La banquise arctique en 2016

2 avril 2016, 1 Commentaire
Thèmes: Météo

La banquise arctique hivernale n'avait encore jamais couvert une aussi petite surface que cette année

La banquise arctique semble avoir atteint une étendue maximale hivernale en record négatif pour la deuxième année consécutive (“record low”) selon les scientifiques du Centre National de Données de la Neige et de la Glace aux Etats-Unis (NSIDC) et de la NASA.

Chaque année la banquise qui flotte sur l’Océan arctique et les mers alentours fond durant le printemps et l'été et grandit à nouveau durant l’automne et l’hiver, atteignant sa surface maximale entre février et avril. Le 24 mars 2016, la banquise a atteint une surface de 14,52 millions de km2, un nouveau record minimal de la surface maximale hivernale dans la série de mesures par satellite qui a débuté en 1979. La surface est légèrement plus petite que le record minimal précédent de 14,54 mio de km2 mesurés l’année passée. Les 13 étendues les plus petites de la surface maximale ont été mesurées les 13 dernières années.

Ce nouveau record fait suite à des températures élevées en décembre, janvier et février autour de la terre et dans l’Arctique. La chaleur de l’atmosphère a probablement contribué à cette faible extension maximale, en raison de températures qui étaient de 6° C environ plus élevées que la norme le long de la bordure de la banquise où la glace est fine, indique Walt Meier, spécialiste de la banquise au Centre Goddard de la NASA au Maryland.  Les vents dans l’Arctique ont été également défavorables à la formation de glace parce qu’ils ont amené de l’air chaud du sud qui a empêché la formation de la glace. Mais finalement, ajoute Walt Meier, ce qui jouera le plus grand rôle dans le futur sur l’extension maximale de la banquise sera le réchauffement des eaux de l’océan.

Commentaires (1)

  1. Egon, 05.04.2016, 14:32

    Merci pour votre très bon post.

    Maintenant on sait aussi que la surface de la banquise (par de glace de mer) augmente depuis une trentaine années dans l'Antarctique.
    Il n'y a actuellement pas d'hypothèse pour expliquer cette différence d'avec la banquise arctique.