Contenu

Botanica 2020 - Changement climatique et règne végétal

29 juillet 2020, 7 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Quel lien peut-il bien y avoir entre l’Arboretum du Vallon de l’Aubonne, le Jardin botanique alpin Flore-Alpe de Champex-Lac, le Jurassica Jardin botanique de Porrentruy ou encore les Gärten im Grüental à Wädenswil, le Giardino botanico del Cantone Ticino ou le Conservatoire et Jardin botaniques de Genève et bien d’autres jardins encore ? Une exposition, BOTANICA 2020, consacrée aux conséquences du changement climatique et à la diffusion d’espèces invasives ou au déplacement d’espèces indigènes…itinéraire.

Source : Botanica-Suisse.org
Source : Botanica-Suisse.org

22 jardins botaniques et collections de plantes

Affichage aggrandi: Plaquette explicative se trouvant à l'entrée du jardin botanique de Genève.
Plaquette explicative se trouvant à l'entrée du jardin botanique de Genève.
MétéoSuisse - cod

Sous la houlette de l’association Hortus Botanicus Helveticus, 22 sites accueillent cet évènement commencé le 13 juin et se terminant le 18 octobre prochain. Vous trouverez la liste complète des lieux où se déroule cette manifestation sous ce lien.

En cette période de vacances, c’est l’occasion idéale pour partir à la découverte ou redécouverte de lieux riches en histoire et en plantes en tous genres, tout en se baladant au gré des panneaux explicatifs ou des parcours proposés. Et pas besoin d’être un botaniste confirmé pour apprécier les explications qui les ponctuent.

 

Le point de départ

Comme l’indique l’affiche de cet évènement, le changement climatique et les conséquences sur le règne végétal, l’évènement met l’accent sur les espèces néophytes envahissantes bénéficiant de ce changement. Il existe une liste noire de ces espèces et toute une législation à leur propos. Mais le plus intéressant réside dans le lien entre le réchauffement climatique et la stratégie des diverses plantes envahissantes pour s’implanter ou s'étendre en Suisse à la faveur de nouvelles conditions climatiques.

Nous n’allons pas reprendre ici l’historique du changement climatique au niveau suisse ou mondial, les explications existent déjà par ailleurs, ne fût-ce que dans le document de MétéoSuisse les scénarios climatiques suisses CH2018, mais aussi dans les textes qui figurent dans les différents documents de l’exposition, comme par exemple celui-ci avec l’illustration ci-dessous.

Non, le but est de vous donner envie de comprendre et de vous informer sur les effets de ce changement que tout un chacun peut constater autour de lui sur la flore de sa région.

Affichage aggrandi: Voies de propagation de certaines néophytes envahissantes. Source : Botanica-Suisse.org
Voies de propagation de certaines néophytes envahissantes. Source : Botanica-Suisse.org
Botanica-Suisse.org

On peut y découvrir les origines et les parcours des espèces envahissantes, chacune étant répertoriée et classée en fonction de sa dangerosité ou non et de sa présence sur une liste noire des espèces envahissantes.

Pas toutes présentes…

Evidemment, vous ne trouverez pas toutes ces plantes dans chacun de ces 22 jardins. Et pour les plantes qui ne sont pas présentes, une exposition prend le relais pour illustrer et expliquer ces différentes espèces.

Affichage aggrandi: Détail d'un panneau explicatif dans l'allée principale du jardin botanique de Genève
Détail d'un panneau explicatif dans l'allée principale du jardin botanique de Genève
MétéoSuisse - cod

On y apprend également qu’un tiers de la flore suisse est menacée et que, depuis 2016, 20 jardins botaniques de toute la Suisse participent à un projet appelé « Les dernières de leur espèce – conservation dans les jardins botaniques des plantes sauvages menacées ».

Affichage aggrandi: Allée principale du jardin botanique de Genève avec 11 panneaux explicatifs
Allée principale du jardin botanique de Genève avec 11 panneaux explicatifs
MétéoSuisse - cod

En format papier également...

Affichage aggrandi: Brochure éditée à l'occasion de l'exposition Botanica 2020, disponible sur place.
Brochure éditée à l'occasion de l'exposition Botanica 2020, disponible sur place.
MétéoSuisse - cod

Pour compléter ou prolonger encore cette visite, vous trouverez également des articles complémentaires qui vous permettront d'approfondir la problématique. Et avec un peu de chance, vous pourrez peut-être poser des questions au personnel de ces divers lieux lors d’une visite. Sur place, vous pouvez aussi vous procurer la brochure éditée à cette occasion.

Excellentes découvertes et bon été !

Commentaires (7)

  1. Florian Steinmann, 31.07.2020, 06:38

    Au Moyen Ãge aussi il fit aussi très chaud à certaines périodes – ainsi les Vikings nommèrent le Groenland « terre verte » parce que les glaces y avaient fondu et les Anglais cultivaient la vigne et exportaient même du vin en France !

    Réponses

    Répondre à Florian Steinmann

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. Florian Steinmann, 31.07.2020, 06:37

    D’ailleurs les historiens du climat honnêtes l’admettent, même ceux qui sont contraints (le maintien d’une activité rémunérée en tant que stipendié d’état les y oblige) de se conformer à la théorie dominante (et donc véhiculée partout, y compris sur MétéoSuisse) que le changement climatique serait imputable à l’activité humaine.

    Par exemple, l’historien américain Kyle Harper, _The Fate of Rome: Climate, Disease, and the End of an Empire_ (disponible en français : _Comment l'Empire romain s'est effondré : le climat, les maladies et la chute de Rome_, La Découverte, 2019), le concède à plusieurs reprise dans son livre, par ex. : « The highest temperatures before the onset of modern warming were attained in the mid- first century, after which a very slow and uneven decline set in. In the first century, temperatures were in fact even higher than during the last 150 years. 51 » p.46

    Et je vous épargne d'autres citations !

    Réponses

    Répondre à Florian Steinmann

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Michael Greub, 02.08.2020, 10:10

      Bonjour,
      Il est vrai qu'un certain nombre de spécialistes ne sont pas d'accord avec l'imputabilité du changement climatique au activités humaines.
      Cependant si on regarde bien l'immense majorité des scientifiques spécialistes du sujet (97.4%) selon cette source https://www.webcitation.org/65ry87IoX (Doran & Zimmermann 2009) impute le changement climatique aux activités humaines. De plus, le rapport IPCC 5 des experts sur le climats disent bien :"il est impossible de simuler les changements climatiques observés dans inclure les conséquences des forçages humains" FAQ 10.1 WG1.

  3. Florian Steinmann, 31.07.2020, 06:34

    Bonjour,

    Un documentaire, commandé et diffusé en 2007 par Arte, partisan aussi vocifère du réchauffement climatique imputable à l'homme que vous, MétéoSuisse, et consacré à une ville antique en Asie mineure, Sagalassos, traite en particulier de la question de pourquoi cette ville connut un déclin très rapide. Le documentaire s'appelle « Sagalassos, la cité oubliée », qu’on peut visionner sur YT ou DailyMotion [http://www.sagalassos.com/Le_Film/le_film.html]. Il faut visionner 42min52sec -> 45min30sec. On y voit deux scientifiques français prélever une carotte [=échantillon].

    Le verdict est sans appel : il a fait très chaud il y a 1500 ans.« There were important climatic changes between the 1st and 7th centuries. The first two centuries AD were a very warm period: some crops like the olive tree were introduced into the higher altitudes like Sagalassos. Some also believe that there is a link between the success of the Roman Empire and this rise in temperatures. »

    Réponses

    Répondre à Florian Steinmann

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 01.08.2020, 02:41

      Bonjour, il est vrai qu'il y a toujours eu des variations climatiques avec des périodes plus ou moins chaudes et froides. Il existe de nombreuses reconstructions de la température en Europe ou dans l’hémisphère nord (et sud dans une moindre mesure) sur les 1000, 2000, 10'000, 100'000, … dernières années. Il est important de noter que quand on parle du petit âge glaciaire, de l’anomalie médiévale ou de l'époque romaine, on se concentre la plupart du temps sur l’Europe et l’Atlantique Nord, et éventuellement l’Amérique du Nord. Les périodes froides ou chaudes n’ont d’ailleurs pas souvent été observées au même moment dans différentes régions du globe (Ahmed et al., 2013). Les reconstructions (sur les 1000 dernières années) à l’échelle de l’hémisphère nord ou du globe ne montrent d’ailleurs pas de périodes plus chaudes que ce que l’on observe actuellement, même chose pour les modèles climatiques (Neukom et al., 2014). Selon plusieurs études, pour l’Europe, les reconstructions ne montrent également pas des températures plus élevées qu’actuellement lors des 1000 ou 2000 dernières années (Büntgen et al., 2011 ; Luterbacher et al., 2015, Mangini et al., 2005).

      En plus des références ci-dessous, nous vous conseillons de lire l'article "No evidence for globally coherent warm and cold
      periods over the preindustrial Common Era" de Neukom et al. publié en 2019 dans la revue Nature. Il est expliqué qu'au cours de 2000 dernières années, les périodes froides et chaudes ne se sont pas produites simultanément au niveau global. Par contre, la période chaude que nous connaissons actuellement est la plus chaude des 2000 dernières années sur 98 % du globe. (https://doi.org/10.1038/s41586-019-1401-2)


      Références :

      Ahmed M et al. 2013. Continental-scale temperature variability during the past two millennia. Nature Geoscience 6, 339–346.

      Neukom R et al. 2014. Inter-hemispheric temperature variability over the past millennium. Nature Climate Change 4, 362-367.

      Neukom R et al. 2019. No evidence for globally coherent warm and cold
      periods over the preindustrial Common Era. Nature 571, 550-572.

      Büntgen U et al. 2011. 2500 years of European climate variability and human susceptibility. Science 331, 578-582.

      Luterbacher J et al. 2016. European summer temperatures since Roman times. Environ. Res. Lett. 11, 024001

      Mangini et al. 2005. Reconstruction of temperature in the Central Alps during the past 2000 yr from a δ18O stalagmite record. Earth and Planetary Science Letters 235, 741-751.

  4. staki, 30.07.2020, 07:31

    Eh oui, à quand des palmiers à la place de nos sapins et des chameaux à la place de nos vaches ?
    Blague à part, tout cela devient très inquiétant...

    Réponses

    Répondre à staki

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  5. Xavier, 30.07.2020, 07:27

    J'ai visité cette exposition au jardin botanique de Genève en juin et j'ai été bien déçu. Pas une seule plante en exposition, seulement quelques planches, jolies et bien faites, certes, mais je trouve que ça ne remplace pas un spécimen réel.

    Réponses

    Répondre à Xavier

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension