Contenu

Déluge en Ligurie

8 octobre 2021, 8 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

L'intensité des précipitations et les cumuls totaux enregistrés ces derniers jours au Tessin semblent dérisoires par rapport à ce qui est tombé sur la côte ligure.

Tempête en Ligurie, Mario Alberton
Tempête en Ligurie, Mario Alberton

Traduction de l'article de blog de nos collègues du Tessin.

Les précipitations des derniers jours ont amené au sud des Alpes des accumulations avec des pics à 250 mm en 48 heures, voir les détails dans le blog thématique (en italien).  La plus forte intensité a été enregistrée à Stabio avec 34,9 mm en une heure, ce qui constitue la deuxième valeur la plus élevée pour le mois d'octobre depuis 1981.

Affichage aggrandi: Fig. 1 : Cumuls de précipitations sur 24 heures pendant la phase la plus intense dans la région du Sottoceneri.
Fig. 1 : Cumuls de précipitations sur 24 heures pendant la phase la plus intense dans la région du Sottoceneri.

Sur une période de 24 heures, les plus fortes accumulations ont été de l'ordre de 120-150 mm. Au cours de la première phase de l'événement, des pluies ont été enregistrées dans le Sopraceneri, mais avec des valeurs horaires modestes, tandis que dans la nuit de mardi, des précipitations de plus grande intensité se sont produites dans le Sottoceneri, avec des valeurs horaires particulièrement élevées pour le mois d'octobre.

Il s'agit certainement d'un événement notable, mais si on le compare à ce qui s'est passé sur la côte ligure, les valeurs enregistrées semblent marginales.

Les précipitations enregistrées en Ligurie au cours du même événement marquent des valeurs historiques, tant pour l'intensité que pour les cumuls totaux.

 

Affichage aggrandi: Fig. 2 : source ARPAL ; carte des accumulations sur 24 heures enregistrées en Ligurie au 05 octobre 2021, 04:00
Fig. 2 : source ARPAL ; carte des accumulations sur 24 heures enregistrées en Ligurie au 05 octobre 2021, 04:00

Les accumulations sur 24 heures enregistrées à Rossiglione, dans la province de Savone, ont été de 883,8 mm. Alors que lors de cet événement au sud des Alpes, l'accumulation était inférieure à 200 mm. À titre de comparaison, le record suisse sur 24 heures est de 455 mm, tombés à Camedo en août 1935.

Les quantités de précipitations mesurées sur les régions de Gênes et de Savone en seulement 24 heures sont comparables aux précipitations cumulées sur 4 mois, de juillet à octobre, qui sont normalement mesurées à Locarno Monti.

Les intensités horaires enregistrées pendant l'événement sont également incroyables : à Urbe Vara Superiore (Savona), 178,2 mm de précipitations ont été accumulés en une heure. La plus forte intensité enregistrée à Stabio, avec 34,9 mm/h, semble ridicule en comparaison. Le record suisse est de 91,2 mm/h enregistré à Locarno Monti en août 1997.

 

 

 

Affichage aggrandi: Fig. 3 : Perturbations causées par de fortes pluies à Rossiglione, source TGR Liguria
Fig. 3 : Perturbations causées par de fortes pluies à Rossiglione, source TGR Liguria

De manière générale, les précipitations tombées en Ligurie ont été quatre fois plus importantes en termes de cumul, tandis que les intensités maximales ont été cinq fois supérieures à celles mesurées au Tessin.

Bien que la configuration de la côte ligure, tournée vers la mer avec un dénivelé marqué, soit typiquement soumise à des précipitations intenses, cet événement a été particulier, restant actif pendant plusieurs heures sur les mêmes régions.

La présence d'un fort anticyclone positionné à l'est de l'Europe a probablement ralenti le déplacement du système, le maintenant stationnaire sur les régions les plus touchées.

Nos collègues de l'ARPAL, l'agence régionale pour la protection de l'environnement en Ligurie, donnent plus de détails dans leur rapport final.

Une comparaison intéressante à l'échelle mondiale par rapport aux intensités mesurées en Ligurie, publiée par Giorgio Boni, Université de Gênes.

 

 

Affichage aggrandi: Fig. 4: Comparaison des intensités des événements en Ligurie avec les intensités maximales mondiales. Échelle verticale (log.): accumulation de précipitations en mm - Échelle horizontale (log.) : durée de l'accumulation en min.
Fig. 4: Comparaison des intensités des événements en Ligurie avec les intensités maximales mondiales. Échelle verticale (log.): accumulation de précipitations en mm - Échelle horizontale (log.) : durée de l'accumulation en min.

Selon l'analyse, les 496 millimètres accumulés à Rossiglione sur une période de 6 heures constituent le record italien pour ce laps de temps, ce qui représente 59% de la plus haute valeur jamais enregistrée dans le monde. Et ce n'est pas tout : les 377,8 millimètres en 3 heures à Urbe Vara Superiore représentent 65% du maximum mondial cumulé sur 3 heures.

En conclusion, pensons à ce qui arriverait à nos régions avec des intensités de pluie similaires. Malgré une augmentation de la probabilité de subir ces événements intenses, espérons de ne jamais avoir à les vivre.

MétéoSuisse est ouvert à un dialogue en ligne respectueux et accueille volontiers les commentaires et les questions. Nous vous invitons à respecter notre nétiquette. Veuillez noter qu’il n'existe aucun droit pour la publication d’un commentaire et que nous n'entretenons aucune correspondance concernant la décision de publier ou non un commentaire ou une question. Merci pour votre compréhension. Formulaire de contact

Commentaires (8)

  1. Gerling, 08.10.2021, 20:17

    C'est bien impressionnant, il se trouve quasi la même époque l'année passée, un déluge s'est abattu dans les Alpes Maritimes, en France voisine, notamment dans la vallée de la Roya. Je me demande si l'intensité de ces précipitations dépasse celle constaté à Savone ces derniers jours...

    Réponses

    Répondre à Gerling

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. Pascal_fr_39, 08.10.2021, 19:20

    Bonjour, cet épisode fait écho un an jour pour jour à la catastrophe qui s'est produite dans le Mercantour, à quelques dizaines de km plus à l'ouest, et les habitants des vallées de la Vésubie ou de la Roya douvent avoir quelques sueurs froides. Le potentiel pluvieux de l'atmosphère Méditerranéenne en automne, déjà puissant naturellement, semble s'orienter régulièrement vers des niveaux extrêmes, tels dans le Gard à la mi septembre, ou dans les Cévennes dimanche dernier. Les rivages nord de la Grande bleue, synonymes depuis toujours, et à juste titre, de splendeur terrestre, sont en train de devenir hostiles, incendies et inondations dévastatrices s'y succèdent sans cesse. Avec le désespérant spectacle des plages Marseillaises jonchées d'immondices depuis les orages inédit sur la ville lundi, espérons qu'il y ait de quoi donner à réfléchir.

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  3. Claude Guignard, 08.10.2021, 14:37

    Il était nécessaire de revenir sur ces précipitations. Elles ne sont que rarement possibles par le fait qu'il faut un énorme et durable apport d humidite, de la chaleur et des conditions qui provoquent une très forte condensation. Il est bien possible qu'il s'en soit aussi produit ailleurs sans avoir été mesurées. S'il tombait au Nord des Alpes les quantités du Tessin, pourtant bien faibles par rapport à celles de la côte ligure, les inondations seraient catastrophiques parce que le système hydrographique existant ne permettrait pas de les évacuer. Pourtant le réchauffement climatique va peut-être y conduire.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Pascal_fr_39, 08.10.2021, 19:29

      Effectivement, les réseaux hydrologiques sont le fruit de siècles et de siècles d'événements qui se reproduisent plus ou moins à même échelle au gré des décennies. Va-t-on connaître autour du Jura ce type d'épisodes? Il faudrait des circonstances particulières, mais si les conditions du 20 août au 15 octobre 1993 venaient à se reproduire maintenant, avec une succession d'épisodes pluvieux très marqués venant pour la plupart de Méditerranée, alors peut-être connaîtrions-nous, au nord des Alpes, des événements inédits.

  4. Guigui, 08.10.2021, 12:43

    Bonjour. Merci pour ces blogs toujours très intéressants
    Est-il vrai que pour le Haut-Valais, les records ont été enregistrés en 48h lors de l’épisode du 13 au 15 octobre 2000, épisode qui restera gravé dans toutes les mémoires ? Je me souviens que même à Sion, il était tombé près de 40mm en 12h le dimanche matin du 15.10.2000 ce qui est fort rare.
    Cordialement.

    Réponses

    Répondre à Guigui

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 08.10.2021, 15:10

      Bonjour, oui c'est juste. Le record de pluie en 48h à Simplon-Dorf date du 14 octobre 2000, avec 494.7 mm. Et à Sion il est effectivement tombé 42.1 mm en 12h le 15 octobre 2000.

  5. un séisme qui dure longtemps, 08.10.2021, 12:35

    Bonjour, sous danger séisme, il y a toujours danger à Arrolaz alors que cela s'esr produit il y a quelque jours ?
    , est ce normal ?

    Réponses

    Répondre à un séisme qui dure longtemps

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 08.10.2021, 16:11

      Bonjour, il semble que les séismes restent affichés plusieurs jours dans la carte des dangers naturels. Mais comme il ne s'agit pas de météorologie, nous n'avons pas d'informations plus précises. Veuillez vous adresser au Service Sismologique Suisse SED : http://www.seismo.ethz.ch.