Un mois de mars anticyclonique

30 mars 2020, 13 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Le temps en mars a été caractérisé par des conditions globalement anticycloniques. En raison de l’emplacement différent des zones de haute pression, de l’air maritime doux a d’abord afflué vers la Suisse sur une longue période, puis c’est de l’air continental très froid qui a pris le relais. En moyenne nationale, la température en mars a dépassé la norme 1981-2010 de 0,8 °C. Les quantités de précipitations sont souvent restées en dessous de la normale. L’ensoleillement a été supérieur à la norme en de nombreux endroits, mais il est régionalement resté un peu inférieur à la norme au Sud des Alpes.

Ciel bleu profond dans l’air froid et sec entraîné par la bise. Toggenburg, 24 mars 2020. Photo : Markus Kägi.
Ciel bleu profond dans l’air froid et sec entraîné par la bise. Toggenburg, 24 mars 2020. Photo : Markus Kägi.

Changement fréquent de temps

Au cours des dix premiers jours de mars, le temps a alterné entre zones dépressionnaires et anticycloniques selon un cycle de 2 jours. Il y a eu des précipitations presque tous les jours dans de nombreuses régions de Suisse. Entre le 2 et le 3 mars, le long du versant sud des Alpes, il a neigé jusque dans les fonds de vallée. Il est tombé entre 5 et 10 cm de neige fraîche en dessous de 500 mètres, 10 à 20 cm entre 500 et 900 mètres, 20 à 40 cm au-dessus de 900 mètres et même jusqu’à 50 cm sur le Sud des Grisons. Au Tessin, cet événement a mis fin à une période sèche de 70 jours, au cours de laquelle moins de 10 mm de précipitations avaient été relevées à Lugano et Locarno-Monti.

Sur les versants nord des Alpes, il est tombé entre 10 et 35 cm de neige fraîche du 2 au 3 mars. La limite des chutes de neige est restée au-dessus de 1000 mètres.

Air atlantique doux

Du 11 au 20 mars, des zones anticycloniques se sont étendues de l’Atlantique à l’Europe et ont déterminé le temps. Des courants d’ouest à sud-ouest ont apporté de l’air doux en direction de la Suisse.

Au cours de la première advection d’air très doux des 11 et 12 mars, la température moyenne journalière a été de 5 à 7 °C, localement 8 à 10 °C au-dessus de la norme 1981-2010. Au cours de la deuxième période particulièrement douce du 16 au 20 mars avec un ensoleillement abondant partout, la température moyenne journalière a été de 4 à 7 °C, localement jusqu’à 8°C au-dessus de la normale.

Bise froide

Le 21 mars, un puissant anticyclone s’est installé au-dessus de la Scandinavie. Dans les jours qui ont suivi, il s’est lentement déplacé vers le sud-est. Sur son flanc sud, de l’air continental froid s’est dirigé vers la Suisse. La température moyenne journalière a baissé et s’est retrouvée entre 3 et 5 °C, localement entre 5 et 7 °C au-dessous de la norme 1981-2010.

Refroidissement le plus important du semestre d’hiver

En Suisse, la température moyenne journalière relevée au cours de la dernière décade de mars n’avait jamais connu des valeurs autant inférieures à la normale de tout le semestre d’hiver 2019/2020. Le refroidissement a été particulièrement marqué au Sud des Alpes (Figure 2). Il y a eu plusieurs nuits avec des gelées sur les régions de plaine des deux côtés des Alpes. La température à 2 mètres de hauteur s’est localement abaissée jusque vers -3 à -6 °C. Directement au-dessus sol, les valeurs ont souvent atteint -7 à -10 °C.

Affichage aggrandi: Figure 1. Ecart à la norme 1981-2010 de la température moyenne journalière pendant le semestre d’hiver 2019/2020 sur le Plateau.
Figure 1. Ecart à la norme 1981-2010 de la température moyenne journalière pendant le semestre d’hiver 2019/2020 sur le Plateau.

Froid le plus intense de l’hiver au Sud

A Cimetta au-dessus de de Locarno et sur le Monte Generoso, la température moyenne journalière la plus basse du semestre d’hiver a été relevée. Le 25 mars, Cimetta a mesuré une valeur de -7,2 °C et le Monte Generoso une valeur de -6,7 °C. Durant les autres mois du semestre d’hiver 2019/2020, la température moyenne journalière n’était jamais descendue en dessous de -5 °C.

Semestre d’hiver extrêmement doux

Avec le mois de mars s’achève le semestre d’hiver (qui a débuté en octobre). Il a été extrêmement doux. Avec une moyenne nationale de 2,3 °C, le semestre d'hiver 2019/2020 a été le deuxième plus doux depuis le début des mesures en 1864. Seul le semestre d'hiver 2006/2007 avait été un peu plus doux avec une moyenne nationale de 2,6 °C. La moyenne nationale de tous les autres semestres d'hiver est restée inférieure à 2,0 °C, et même inférieure à 1,0 °C avant 1989.

Affichage aggrandi: Figure 3. Température moyenne du semestre d’hiver en Suisse depuis le début des mesures en 1864. En vert, la norme 1981-2010 qui est de 0,3 °C. En rouge, la moyenne 1871-1900 (préindustrielle) et celle de 1991-2020. Le réchauffement est de 2 °C.
Figure 3. Température moyenne du semestre d’hiver en Suisse depuis le début des mesures en 1864. En vert, la norme 1981-2010 qui est de 0,3 °C. En rouge, la moyenne 1871-1900 (préindustrielle) et celle de 1991-2020. Le réchauffement est de 2 °C.

Sur la partie centrale des versants nord des Alpes, d’Altdorf à Lucerne en passant par Meiringen, ainsi qu’à Château-d’Oex et à Genève-Cointrin, la température du semestre d’hiver 2019/2020 a atteint un record. A Château-d’Oex, ce semestre d’hiver a été 0,5 °C plus doux que le précédent. A Meiringen, il a été 0,4 °C plus doux que le précédent. Le tableau suivant montre les sites de mesures record mentionnés ci-dessus avec les 5 semestres d’hiver les plus doux.

Affichage aggrandi: Tableau 1. Sites de mesures avec un semestre d’hiver record (état au 28.03.2020).
Tableau 1. Sites de mesures avec un semestre d’hiver record (état au 28.03.2020).

Très doux également au Sud des Alpes

Au Sud des Alpes, le semestre d'hiver 2019/2020 est, avec environ 8,5°C, l'un des cinq plus doux depuis le début des mesures en 1864 (Tableau 2). Seuls les 5 semestres d'hiver les plus doux ont donné lieu à une température supérieure à 8 °C. Ils se trouvent tous au 21ème siècle.

Affichage aggrandi: Tableau 2. Température du semestre d’hiver à Lugano et à Locarno-Monti (état au 28.03.2020).
Tableau 2. Température du semestre d’hiver à Lugano et à Locarno-Monti (état au 28.03.2020).

Végétation printanière très précoce

La floraison des noisetiers est presque terminée en mars. Ce n'est qu’au-dessus de 1200 mètres que l'on a pu observer des noisetiers en fleur. Finalement, le noisetier a fleuri 31 jours plus tôt que la moyenne de la période 1981-2010. Le pas-d’âne a commencé à fleurir dès le début du mois de février. En mars, il a fleuri de la plaine jusqu'à une altitude de 1500 mètres. D’une manière générale, le pas-d’âne a fleuri 18 jours plus tôt que la moyenne. L'anémone des bois a également fleuri 20 jours plus tôt que la moyenne. Les premières anémones des bois ont fleuri à partir du 20 février. En mars, elles ont fleuri dans toute la Suisse. L’observation la plus élevée est venue de Leysin (1250 m), où l'anémone a fleuri le 17 mars, soit 37 jours plus tôt que la moyenne des séries d'observations de la station.

Certaines stations ont déjà signalé la floraison du pissenlit et de la cardamine des prés, ainsi que le déploiement des feuilles du noisetier. Toutes ces observations sont très précoces pour le Nord des Alpes avec près de 3 semaines d'avance. Pour le Tessin, elles sont également précoces à très précoces, mais avec une avance légèrement plus faible que la moyenne.

Au Tessin et dans le nord-ouest de la Suisse, les premiers cerisiers ont commencé à fleurir le 19 mars. Au Tessin, la floraison des poiriers, le déploiement des aiguilles du mélèze et le déploiement des feuilles du sorbier des oiseleurs ont été observés. Le développement très précoce des arbres fruitiers les rend sensibles aux gelées nocturnes, qui se sont produites du 23 au 27 mars. Plus les bourgeons sont développés, moins ils sont résistants au gel. Lorsque les bourgeons sont gonflés mais verts et encore fermés, ils peuvent supporter des températures allant jusqu'à -4 °C. Lorsque les boutons sont ouverts, une température jusqu’à -2°C peut être supportée pendant une courte période.

La période froide de la dernière décade de mars a quelque peu ralenti le développement de la végétation.

Le bulletin définitif de mars 2020 sera disponible à partir du 9 avril 2020 dans la rubrique rapports climatiques.

Commentaires (13)

  1. Noël, 19.05.2020, 15:04

    Bonjour , malgré cet hiver très doux , est-ce que ca serait possible d'avoir l'hiver prochain très froid malgré le réchauffement climatique ?

    Réponses

    Répondre à Noël

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 19.05.2020, 15:35

      Bonjour, il est encore bien trop tôt pour prévoir comment sera l’hiver prochain. Malgré le réchauffement climatique, des hivers plus froids que la norme 1961-1990 seront toujours possibles, comme lors de l’hiver 2012/2013.

  2. GR, 02.04.2020, 23:04

    Bonjour, est-ce que vous savez si nous aurons un été orageux comme 2018?

    Réponses

    Répondre à GR

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 03.04.2020, 10:26

      Bonjour, il n'est pas encore possible d'émettre de tendance pour l'été à venir. Les prévisions saisonnière des modèles disponibles pour le début de l'été n'indiquent pas de tendance clair en terme de température et de précipitations.

  3. Bienvenu, Michel, 31.03.2020, 13:52

    Merci pour ces infos détaillées. Ma question a à voir avec l’ozone. Pourquoi en ces temps en a t’il tellement relativement aux polluants NO2 et microparticules ?

    Réponses

    Répondre à Bienvenu, Michel

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 31.03.2020, 15:10

      L’ozone a tendance à augmenter lorsque les conditions sont ensoleillées pendant plusieurs jours à la suite. Cela a été le cas depuis la mi-mars. L’arrivée de la bise le 30 mars a permis d’améliorer la qualité de l’air comme le montrent par exemple les mesures du canton de Genève.
      https://www.ge.ch/connaitre-qualite-air-geneve/qualite-air-10-derniers-jours
      L’ozone au sol se forme en raison de conditions aussi bien naturelles qu’humaines. Si les PM10 ont été élevées le week-end dernier, c’est aussi en raison de la présence de sable du Sahara présent dans l’atmosphère. Enfin, le dioxyde d’azote (NO2) est principalement formé par l’activité humaine (moteurs à combustion et activités industrielles). Sans le confinement et la réduction du trafic routier, la qualité de l’air aurait pu être plus dégradée.

  4. Christiane Roh, 31.03.2020, 09:45

    Bonjour,

    Pourquoi prêtez vous moins d’attention au Valais ? Avant le communiqué contenait toujours un diagramme des températures de Sion ? Et d’une demi-douzaine d‘autres lieux de mesures. Je suis frustrée de ne plus les trouver.
    Dommage d’oublier le Valais qui est de moins en moins présent dans vos commentaires.

    Réponses

    Répondre à Christiane Roh

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 31.03.2020, 11:12

      Dans le bulletin climatologique définitif que l’on trouve sur notre site internet en format PDF, il y a un tableau où 8 stations sont listées, dont Genève et Sion pour la Suisse romande. Plus loin dans le bulletin, il y a l’évolution météorologique du mois sous forme de graphiques. Ici aussi figurent les mesures de Genève et Sion.
      https://www.meteosuisse.admin.ch/home/climat/climat-de-la-suisse/rapports-climatiques.html
      Nous ne prêtons pas moins d’attention pour le Valais, mais le canton connaît tellement de contrastes climatiques entre la plaine et la montagne, le Valais central ou le Chablais qu’il faudrait encore le subdiviser en plusieurs régions. Le résumé mensuel reste assez général.

    2. Christiane Roh, 31.03.2020, 11:41

      Merci pour votre réponse. Je sais bien où trouver les rapports climatiques, mais ce n’est pas la même chose : ils sont publiés bien plus tard et il faut se souvenir d’aller voir.. vous pourriez à default nous envoyer un mail signalant quand l’info est disponible.

    3. MétéoSuisse, 31.03.2020, 15:16

      Il faut toujours attendre un peu pour avoir les derniers chiffres. C’est pourquoi, le bilan définitif est toujours publié autour du 10 du mois suivant. Il est toujours indiqué à la fin du blog concernant le résumé mensuel la date de la parution du bulletin définitif. Par exemple, celui de mars 2020 sera disponible à partir du 9 avril.

  5. valazza, 31.03.2020, 08:14

    Merci de parler du sud des alpes dans votre blog francophone. Nombreux le lisent!

    Réponses

    Répondre à valazza

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  6. Claude Guignard, 30.03.2020, 23:35

    Malgré le brutal refroidissement de cette fin de mois, mars demeure encore un mois plus chaud que la moyenne 1981-2010. Cet hiver n'a finalement fait que renforcer la tendance au réchauffement. Il faudra voir ce qu'il en est dans le reste du monde. En tout cas le nord de l'Asie n'a pas connu semble-t-il les fortes températures négatives habituelles. Peut-être en raison de l'absence ou de la faiblesse de l'anticyclone de Sibérie qui, souvent, bloque le courant atlantique et le fait remonter vers le nord.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  7. Pascal_fr_39, 30.03.2020, 19:34

    Dans le Jura, nous sommes en train de vivre une période de sécheresse remarquable, d'autant que selon les modèles, il n'est manifestement prévu aucune précipitation jusqu'au moins le 8 avril. Sachant que pour ma part, sur le premier plateau côté France, il n'est tombé que 0.5 mm hier en soirée, nous sommes bien partis pour n'avoir recueilli que ce 1/2 mm depuis le 11 mars, soit 4 semaines. Une telle période sera exceptionnelle, digne, voir "mieux" de décembre 2016, ou novembre / décembre 1989, mais surtout juste au moment où les pâturages ont besoin de pluie (sans parler des...morilles!). En 1993, février, puis mars avaient été aussi très secs, avant qu'il pleuve significativement dès le début d'avril.

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension