Avril avec des records de neige mais aussi une chaleur estivale

29 avril 2019, 4 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Avril 2019 a débuté avec des quantités record de neige dans les vallées alpines. Dans la dernière décade du mois, la première journée estivale de l’année a été mesurée au Nord des Alpes grâce un fort foehn du sud. En moyenne nationale, la température mensuelle a dépassé la norme 1981-1990 de 0,6 degré. Les précipitations ont généralement été inférieures à la normale au Nord et régionalement en Valais, supérieures à la normale au Sud, ainsi que dans les Alpes centrales et orientales.

Quantités extrêmes de neige fraîche à Guttannen BE le 5 avril 2019. Photo : Famille Tännler, Guttannen.
Quantités extrêmes de neige fraîche à Guttannen BE le 5 avril 2019. Photo : Famille Tännler, Guttannen.

Record de neige

Les deux premiers jours du mois d’avril ont débuté dans la douceur avec un temps ensoleillé dans toute la Suisse et des températures entre 18 et 21 degrés. Puis l’hiver est revenu. Les 3 et 4 avril, de l’air humide et doux a progressé en direction des Alpes à partir du sud, tandis que de l’air frais a gagné les versants nord des Alpes à partir de l’ouest. La combinaison de ces deux masses d’air a engendré des chutes de neige extrêmes sur la partie centrale des versants nord des Alpes. A Guttannen, dans l’Oberland bernois, il est tombé 99 cm de neige en 24 heures entre le 4 et 5 avril 2019. Il s’agit d’un nouveau record, puisqu’aucun hiver n’avait livré autant de neige fraîche depuis le début des mesures en 1877. Le record précédent était en 1999 avec 89 cm de neige fraîche en 24 heures, également mesurés en avril.

En 48 heures, la somme de neige fraîche à Guttannen a atteint 160 cm du 3 avril en début de matinée au 5 avril en début de matinée. C’est bien au-dessus du précédent record sur 48 heures. C’est aussi la sixième valeur la plus élevée en 48 heures de l’ensemble du réseau de MétéoSuisse. Le record en 48 heures est de 215 cm mesurés au col de la Bernina en avril 1999.

Göschenen (950 m) dans la vallée de la Reuss uranaise a relevé 148 cm neige en 48 heures durant la même période, ce qui constitue également un nouveau record. Le précédent record de neige fraîche en 48 heures était de 135 cm en avril 1975. La série de mesures à Göschenen a débuté en 1901.

Egalement beaucoup de neige fraîche au Sud

Pendant la journée du 3 avril, il est tombé 78 cm de neige fraîche à Bosco-Gurin TI (1486 m). Il s’agit de la deuxième valeur de neige fraîche la plus élevée pour un mois d’avril depuis le début des mesures en 1961. En avril, il avait encore plus neigé à Bosco-Gurin le 9 avril 1998 avec 91 cm. Sur l’ensemble de l’année, les 78 cm de neige mesurés constituent la dixième valeur la plus élevée mesurée à Bosco-Gurin. Le cumul de neige fraîche le plus élevé en 1 jour a été mesuré le 25 décembre 2013 avec 110 cm.

En 48 heures, il est tombé 115 cm de neige fraîche à Bosco-Gurin entre le 3 et le 4 avril 2019. Il s’agit de la troisième valeur la plus élevée pour un mois d’avril depuis le début des mesures. En revanche, il ne s’agit pas d’une des 10 valeurs les plus élevées mesurées en 48 heures à Bosco-Gurin tous mois confondus.

Petit nouveau record de neige en plaine

En plus des importantes quantités de neige tombées dans les Alpes, une partie des précipitations s’est également produite sous forme de neige jusqu’en plaine au Nord des Alpes. Ainsi, Genève s’est réveillée le 4 avril avec une couche de neige de 6 cm, ce qui constitue un nouveau record pour un mois d’avril. Le précédent record du 9 avril 1970 était de 4 cm.

Temps changeant d‘avril

Après une dorsale mobile le 5 avril, un courant de sud à sud-est a dirigé de l’air méditerranéen doux et humide en direction de la Suisse. Le temps a alterné entre éclaircies, nuages et averses localement orageuses, une situation assez typique en avril. Les températures maximales ont atteint 14 à 15 degrés au Nord des Alpes, jusqu’à 20 degrés au Sud des Alpes.

Anticyclone scandinave apportant une chaleur printanière

Du 11 au 21 avril, un puissant anticyclone sur le nord de l’Europe a déterminé le temps. Au début de la période, le soleil a été peu présent au Nord des Alpes avec de la bise. Seuls le Bassin lémanique, le Valais et le Sud des Alpes ont pu bénéficier d’un temps assez ensoleillé. A partir du 15, le soleil a brillé dans toute la Suisse. Les températures ont atteint 22 à 24 degrés des deux côtés des Alpes.

La période anticyclonique a été brièvement interrompue à deux reprises. Le 14, en raison d’air très froid en altitude, il a pu neiger jusque vers 400 mètres au Nord, 1600 mètres au Sud. Le 16, une faible perturbation venant de l’ouest a apporté de faibles précipitations, surtout au Nord des Alpes.

Situation persistante de foehn du sud

A partir du 22 avril, c’est une situation de foehn du sud qui s’est installée pendant plusieurs jours. Avril est en moyenne le mois où la fréquence de foehn du sud est la plus élevée. En avril 2019, cette fréquence a été anormalement élevée. A Altdorf, lieu de la vallée de la Reuss uranaise particulièrement connu pour son foehn, celui-ci a soufflé pendant 185 heures (état au 26 avril). Depuis le début des mesures automatiques en 1981, seuls les mois d’avril des années 1983 (223 heures), 1993 (211 heures), 2000 (217 heures), 2009 (186 heures) et 2018 (190 heures) avaient connu encore plus d’heures avec du foehn.

En plus d’une somme mensuelle élevée, Altdorf a également connu en avril 2019 une des phases de foehn les plus longues. Il a soufflé sans interruption du 20 avril à 1h30 au 24 avril à 15h30, soit pendant 86 heures ou 3,5 jours. Il s’agit de la cinquième plus longue période de foehn mesurée à Altdorf depuis le début des mesures automatiques il y a près de 40 ans.

Eté au Nord, pluie au Sud

Le foehn du sud chaud et puissant a soufflé jusqu’à la frontière nord de la Suisse. Ainsi, la région bâloise, de Schaffhouse, ainsi que les parties nord des cantons d’Argovie et de Zurich ont connu une journée estivale le 24 avril avec une température supérieure à 25 degrés. En soirée, des orages parfois forts ont éclaté à l’Ouest. Dans les vallées alpines, le foehn a soufflé en rafales entre 80 et 110 km/h et jusqu’à 150 km/h sur les crêtes. Le 25 avril, la température a encore atteint 23 à près de 25 degrés sur l’extrême nord de la Suisse.

Pendant cette période, le temps était gris et humide au Sud des Alpes. Du 23 au 25 avril, il a été mesuré de 80 à 170 mm de précipitations et même de 180 à 250 mm sur le Tessin occidental. La température est généralement restée inférieure à 17 degrés.

Chute des températures au Nord

Du 26 au 28 avril, de l’air atlantique froid et humide s’est dirigé vers la Suisse à partir de l’ouest et du nord-ouest. Au Nord des Alpes, des averses parfois fortes se sont déclenchées. Les températures maximales ont chuté avec des valeurs entre 12 et 14 degrés au Nord des Alpes. La limite des chutes de neige s’est abaissée jusque vers 1000 mètres.

Au Sud des Alpes, les précipitations ont cessé le 26 avril. Le foehn du nord qui a soufflé jusque sur le Tessin méridional a apporté un temps assez ensoleillé avec des températures maximales de 18 à 21 degrés.

Développement de la végétation toujours en avance

Les premiers cerisiers ont fleuri fin mars déjà. A partir du début du mois d’avril, les cerisiers blancs en fleurs ont été de plus en plus observés au Nord des Alpes. En dessous de 600 mètres, les cerisiers ont fleuri le 7 avril en moyenne, ce qui correspond à une avance de 9 jours par rapport à la moyenne de comparaison 1981-2010. Au même moment, les prairies ont été parsemées de pissenlits à fleurs jaunes, qui ont également présenté une forte avance moyenne de 11 jours par rapport à la période de comparaison. Cette avance est le résultat des mois de février et mars qui ont été trop doux. Peu de temps après, toujours dans la première quinzaine d'avril, les aiguilles des mélèzes, ainsi que les feuilles des noisetiers, des marronniers et des sorbiers des oiseleurs sont apparues. Les cardamines des prés ont également fleuri. L'avance moyenne pour ces espèces a diminué à 4-8 jours, car certains jours plus frais ont quelque peu ralenti le développement de la végétation.

Le 13 avril, les poiriers ont fleuri avec une avance de 8 jours, toujours pour la moyenne des stations en dessous de 600 mètres. Les premiers pommiers en fleurs ont été observés au Tessin début avril et au Nord des Alpes dès le 11 avril. La floraison a réellement commencé en plusieurs endroits à partir du dimanche de Pâques, le 21 avril. La floraison du pommier a aussi connu une avance de 8 jours. Toutefois, cette valeur est basée sur un nombre d’observations nettement inférieur à celui des poiriers.

A partir de la mi-avril et de plus en plus à partir du 20 avril, le verdissement des forêts a pu être observé. Le déploiement des feuilles du hêtre, du tilleul et de l'érable est en avance de 3 à 5 jours à l’heure actuelle, mais les observations ont encore été peu nombreuses.

Le bulletin définitif d’avril 2019 sera disponible à partir du 10 mai 2019 dans la rubrique rapports climatiques.

Commentaires (4)

  1. mathieu vermiel, 03.05.2019, 09:04

    Bonjour,
    Article très intéressant, notament sur l'écart entre le ressenti et les données. Habitant sur France proche, à 800 mètres d'altitude, j'ai vécu un Avril très froid (je porte encore mes vestes d'hiver et l'on a eu un regel nocturne de la neige record, quasimment chaque nuit) . Le foehn ne nous a seché la neige que pendant 3 jours, ce qui m'a semblé très peu.
    Esct-ce que ces impressions peuvent être compatibles avec le sujet de votre blog?
    Amicalement.

    Réponses

    Répondre à mathieu vermiel

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. Romain B., 01.05.2019, 12:10

    L'Humain veut tout calculé, normé, standardisé pour se dire que tel ou tel événement n'est pas normal (par rapport à ces standards depuis à peine 150 ans).

    Est-ce que tous ces événements ne sont-ils pas normal et font partie d'un cycle naturel mais hors échelle d'une vie humaine ?

    Je me pose passablement de questions sur ces toutes ces alertes, record, dégradations des conditions météorologiques, anomalie, précocité des fleuraisons, etc....

    Réponses

    Répondre à Romain B.

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  3. Claude Guignard, 29.04.2019, 16:09

    Il ne se passe guère de mois sans records et cette année, pour avril, et bien c'est la neige. Malgré le réchauffement climatique la neige n'aura pas manqué cet hiver. Un peu trop chaud malgré tout, grâce au foehn, et trop sec, avril ne,déroge pas aux habitudes. Vous ne nous dites rien de l'ensoleillement..Il n'aura certainement pas été exceptionnel. Globalement sans doute proche de la norme. On peut relever l'absence de gel en plaine, du moins jusqu'ici et dans la région lémanique.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 29.04.2019, 16:25

      A Genève, il y a eu un jour de gel (à 2 mètres) en avril 2019 (le 14 avril). L’ensoleillement sera légèrement excédentaire (180 heures jusqu’au 29 avril à 16h00, contre une normale de 170 heures). Les précipitations sont un peu déficitaires et représentent 88% de la norme.