De nombreux nouveaux records de chaleur

27 juin 2019, 18 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

La masse d’air qui recouvre actuellement la Suisse est exceptionnellement chaude. Sur 85 stations qui disposent de données homogénéisées, 43 ont mesuré un nouveau record de chaleur pour un mois de juin. Parmi celles-ci, 6 ont même enregistré un nouveau record tous mois confondus.

Web de Cardada, à proximité de Cimetta. Source: https://www.cardada.ch/fr
Web de Cardada, à proximité de Cimetta. Source: https://www.cardada.ch/fr

Une masse d’air exceptionnellement chaude au-dessus de la Suisse

Depuis mardi, une masse d’air très chaude recouvre la Suisse. Le sondage de Payerne, envoyé 2 fois par jour dans l’atmosphère montre des températures exceptionnellement élevées au niveau 850 hPa (vers 1600 mètres). Ainsi, mercredi 26 juin à 12 UTC, la température à 850 hPa au-dessus de Payerne était de 24.4 °C.  Jeudi 27 juin à 00 UTC, elle a affiché une valeur encore plus élevée de 25.8 °C. Il s’agit d’un net record pour un mois de juin. Le record absolu a été de 25.9 °C (données homogénéisées) le 31 juillet 1983 à 12 UTC. Pour qualifier la masse d’air, les météorologues utilisent le niveau à 850 hPa. Ce niveau n’est généralement pas influencé par les phénomènes d’inversion thermique.

De nouveaux records de chaleur dans plus de la moitié des stations du réseau de mesures de MétéoSuisse

Mercredi 26 juin, 43 stations ont mesurés un nouveau record de chaleur pour un mois de juin. La liste des stations se trouvent dans le tableau ci-dessous. La plupart des records ont été mesurés en montagne, mais certaines stations du Plateau et du Jura ont également mesuré des records.

Parmi ces stations, 6 ont mesuré un record de chaleur tous mois confondus :

  • Scuol (1304 m): 33.3 degrés (précédent record 33.1 degrés le 4 août 2003, données homogénéisées depuis  1971)
  • Grächen (1605 m) : 30.6 degrés (précédent record 30.6 degrés le 31 juillet 1983, données homogénéisées depuis  1967)
  • Davos (1594 m) : 29.8 degrés (précédent record 29.3 degrés le 5 juillet 2015, données homogénéisées depuis  1889)
  • Buffalora (1968) : 28.1 degrés (précédent record 27.7 degrés le 8 août 1992, données homogénéisées depuis  1976)
  • Säntis (2502 m) : 21.0 degrés (précédent record 20.6 degrés le 27 juillet 1983, données homogénéisées depuis  1901)
  • Piz Corvatch (3302 m) : 13.3 degrés  (précédent record 13.2 degrés le 3 août 2013, données homogénéisées depuis  1979)

Des records également sur les températures minimales

Même la nuit, il a fait extrêmement doux avec également plusieurs records pour un mois de juin à la clef. Certaines stations, principalement en altitude ont connu la nuit la plus chaude jamais mesurée (nuit du mardi 25 au mercredi 26 juin :

  • Lugano (273 m) : 24.2 degrés (précédent record 23.9 degrés le 22 juin 1870, données homogénéisées depuis  1864)
  • Chaumont (1136 m) : 21.6 degrés (précédent record 21.5 degrés le 4 juillet 2015, données homogénéisées depuis  1963)
  • Moléson (1974 m) : 19.3 degrés (précédent record 19.1 degrés le 31 juillet 1983, données homogénéisées depuis  1982)
  • Pilate (2106 m) : 19.0 degrés (précédent record 18.6 degrés le 26 juillet 1983, données homogénéisées depuis  1981)
  • Gütsch ob Andermatt (2283 m) : 16.1 degrés (précédent record 14.5 degrés le 12 août 2012, données homogénéisées depuis  1959)
  • Säntis (2502 m) : 16.0 degrés (précédent record 15.3 degrés le 19 août 2012, données homogénéisées depuis  1901)
  • Weissfluhjoch (2691 m) : 13.8 degrés (précédent record 12.8 degrés le 25 juin 2019, données homogénéisées depuis  1901)
  • Piz Corvatsch (3302 m) : 10.9 degrés (précédent record 8.4 degrés le 19 août 2012, données homogénéisées depuis  1901)
  • Jungfraujoch (3580 m) :  8.1 degrés (précédent record 7.0 degrés le 19 août 2012, données homogénéisées depuis  1961)

La nuit du mercredi 26 au jeudi 27 juin a également été extrêmement douce avec, par exemple pas moins de 23.5 degrés à La Dôle, 21.1 degrés au Moléson ou 15,1 degrés au Gd-St-Bernard. Il faudra atteindre la fin de la journée pour valider ces nouveaux records sur les températures minimales.

Encore de nouveaux records sur les températures maximales qui sont en train de tomber aujourd’hui jeudi 27 juin

En raison d’un faible foehn du nord, c’est le Tessin et le Sud des Grisons qui affichent de nouveaux records, tous mois confondus (valeurs encore provisoires) :

  • Piotta (990 m) : 35.4 degrés (précédent record de 34.0 degrés le 13 août 2003, données homogénéisées depuis 1970)
  • Robbia (1078 m) : 34.3 degrés (précédent record de 33.1 le 13 août 2003, données homogénéisées depuis 1959)
  • Santa Maria (1386 m) : 31.7 degrés (précédent record de 30.6 le 28 juillet 1983, données homogénéisées depuis 1976)
  • Cimetta (1661 m) : 29.7 degrés (précédent record de 26.2 le 13 août 2003, données homogénéisées depuis 1982)

Commentaires (18)

  1. alain, 28.06.2019, 14:41

    Eh bien.... je remarque que ces chaleurs se font de plus en plus fréquemment alors qu enfant, nous n'en avions pas autant. Il me reste plus qu à trouver une maison, un job et je part vivre au pôle Nord ! Ici, on a vraiment pas l'habitude de ces canicules et ça nous fout tous en bas ! Courage qui ceux, travaille sur les toit ou du moins, en extérieur !

  2. Max, 28.06.2019, 09:04

    Bonjour,

    Merci pour vos analyses très intéressantes !

    Je constate que les valeurs de la station de Pully-Lausanne n’est pratiquement jamais citée, serait-elle moins importante qu’une autre ?

    Concernant cette vague de chaleur exceptionnelle pour la Suisse, il me semble que l’on exagère un peu trop la situation.

    Si une dépression basée sur l’Atlantique agit comme une pompe à chaleur sur nos latitude, en envoyant une masse d’air chaude provenant d’Afrique ( l’Afrique n’étant pas le pôle nord) il me semble normal que l’air soit chaud et de plus je suis surpris que les températures n’aient pas atteint plus que 40ºc en Suisse comme c’est le cas toutes les années en juin depuis que je suis né (1970), en Italie, au nord comme au sud.

    De plus, l’avis météo pour canicule de couleur orange dans La région de Lausanne n’est pas passée en rouge malgré des valeurs similaires à Sion, qui elle était en rouge, hier : Sion 37ºc / Lausanne : 36ºc

    Salutations et bonne journée.

    Max

    1. MétéoSuisse, 28.06.2019, 13:13

      La station de Pully n’est pas moins importante, mais elle n’a pas été citée car elle n’a pas battu de record.
      Votre message semble contradictoire. D’une part, vous mentionnez que l’on exagère un peu trop la situation (il s’agit tout de même de la 4ème vague de chaleur la plus intense sur 7 jours depuis 1864 (derrière 2003, 2015 et 1947)) et d’autre part vous vous demandez pourquoi la région de Lausanne n’est pas en alerte canicule de degré 4 (rouge).
      Pour passer en degré de danger 4 de canicule, il faut au moins 5 jours consécutifs avec un indice de chaleur supérieur à 93. A Sion, il est supérieur à 93 depuis mardi 25 juin (98 le 25 juin, 97 le 26 juin, 99 le 29 juin). A Pully, ce seuil n’a été franchi qu’hier avec un indice de chaleur de 95. Nous ne prévoyons pas qu’il dépasse le seuil de 93 pendant 5 jours consécutifs, ce qui explique pourquoi MétéoSuisse reste en degré de danger 3 (orange) pour la région de Lausanne.
      Les 40 degrés en Suisse restent une valeur exceptionnelle, puisque cela n’a été atteint qu’une seule fois à Grono au Sud des Alpes (40.5 degrés le 11 août 2003). En Italie et en France, cela peut être moins rare. Il ne faut pas oublier que le Plateau suisse se situe vers 400 mètres d’altitude. Or, on perd en moyenne 1 degré pour 100 mètres d’altitude. Si le Plateau suisse était situé plus bas en altitude, des 40 degrés auraient probablement déjà été enregistrés.

    2. Pascal_fr_39, 28.06.2019, 18:10

      Il est bien évident que la situation actuelle qui fait remonter de l'air Saharien ne peut que donner des valeurs extrêmes.On peut également émettre l'hypothèse qu'à notre époque, une même situation donnera des valeurs plus élevées qu'il y a 50 ans. A ce titre, si le schéma de juillet 1983, et de son 31 se reproduisait à l'identique, nul doute que des valeurs encore plus extravagantes seraient mesurées..

  3. Xavier, 27.06.2019, 22:59

    Températures très élevées en montagne, mais en plaine l'humidité est extrême, je vois des points de rosée au delà de 22 degrés du côté de Bâle par exemple. Est-ce que ce ne sont pas des valeurs proches des records également ?

    1. MétéoSuisse, 28.06.2019, 08:12

      C’est plus délicat de comparer les points de rosée, car ils peuvent fortement fluctuer pendant la journée. Par exemple, après une brève averse en été, ce point de rosée peut temporairement grimper.
      En revanche, si on combine température et point de rosée, ce qui forme l’indice de chaleur, Bâle a effectivement connu un record d’indice de chaleur avec une valeur de 102.8 le 26 juin 2019 (données d’indice de chaleur depuis 1981).

  4. Jean Martin, 27.06.2019, 21:51

    Piz Corvatch (3302 m) : 13.2 degrés (précédent record 33.1 degrés le 3 août 2013, données homogénéisées depuis 1979). Probablement 13.1 pour le record précédent.

    1. MétéoSuisse, 28.06.2019, 07:57

      Merci pour votre remarque. L'erreur a été corrigée.

  5. Pascal_fr_39, 27.06.2019, 20:16

    Quel crédit apporter aux 6.8° annoncés avoir été relevés mercredi au Mont Blanc à 4750 m d'altitude? Cela me parait excessif même si à l'Aiguille du midi on a mesuré 16.2. Votre sondage de Payerne montre le zéro vers 580 hPa, soit autour de 4500m à priori en atmosphère libre. Merci.

    1. MétéoSuisse, 28.06.2019, 07:59

      L’isotherme du 0 degré est indiquée en atmosphère libre. Il est vérifié avec le radiosondage de Payerne. Le thermomètre de la station du Mont-Blanc est influencé par le terrain et peut montrer des valeurs plus élevées la journée et plus basses la nuit (à cause du rayonnement de la neige).

  6. Pascal_fr_39, 27.06.2019, 19:16

    Le plus extraordinaire de cette vague de chaleur est certainement les minimales relevées sur les postes isolés de montagne, 23,5 à la Dôle pour un record battu de plusieurs degres je pense (dans l'attente de votre validation), une valeur qui caractérise à elle seule cette masse d'air. Il faudra lui faire une place dans notre mémoire.

    1. MétéoSuisse, 28.06.2019, 10:17

      La température ayant baissé à La Dôle jeudi en fin de journée, c’est finalement une valeur de 19.9 degrés qui a été mesurée. C’est tout de même la température minimale la plus élevée jamais mesurée, à partager avec les 19.9 degrés mesurés également le 19 août 2012. Pour le Gd-St-Bernard, la valeur de 15.1 degrés est validée. Pour le Moléson, c’est finalement une valeur de 19.0 degrés qui est validée. Mais la température minimale la plus élevée jamais mesurée s’est produite la veille (26 juin) avec 19.3 degrés.

    2. Pascal_fr_39, 28.06.2019, 12:47

      Entre quelles plages horaires définissez-vous la valeur minimale? 06h UTC à 06h UTC ou bien 00h à 00h?

    3. MétéoSuisse, 28.06.2019, 13:15

      La température minimale est définie de 00 UTC à 00 UTC. Et parfois, la minimale est atteinte sur le début de la nuit suivante, entre 18 UTC et 24 UTC.

    4. Pascal_fr_39, 28.06.2019, 18:17

      Je comprends mieux comment sont définis vos records, ainsi une nuit n'est pas prise en compte comme une seule entité, d'où la "transparence"' de celle de mercredi à jeudi à la Dôle. Soit, le principal est de comparer des valeurs aux définitions identiques.

  7. Claude Guignard, 27.06.2019, 15:52

    La liste de ces records est impressionnante. Elle ne cesse de progresser. Il faut cependant attendre un recul de la chaleur pour faire le point sur la situation. A relever que dans la plupart des stations de plaine, sur le Plateau mais aussi à Bâle, on reste encore en-dessous des records. Pour ces endroits il reste donc du potentiel...

  8. Jean-Luc Rochat, 27.06.2019, 15:34

    Comment expliquez-vous que les stations autour du Léman mesurent des taux d'humidité plus bas qu'ailleurs comme par exemple à Oron,Villars,Aigle,Payerne alors qu'une brise apporte l'air du lac qui empêche en partie la hausse des températures?

    1. MétéoSuisse, 28.06.2019, 08:19

      Le taux d’humidité fluctue passablement pendant la journée. Faire des comparaisons en valeur instantanée n’est pas toujours approprié. Il serait plus intéressant de faire des comparaisons avec l’humidité moyenne sur l’ensemble de la journée. Voilà les taux d’humidité relative moyenne sur l’ensemble de la journée du 27 juin : 65.4% à Genève, 63.8% à Payerne, 60.5% à Aigle, 59.5% à Nyon, 54.3% à Pully, 53.1% à Oron et 49.6% à Aigle. Finalement, c’est difficile de dégager une tendance entre le bord du lac et les autres régions.