Contenu

L'anomalie anticyclonique

27 décembre 2016, 7 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

L'anticyclone qui "sévit" actuellement en Europe constitue une anomalie pour cette période de l'année. L'image ci-dessous montre que le modèle de prévision à moyenne échéance du centre Européen (dont la Suisse fait partie) considère que cette anomalie est importante en regard de la climatologie du modèle des 20 dernières années. L'anomalie anticyclonique est figurée en rouge et porte sur la semaine du 26 décembre au 1er janvier.

Les trois derniers hivers ont vu la période de Noël largement dominée par des anticyclones massifs et étendus. L'image ci-dessus, nous montrant que ceci constitue une anomalie pour les 20 dernières années, ne sera plus aussi tranchée à l'avenir si ce phénomène devait se répéter de manière systématique. Cela pourrait bien être le cas, dans la mesure où les modèles de prévision climatique montrent que les hivers tendent à commencer plus tard et à finir plus tôt. Ces dernières années, l'irruption de l'hiver est survenue en général fin décembre ou début janvier. Qu'en sera-t-il cette année ?

Perspectives pour la semaine du 2 au 8 janvier

L'illustration ci-dessous montre que la plupart des membres des prévisions d'ensemble du centre européen (51 membres) prévoient que l'anomalie anticyclonique se déplacera sur l'Atlantique durant la semaine du 2 au 8 janvier 2017. Sur la Suisse en revanche, le régime sera vraisemblablement dépressionnaire.

Ceci ne constitue qu'une demi bonne nouvelle pour les amateurs de neige. En effet, la présence d'un puissant anticyclone sur l'Atlantique signifie la descente sur son flanc oriental d'un courant très froid originaire du bouclier scandinave. Or un tel courant n'est pas favorable à d'importantes chutes de neige, et ceci pour 2 raisons :

1. de l'air très froid ne peut contenir que peu d'eau sous forme de vapeur en raison de la faible énergie cinétique de ses molécules.

2. la trajectoire d'une telle masse d'air se fait essentiellement sur les terres (Scandinavie, îles britlanniques, Allemagne). Certes, la masse d'air survole également la mer du Nord et la mer de Norvège, mais leur eaux très froides sont loin de garantir une humidité suffiante.

C'est donc plutôt à un afflux d'air froid mais relativement sec auquel il faut s'attendre durant cette période, même si l'arrivée de l'air polaire se traduira forcément par le passage d'une perturbation et des chutes de neige.

Les deux illustrations ci-dessous montrent la configuration des courants vers 1500 m tels que prévu par le modèle européen à haute résolution pour les 2 et 3 janvier 2017 à 12 UTC.

Les quantités de neige attendues par le modèle européen opérationnel, si tout se passe tel que prévu par lui, devraient être comprises entre 10 et 30 cm en 72 heures (du 2 au 4 janvier), les versants nord des Alpes étant les mieux servis.

A une échéance aussi lointaine, ne perdons pas de vue cependant qu'il s'agit-là un scénario parmi d'autres. Si l'on prend par exemple la médiane des 51 membres (50 % des membres de l'ensemble donnent moins de neige et 50 % donnent davantage de neige), on obtient les quantités ci-dessous :

On voit donc que le modèle opérationnel fait partie des scénarii "optimistes" quant aux quantités de neige à attendre.

On peut également considérer la question en termes de probabilité, et se demander quelle est la probabilité d'avoir, disons 15 cm de neige, lors de cet événement. La carte ci-dessous nous donne un élément de réponse.

Bref, en un mot comme en cent, une irruption hivernal semble se profiler autour des 2 ou 3 janvier. Elle devrait se traduire par une baisse significative des températures, mais les quantités de précipitations - donc de neige - à en attendre ne seront probablement pas très conséquentes.

Cette prévision étant encore assez lointaine, les scénarii peuvent évidemment changer d'ici là, mais voici ce qu'on pouvait en dire aujourd'hui 27 décembre. Affaire à suivre donc...

Commentaires (7)

  1. Catherine, 29.12.2016, 12:45

    Bonjour,

    Il y a-t-il une explication sur les raisons de cet anticyclone si fort et si durable ?
    Pourquoi une telle situation ?

    Merci pour votre réponse.

    1. MétéoSuisse, 29.12.2016, 14:23

      Concernant la persistance des situations anticycloniques (dont celle actuelle), il semblerait que l'amplitude des ondes de Rossby (couloirs dépressionnaires et crêtes anticycloniques) se soient accentuées ces dernières années, donnant plus fréquemment des situations bloquantes (plus l'amplitude est grande, plus le déplacement des ondes vers l'est est lent). De ce fait, les longues périodes sèches altèrnent plus fréquemment avec de longues périodes pluvieuses.
      En ce qui concerne la puissance de l'anticyclone, nous vous renvoyons au blog du 28 décembre 2017.

  2. Jean-Luc, 29.12.2016, 08:54

    Merci beaucoup pour ces explications très intéressantes!

  3. Bonvin Marc, 27.12.2016, 17:07

    Première remarque: merci beaucoup pour cet article riche en informations et également facilement compréhensible pour des non-météorologues - comme pour beaucoup d'autres articles, d'ailleurs.

    Deuxième remarque:
    Citation: "[L'anomalie anticyclonique] ne sera plus aussi tranchée à l'avenir si ce phénomène devait se répéter de manière systématique. Cela pourrait bien être le cas, dans la mesure où les modèles de prévision climatique montrent que les hivers tendent à commencer plus tard et à finir plus tôt"
    N'est-ce pas aller un peu vite en besogne...? Au cours de ce mois de décembre, le jet-stream a presque toujours effectué une vague de forme oméga, l'Europe se trouvant "sous" la vague, donc à l'écart de l'air froid et humide. Donc (presque) la même situation qu'en février 1999, mais à l'inverse: le jet-stream formait également une vague oméga, seulement l'Europe se trouvait alors au "creux" de cette même vague, avec les chutes de neige répétées et les avalanches que l'on sait. Rien de franchement nouveau donc...

    Il n'est pas rare de voir une série d'hivers relativement semblables. Avec un mois de décembre doux et ultra-sec et une arrivée probable des premières chutes de neige début janvier, l'hiver actuel ressemble étonnamment à l'hiver passé. Des "séries" d'hivers similaires ne sont rien de nouveau. Tout récemment, les hivers 2011/12 et 2012/13 étaient eux aussi presque identiques: neige abondante dans les Alpes dès début décembre (à chaque fois le double de la moyenne mensuelle), foehn et redoux à Noël, et un épisode froid en février (on se souvient surtout de février 2012...). La neige est également arrivée tôt lors des hivers 2008, 2009 et 2010, ces deux derniers hivers ayant également été plus rigoureux que la moyenne. Suite aux hivers 2008, 2009, 2010, 2012 et 2013 donc, personne ne prétendait que de tels hivers allaient devenir la norme... Attendons encore un petit peu de voir si les prochains hivers ressembleront aux 2-3 hivers précédents avant d'y voir des tendances.

    1. MétéoSuisse, 29.12.2016, 10:07

      Statistiquement, les hivers typiques dans les Alpes se déroulent de la manière suivante :
      - dès le 29 novembre : début de l’hiver, retardé dans l‘est au 2 déc. à cause du foehn
      - 02 - 10 décembre : situation d'ouest, souvent tempétueuse ; refroidissement généralisé. Précipitations importantes.
      - 12 - 24 décembre : situation anticyclonique avec inversion.
      - 25 déc. - 19 janvier : situation d'ouest à nord,avec des préciptiations importantes au nord des Alpes et un temps sec au sud. Nouveau maximum de tempêtes d'ouest.

      Par conséquent, le fait que la période comprise entre le 25 décembre et début janvier soit désormais régulièrement anticyclonique (prolongement de la période du 12 au 24 décembre) peut effectivement être considérée comme une anomalie.

  4. René Rappaz, 27.12.2016, 14:53

    Bonjour et merci pour les différents scénaris dignes d'un film à suspense! Est-ce que la presion atmosphérique de ce jour est-elle la plus élevée de l'année 2016? Nous sommes dans le 38ème jour de sécheresse, depuis le 19 novembre. A quand remonte une durée aussi longue dans les statistiques de Météosuisse. A Vérossaz, du 27 octobre au 2 décembre 2011, nous avons vécu 36 jours consécutifs sans précipitations!
    Encore merci pour vos super explications, avec mes salutations.

    1. MétéoSuisse, 29.12.2016, 09:57

      Des indications concernant le nombre de jours sans pluie peuvent être trouvées ici : http://www.meteosuisse.admin.ch/home/climat/actuel/indicateurs-de-climat.html?filters=CDD_1961-today_MAM . Les record de pression enregistrés ces jours-ci ont fait l'objet du blog du 28 décembre 2017.