Suivre la trajectoire de la fumée et des aérosols des incendies australiens

12 janvier 2020, 20 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Une série de satellites de la NASA permet de mettre en animation la trajectoire des aérosols et de la fumée issus des incendies géants qui ont frappé l'Australie.

Les incendies en Australie n'ont pas uniquement des effets dévastateurs locaux. Les conditions exceptionnelles qui combinent une très forte chaleur et une sécheresse historique ont conduit à la formation d'un nombre inhabituellement élevé d'épisodes de pyrocumulonimbus (pyroCb). Les pyroCb sont des orages induits par le feu. Ils sont causés par le soulèvement de matériel de combustion, cendres et fumée occasionné par le mouvement ascendant des fortes bouffées de chaleur. Lorsque ces matériaux se refroidissent, des nuages se forment, au comportement semblable à celui des orages traditionnels, mais sans précipitations. Les pyroCb permettent à la fumée d'atteindre la stratosphère à plus de 16 km d'altitude. Une fois à cette altitude, la fumée peut voyager à des miliers de km de sa source, affectant les conditions atmosphériques globales. Les effets de ces événements - que la fumée induise un refroidissement ou un réchauffement atmosphérique net, l'impact sur les nuages inférieurs, etc - font actuellement l'objet d'études intensives.

La NASA traque les mouvements de la fumée soulevée par les incendies australiens via les pyroCb à plus de 15 km d'altitude. Cette fumée a un impact important sur la Nouvelle-Zélande, causant d'importants problèmes de qualité de l'air et assombrissant de manière visible la neige au sommet des montagnes.

Deux instruments à bord du satellite national à orbite polaire Suomi du partenariat NASA-NOAA - VIIRS et OMPS-NM - fournissent des informations uniques permettant de caractériser et de traquer le nuage de fumée. Au moyen de l'imagerie visible, les instruments VIIRS fournissent une vue en "couleur réelle" de la fumée. La série d'instruments OMPS comprend la prochaine génération de senseurs ultra-violets à rétro-diffusion et permet de faire de la télédétection même en conditions nuageuses (fréquentes dans le Pacifique sud), ce que le VIIRS ne permet pas. La combinaison des deux instruments permet donc de traquer l'événement dans sa globalité.

Les données satellitaires de l'instrument OMPS-NM sont utilisées pour créer un index d'aérosol UV permettant de faire un suivi des aérosols et de la fumée. Plus le panache de fumée est élevé, plus la valeur de l'index est élevée. Des valeurs supérieures à 10 sont généralement associées à ce genre d'événements. Les valeurs de l'index d'aérosol produites par certains épisodes de pyroCb australiens rivalisent avec les valeurs les plus élevées jamais enregistrées.

Au delà de la Nouvelle-Zélande, le 8 janvier, la fumée avait parcouru la moitié du tour de la Terre, traversant l'Amérique du Sud, rendant le ciel brumeux et causant des levers et des couchers de soleil colorés.

On s'attend à ce que la fumée fasse au moins un circuit complet autour du globe, retournant dans le ciel australien.

Les instruments des satellites de la NASA sont souvent les premiers à détecter des feux de forêts dans des régions reculées. La localisation de nouveaux incendies est immédiatement communiquée aux responsables territoriaux tout autour du globe tout au plus quelques heures après leur détection par les satellites. Ils permettent de détecter activement les incendies de forêts, de suivre le transport de la fumée de ces incendies, de fournir des informations utiles à leur gestion et de cartographier l'étendue des changements des écosystèmes, en se basant sur l'étendue et la sévérité des scarifications.

Pour davantage d'informations et d'images : www.nasa.gov/fires

Commentaires (20)

  1. mickael, 14.01.2020, 20:06

    Ces feux ne doivent pas être très bon pour l'atmosphère, étant donné tous les feux qu'il y a en 2019; amazonie, sibérie, australie, californie, france, portugal...

    Autant d'arbre qui ne seront plus là pour capter le carbone que nous émettons en constante augmentation.

    Cela va t'il augmenter le réchauffement rapidement ou non?

    Réponses

    Répondre à mickael

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 16.01.2020, 11:29

      Il y a toujours eu des incendies avec des années qui ont été plus productives (comme en 2019) que d’autres. Il est aussi possible que ces incendies soient davantage médiatisés qu’auparavant. Certes, ces incendies ne vont pas améliorer le bilan carbone, mais les effets sont assez complexes à mesurer. En même temps, ces incendies permettent aussi une régénérescence de la forêt, bien que le processus soit assez lent. Le réchauffement climatique actuel risque d’engendrer davantage de gros incendies lorsque les conditions météorologiques s’y prêtent. La fonte de la glace dans les régions polaires semble avoir davantage d’effets dans le réchauffement climatique. D’ailleurs, au cours de ces dernières décennies, les régions polaires se sont plus réchauffées que les régions tropicales. La réponse à votre question est donc assez complexe, car il y a une multitude de paramètres qui entre en considération. Cette réponse pourrait donc se résumer à « pas forcément ».

  2. Martin Antoinette, 14.01.2020, 03:23

    À sujet de la chaleur provoquée par les incendie d’Australie ou de l’Amazonie, peut-elle augmenter la température en Europe en étant propulsée par les vents ?

    Réponses

    Répondre à Martin Antoinette

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 14.01.2020, 14:40

      Ces feux ne peuvent avoir un impact sur la température qu'à une échelle locale, il n'ont pas d'influence sur la température en Europe, ou même dans l'hémisphère sud.

  3. Martin Antoinette, 14.01.2020, 03:14

    Madame, Monsieur,
    Merci pour la qualité des informations que vous offrez.
    Pourriez-vous informer 12 mois/12mois au sujet de la situation pollinique en Suisse? Les redoux provoquent l’éveil d’espèces allergisantes. En décembre et probablement même en novembre 2019, les noisetiers et les aulnes se sont éveillés à Genève. Leurs pollens sont source d’asthme et de sinusite pour les plus sévèrement allergiques et c’est important pour les médecins de pouvoir administrer rapidement le bon traitement, l’asthme étant dangereux.
    Le réchauffement climatique semble favoriser des pollinisations durant l’année entière.
    D’avance merci de supprimer l’interruption de vos informations en octobre novembre et décembre.
    Recevez, Madame, Monsieur, mes meilleures salutations.
    Antoinette Martin

    Réponses

    Répondre à Martin Antoinette

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  4. Frédéric, 13.01.2020, 22:03

    Bonjour,
    Merci pour vos articles toujours très intéressants!
    Est-ce que ces fumées sont susceptibles d'interrompre la tendance au réchauffement climatique, ou de créer localement un léger refroidissement, en réfléchissant les rayons du soleil, de manière analogue au éruptions volcaniques Laki en Islande, Krakatoa en Indonésie, Pinatubo aux Philippines?

    Réponses

    Répondre à Frédéric

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 14.01.2020, 14:28

      A ce stade, il est difficile de quantifier les impacts de ces feux sur le climat car les interactions entre les feux et le climat sont complexes. Les feux de forêt émettent du dioxyde de carbone (CO2) et d'autres gaz à effet de serre qui vont continuer à réchauffer la planète pendant de nombreuses années. Actuellement, on estime qu'en Australie les feux auraient déjà produit l’équivalent de la moitié de la quantité de CO2 annuelle du pays, une estimation à prendre avec précaution et qui devra être confirmée. De plus, les forêts qui ont brulé ne pourront pratiquement plus absorber la même quantité de CO2. Par ailleurs, les feux conduisent également à l’émission d’aérosols (suie et autres particules) qui peuvent avoir des effets contraires sur la température (réchauffement ou refroidissement selon la nature des aérosols). Lorsque les volcans entrent en éruption, ils émettent également un mélange de gaz et de particules dans l'air qui ont des effets antinomiques sur la température. D’une manière générale, les grandes éruptions - comme celle du mont Pinatubo en 1991 - conduisent souvent à un refroidissement temporaire, en raison de l’émission d’une grande quantité d’aérosols qui sont propulsés à haute altitude. Sur une échelle de temps plus longue, les émissions de CO2 des volcans peuvent aussi induire un réchauffement. La quantité de CO2 émises par les volcans est néanmoins négligeable par rapport à la contribution liée aux activités humaines.

  5. Paulette, 13.01.2020, 16:55

    Merci pour ces images et articles intéressants sur ce sujet malheureusement d'actualité.

    Réponses

    Répondre à Paulette

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  6. Besse, 13.01.2020, 13:47

    Bonjour
    Merci pour vos articles très intéressants !j’aurai une question . Pourquoi la carte des pollens n’est pas en action ? Il y a déjà des noisetiers en fleurs ! Cette carte est très très utile pour les personnes allergiques .
    Merci d’avance .
    Cordialement
    Ariane Besse

    Réponses

    Répondre à Besse

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 13.01.2020, 17:21

      Les concentrations sont actuellement encore trop faibles et localisées pour être représentées sur les cartes. De plus, ces cartes ne sont disponibles que pour l'aune, le bouleau, l'ambroisie et les graminées. Par contre, le bulletin pollinique est déjà mis à jour chaque jour.

  7. Sprunger Samuel, 13.01.2020, 12:28

    Avant d'aller sur la lune ne serait-il pas plus urgent de créer un organisme mondial pour obliger tous les pays du monde à mieux gérer leurs forêts afin d'éviter une telle catastrophe écologique et de fortement sanctionner les pays qui ne respectent pas les réglementations pour préserver notre patrimoine et sa biodiversité.

    Réponses

    Répondre à Sprunger Samuel

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Claude Rolfo, 13.01.2020, 20:00

      Aucune réglementation ni aucunes sanctions ne permettront de préserver la biodiversité. Une réglementation s'apparente toujours à une contrainte. Une contrainte contraire à l'éveil de la responsabilité. Le petit colibri savait qu'avec ses gouttes d'eau, il n'éteindrait pas le grand incendie. Mais il était responsable... Imaginez huit milliards de colibris responsables...

  8. mickael, 13.01.2020, 11:47

    la fumée va t'elle aussi dans l'hémisphère nord?

    Réponses

    Répondre à mickael

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 13.01.2020, 13:50

      Les échanges entre l'hémisphère sud et nord sont relativement lents. Les fumées seront probablement en bonne partie dissipées avant d'arriver dans l'hémisphère nord.

  9. Jeannine, 13.01.2020, 09:54

    Très intéressant! Quelques questions de profane... Le tour de la terre des fumées australiennes se limite-t-il à l’espace de l’hémisphère sud? En d’autres termes ces fumées ne s’étendent pas à tout le globe? En outre la direction est-elle forcément d’Ouest en Est?

    Réponses

    Répondre à Jeannine

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 13.01.2020, 13:48

      La circulation générale se fait d'ouest en est. Il est cependant possible que les fumées "reviennent en arrière" régionalement. Les échanges entre l'hémisphère sud et nord sont plus lents. Les fumées seront probablement en bonne partie dissipées avant d'arriver dans l'hémisphère nord.

  10. Cyril, 12.01.2020, 22:26

    Est-ce que ses nuages de fumé vont atteindre la Suisse ? Et si oui, quelles conséquences ? Aurons nous un air brumeux ?

    Réponses

    Répondre à Cyril

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 13.01.2020, 13:45

      Il faut un certain temps pour que les fumées atteignent l'hémisphère nord et la Suisse. Si cela devait être le cas, les quantités de poussières seraient sûrement trop infimes pour être visibles.

  11. Denis, 12.01.2020, 14:52

    Fabuleux. Merci beaucoup

    Réponses

    Répondre à Denis

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Grec Marc-Antoine, 13.01.2020, 12:56

      J’acquiesce, super info, merci