De plus, étant donné que le modèle IFS a une résolution de 9 km, l’altitude du Jura est nettement plus basse dans le modèle que dans la réalité : cela veut dire que la climatologie du modèle sur le Jura correspond à celle d’une région de plaine légèrement surélevée. C’est une des limitations de l’EFI : comme on le compare à la climatologie du modèle, si elle n’est pas représentative de la réalité, l’EFI ne le sera pas non plus. Une deuxième limitation de l’EFI apparaît quand certains scénarios de prévision sont en dehors de la climatologie du modèle (c’est-à-dire plus extrêmes que les extrêmes de la climatologie) : ces scénarios ne sont pas pris en compte dans l’EFI. Pour remédier à cela, un deuxième index a été développé en complément : le Shift Of Tail (SOT) index. Ce dernier est positif si certains scénarios de prévisions sont plus extrêmes que la climatologie du modèle. Des SOT positifs associés à des EFI d’environ 0.6, comme c’est le cas sur l’ouest du plateau, indique qu’un évènement extrême est possible, mais qu’il y a encore pas mal d’incertitudes pour ces scénarios extrêmes. Pour finir, il est important de se rappeler que l’EFI ne tient pas compte de « l’histoire météorologique » récente. Concrètement pour samedi, la température du sol en plaine pourrait bien ne pas être assez froide pour que la neige tienne longtemps au sol et donc l’impact ne serait pas très important.

En résumé, il est possible que cet évènement soit extrême pour fin novembre pour l’ouest du bassin lémanique en termes de chutes de neige. Il ne le serait probablement pas en plein hiver. L’impact dépendra aussi de la température du sol et de l’atténuation du risque : par exemple, ça pourrait être un bon moment pour mettre les pneus d’hiver, si vous avez une voiture. Dans tous les cas, restez informés pour des prévisions plus précises à plus courtes échéances !

Affichage aggrandi: Figure 3 : Extreme Forecast Index (plage de couleurs) et Shift Of Tail (lignes noires) valide pour 24 h entre le 27 novembre à 01 UTC jusqu’au 28 novembre à 00 UTC. Run du modèle IFS du 23 novembre à 00 UTC.
Figure 3 : Extreme Forecast Index (plage de couleurs) et Shift Of Tail (lignes noires) valide pour 24 h entre le 27 novembre à 01 UTC jusqu’au 28 novembre à 00 UTC. Run du modèle IFS du 23 novembre à 00 UTC.
Source : ECMWF

Commentaires (14)

  1. SC, 24.11.2021, 09:27

    Une toute petite remarque :
    "Pour finir, il est important de se rappeler que l’EFI ne tient pas compte pas de « l’histoire météorologique » récente."

    Un "pas" en trop.

    Sinon, merci pour ces messages passionnants !

    1. MétéoSuisse, 24.11.2021, 09:42

      Bonjour, merci pour votre remarque, nous avons corrigé l'erreur.

  2. Joel, 24.11.2021, 07:23

    Il y a beaucoup plus de SOTs positifs qu’on ne le croyait ces derniers temps en Suisse 😜

  3. Roglerson Moura, 24.11.2021, 06:22

    Pas du tout extrême ! Et qu’elle soit la bienvenue. Attention pneus d’hiver!!!

  4. Pascal_fr_39, 23.11.2021, 19:51

    Bonjour,
    J'ai le souvenir, et retrouvé dans mes archives la séquence neigeuse importante de fin novembre 2005. Débutée dans la nuit du 24 au 25, elle se poursuit jusqu'au 29, formant un manteau de 40 cm à 600 m d'altitude sur le Jura ouest, et certainement pas loin du double du côté de La Cure ou de la vallée de Joux entre autres.
    Un épisode un peu moins conséquent s'était manifesté aux même dates en 2010, et du 20 au 25 en 2013, et qui avaient certainement eux aussi donné des flocons en plaine dans le bassin lémanique.

  5. Aeolus, 23.11.2021, 19:13

    Pourquoi dire "on peut raisonnablement s'attendre à quelques flocons de neige jusqu'en plaine" alors que la probabilité de ne pas voir de flocons est proche de 0% sur les run d'aujourd'hui ? En outre, il y a bien plus de chance d'avoir une couche de neige de quelques cm en plaine que de voir uniquement quelques flocons.

    J'ai l'impression que vous êtes de plus en plus sur la retenue par peur d'être réprimandé, comme l'évoquait avec humour votre cher collège de la page blanche! :)

    1. MétéoSuisse, 24.11.2021, 09:08

      Bonjour, la neige est un paramètre pour lequel il est important de rester prudent, en particulier quand elle est attendue jusqu'en plaine, soit parce qu'elle est très attendue, soit parce qu'elle est redoutée. "Raisonnablement s'attendre" n'est pas un terme probabiliste défini, nous laissons donc une certaine liberté d'interprétation aux lecteurs. La probabilité de voir des flocons jusqu'en plaine est maintenant effectivement proche de 100 %, comme indiqué dans notre bulletin la neige tombera jusqu'en plaine dimanche. Pour une couche au sol, la prudence est encore de mise, cela va dépendre notamment des quantités de précipitations qui restent à préciser. Et comme toujours, il y aura des différences entre les régions.

  6. julien, 23.11.2021, 18:34

    Bonjour, est-ce que sur la région de Blonay (620m) ont peut s'attendre à ce que la neige tienne au sol rapidement ?

    1. MétéoSuisse, 24.11.2021, 08:43

      Bonjour, cela dépendra de l'intensité des chutes de neige. Le premier front relativement actif est attendu pour samedi matin. Comme écrit dans notre bulletin, la limite des chutes de neige devrait être en plaine au début des précipitations, une tenue au-dessus de 600 m semble donc probable.

  7. Claude Guignard, 23.11.2021, 18:30

    Cette étude approfondie aboutit au fait qu' il y a beaucoup de possibilités de développement mais que, pour le moment, il est encore bien difficile d'opter pour l'une ou pour l'autre. Du froid, presque certainement, de la neige en quantité notable et où, cela reste à voir.

  8. on savait, 23.11.2021, 18:05

    Boniour, on le savait, dès qu'il y a 2 flocons qui se promène, on nous le dit a toutes les météos etc et de mettre les pneus d'hiver et de frotter les voitures, moi ca ca me fait rire 🤣🤣🤣🤣

  9. Benji, 23.11.2021, 17:58

    Il ne sera clairement pas extrême quand on compare avec la situation de fin novembre 2010. Là on était clairement dans une synoptique favorable à des chutes de neige abondante sur l'ouest de la Suisse grâce à un conflit de masses d'air via remontée sud. Tout autre dynamique prévue pour fin de semaine avec une question quand même, le paramètre éolien, on sait que plus ça brasse moins l'isothermie et la tenue au sol est importante, quand est-il de la situation des vents en fin de semaine?

    1. MétéoSuisse, 23.11.2021, 21:26

      Bonjour,
      Effectivement le brassage des basses couches s'oppose à l'effet d'isothermie et à la tenue de la neige au sol. Cette fin de semaine, c'est surtout samedi que le vent sera soutenu à tous les niveaux (au passage de la branche de jet) et donc que les effets d'isothermie dans les zones ventilées seront peu probables.

    2. Roland, 23.11.2021, 21:36

      Bonsoir à tous j aimerais y croire mais........ nous ne connaîtrons plus les belle tempête de neige ⛄️d avant bien dommage ça me rend bien TRISTE bonne soirée