Trombe lacustre

6 septembre 2015, 1 Commentaire
Thèmes: Météo

Une Trombe a été observée sur le lac de Zürich ce samedi 5 septembre vers 09h30.

Affichage aggrandi:

Ce phénomène est toujours spectaculaire et sympa à observer, mais ne doit pas être confondu avec une tornade ou même avec un cyclone qui eux sont bien plus dangereux. Il s'en forme en moyenne une tous les deux ans sur nos lacs, le plus souvent en cette période de l'année.

Conditions requises pour la formation de trombes

Des conditions atmosphériques bien particulières favorisent la formation de trombes. En Suisse, elles se forment le plus souvent en été lorsque de l'air polaire maritime vient se positionner au-dessus des Alpes. Elles durent entre 2 et 20 minutes et se déplacent à une vitesse de 15 à 25 km/h.

 

Voici les principaux ingrédients, nécessaires pour déclencher ce phénomène:

1. Une eau de surface relativement chaude (souvent supérieure à 20 °C)
2. Une masse d'air relativement froide au-dessus du plan d'eau (températures à 1500m ~ 5-10 °C, à 3000m ~ 0 °C)
3. Des vents (cisaillement) en altitude et dans les basses couches relativement faibles.
4. Une masse d'air humide avec des bases de cumulus relativement basses de l'ordre de 700-1000m d'altitude.
5. Beaucoup d'instabilité dans la portion inférieure de la masse d'air (entre le sol et 3000m)
6. La présence d'un tourbillonnement horizontal ou vertical préalable.

 

Avec des conditions en place telles que celles décrites ci-dessus, il peut alors s'amorcer une mince rotation à la surface de l'eau. Celle-ci peut provenir d'une rencontre de courant d'air de directions opposées au-dessus du lac causée par les courants descendants d'averses se trouvant à proximité. Parfois, la source de la rotation peut également provenir des fronts de brises ou autres courants de basses couches qui rentrent en conflit. Pour les trombes, cette rotation initiale est souvent déjà orientée à la verticale mais dans certains cas, elle peut débuter horizontalement avant d'être basculé à 90 degrés. Ensuite, la rotation à la surface de l'eau devient de plus en plus visible et un anneau d'éclume d'eau se forme. Evoluant dans une masse d'air instable, cet anneau s'étire verticalement au fil des minutes et peut alors rejoindre la basse du cumulus ou cumulonimbus. En se déplaçant, la trombe laisse souvent derrière elle un "wake" ou sillage, tel que ferait un bateau. Peu à peu, la trombe se dissipe lorsque le courant d'air chaud aspiré vers son centre s'affaiblit. Sa dissipation est quasi-certaine lorsqu'elle atteint la terre ferme, étant privée de sa source d'énergie principale, l'air chaud au-dessus du lac.

05 août 2006 / Lionel Peyraud

Commentaires (1)

  1. natalie favre, Territet, 08.09.2015, 23:55

    Bonjour à toute l'équipe et merci de permettre à vos lecteurs/-trices de commenter vos blogs !
    Il me semble avoir vu deux petites colonnes verticales d'eau à l'arrivée de Lothar, sur le Léman, au front de la tempête. Etait-ce alors plutôt de véritables tornades, vu les conditions météo régnant ce 26 décembre 1999?
    Merci de votre réponse et meilleures salutations
    ____n. favre, Territet