Une perturbation entre 2 anticyclones

22 mai 2020, 15 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

1024 hPa vendredi, 1025 hPa samedi, 1031 hPa dimanche et pourtant MétéoSuisse annonce de la pluie ! En fait, la hausse de la pression s’accompagne d’un important changement de masse d’air matérialisé par le passage d’un front froid.

Evolution prévue de la pression atmosphérique à Payerne entre vendredi 22 mai et lundi 25 mai.
Evolution prévue de la pression atmosphérique à Payerne entre vendredi 22 mai et lundi 25 mai.

Un samedi perturbé

L’anticyclone qui a donné plusieurs journées ensoleillées s’éloigne vers le nord-est de l’Europe. Un autre anticyclone en provenance des Açores va se diriger vers les Alpes et déterminera le temps dans nos régions à partir de dimanche. Entre ces deux anticyclones, un front froid se glissera et provoquera de bonnes précipitations, malgré des pressions atmosphériques élevées.

D’une manière générale, il est attendu entre 10 et 20 mm de précipitations. En raison du caractère parfois orageux des pluies, les sommes pourront localement atteindre 30 mm, notamment le long des Préalpes.

De l’agitation

Avec l’arrivée du front froid, les régions situées au pied du Jura, de Genève à Aarau verront très probablement un fort coup de vent sous forme de joran. Des rafales jusqu’à 70-90 km/h seront possibles. Ce coup de vent sera assez bref. De fortes rafales seront également possibles dans la plaine du Chablais, lorsque l’air froid s’engouffrera dans la vallée du Rhône.

Affichage aggrandi: Figure 2. Rafales maximales prévues par le modèle COSMO-E samedi 23 mai entre 11h00 et 14h00. Sur le pied sud du Jura, les couleurs montrent un phénomène typique de joran avec des rafales généralement entre 35 et 45 nœuds (entre 65 et 83 km/h) et très ponctuellement au-dessus de 45 nœuds.
Figure 2. Rafales maximales prévues par le modèle COSMO-E samedi 23 mai entre 11h00 et 14h00. Sur le pied sud du Jura, les couleurs montrent un phénomène typique de joran avec des rafales généralement entre 35 et 45 nœuds (entre 65 et 83 km/h) et très ponctuellement au-dessus de 45 nœuds.

Une baisse marquée des températures

A l’avant du front froid, la masse d’air est chaude au-dessus de la Suisse avec des températures de l’ordre de 15 °C à 850 hPa (Figure 3), soit vers 1500 mètres en air libre. En plaine, la journée de vendredi sera encore pleinement estivale avec des valeurs supérieures à 25 °C. Samedi, les températures les plus élevées seront atteintes juste avant l’arrivée de la perturbation, c’est-à-dire en fin de matinée. A l’arrière du front, les températures chuteront brusquement et les valeurs les plus basses seront observées en fin de journée. La nuit de samedi à dimanche sera fraîche avec des valeurs minimales autour de 6 °C en plaine. Dimanche, même si la masse d’air sera qualifiée de polaire avec 5 °C à 850 hPa, le soleil de fin mai permettra un bon réchauffement diurne et les températures pourront tout de même atteindre 20 °C sur le Plateau.

Affichage aggrandi: Figure 3. Température à 850 hPa (vers 1500 m) au-dessus de Genève. La chute des températures pendant la journée du samedi 23 mai est bien visible, passant de 15 °C à près de 3 °C. Ensuite, les températures remonteront graduellement.
Figure 3. Température à 850 hPa (vers 1500 m) au-dessus de Genève. La chute des températures pendant la journée du samedi 23 mai est bien visible, passant de 15 °C à près de 3 °C. Ensuite, les températures remonteront graduellement.

Beaucoup de soleil depuis le début de l’année

Malgré une journée de samedi qui sera globalement peu ensoleillée, le soleil reviendra en force à partir de dimanche et probablement jusqu’à la fin du mois. Depuis le début de l’année, le soleil a été très présent. En effet, les quatre sites de mesures disposant de séries depuis plus de 100 ans montrent des sommes d’ensoleillement tout à fait inhabituelles depuis le début de l’année.

A Bâle, la durée d'ensoleillement entre janvier et le 21 mai est record. Depuis le début de l’année, le soleil a brillé pendant 844 heures. Comme le record d’ensoleillement de janvier à mai est de 857 heures en 2011, les heures d’ensoleillement prévues jusqu’à la fin du mois vont largement suffire pour dépasser cette somme.

A Berne, la 3ème place est déjà une certitude. La durée d'ensoleillement de janvier à mai dépassera 900 heures. Les rangs 2 et 1 sont nettement plus élevés avec 961 heures d'ensoleillement en 2011 et 975 heures en 1893. Mais il n’est pas exclu que la somme d’ensoleillement atteinte en 2011 soit dépassée d’ici la fin du mois.

A Genève et à Zurich, le troisième meilleur ensoleillement depuis le début des mesures sera tout à fait possible.  

Affichage aggrandi: Figure 4. Ensoleillement de janvier à mai à Bâle entre 1886 et 2020. La norme 1981-2010 est de 591 heures (ligne verte). La ligne rouge montre la moyenne glissante sur 30 ans.
Figure 4. Ensoleillement de janvier à mai à Bâle entre 1886 et 2020. La norme 1981-2010 est de 591 heures (ligne verte). La ligne rouge montre la moyenne glissante sur 30 ans.

Commentaires (15)

  1. Phil sei, 23.05.2020, 07:57

    Bonjour et merci pour la qualité de votre blog et des vos précisions. J’y apprécie également vos pointes d’humour qui s’y glissent.

    Une question, peut-être bien naïve : pensez-vous que la diminution des traînées de condensations des avions depuis plusieurs semaines a une action sur les météos locales? J’imaginais que la réflexion des rayons solaires qu’elles produisent d’habitude aient aussi une action non négligeable sur la « normalité » des conditions météos que nous connaissons d’habitude.

    Un très bon week-end à tous

    Réponses

    Répondre à Phil sei

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 25.05.2020, 09:10

      Bonjour, selon le GIEC, les traînées de condensation ont un très faible impact sur la température moyenne globale de l'atmosphère. Cet impact se traduit par une très faible hausse la température, car les cirrus formés par ces traînées laissent passer les rayons du Soleil mais retiennent une petite partie des rayons infrarouges émis par la Terre. Nous pouvons imaginer que régionalement, nous pourrions observer une très faible baisse des températures dans une situation qui serait habituellement favorable à la formation de traînées de condensation. Mais dans votre vie de tous les jours, vous ne pourrez pas remarquer de différence.

  2. Baptiste Carron, 22.05.2020, 23:56

    Bonjour,

    Sauriez-vous pourquoi les images radar du vent sont exprimée en nœuds et non en km/h?

    C'est étonnant que ce ne soit pas normalisé.

    Bonne journée.

    Réponses

    Répondre à Baptiste Carron

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 25.05.2020, 07:32

      Bonjour, Pour l’ensoleillement mesuré depuis plus de 100 ans à Bâle, Zurich, Berne et Genève depuis, il s’agit de données homogénéisées. Cela veut dire qu’on tient compte des capteurs actuels, mais aussi de l’emplacement actuel du site de mesures. Les données de brutes sont disponibles dans la base de données, mais elles ne sont pas utilisées pour faire des comparaisons sur de longues périodes.

    2. MétéoSuisse, 25.05.2020, 09:05

      Bonjour, les cartes de modèles sont essentiellement utilisées à l’interne. Pour les météorologues, cela ne posent pas de problèmes de jongler entre les nœuds et les km/h, voire les m/s. En revanche, il y a des mesures de vent et des cartes d’animation de vent sur notre site internet ou sur notre App avec une échelle en km/h.

  3. Claude Guignard, 22.05.2020, 22:05

    Comme souvent je ne suis guère convaincu par votre prévision de "bonnes précipitations". Je doute que dans l'ouest de la Suisse et plus particulièrement dans la région genevoise on atteigne 10 à 20 mm. Un front pluvieux traversera certes le pays dans la journée mais sera rapidement suivi d'éclaircie. Et pourtant de la pluie serait nécessaire. La bise a desséché la surface des sols qui sont devenus durs. Et comme la bise va reprendre...

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  4. Florian Hermanjat, 22.05.2020, 16:30

    Bonsoir, j'ai une timide question à vous: qu'en pensez vous d'une probabilité de grêle pendant cette chute thermique assez négative.
    Merci pour votre bonne peine.

    Réponses

    Répondre à Florian Hermanjat

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 25.05.2020, 08:53

      La probabilité de grêle n’était pas exclue en raison de l’activité orageuse prévue. Cependant, elle n’était pas considérée comme importante, sinon des avis pour orages violents possibles auraient été émis. Finalement, un peu de grêle est tombée entre Bienne et Aarau, notamment du côté du Jura soleurois.

  5. oui bonjour c est batfluch, 22.05.2020, 15:59

    Bonjour, je peux vous dire que c est trois fois rien, c est samedi après midi seulement, et ca repart pour une semaine anticyclonique ensoleillé et chaude, avec un ou deux orages isolés en soirée, c est classique en été, seulement on a un mois d'avance

    Réponses

    Répondre à oui bonjour c est batfluch

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  6. Ch. Logoz, 22.05.2020, 15:56

    Bonjour,
    Est-il fréquent qu'il pleuve, avec une pression atmosphérique comprise entre 1025 et 1030 hPa, comme vous l'annoncez pour demain samedi ? Comment un front froid arrive-il à s'y glisser ?

    Réponses

    Répondre à Ch. Logoz

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 25.05.2020, 08:32

      Bonjour, En saison froide, un front froid arrivant dans des pressions aussi élevées aurait été moins actif. En saison chaude, des précipitations convectives peuvent renforcer l’activité du front, notamment lorsqu’il y a un important changement de masse d’air. Comme tout ne se passe pas seulement au niveau de la mer, il faut aussi regarder ce qui se passe en altitude, notamment vers 500 hPa (vers 5500 mètres). S’il y a un anticyclone au sol avec un talweg (couloir dépressionnaire) en altitude, il peut y avoir des précipitations. Nous pouvons aussi connaître des journées ensoleillées avec des pressions atmosphériques inférieures à 1000 hPa. Mais cette journée ensoleillée s’intègrera plutôt dans une séquence perturbée. Avec des pressions élevées, une perturbation interrompra plutôt brièvement une séquence ensoleillée.

  7. Pascal_fr_39, 22.05.2020, 15:06

    En termes d'ensoleillement, vous comparez les mesures actuelles faîtes avec des capteurs automatiques et très précis avec l'année 1893 où les mesures étaient très différentes. Existe-t-il un modèle qui permette de rendre ces mesures équivalentes avec celles effectuées de nos jours ou bien exploitez-vous les données brutes?
    En vous remerciant par avance de votre attention.

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 25.05.2020, 07:33

      Bonjour, Pour l’ensoleillement mesuré depuis plus de 100 ans à Bâle, Zurich, Berne et Genève depuis, il s’agit de données homogénéisées. Cela veut dire qu’on tient compte des capteurs actuels, mais aussi de l’emplacement actuel du site de mesures. Les données de brutes sont disponibles dans la base de données, mais elles ne sont pas utilisées pour faire des comparaisons sur de longues périodes.

  8. Lucas, 22.05.2020, 14:11

    Bonjour, ces derniers jours les températures autour du Léman ont été particulièrement élevées sur des régions qui sont généralement rafraîchies par le lac (Lausanne-Vevey) d'ailleurs ici à Saint-Légier-La Chiésaz le mercure est monté en fin d'après-midi très rapidement jusqu'à 28.7° avec une humidité qui a chuté très bas ~18-20% et un vent qui s'est renforcé soudainement. Est-ce possible que la bise ait provoqué un léger effet de foehn en passant sur les montagnes environnantes de la Riviera?

    Réponses

    Répondre à Lucas

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 22.05.2020, 14:24

      Entre Lausanne et Vevey, la bise est un vent de terre. En descendant du Plateau fribourgeois un peu plus élevé en altitude, il y a effectivement un réchauffement par compression (1° de réchauffement par 100 mètres). Par exemple, jeudi il a fait 25 °C à Fribourg et 27 °C à Vevey, ainsi qu’à Pully, 200 mètres plus bas. Lorsque le vent vient du lac, ce qui est généralement le cas la journée lorsque la bise ne souffle pas, la région est rafraîchie par le lac.