Retour sur les orages dynamiques préfrontaux du dimanche 11 août 2019

13 août 2019, 18 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Les orages préfrontaux de dimanche passé ont évolué dans un environnement particulièrement dynamique favorisant le développement d'orages dynamiques, parfois supercellulaires. Quelques explications accompagnées de schémas, d'animations radar et satellite et de photos...

Magnifique supercellule dans le Piémont italien le dimanche 11 août 2019. Photo : Dean Gill
Magnifique supercellule dans le Piémont italien le dimanche 11 août 2019. Photo : Dean Gill

Certains orages sont mieux structurés que les autres...

Question intensité, tous les orages ne sont pas égaux. Au-delà des fluctuations d'intensité des orages au fil de leur évolution, la présence de certains ingrédients atmosphériques dans la masse d'air auront tendance à rendre certains plus violents que les autres. Une fois que les ingrédients de bases sont réunis pour former un orage (humidité, instabilité, mécanisme de soulèvement), le paramètre supplémentaire, qui déterminera souvent leur degré d'organisation, est la quantité de cisaillement vertical du vent présent dans l'environnement. Autrement dit, plus le vent ambiant se renforce avec l'altitude dans une masse d'air propice aux orages, plus ces derniers seront mieux structurés et susceptibles d'être plus virulents. Si un renforcement avec l'altitude est également accompagné d'une rotation du vent, ces orages pourront encore gagner en organisation et en intensité.

Finalement, tout est une question d'équilibre entre les valeurs atteintes des différents ingrédients atmosphériques. Ce mélange complexe et le degré de phasage des paramètres déterminera, en fin de compte, quelles régions subiront les orages les plus intenses et leur degré de couverture. Par exemple, si le bassin d'instabilité d'une masse d'air couvre une large région, présente des valeurs très élevées et est couplé à un cisaillement de vent important, les orages auront tendance à être bien organisés, à se déplacer rapidement et à être particulièrement intenses et nombreux. Si un ou deux des quatre ingrédients précédemment décrits sont déficients, cela pourra soit compromettre le développement d'orages, ou limiter leur intensité et couverture. La Suisse étant entourée d'une orographie complexe, ce degré de phasage des ingrédients et de leurs valeurs est souvent difficile à anticiper à l'avance avec certitude. Ce degré d'incertitude important explique la raison pour laquelle les préavis "d'orages violents possibles" ne sont pas émis plus de 6 à 12 heures avant un épisode orageux potentiel et qu'ils couvrent des régions géographiques assez larges. Ainsi, lorsqu'un orage se forme, sa localisation, sa trajectoire et son intensité peuvent être déterminées via les échos radar, il devient alors possible d'avertir plus précisément les régions sur la trajectoire potentielle d'un fort orage imminent.

Orages structurés et virulents du dimanche 11 août

Le degré d'organisation structurel atteint par l'orage qui a touché le Valais central le dimanche 11 août en cours d'après-midi est celui de la supercellule. Considéré comme le mode d'organisation ultime, ce type d'orage est connu pour provoquer de violentes rafales de vent, des chutes de grêle souvent conséquentes, des quantités de précipitations parfois importantes et, plus rarement dans nos contrées en raison du relief escarpé, également un risque de tornade. Tous les orages supercellulaires ne sont pas identiques et les dangers qui les accompagnent varieront en ampleur d'une cellule à l'autre. Pour sa part, la supercellule du 11 août a provoqué des rafales de l'ordre de 100 à 115 km/h par endroits en plaine du Rhône, des chutes de grêle avec des diamètres de grêlons estimés de 2 à 4 cm et des intensités pluviométriques de 10 à 25 mm/h. Cette catégorie d'intensité justifiait l'émission d'un avis d'orage violent de catégorie 3, lancé environ 30 minutes avant l'arrivée de l'orage. Que personne ne s'y trompe, en raison de l'incertitude de la trajectoire et de la fluctuation d'intensité que présente ce type d'orage évoluant dans un environnement alpin, il est dérisoire de penser pouvoir avertir des localités spécifiques plus longtemps à l'avance, sans prendre le risque d'émettre systématiquement de fausses alertes. Pour des photos de cet orage, veuillez consulter les prises de webcam dans le blog du 12.08.2019. D'ailleurs, sur les Grandes Plaines des Etats-Unis, où ce type d'orage se rencontre fréquemment au printemps sur terrain plat, l'arrivée imminente de ce type d'orage est précédée d'un "severe thunderstorm warning" ou d'un "tornado warning" au mieux 20 à 30 minutes avant que l'orage n'arrive.

Orage supercellulaire très photogénique à l'est de Turin dans le Piémont

Au même moment qu'évoluait la supercellule entre Valence (France) et le Valais, une autre supercellule se déplaçait entre Turin et Montferrat, dans le Piémont italien. Elle est d'ailleurs visible sur l'animation radar de ce blog. Plusieurs personnes ont pu la photographier, dont notre collègue Dean Gill qui se trouvait sur place. Vous trouverez un magnifique cliché de l'orage ci-dessous et un autre au début de ce blog.

Bilan d'un week-end et lundi arrosés

Depuis vendredi, les précipitations ont été fréquentes dans plusieurs régions de Suisse avec de nombreux orages. Il est tombé jusqu’à 162,7 mm à Robièi et 161,8 mm à Arosa. L’extrême ouest et nord du pays ont été relativement épargnés par les précipitations avec seulement 5,3 mm à Genève et 9,7 mm à Hallau (SH). Au Tessin, les trajectoires stationnaires des orages ont provoqué d’importants contrastes entre le centre et le sud du canton. Alors qu’il est tombé 127.5 mm à Cadenazzo, seuls 0,5 mm ont été mesurés à Stabio, 30 km plus au sud.

Commentaires (18)

  1. Dominique Rheme, 15.08.2019, 13:34

    Merci beaucoup pour les explications sur la catégorisation des orages. Le cisaillement des vents qualifie-il seulement le flux vertical montant-descendant ou utilise-t- on aussi ce terme pour la différence de vitesse des strates aux différentes altitudes?

    Réponses

    Répondre à Dominique Rheme

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 15.08.2019, 14:06

      Le cisaillement désigne la différence de la vitesse du vent avec l’altitude (cisaillement vertical) ou la différence d’orientation du vent avec l’altitude (cisaillement directionnel). Lorsque les deux types de cisaillement se superposent, ce sont des conditions extrêmement favorables à la formation de supercellules.

  2. Thérèse, 14.08.2019, 10:55

    Bonjour,
    Vous carqactérisez la violence d'un orage par les précipitations et le vent. Quant est-il de la charge des impacts de foudre ? Avez-vous déjà écrit quelque chose à ce sujet ?
    Merci et bravo pour vos articles !!!

    Réponses

    Répondre à Thérèse

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 14.08.2019, 20:02

      Le sujet de l’électrification des nuages est complexe. Si vous nous fournissez une adresse email, nous pouvons vous faire suivre quelques informations si vous le souhaitez.

  3. Putallaz Marianne, 14.08.2019, 10:18

    Merci pour vos explications toujours très instructives. Je sens poindre dans vos dernières informations comme un sentiment de culpabilité à propos des orages de dimanche. Il est bon que la nature nous rappelle notre petitesse et nous invite à la respecter plutôt qu'à l'oublier ou pire à vouloir la dominer. Nous sommes malgré tous nos moyens techniques des êtres à jamais corporellement mortels. Et c'est... rassurant Bonne journée !

    Réponses

    Répondre à Putallaz Marianne

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  4. Benjamin, 14.08.2019, 10:03

    Bonjour,

    Avec une journée chaude samedi qui vient, pouvons nous nous attendre à des orages de ce type dimanche à l'avant de la perturbation ?

    Merci

    Réponses

    Répondre à Benjamin

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 14.08.2019, 19:59

      La situation de dimanche et du début de la semaine prochaine semble dynamique également. Il nous faudra surveiller la situation de près ces prochains jours afin de cerner au mieux le risque pluvio-orageux.

  5. Rainbow, 14.08.2019, 09:35

    Article très intéressant! Quelles sont les stations qui ont enregistré le total horaire le plus important lors de l'orage du 11 août?

    Réponses

    Répondre à Rainbow

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 14.08.2019, 18:53

      Pour le Valais il s’agit de la station pluviométrique cantonale valaisanne d’Anzère qui a enregistré 22,7 mm en une heure, dont 21,5 mm sont tombés en 10 minutes.

  6. Virgile Woringet, 14.08.2019, 06:36

    On est toujours plus intelligent après qu'avant ! Belles images.

    Réponses

    Répondre à Virgile Woringet

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  7. Bertrand, 13.08.2019, 23:20

    Passionnant et fort bien illustré, merci bcp. Certains passages semblent directement destinés aux contempteurs du sujet précédent, c'est très bien de rappeler la nature imprévisible de ces phénomènes. Si dans les grandes plaines US on n'arrive guère à prévenir de l'arrivée des orages plus de 20 ou 30 min en avance, on imagine bien qu'avec la topographie locale c'est encore plus ardu.

    Au passage je constate que l'animation radar se met à jour toutes les 5 min dorénavant, contre 10 auparavant. Amélioration appréciable et appréciée. Continuez le bon boulot Messieurs-Dames ! :-)

    Réponses

    Répondre à Bertrand

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  8. Pascal_fr_39, 13.08.2019, 21:25

    Merci pour cet exposé particulièrement aiguisé, le même phénomène a abouti à la tornade Franco Luxembourgeoise vendredi dernier. Peut-on admettre que dans le cas du Valais, les reliefs escarpés ainsi que leur altitude élevée atténue les risques de tornade malgré la présence d'une supercellule?

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 14.08.2019, 18:27

      Oui, l’on peut dire que c’est souvent le cas . Toutefois, selon la canalisation des vents dans les vallées, il est parfois possible de favoriser la formation de tornades durant un laps de temps relativement court. Cela avait été le cas lors du passage de l’orage supercellulaire le 18 juillet 2005 à proximité du Bouveret et également par le passé aux passages de certaines cellules dynamiques au-dessus des vallons du Jura.

  9. Oragedechaleur, 13.08.2019, 21:15

    Pourquoi un orage de chaleur de fin de journée sur le Jura?
    Il n'y a pas d'orages de chaleur de fin de journée ailleurs en Suisse?

    Réponses

    Répondre à Oragedechaleur

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 14.08.2019, 18:11

      Oui, bien sûr... Cela était simplement un exemple pour illustrer le propos.

  10. Claude Guignard, 13.08.2019, 20:58

    Votre analyse apporte de nombreux éléments extrêmement interessants. Les phénomènes orageux sont souvent très complexes. Leur prévision reste très difficile dans la plupart des cas. Les orages prefrontaux de dimanche, accompagnés d'une chute des temperatures, ont apporte des quantités de précipitations surprenantes. Pratiquement toute la Suisse a été touchée, bien au-dela de la simple trajectoire des supercellules.
    Un arrosage pas toujours attendu mais en tout cas fort bienvenu.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  11. Fabien, 13.08.2019, 18:27

    Grosse frustration pour mes amis et moi qui avions choisi le Jura pour observer les orages. Le choix s'est avéré décevant en terme d'intensité et la cellule du Valais était hors de portée pour nous. L'instabilité étais pourtant bien présente sur le Jura au niveau des modèles, avec de fortes valeur de cisaillement et d'helicité. Quel est l'ingrédient qui a favorisé le développement d'un tel orage sur les Alpes plutôt que sur le Jura ? Et pourquoi est-ce que la zone du Jura n'a pas vraiment pris cette fois ? Merci pour votre post. Cette année s'est avérée riche en orages et c'est vraiment super de pouvoir profiter des clichés de Dean Gill sur cette incroyable supercellule au Piedmont

    Réponses

    Répondre à Fabien

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 14.08.2019, 17:42

      Bien que la dynamique fût favorable le long du Jura, l’axe de l’instabilité maximale s’étirait plutôt de la région de Valence en direction des Alpes et la plaine du Pô. Cela explique vraisemblablement en partie la virulence des cellules plus au sud. L’orage supercellulaire du Valais s’est formé en région de Valence en tant que cellule en bout de ligne (tail-end Charlie). Ces cellules en bout de ligne bénéficient souvent d’un meilleur flux de tirage que celles plus au nord qui sont soient noyées dans des précipitations ou en compétition avec les cellules voisines pour absorber l’instabilité résiduelle.