Réseau suisse de mesure de la grêle

9 mai 2019

Dans les derniers blogs de notre série sur la grêle, nous traitions de la grêle elle-même. Nous passons maintenant à la mesure automatique de la grêle en Suisse. Il s’agit d’un projet commun MétéoSuisse, la Mobilière et inNET Monitoring AG.

Figure 1: Capteur automatique de grêle avec module solaire . Source: inNET Monitoring AG
Figure 1: Capteur automatique de grêle avec module solaire . Source: inNET Monitoring AG

La grêle: difficile à anticiper

Chaque année en Suisse, la grêle occasionne des millions de francs de dommages. Véhicules, bâtiments, cultures, etc. les domaines touchés sont nombreux. Il s’agit du risque naturel le plus coûteux après les inondations. Des épisodes isolés de grêle peuvent causer, en quelques minutes, des dégâts à hauteur de plusieurs millions.

Depuis quelques années, la grêle est au centre de différents projets de recherche et d’innovation menés par MétéoSuisse et le Laboratoire Mobilière de recherche sur les risques naturels de l’Université de Berne. Un intérêt motivé par la demande croissante en informations fiables sur la grêle de la part des spécialistes, des assurances et de la population. Les avancées technologiques jouent un rôle primordial dans l’amélioration des dites informations. Le nouveau réseau suisse de radars météorologiques et les innovations des techniques de mesure, comme le capteur de grêle entièrement automatique, en font partie.

Lancé au printemps 2018, le projet «Réseau suisse de mesure de la grêle» prévoit l’installation de 80 capteurs automatiques de grêle dans les trois régions les plus fortement exposées: la région du Napf, le Jura et le Sud du Tessin.

Dans la région du Napf, 25 capteurs, sur un total de 40, ont déjà été installés. 25 capteurs seront aussi mis en place dans le Sud du Tessin et 15 dans le Jura (voir carte). Les capteurs de grêle, dont la durée d’exploitation prévue est de huit ans, devraient être principalement installés sur le toit d’écoles et d’autres bâtiments publics.

Le capteur automatique de grêle mesure l’énergie et la taille des grêlons

La nouvelle technologie de capteurs permettra, pour la première fois, de mesurer de manière automatique la vitesse de chute et la répartition de la taille des grêlons au sol. La mise en place de ce réseau de mesure fournira un ensemble de données précieux pour la recherche. La combinaison des données de radars météorologiques, des rapports de grêle de l’application MétéoSuisse et de celles du réseau de mesure de la grêle, rend ce projet unique au monde. Les nouvelles mesures seront utilisées avec les rapports de l’application pour améliorer l'algorithme de détection et de prévision de la grêle du radar, et ainsi mieux évaluer le danger de formation de grêle.

Mode de fonctionnement

Le capteur de grêle «HailSens» est constitué d’un disque en polycarbonate de 50 cm de diamètre qui entre en vibration au contact d’un grêlon. Ces vibrations sont enregistrées par un microphone ultra‑sensible situé sous le disque. Les capteurs mesurent ainsi l’énergie cinétique, la taille du grêlon et le moment de l’impact de grêle. Les données sont ensuite transmises à un site d’enregistrement centralisé de MétéoSuisse, via le réseau mobile.

De solides partenaires

Ce projet est mené par l’Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse, en collaboration avec la Mobilière et le Laboratoire Mobilière de recherche sur les risques naturels de l’Université de Berne. La société inNET Monitoring AG est responsable de la mise en place et de l’exploitation du réseau de capteurs pendant toute la durée du projet.

Commentaires (0)