Contenu

Sécheresse persistante

24 avril 2020, 24 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Il n'a quasiment pas plu en Suisse depuis une quarantaine de jours. Un manque de précipitations aussi prononcé en mars et en avril est très rare comme le montrent les mesures disponibles en Suisse depuis plus de 150 ans. Au Sud des Alpes, le manque extrême de précipitations remonte à quatre mois déjà. Au Tessin, depuis le début de l’année, il manque l’équivalent de près de 3 mois de pluie.

Les sous-bois aussi, comme le montre le sceau de Salomon, une plante très commune dans les bois de nos régions et très toxique, souffrent de la pénurie d'eau.
Les sous-bois aussi, comme le montre le sceau de Salomon, une plante très commune dans les bois de nos régions et très toxique, souffrent de la pénurie d'eau.

Presque pas de pluie depuis 40 jours

Il n’a presque pas plu en Suisse depuis le début du mois d’avril. Cela est particulièrement le cas sur le Plateau, ainsi que sur le nord et le nord-ouest de la Suisse. Le long des versants nord des Alpes et dans les Alpes orientales, il est pour l’instant tombé entre 2 et 7 mm de pluie seulement. Localement, il a été mesuré plus de 10 mm d’eau. Au Sud des Alpes, les précipitations en avril sont régionalement comprises entre 15 et 25 mm, localement aussi supérieures à 30 mm. En moyenne nationale, il tombe près de 100 mm de pluie en avril. A Bâle, la moyenne d'avril est de 64 mm, à Genève de 72 mm, à Zurich de 83 mm et à Lugano de 156 mm (norme 1981-2010).

Le manque persistant de précipitations en Suisse ne concerne pas seulement le mois d'avril. Il s'étend jusqu'au mois de mars et dure maintenant depuis environ 40 jours. Les dernières pluies significatives sont tombées au cours de la première décade de mars. Cela signifie qu’à l’heure actuelle, il manque plus d’un mois de précipitations en Suisse.

Vers des records

C’est Neuchâtel qui a enregistré l'une des plus longues périodes sans précipitations au Nord des Alpes avec 52 jours. Cela s’est passé du 19 mars au 9 mai 1893. Sinon, les périodes les plus longues sans précipitations au Nord des Alpes sur les sites dont les mesures ont plus de 100 ans, sont de 45 jours au maximum.

A Genève, la période actuelle sans précipitations a déjà atteint 42 jours, un nouveau record. Il n’a en effet pas du tout plu depuis le 13 mars 2020. La plus longue période sans précipitations jusqu'à présent à Genève avait duré 41 jours, du 17 janvier au 26 février 1896. Reste à savoir si le record de Neuchâtel sera battu…

Au Sud des Alpes, les plus longues périodes sans précipitations à ce jour ont duré de 60 à près de 80 jours. La dernière fois que cela a été le cas, c'était du 6 décembre 1988 au 20 février 1989. Comme il a plu un peu il y a quelques jours, la série de jours secs a été interrompue.

Evénement rare

La moyenne nationale des précipitations du bimestre mars-avril n'a atteint que l’équivalent de 40 % de la norme 1981-2010. Des précipitations du bimestre mars-avril bien inférieures à 50 % de la normale n'ont été enregistrées que 8 fois depuis le début des mesures en 1864. La dernière fois que le bimestre mars-avril avait été encore plus sec, avec seulement 36 % de la norme, remonte à 2011. Il faut ensuite revenir jusqu’en 1955 pour trouver une période comparable avec de faibles précipitations en mars-avril (Figure 1).

Affichage aggrandi: Figure 1. Précipitations en moyenne nationale en mars-avril en pourcent de la norme 1981-2010. Les quantités excédentaires sont indiquées en vert, les quantités déficitaires en brun. La ligne noire représente l’évolution glissante sur 30 ans. Pour la période mars-avril 2020, calculs jusqu’au 21.04.2020.
Figure 1. Précipitations en moyenne nationale en mars-avril en pourcent de la norme 1981-2010. Les quantités excédentaires sont indiquées en vert, les quantités déficitaires en brun. La ligne noire représente l’évolution glissante sur 30 ans. Pour la période mars-avril 2020, calculs jusqu’au 21.04.2020.

Bilan hydrique massivement négatif

Ces dernières semaines, un temps ensoleillé persistant avec des températures supérieures à la moyenne ont fortement stimulé l'évapotranspiration (évaporation par les plantes et des sols). Sur le site de mesure de Coire, les calculs de l'évapotranspiration en avril donnent jusqu'à présent environ 70 mm d'eau. L'apport par les précipitations s'est élevé à un maigre 3,4 mm. Le bilan hydrique entre le gain d'eau (précipitations) et la perte d'eau (évapotranspiration) est donc massivement négatif. Dans certaines régions de Suisse, les valeurs actuelles évoluent vers celles qu’on a connues au cours de l’été 2018 qui avait été peu arrosé (Figure 2). La région de Coire et du Nord des Grisons avait été la moins arrosée de Suisse lors de l’été 2018.

Manque de pluie au Sud des Alpes depuis le début de l’année

Affichage aggrandi: Figure 3. Sommes des précipitations mensuelles totales pour 2019 et 2020 à Locarno-Monti en % de la norme 1981-2010 Les quantités supérieures à la moyenne sont indiquées en vert, les quantités inférieures à la moyenne en brun
Figure 3. Sommes des précipitations mensuelles totales pour 2019 et 2020 à Locarno-Monti en % de la norme 1981-2010 Les quantités supérieures à la moyenne sont indiquées en vert, les quantités inférieures à la moyenne en brun

Le Sud des Alpes souffre d'un manque massif de précipitations depuis quatre mois. Depuis janvier 2020, les sommes pluviométriques sont extrêmement faibles (Figure 3). En revanche, au cours des trois mois précédents, d'octobre à décembre 2019, le Sud des Alpes avaient été copieusement arrosé. Cependant, au cours des deux années 2019 et 2020, les mois avec des précipitations inférieures à la moyenne ou très inférieures à la moyenne ont été clairement majoritaires.

Affichage aggrandi: Figure 4. Evolution à long terme de la somme des précipitations de janvier à avril en pourcent de la norme 1981-2010, moyennée sur les sites de mesure de Lugano et Locarno-Monti. Les quantités excédentaires sont indiquées en vert, les quantités déficitaires en brun. La ligne noire représente l’évolution glissante sur 30 ans.
Figure 4. Evolution à long terme de la somme des précipitations de janvier à avril en pourcent de la norme 1981-2010, moyennée sur les sites de mesure de Lugano et Locarno-Monti. Les quantités excédentaires sont indiquées en vert, les quantités déficitaires en brun. La ligne noire représente l’évolution glissante sur 30 ans.

En moyenne sur les deux sites de mesure Lugano et Locarno-Monti, la somme des précipitations des mois de janvier à avril n'a atteint que 30 % de la norme 1981-2010. Les périodes de janvier à avril 2003 et 1982 ont été les dernières comparables avec d’aussi faibles précipitations (Figure 4).

Commentaires (24)

  1. Sébastien Bourquin, 03.05.2020, 07:13

    Bonjour. Quel bilan tirez-vous après les pluies intenses (en tout cas à Genève) de ces derniers jours? La sécheresse d'avril a-t-elle été compensée ? Merci.

    1. MétéoSuisse, 03.05.2020, 23:51

      Depuis la fin de la sécheresse, il est tombé 55 mm de pluie à Genève, soit l’équivalent de 3 semaines de pluie. C’est un bon répit pour la nature, d’autant plus que le mois de mai pourrait s’avérer plus humide que la normale (voir blog du 2 mai).

  2. Marc Schneider, 26.04.2020, 16:45

    Vos propos alarmistes, ou catastrophistes sont un peu pathétiques. Voyez, samedi je me suis promené dans les forêts de suisse, elles sont vertes et resplendissantes. Pas de sécheresse, pas de feu de forêt, pas d'arbres en manques. Mon jardin la même chose, les plantes grandissent, mes arbres fleurissent, le gazon est vert et tout ça sans arrosage.
    Alors si cette période agréable est une sécheresse historique alors moi je suis le pape.

    1. S.E., 27.04.2020, 15:43

      Je me faisais la même réflexion à propos de la "verdure" à Genève, les cultures semblent en bonne forme, les jeunes feuilles bien luisantes sur les arbres, tout paraît "normal" ? Vu les précipitations annoncées j'ai même décidé de tondre la pelouse, 2ème tonte de l'année (sans pluie je préfère laisser plus de hauteur pour mieux capter l'humidité et ne pas trop stresser le gazon assoiffé), et dans les zones un peu à l'ombre, l'herbe coupée était franchement humide !
      Malgré tout cette période sèche n'a pas lieu en août mais en avril... en discutant avec des français, il semblerait bien que plusieurs records historiques seraient aussi tombés en matière de période sans pluie (localement au moins), avec parfois des 1ères récoltes compromises.
      Les précipitations jusqu'en début mars ont apparemment permis de sauver la mise, mais si les cumuls annoncés pour vendredi ne se concrétisent pas (ça recule toujours plus), je pense qu'il faudra vraiment commencer à s'inquiéter à court terme ?

    2. Quentin Nowak, 28.04.2020, 08:39

      Comparer un bilan hydrique et la récolte de données scientifiques à votre jardinet et à votre balade du dimanche peut aussi relever du pathétisme. Les agriculteurs vous le diront tous, c'est une sécheresse historique, grave pour nos cultures précoces. Habemus papam

    3. A. Walter, 28.04.2020, 10:11

      L'article ci-dessus ne fait qu'exposer des faits observés et difficilement réfutables. Que vous soyiez le pape ou pas, cela n'y change rien. Mais si vous trouvez ces propos alarmistes, c'est peut-être que vous devriez l'être, alarmé ! Cependant, nul besoin d'en blâmer les scientifiques qui rapportent ces états de fait: tirer sur le messager ne fera jamais disparaître la mauvaise nouvelle.
      Puissiez-vous profiter encore longtemps des forêts suisses et de votre jardin, c'est tout le mal que l'on vous souhaite ! Et salutations au pape...

    4. MétéoSuisse, 28.04.2020, 11:07

      Jusqu'à present la sécheresse était surtout en surface. Le niveau des eaux souterraines était encore normal. Cela peut expliquer le fait que certaines personnes ne remarquent pas de différences dans la végétation. Cependant, le niveau de certaines rivières est particulièrement bas pour un mois d'avril et des feux de forêt se sont déjà produits, par exemple dans le canton du Jura.

  3. jojoski, 25.04.2020, 14:43

    merci pour ces précisions ! j'avais vu passer le 105 cm sur la liste de météocentrale ce matin sans comprendre d'où ça provenait . comme vous le rappelez les mesures en altitude sont un art difficile, impossible d'échapper à l'influence du vent encore plus cet hiver avec les tempêtes bien actives . Mais le réseau suisse de mesures accessible au public est dense et permet d'avoir une bonne idée de l'enneigement global de chaque région alpine , même quand une des stations automatiques se fait déplumer ou gaver de façon suspecte en plein hiver

  4. Claude Guignard, 25.04.2020, 11:32

    Il serait difficile de donner une meilleure analyse de la situation. Cela dit on remarque une nette tendance, ces dernières années, à voir se réduire le volume des précipitations, et pas seulement en mars et avril tel qu'il ressort de figure 1. Je serais curieux de connaître pour quelle année, au cours des derniers dix ans, les précipitations dans la région genevoise ont dépassé le total dit "normal". Probablement pour moins de la moitié des années. Cette évolution est préoccupante.

    1. MétéoSuisse, 27.04.2020, 01:01

      Pour Genève de 2010 à 2019, les quantités de précipitations ont été inférieures à la norme toutes les années sauf 2014 (excédentaires) et 2015 (dans la norme).

  5. Marie.D, 25.04.2020, 06:43

    Article toujours aussi passionnant, merci !
    Pourquoi ne pas signaler le Valais, il n'y a pas eu de précipitation depuis plusieurs semaines !
    Je suis tout a fait d'accord pour les restrictions d'eau, mais commençons d'abord par les canons à neige en hiver qui tournent à plein régime, sans aucun intérêt pour la nature ! A part pour l'enrichissement des stations !! On attend la pluie, avec impatience....

    1. MétéoSuisse, 27.04.2020, 02:51

      Bonjour, nous avons parlé du Valais dans de précédents articles. À Sion, pour l'instant les quantités de précipitations sont dans la norme pour ce printemps suite à un début mars très arrosé, mais il est vrai que cela fait plusieurs semaines qu'il n'a pas plu comme dans le reste du pays. Le Valais est cependant plus habitué au manque de précipitations avec un climat plus sec en moyenne.

  6. jojoski, 24.04.2020, 19:04

    Bonjour je suis un peu à la limite du sujet mais depuis hier les relevés de neige du Grimsel hospiz, visibles sur SLF et météosuisse, donnent 50 cm c'est à dire au niveau du minimum indiqué par SLF sur la longue période 1949 2020 .
    En regardant à proximité et 460 m plus haut à Jostsee (station auto SLF) la couche 2011 était 160 cm plus basse que cette année . Du coup je me demande sil n'y a pas une année manquante en fin avril au Grimsel ou ce que 2011 donnait comme couche de neige .

    1. MétéoSuisse, 25.04.2020, 12:15

      Sécheresse et chaleur en avril accélèrent la fonte de la neige en montagne. La couche de neige est basse pour la saison vers 2000 mètres d’altitude. Le 24 avril 2020, la couche de neige est de 50 cm à l’hospice du Grimsel (1980 m). C’est effectivement la valeur la plus basse à cette date depuis la disponibilité des données en 1964. Le 24 avril 2011, la couche de neige était de 60 cm (deuxième valeur la plus basse à cette date). A Jostsee (2430 m), la couche de neige au 24 avril 2020 est de 178 cm. En regardant l’évolution du manteau neigeux à Jostsee en 2011, on constate que l’enneigement a été systématiquement plus faible qu’à l’hospice du Grimsel. En 2011, la couche maximale de neige a atteint 110 cm le 17 mars, contre 185 cm le 20 mars à l’hospice du Grimsel. Il est à noter que la mesure à Jostsee est automatique. MétéoSuisse mesure également automatiquement la neige à l’hospice du Grimsel. Le 24 avril 2020, la mesure automatique indique 113 cm de neige. Comme quoi, il n’est pas facile de mesurer la neige en montagne, car les variations peuvent être très importantes selon l’exposition du site de mesure.

  7. Ch. Logoz, 24.04.2020, 15:02

    Bonjour,

    A la lecture des sorties de modèles actuels, et de vos prévisions, on peut en effet espérer des pluies pour la semaine prochaine (même dès ce dimanche, semble-t-il). Cependant, seront-ce de vraies pluies qui arroseront les sols assoiffés, soit disons plus de 15-20mm sur la période, ou juste un dépoussiérage des pollens comme le week-end passé (2 misérables millimètres au total dans ma région d'Echallens!) ?

    1. MétéoSuisse, 27.04.2020, 02:48

      Bonjour, plusieurs dizaines de mm sont possibles avec cependant de grandes différences localement en fonction des averses.

  8. Jo, 24.04.2020, 14:15

    Merci pour vos blogs et explications, toujours tres intéressante et instructive. Il me semble par observation que la sécheresse deviens de plus en plus courante et persistante d'année en année en Suisse particulièrement sur la région Genevoise et environs. Peut-on en déduire qu'il y as un lien direct avec le réchauffement climatique ? Peut-on également lier ce cruel manque d'eau avec l intensité des canicules qui devraient voir le jour cet été ? Merci pour vos informations et précieux travail

    1. MétéoSuisse, 27.04.2020, 02:46

      Bonjour, il est vrai que cela fait plusieurs années de suite que les précipitations sont inférieures à la norme. Il n'y a cependant pas de tendance à la baisse observée sur le long terme. Il n'y a donc pas de lien direct avec le réchauffement climatique en terme de précipitations moyennes, mais la répartition pourrait changer avec moins de précipitations en été et plus en hiver.

      On ne peut pas prévoir à l'heure actuelle s'il y aura des canicules cet été. Mais si les sols sont déjà secs au début de l'été, cela agira comme facteur aggravant en cas de canicule.

  9. Pascal_fr_39, 24.04.2020, 14:09

    Merci pour cette étude exhaustive. Dans le Jura, on pouvait se réjouir objectivement de constater à la mi-mars que les réserves en eau avaient été correctement reconstituée après un automne et un hiver correctement arrosés. Las, 6 semaines plus tard, 2eme periode la plus sèche pour ma part après septembre-octobre 1969, le debit des rivières est déjà très faible, les sources baissent rapidement, les prairies flétrissent, et gare aux ravages des scolytes en forêt qui seront visibles d'ici à quelques semaines. On n'a plus que l'espoir qu'il pleuve significativement en mai, c'est souvent le cas, sinon l'été s'annonce tendu, déjà.

  10. Nicolas, 24.04.2020, 09:34

    Bonjour.
    Article très intéressant, comme toujours. Merci.
    Je profite pour vous poser une question liée à la situation que nous vivons.
    Pourquoi est-ce que le danger, ou risque plutôt, de "sécheresse" ne figurerait-il pas sur la carte idoine: https://www.meteosuisse.admin.ch/home.html?tab=alarm ?
    Il serait intéressant pour bon nombre de professions (agriculture et tourisme notamment mais aussi pour certains loisirs) de l'y faire figurer d'une manière ou d'une autre car il s'agit bien d'un phénomène météo, ou tout du moins étroitement lié. On trouve bien sur cette carte le risque de "chaussée glissante" lié au phénomène de gel au sol, or il est fort probable qu'une période de sécheresse comme celle-ci ait des répercussions financières bien plus importantes (et sur du plus long terme) pour la société que des chaussées glissantes, par exemple. Merci pour votre réponse.

    1. MétéoSuisse, 24.04.2020, 14:09

      Bonjour, c'est n'est pas quelque chose qui est prévu. La sécheresse n'est pas un paramètre facilement prévisible vu qu'il faudrait pouvoir le faire sur le long terme. Il existe par contre divers indices pour analyser la situation pluviométrique basé sur les mesures. L'Office fédéral de l'environnement de son côté analyse également l'état des cours d'eau, des nappes phréatiques et le danger d'incendie de forêt. http://www.dangers-naturels.ch

  11. Damien, 24.04.2020, 08:29

    Super intéressant comme toujours! Très angoissant pour l'avenir. Mon père me disait toujours que la Suisse ne manquera jamais d'eau grâce à ses montagnes, des glaciers... Comme quoi cela ne veut rien dire.
    Est-ce qu'il ne serait pas judicieux d'émettre des restrictions quant à l'utilisation de l'eau (piscine, lavage de voiture, etc.)? Même si cela n'est pas de votre compétence, je suis curieux d'avoir votre avis à ce sujet?

    1. MétéoSuisse, 24.04.2020, 13:35

      Cela dépend notamment du niveau des eaux souterraines qui étaient encore dans la norme début avril. Si la situation persiste, il est clair qu'il faudra prendre des mesures. La pluie devrait cependant faire son retour la semaine prochaine.

    2. Frank Peter, 28.04.2020, 23:20

      Vous allez pouvoir vous détendre. 1. Les années sèches ne sont pas nouvelles (se référer aux donnés fournies par météo suisse et 2. Il pleut comme « vaches qui pissent » et cela semble vouloir durer quelques jours. Accessoirement, le lien entre réchauffement climatique et manque de précipitations me semble pour le moins difficile à démontrer... Mais on aime bien se faire peur de toute évidence.