Contenu

Première tempête hivernale

20 octobre 2021, 19 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Une dépression circulant sur le nord de l’Europe va engendrer de forts vents sur une partie de la Suisse dans la nuit de mercredi à jeudi. Une première tempête hivernale qui n’annonce pas nécessairement un hiver venteux.

Le retour de conditions venteuses semble ravir les amateurs et amatrices de sports nautiques sur le lac de Neuchâtel le mercredi 20 octobre 2021. Image : Tourisme neuchâtelois - lacdeneuchatel.roundshot.com
Le retour de conditions venteuses semble ravir les amateurs et amatrices de sports nautiques sur le lac de Neuchâtel le mercredi 20 octobre 2021. Image : Tourisme neuchâtelois - lacdeneuchatel.roundshot.com

Aurore ou Hendrik

Cette petite dépression, associée au large système dépressionnaire situé sur la Scandinavie, va transiter entre mercredi et jeudi de la Manche au Danemark tout en se creusant. Comme souvent, deux noms ont été donnés à la même dépression, Météo-France l'a nommée Aurore et l’université libre de Berlin, Hendrik. Le gradient de pression serré et la baisse rapide de la pression vont engendrer des vents particulièrement forts pour la saison. Cette tempête serait classique au cours de l’hiver, mais est plus inhabituelle pour un mois d’octobre.

La France, le Benelux et l’Allemagne, seront en première ligne face à cette tempête. La Suisse, bien qu’en marge, ne sera pas totalement épargnée. Le vent de sud-ouest, déjà bien établi à la mi-journée de mercredi, va se renforcer en deuxième partie de nuit de mercredi à jeudi.

Des rafales entre 70 et 90 km/h sont attendues en plaine sur le Plateau et en Ajoie. Sur les crêtes du Jura et des Péalpes, les rafales pourront dépasser les 100 km/h. Un avis de fort vent de degré 2 a donc été émis pour ces régions de jeudi 00 h à 10 h.

Affichage aggrandi: Carte des dangers pour le jeudi 21 octobre 2021.
Carte des dangers pour le jeudi 21 octobre 2021.

Un hiver venteux ?

Cette tempête précoce est-elle la première d’une série de tempêtes hivernales ? Il n’est bien entendu pas possible de tirer des conclusions à partir d’un événement. Comme nous l’avions vu au mois de septembre, les tendances pour l’hiver ne permettent pas une prévision précise, que cela soit en terme de neige, de période de froid ou de tempêtes. Les dernières tendances (ci-dessous) pour la température moyenne sur 3 mois ne permettent pas de privilégier une option. La probabilité que l’hiver soit plus doux que la norme est d’environ 40 % (~25 % pour un hiver plus froid que la norme), ceci par rapport à la norme 1981-2010. En comparaison à la norme 1991-2020, les trois barres se situent à ~33 %.

Affichage aggrandi: Probabilités (en %) que la température moyenne de l’hiver 2021-2022 (décembre-janvier-février) soit en dessous (bleu), dans (vert) ou en dessus (rouge) de la norme 1981-2010.
Probabilités (en %) que la température moyenne de l’hiver 2021-2022 (décembre-janvier-février) soit en dessous (bleu), dans (vert) ou en dessus (rouge) de la norme 1981-2010.
Source : ECMWF - MétéoSuisse

Les tempêtes hivernales sont souvent corrélées aux hivers doux. La raison est qu’elles se produisent lorsque le courant d’ouest est bien établi sur l’Europe. Ce courant maintient des températures relativement élevées sur la Suisse avec un apport d’air océanique. La force du courant d’ouest peut être quantifiée par l’oscillation nord-atlantique (NAO – North Atlantic Oscillation), une quantification de la distribution de la pression atmosphérique entre l’Arctique (dépression d'Islande) et l’Atlantique subtropical (anticyclone des Açores). Une NAO positive est synonyme d’un courant d’ouest fort, et donc de températures relativement élevées en Suisse. Une NAO négative caractérise un courant d’ouest faible et donc généralement, mais pas systématiquement, des températures relativement basses en Suisse.

La NAO a différentes fréquences de variabilité. Le graphique ci-dessous montre les valeurs mensuelles hivernales (mois de décembre à mars) de la NAO de 1950 à 2020. On peut voir que la NAO peut varier d’un mois à l’autre, mais également à des fréquences plus longues. Des années 1950 à 1980, les valeurs hivernales de NAO ont souvent été négatives. À partir des années 1980/90, les valeurs sont souvent restées positives avec toutefois quelques périodes négatives, comme par exemple entre la fin des années 2000 et le début des années 2010. Comme indiqué sur le graphique, les 5 plus fortes tempêtes hivernales depuis 1981 en Suisse se sont toutes produites avec une NAO positive.

Affichage aggrandi: Valeurs mensuelles de l’oscillation nord-atlantique (NAO) pour les mois de décembre, janvier, février et mars de 1950 à 2020. Les mois avec des valeurs positives sont indiqués en orange et les mois avec des valeurs négatives en bleu. La courbe noir représente la moyenne glissante sur 8 mois (2 hivers) et la courbe rouge traitillée la moyenne glissante sur 40 mois (10 hivers).
Valeurs mensuelles de l’oscillation nord-atlantique (NAO) pour les mois de décembre, janvier, février et mars de 1950 à 2020. Les mois avec des valeurs positives sont indiqués en orange et les mois avec des valeurs négatives en bleu. La courbe noir représente la moyenne glissante sur 8 mois (2 hivers) et la courbe rouge traitillée la moyenne glissante sur 40 mois (10 hivers).
Graphique : MétéoSuisse / Données : NOAA

Est-ce que la NAO va rester sur sa lancée positive (sur le long terme) cet hiver ou elle va poursuivre une baisse amorcée l’hiver dernier (valeurs négative en décembre 2020 et janvier, avril, mai, août, septembre, octobre 2021) ? Un scénario avec une NAO négative semble se dessiner pour le début de l’hiver, comme illustré par exemple par le modèle CFS ci-dessous. Des pressions plus élevées que la normale sur l’Atlantique Nord seraient synonymes d'une NAO négative et donc d’un courant d’ouest peu dynamique sur la Suisse. La probabilité de tempêtes marquées serait donc faible. Une tendance à prendre avec des pincettes bien entendu.

Affichage aggrandi: Hauteur géopotentielle moyenne (en décamètres, contours noirs) et anomalies (couleurs) par rapport à la norme 1984-2009 pour le mois de décembre 2021. Modèle CFS.
Hauteur géopotentielle moyenne (en décamètres, contours noirs) et anomalies (couleurs) par rapport à la norme 1984-2009 pour le mois de décembre 2021. Modèle CFS.
Source : NOAA - www.cpc.ncep.noaa.gov/products/CFSv2/CFSv2seasonal.shtml - www.tropicaltidbits.com

Commentaires (19)

  1. Jacques Oguey, 21.10.2021, 13:23

    Bonjour, des rafales très importantes ont eu lieu durant le nuit du 20 au 21 octobre à Corcelles-près-Concise au pied du Jura et bord du lac de Neuchâtel. Vers 6h ce jeudi 21.10 une rafale a emporté une partie de notre mobilier de jardin. Chose inhabituelle car ces objets ne s'envolent jamais lors de tempêtes. Je constate des événements plus extrêmes. N'aurions nous pas du recevoir une alerte car nous n'avions pas prévu que le vent soit si fort en devant ranger toute notre terrasse?

    1. MétéoSuisse, 21.10.2021, 14:02

      Bonjour. En effet les rafales les plus fortes ont été mesurées en deuxième partie de nuit jusqu'à tôt ce matin. Comme expliqué dans ce blog, une alerte de niveau 2 pour vent fort a été envoyé et est visible dans notre App et site web. Pour recevoir une notification sur votre téléphone, il faut configurer votre smartphone pour que les notifications de MétéoSuisse s'affichent.

  2. Dupont, 21.10.2021, 11:41

    Bonjour
    Les explications que vous nous donnez sont toujours bien étayées et précises mais... Jamais vous n'indiquez pourquoi ces phénomènes arrivent dans le sens où dans nos contrées les tempêtes sont plutôt rares. J'ai l'impression que ces événements extrêmes apparaissent de plus en plus souvent. Pourquoi ? J'ai près de 60 ans et dans ma jeunesse, je n'ai pas le souvenir de phénomènes aussi extrêmes. Mais je me trompe peut-être...?!?! Merci d'avance pour vos éclaircissement, Charles.

    1. MétéoSuisse, 21.10.2021, 14:42

      Bonjour. Malgré une augmentation de la fréquence des tempêtes en Europe ces 60 dernières années [1], les mesures en Suisse ne montrent pas de signaux clairs d'une augmentation des vents extrêmes [2]. Votre ressenti peut être en partie dû au fait que nous ne faisions pas d'avis d'intempéries avant 2003. Concernant l'événement d'aujourd'hui, si on prend les rafales mesurées à Neuchâtel, il a une période de retour d'environ 2 ans, donc pas si extrême que ça. En revanche, à l'échelle européenne, les simulations climatiques montrent qu'une augmentation des rafales extrêmes est attendue pour la fin du siècle [1].

      Références:
      [1] https://www.researchgate.net/publication/296331964_Trends_in_extreme_weather_events_in_Europe_implications_for_national_and_European_Union_adap-tation_strategies

      [2]
      https://www.nccs.admin.ch/nccs/fr/home/changement-climatique-et-impacts/evolution-du-climat-observee-en-suisse.html

  3. David Padayachy, 21.10.2021, 09:04

    Vous en aviez déjà parlé mais je trouve quand même regrettable qu’anglo-saxons, français et allemands ne puissent pas s’aligner sur les noms des tempêtes.
    Hier par exemple, je n’ai pas fait le lien tout de suite entre les dépressions Aurore et Hendrik. J’ai cru que c’était deux systèmes qui étaient appelées à se suivre.
    Je sais que ce n’est pas de votre ressort, mais pourquoi l’OMM ne prend pas le lead sur la question?
    Sauf erreur, les typhons asiatiques et cyclones de l’océan indien ne changent pas de nom entre les pays.

    1. MétéoSuisse, 21.10.2021, 09:24

      Bonjour. C'est une très bonne question. Il semblerait que les offices de météorologie nationaux aimeraient garder une certaine autorité et indépendance sur les noms des tempêtes. Cependant, la confusion engendrée par les différents noms est regrettable, car il a été montré que nommer des tempêtes permet d'augmenter la prise de conscience du danger par la population. Nous ne savons pas s'il est du ressort de l'OMM de s'imposer sur la question. Plus d'informations dans cet article: https://www.euronews.com/2018/01/04/here-s-how-europe-s-storm-names-are-chosen-and-you-can-pick-one-too

  4. Bastien, 21.10.2021, 02:49

    Bonne nuit.
    Il est 02h45, je suis à la Cibourg(Jura Bernois) à 1080 m d'altitude et je pense que nous essuions des rafales comme annoncé entre 70 et 100 km/h.
    Très impressionnant depuis l'intérieur de ma Yourte. 😅 🙃

  5. Rouzeau Christine, 21.10.2021, 02:35

    Fortes rafales à Lutry vers 2h du matin

  6. Cyril, 21.10.2021, 01:26

    Bonjour, comment pouvez vous expliquer que le vent est toujours bcp plus fort sur Delémont que partout ailleurs en plaine suisse ? On est dans un couloir du vent de sud ouest ?

    1. MétéoSuisse, 21.10.2021, 07:58

      Bonjour. La configuration topographique autour de Delémont est idéale pour un fort vent de sud-ouest proche du sol. Alors oui, on peut dire que Delémont est dans un "couloir de vent du sud-ouest".

  7. Etêpmet, 20.10.2021, 19:55

    Les mythes de potentiels hiver neigeux/pluvieux/froids après tel ou tel évènement climatique fleurissent abondamment à chaque arrivée de l'automne et sont toujours discrédités.

    Alors je me permets de vous poser la question, y a-t-il un genre d'évènement climatique qui annoncerait tel ou tel type d'hiver que nous pourrions noter ?

    1. MétéoSuisse, 21.10.2021, 07:55

      Bonjour. Non, il n'existe pas de corrélation entre un évènement particulier en automne/début de l'hiver et le temps de l'hiver à suivre.

  8. Pascal_fr_39, 20.10.2021, 18:34

    Bonjour, voilà quelques rafales actuellement autour de 80 km/h sur les plateaux du Jura, mais je voulais revenir sur cette NOA censée, mais à prendre avec des pincettes avez-vous précisé à juste titre, révéler ce que nous réserve le futur à moyen terme. A la lecture du graphique, on peut voir pour les mois de décembre 2015 et 2016 une NOA plutôt positive, soit à flux d'ouest bien installé. Or ces deux mois-ci se sont montrés très secs, beaucoup de records de douceur mensuels ont été pulvérisés en 2015, et decembre 2016 fut beau et très doux en montagne avec une sécheresse record dans le Jura. Ces 2 exemples sont-ils adaptés pour relativiser cette prévision à moyen terme? D'autre part, l'évolution du climat global fait que les pôles se réchauffent plus vite que les tropiques, est-ce qu'une étude montre l'influence de ce constat sur les NOA? Merci de votre éclairage.

    1. MétéoSuisse, 21.10.2021, 09:08

      Bonjour. La NAO permet d'expliquer des anomalies de températures et de précipitations à une échelle spatiale relativement large, il est difficile de faire un constat pour une région comme le Jura. En tout cas le fait que ces hivers étaient plutôt doux est cohérent avec la NAO positive. Quant aux précipitations, étant donné leur variabilité spatiale, il est plus difficile de faire un lien direct pour une petite région. Concernant la diminution du gradient de température méridien et la NAO, il y a une influence certes, mais beaucoup d'autres facteurs, comme la circulation de l'Atlantique Nord, l'étendue de la banquise arctique, entrent en jeu. Plus d'informations sont fournies dans les articles ci-dessous.

      Références:

      The North Atlantic Oscillation: Past, present, and future
      Martin H. Visbeck, James W. Hurrell, Lorenzo Polvani, Heidi M. Cullen
      Proceedings of the National Academy of Sciences Nov 2001, 98 (23) 12876-12877; DOI: 10.1073/pnas.231391598

      Huang, Y.; Ren, H.-L.; Chadwick, R.; Cheng, Z.; Chen, Q. Diagnosing Changes of Winter NAO in Response to Different Climate Forcings in a Set of Atmosphere-Only Timeslice Experiments. Atmosphere 2018, 9, 10. https://doi.org/10.3390/atmos9010010

  9. Claude Guignard, 20.10.2021, 17:13

    Il va sans doute y avoir des coups de vent ces prochaines heures mais, et comme vous le relevez, il serait hasardeux d'en tirer une annonce de tendance pour les prochains mois. Sur la base du réchauffement climatique et de la tendance hivernale observée ces dernières décennies, on peut tout au plus penser que, en effet, une saison hivernale globalement douce et venteuse bénéficie de plus grandes chances de se réaliser.que d'autres évolutions. Rien de plus pour l'instant.

  10. Valentine, 20.10.2021, 16:30

    Bonjour, pourquoi parler de tempête « hivernale », alors que nous ne sommes qu’au début de l’automne ?

    1. MétéoSuisse, 21.10.2021, 07:52

      Bonjour. Une tempête hivernale est une tempête qui se forme dans les moyennes latitudes et dont la source d'énergie origine de la forte différence de température méridienne (c.-à.-d. le long d'une même longitude). Cette différence de température "nord-sud" est particulièrement forte pendant la saison froide (octobre-mars), durant laquelle ces tempêtes ont généralement lieu. On les appelle tempêtes hivernales, car elles sont particulièrement puissantes en hiver, mais en soi elles peuvent avoir lieu en automne et au printemps également.

  11. ca bouge un ptit peu, 20.10.2021, 15:42

    Bonjour, il est 15h41 et à Orsières, je dirait qu'il souffle a 5 km heures du sud pour être gentil🤣 ca peut de renforcer dans la soirée.

    1. Christoweb, 20.10.2021, 23:11

      Et vous savez bien où vous êtes qu’en 10 minutes le vent peut tourner et décupler sa vitesse. Alors courage et tout de bon