Contenu

Intempéries d’août 2005 - L’évaluation climatologique 10 ans après

Les pluies les plus intenses de l’épisode d’intempéries d‘août 2005 se sont déroulées sur deux jours. La somme de précipitations tombées les 21 et 22 août constitue toujours un record sur deux jours dans les annales de 22 stations de mesures depuis plus de 100 ans. Ces valeurs record se situent en partie nettement au-dessus des sommes mesurées sur 2 jours. La somme la plus élevée pour des précipitations sur 2 jours a été enregistrée à Weesen/SG avec 270.2 mm. Le record précédent, sur une période qui remonte à 1888, datait de juin 1959 avec 220.9 mm. Cet évènement a constitué un record particulièrement dans les régions de de l’Emmental, de l’Entlebuch, en partie aussi dans les Alpes bernoises ainsi qu’en Suisse centrale et jusqu’au Liechtenstein.

Quelle fréquence ce type d’évènement peut-il avoir ?

Aujourd’hui, en raison du développement des méthodes, l’estimation statistique de cet évènement est tout autre qu’il y a dix ans. Habituellement, cette analyse repose sur la nature annuelle d’un évènement, cela signifie que l’on considère la période moyenne de retour d’un évènement sur un long laps de temps.

Les analyses de l’époque, juste après l’épisode pluvieux, proposaient des estimations annuelles autour de 300 ans pour qu’il tombe 190.2 mm de pluie à Engelberg et plus de 1000 ans pour 205 mm à Meiringen. A la lumière de pareilles estimations statistiques, toujours accompagnées d’incertitudes, il en résultait la conclusion sommaire que la possibilité d’avoir de telles pluies en août à Meiringen se situait au-dela de 500 ans et plus de 100 ans pour Engelberg. Ainsi, le cas de Meiringen a été classé dans les extrêmes et celui de Engelberg dans les cas typiques pour le versant nord des Alpes. Au total, une période de retour de 100 ans ou plus a été attribué à 20 stations de mesures. Pour 8 stations, la période de retour a été fixée entre 50 et 100 ans.

Avec l’évolution des méthodes, aujourd’hui la période de retour, pour une somme de précipitations sur deux jours, serait de plus de 100 ans pour Engelberg comme Meiringen. Cette évaluation est valable pour 13 stations se situant le long du versant nord des Alpes. De même, 13 stations ont une période de retour de 50 à 100 ans. Ainsi, à la lumière des méthodes d’analyses actuelles, l’évènement d’août 2005, du point de vue de son intensité, pourrait être encore plus fréquent que ce qui avait été calculé à l’époque.