Contenu

Des étés toujours plus chauds

4 juillet 2020, 31 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Un des signaux les plus nets du changement climatique est le réchauffement constant. Tout le monde en ressent massivement les effets, surtout en été, avec l'augmentation du nombre de journées tropicales et de la fréquence des vagues de chaleur. L’augmentation de la chaleur en été ne concerne pas seulement la Suisse, mais toute l'Europe. MétéoSuisse, le DWD (Service météorologique allemand) et le ZAMG (Institut central de météorologie et de géodynamique d'Autriche) relèvent donc le défi du changement climatique en étroite collaboration.

De Berlin à Vienne en passant par Genève et Lugano

Depuis les années 1990, l'été est devenu massivement plus chaud en Suisse, en Allemagne et en Autriche. On observe ici un phénomène singulier : la température des étés les plus extrêmes avant 1990 est devenue la moyenne estivale des 30 dernières années. Ce qui était autrefois un été extrêmement chaud est maintenant un été normal, c'est-à-dire moyen. Même les étés les plus frais des 30 dernières années sont généralement restés bien au-dessus de la moyenne à long terme d’avant 1990.

Doublement des journées tropicales

Un indicateur pertinent de l'augmentation de la chaleur est le nombre moyen de journées tropicales par année avec une température d’au moins 30 °C. Une nette augmentation peut être observée à partir de 1990. Avant 1990, le nombre de journées tropicales dans les trois pays était en moyenne d'une à une semaine et demie par année. Aujourd'hui, la somme des journées tropicales est en moyenne de deux à trois semaines par année (Figure 1). Avec le changement climatique en cours, le nombre de journées tropicales a approximativement doublé.

Affichage aggrandi: Figure 1. Nombre moyen de jours tropicaux par année avant 1990 et aujourd’hui.
Figure 1. Nombre moyen de jours tropicaux par année avant 1990 et aujourd’hui.

L’extrême devient normal

Avant 1990, Lugano, au Sud des Alpes, n'enregistrait en moyenne que deux à cinq journées tropicales par année. Aujourd’hui, la moyenne est de 12 journées par année. Au cours des 127 années écoulées entre le début des mesures en 1864 et 1990, seuls huit étés à Lugano ont atteint ou dépassé la moyenne actuelle de 12 journées tropicales. En termes de journées tropicales, ce qui était extrême à l’époque est également devenu la normale de nos jours.

De plus en plus de vagues de chaleur

Au cours des dernières décennies, les vagues de chaleur sont devenues plus fréquentes et plus longues en Suisse, en Allemagne et en Autriche. Dans les régions qui ont été touchées à plusieurs reprises, les vagues de chaleur se succèdent maintenant à intervalles plus courts. Les régions qui, par le passé, n'enregistraient que quelques vagues de chaleur doivent maintenant s'y attendre plus ou moins régulièrement. A partir de l’an 2000, la tendance est comparable dans les trois pays, du nord de l'Allemagne au sud de la Suisse et jusqu'à l'est de l'Autriche (Figure 2). 

Affichage aggrandi: Figure 2.  Périodes de chaleur annuelles les plus intenses sur 14 jours avec un maximum journalier moyen de 30 °C ou plus pour une sélection de sites de mesure en Suisse, en Allemagne et en Autriche.
Graphique : DWD
Figure 2. Périodes de chaleur annuelles les plus intenses sur 14 jours avec un maximum journalier moyen de 30 °C ou plus pour une sélection de sites de mesure en Suisse, en Allemagne et en Autriche. Graphique : DWD

En cours plus de chaleur dans le futur

Avec l'augmentation prévue des températures d'ici 2060, le nombre moyen de journées tropicales passera d'un peu moins de trois semaines aujourd'hui à environ cinq semaines à Genève, et d'un peu moins de deux semaines aujourd'hui à environ quatre semaines à Lugano. Une forte augmentation des vagues de chaleur en Suisse est considérée comme très probable (Scénarios climatiques CH2018).

Communication trinationale sur l’augmentation de la chaleur estivale

En étroite collaboration, les services météorologiques d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse ont rédigé et publié conjointement une communication détaillée sur l’augmentation de la chaleur estivale.  

Informations détaillées de l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse

Informations supplémentaires

Scénarios climatiques CH 2018 : brochure

Commentaires (31)

  1. Paul, 13.07.2020, 20:33

    Bonjour,

    À quel point peut on considérer les prédictions portant sur l'évolution du climat comme fiables ? Le réchauffement climatique ne fait plus débat dans l'espace scientifique, mais qu'en est-il de la prédictibilité de son évolution et de l'évaluation de ses conséquences ? Le fait que la société mondiale peine à changer son mode de consommation énergétique est aussi palpable que le réchauffement lui-même, et il est presque certain que les changements nécessaires ne se feront que très lentement voire pas totalement. Par conséquent, en fonction de l'incertitude des modèles d'anticipation du climat, peut-on encore raisonnablement espérer un climat relativement stable ou doit-on forcément craindre des conditions de vie difficile pour l'avenir proche ?

    Réponses

    Répondre à Paul

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 15.07.2020, 02:30

      Bonjour, vos questions sont un peu complexes pour y répondre dans un simple commentaire. Les rapports du GIEC (ou IPCC) utilisent des termes prédéfinis pour parler de la fiabilité des prédictions. Le réchauffement global est par exemple qualifié de "très probable" ce qui correspond à une fiabilité de 90 à 100 %. Pour ce qui est des conséquences du réchauffement, il y a une large fourchette d'impacts plus ou moins bien cernés. Avec des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre qui s'opèrent trop lentement, on peut imaginer que nous allons devoir faire face aux conséquences du réchauffement global. Ces conséquences seront (et sont déjà) variables d'une région à l'autre et tous les pays ne sont pas égaux face à celles-ci. Par exemple, il est probable que la Suisse soit mieux armée pour s'adapter aux changements climatiques que le Bengladesh.

  2. Arnaud C, 10.07.2020, 07:42

    La qualité de vos contenus et les réponses patientes et pertinentes aux questions posées en commentaire sont exceptionnels. C'est toujours un plaisir de parcourir le site MétéoSuisse. Continuez comme cela !

    Réponses

    Répondre à Arnaud C

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  3. Chris, 08.07.2020, 17:15

    Bonjour,
    Il serait hyper intéressant d'avoir une représentation de la figure 2 avec une échelle de temps démarrant en 1890 plutôt que 1950. Avez-vous ces données ?

    Réponses

    Répondre à Chris

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 08.07.2020, 21:23

      Avant 1950, les données n’ont pas été homogénéisées pour toutes les stations représentées sur la figure 2. Pour Genève, on peut retrouver un graphique similaire (avec une échelle un peu différente) dans le bulletin climatique de juillet 2019 (Figure 2) avec des données jusqu’en 1864 (lien à cliquer depuis le site internet de MétéoSuisse et cela ouvre un document en format PDF).
      https://www.meteosuisse.admin.ch/content/dam/meteoswiss/fr/service-und-publikationen/publikationen/doc/201907_f.pdf?pageIndex=1&topic=/content/meteoswiss/tags/topics/klima/publication/klimabulletin-monat&tab=search_tab

  4. Carla, 07.07.2020, 15:56

    Et comment vous expliquez la neige en juillet en Norvège ?

    Réponses

    Répondre à Carla

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 07.07.2020, 16:37

      Après le deuxième mois de juin le plus chaud jamais mesuré en Norvège, le retour de la neige a dû bien surprendre. Mais après consultation du site internet de nos confrères norvégiens, il apparaît qu’il a surtout neigé dans les montagnes du sud de la Norvège, ce qui n’a rien d’inhabituel en juillet. En revanche, les quantités (jusqu’à 35 cm) ont surpris. Dans les Alpes aussi, il peut aussi neiger en juillet jusqu’à des altitudes inférieures à 2000 m (par exemple, le 17 juillet 2009, 10 cm de neige fraîche à Arosa, 1878 m et 3 cm de neige fraîche à Davos, 1594 m). Or, plus on se dirige vers le nord de l’Europe, plus il peut neiger bas. Par exemple, le climat à 1500 m en Islande correspond à un climat à 3000 m dans les Alpes.

  5. Wolf Brixel, 06.07.2020, 09:20

    Bonjour,
    Qu'en est-il des tendances de réchauffement dans les pays d'Europe méridionale? L'évolution durant les dernières 30 années est-elle similaire à celle que vous décrivez pour la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche?

    Réponses

    Répondre à Wolf Brixel

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 06.07.2020, 10:05

      Nous n’avons pas de chiffre précis pour cette région concernant l’indicateur des journées tropicales. Toutefois, l’ensemble de l’Europe se réchauffe, certaines régions davantage que d’autres, notamment la région alpine, mais surtout les régions arctiques. Le Bassin méditerranéen se réchauffe également avec une intensification probable de la sécheresse estivale.

  6. Stane R., 05.07.2020, 21:55

    Bonjour,
    On parle réchauffement, soit ! Mais pourquoi annoncer la neige fraîche après mai ? Est-ce pour encourager les nantis fanent d'héliski à polluer ?

    Réponses

    Répondre à Stane R.

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 06.07.2020, 07:40

      Depuis 1 année, le bulletin général comporte des informations complémentaires pour les Alpes, suite à la disparition du bulletin spécifique pour les Alpes. Comme les Alpes sont passablement fréquentées, également en été aussi (on pense par exemple aux alpinistes et aux randonneurs en haute-montagne), il est important de mentionner la limite des chutes de neige et les quantités de neige fraîche en toutes saisons.

  7. marco, 04.07.2020, 20:07

    Felicitations pour vos articles! Maintenant que le rechauffement est avéré, que font les politiques?!?

    Réponses

    Répondre à marco

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Jonas, 06.07.2020, 10:15

      Tout le monde se rend compte du réchauffement climatique en tout cas en Europe centrale. Par contre, il ne semble pas vraiment être prouvé que la cause pour ce réchauffement se trouve dans les gaz à effet de serre (méthane, CO2, etc.), bien que cette théorie est prônée sans arrêt par les massmédias.

    2. MétéoSuisse, 06.07.2020, 10:59

      Selon les travaux du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), le réchauffement climatique est provoqué par l’augmentation des gaz à effet de serre et il n’y a quasiment plus de doute là-dessus. Des simulations climatiques sont effectués par différents centres de recherche. Si les gaz à effet de serre n’avaient pas augmenté, les simulations climatiques montrent clairement que la planète ne serait pas pareillement réchauffée depuis ces dernières décennies. Il y a une petite part de variabilité naturelle, mais celle-ci seule n’explique pas du tout l’important réchauffement observé jusqu’à présent.

    3. Julien, 09.07.2020, 12:30

      Pourquoi devraient-ils faire qqch ? La planète a ses cycles donc rien d'étonnant dans tous les cas, nous sommes dans un cycle de réchauffement du climat qui va durer son laps de temps (comme chaque cycle refroidissement/réchauffement). En l'an 600 et des poussières, quand le Groenland a été découvert, il n'y avait pas de glace ni de neige (d'où son nom d'ailleurs terre verte) car la planète était déjà dans un cycle de réchauffement qui après est passé à un cycle de refroidissement et etc. Le GIEC se rend compte qu'il se trompe et que la principale cause est…… l'activité solaire. SURTOUT l'activité humaine

    4. MétéoSuisse, 10.07.2020, 14:08

      La Terre a toujours connu des phases naturelles de refroidissement et de réchauffement. Nous ne l’avons jamais nié. Par exemple, il y a quelque 3 millions d'années, les températures moyennes sur notre Terre étaient supérieures à celles de l'ère préindustrielle de 2 à 3 °C. Le niveau de la mer était alors supérieur de 16 mètres à celui que nous connaissons actuellement.
      Si le réchauffement actuel interpelle, c’est en raison de sa rapidité qui est sans précédent. On est passé d’une échelle géologique (plusieurs milliers d’années) à une échelle humaine (plusieurs dizaines d’années). Une partie des climato-sceptiques confondent échelle géologique et échelle humaine.

    5. Kikou, 31.07.2020, 16:39

      Je sais que l'idée d'un réchauffement climatique anthropologique est effrayante et qu'il est difficile de continuer de vivre "comme avant" une fois cette notion acceptée.
      Toutefois je trouve difficile d'excuser de se laisser pareillement embarquer dans ces théories complotistes de climato-sceptiques aux vues du nombre de preuves à disposition (et le tout sans évoquer l'effondrement de la biodiversité).
      La question que je trouve toujours intéressante de se poser avant de crier au "complot climatique" est: à qui profite le crime ?
      Au GIEC qui est une organisation à but non-lucratif? Aux lobbies écolo, éoliens ou solaire? Aux scientifiques qui gagneraient tellement d'argent à s'opposer au réchauffement climatique? Ou alors aux lobbies pétroliers, aux actionnaires qui profitent du "business as usual", à notre société de consommation qui ne peut ralentir sans se prendre les pieds dans le tapis....
      Croire à un complot c'est au mieux de la bêtise, au pire de la malhonnêteté intellectuelle.

  8. Lutzi, 04.07.2020, 19:33

    Quelle est la probabilité que les changements observés depuis les années 1990 ne soient en fait qu'un mouvement harmonique, la température oscillant sur une échelle de quelques décennies et ne témoignant finalement pas d'une augmentation globale ? Est-il possible d'estimer une telle probabilité ? Les données pré-1990 sont-elles assez complètes et précises en comparaison avec nos systèmes de mesure actuels pour s'assurer du-dit phénomène d'augmentation ? (Je me fais l'avocat du diable, curieux d'entendre votre réponse)

    Réponses

    Répondre à Lutzi

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 06.07.2020, 08:34

      Selon les travaux du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), le réchauffement climatique est provoqué par l’augmentation des gaz à effet de serre. Il existe plusieurs jeux de données avec des méthodes différentes pour calculer la température sur la planète depuis 1850. Tous ces jeux de données ont une part d’incertitudes, notamment pour les données les plus veilles, mais les résultats sont similaires quelle que soit les méthodes utilisées. Depuis 1850, la décennie 2010-2019 est la plus chaude. Une éruption volcanique peut temporairement refroidir le climat global. Cela a été le cas avec l’éruption du Pinatubo en septembre 1991. Cela a occasionné une baisse de la température globale de 0,4 °C en 1992-1993. Toutefois, cette baisse a été très temporaire, car les aérosols émis par l’éruption et envoyés dans la stratosphère se dispersent progressivement.

    2. Julien, 09.07.2020, 12:39

      Juste ! Et il est évident à présent que c'est naturel. Comme le dit météo suisse, le GIEC a des données que depuis 200 ans sur une planète qui a 5 milliards d'années ! Il s'est avéré (par la science) qu'à l'époque des dinosaures, il faisait déjà très chaud, et qu'il y avait déjà énormément de CO2 (d'où la végétation en plus grande quantité qu'aujourd'hui). Le CO2 vital et n'est en aucun cas un gaz à effet de serre. D'anciens membres du GIEC ont d'ailleurs découverts des données qui contredisaient complètement les données de base. L'augmentation du CO2 n'est pas la cause du réchauffement mais la conséquence ;-)

    3. MétéoSuisse, 10.07.2020, 14:07

      La Terre a toujours connu des phases naturelles de refroidissement et de réchauffement. Nous ne l’avons jamais nié. Par exemple, il y a quelque 3 millions d'années, les températures moyennes sur notre Terre étaient supérieures à celles de l'ère préindustrielle de 2 à 3 °C. Le niveau de la mer était alors supérieur de 16 mètres à celui que nous connaissons actuellement.
      Si le réchauffement actuel interpelle, c’est en raison de sa rapidité qui est sans précédent. On est passé d’une échelle géologique (plusieurs milliers d’années) à une échelle humaine (plusieurs dizaines d’années). Une partie des climato-sceptiques confondent échelle géologique et échelle humaine. Un réchauffement aussi rapide pose des problèmes d’adaptation pour la société, mais aussi pour le monde animal. Cela coûtera nettement moins cher de limiter le réchauffement que de ne rien faire et de simplement s’adapter. Pensons par exemple aux zones côtières qui verront inexorablement le niveau de la mer monter.

  9. Quentin, 04.07.2020, 16:09

    Bonjour,

    Pourquoi aucune collaboration avec le service météorologique français (Météo France)?

    Merci

    Réponses

    Répondre à Quentin

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 06.07.2020, 07:53

      Les services météorologiques et climatiques travaillent en étroite collaboration avec d’autres services météorologiques et climatiques étrangers. Depuis plusieurs années, la collaboration est un peu plus intense entre MétéoSuisse, le DWD allemand et le ZAMG autrichien, peut-être, entre autres, en raison de la langue qui est commune.

    2. Jean-Michel, 08.07.2020, 22:19

      Bonjour,
      le fait est que le triangle SCHWEIZ- ÖSTERREICH - DEUTSCHLAND parle uniquement allemand, ce qui facilite grandement les échanges, et aussi de la rivalité bon enfant entre Suisse et France due à la grande différence culturelle, et rappelons que la langue suisse principale est l’allemand et non le français, ce qui pourrait poser problème dans les relations.
      Merci à MeteoSwiss pour se donner la peine de répondre à chaque question,
      Jean - Michel

  10. Jamal bouhaidous, 04.07.2020, 15:55

    Bonjour , cette été il avoir la canicule comme chaque année ??? Oui ou pas??

    Réponses

    Répondre à Jamal bouhaidous

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 06.07.2020, 07:57

      Pour l’instant, il n’est pas prévu un épisode de vague de chaleur dans un horizon de 10 à 14 jours. Des journées tropicales isolées seront tout de même probables. Des épisodes de vagues de chaleur peuvent être possibles jusqu’à la mi-août au moins. Mais il n’est pas encore possible de se prononcer si une période caniculaire se produira en août 2020.

  11. Antoine Z, 04.07.2020, 13:38

    Qu'en est-il de ce début d'été 2020 ? Les températures semblent pour l'instant "seulement" légèrement au-dessus de la norme. Sait-on si une vague de chaleur se profile pour la suite de l'été (espérons que non...) ? Merci.

    Réponses

    Répondre à Antoine Z

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 06.07.2020, 07:47

      Depuis le 1er juin (début de l’été météorologique), la température se situe dans la normale ou très légèrement au-dessus. Le nombre de journées tropicales relevées à Genève est de 4. Pour l’instant, il n’est pas prévu un épisode de vague de chaleur dans un horizon de 10 à 14 jours. Des journées tropicales isolées seront tout de même probables.

  12. Claude Guignard, 04.07.2020, 13:28

    Par journée tropicale je crois me souvenir qu''il s'agit des jours avec une température maximum de 30° ou plus. Comme vous le relevez nous en avons eu de plus en plus ces dernières décennies. On peut cependant se demander si 2020 va suivre ce chemin. Pour le moment cela ne semble guère devoir être le cas en Suisse. Ce qui en soi ne signifie rien. Inévitablement il y a des étés plus chauds et d'autres qui le sont moins. Mais nous nous y étions déjà habitués et l'été 2020 nous paraît frais alors que peut être il est tout simplement plus "normal".

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  13. Fernex Serge, 04.07.2020, 13:12

    Aucun doute...nous tous pouvons constater la chose. Ce qui me choque... c'est la rapidité du processus... n'y a t'il pas un cumul de causes ? Nino Nina... cycles solaires....si ce n'est pas le cas... c'est encore plus préoccupant..

    Réponses

    Répondre à Fernex Serge

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 06.07.2020, 08:00

      En raison de la variabilité naturelle, il y aura toujours des étés plus chauds certaines années que d’autres. Mais ce réchauffement est provoqué par l’augmentation des gaz à effet de serre.