Géo-ingénierie

14 mars 2019, 17 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

La 4ème assemblée des Nations Unies pour l'Environnement se réunit actuellement à Nairobi, au Kenya (11 au 15 mars 2019). Elle a été créée en 2012 pour promouvoir le développement durable et mettre l’environnement au centre des préoccupations de la communauté internationale. Parmi les thèmes abordés lors cette réunion, il sera question de savoir si l’Assemblée doit lancer une étude sur la géo-ingénierie. Cette proposition est soutenue par la Suisse et 10 autres pays européens et demande au Programme de l’ONU pour l’Environnement de préparer une évaluation globale de la géo-ingénierie pour août 2020.

représentation visuelle des techniques de géo-ingénierie, "New Scientist", 2009
représentation visuelle des techniques de géo-ingénierie, "New Scientist", 2009

Géo-ingénierie ?

La géo-ingénierie est l'intervention délibérée à grande échelle dans les systèmes naturels de la Terre pour contrer les changements climatiques.

Il existe un large éventail de techniques de géo-ingénierie. En général, on peut les regrouper en deux catégories :

  1. Gestion du rayonnement solaire  (géo-ingénierie solaire)

La gestion du rayonnement solaire vise à renvoyer une partie de l’énergie solaire dans l’espace pour contrer l’augmentation de la température due à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. On trouve des techniques telles que :

  • Renforcement de l’albedo : augmenter la reflectivité des nuages ou de la surface de la terre pour qu'une plus grande partie de la chaleur du Soleil soit réfléchie dans l'espace.
  • Réflecteurs spatiaux qui bloquent une partie du rayonnement solaire.
  • Aérosols stratosphériques : il s’agit d’introduire de petites particules réfléchissantes dans la haute atmosphère pour réfléchir une partie de la lumière solaire avant qu'elle n'atteigne la surface de la Terre.
Affichage aggrandi: Techniques de gestion du rayonnement solaire (Alan Robock, Rutgers University)
Techniques de gestion du rayonnement solaire (Alan Robock, Rutgers University)

 

2. Elimination des gaz à effet de serre ou géo-ingénierie du carbone
 

Ces techniques visent à éliminer le dioxyde de carbone ou d'autres gaz à effet de serre de l'atmosphère. Elles devraient être mises en œuvre à l'échelle mondiale pour avoir un impact significatif sur les niveaux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.  On trouve par exemple :

  • Reboisement : engagement dans un effort de plantation d’arbres à l’échelle mondiale.
  • Fertilisation de l’océan en ajoutant des éléments nutritifs dans l'océan à des endroits choisis afin d'accroître la production primaire, ce qui réduit la quantité de dioxyde de carbone dans l'atmosphère.
  • Capture d’air ambiant en construisant de grandes machines capables d'éliminer directement le dioxyde de carbone de l'air ambiant et de le stocker ailleurs.

Et pourquoi se poser des questions à ce sujet?

La réduction des émissions de gaz à effet de serre est le moyen le plus sûr de lutter contre le changement climatique. Bien que la réduction des émissions de gaz à effet de serre soit nécessaire, voire essentielle, elle pourrait ne pas être suffisante pour maintenir un climat stable.

Il y a de grosses incertitudes dans le domaine de la réduction des gaz à effet de serre, notamment :

  • Le niveau auquel nous parviendrons à stabiliser les gaz à effet de serre. C'est une fonction de la volonté politique et de la capacité technique.
  • La réactivité du système climatique à l'augmentation des niveaux de gaz à effet de serre. Nous pourrions avoir de la chance et avoir une petite réponse climatique à un grand changement dans les gaz à effet de serre. Ou bien nous pouvons être malchanceux et avoir une réponse climatique importante à un petit changement dans les gaz à effet de serre. Personne n'en est sûr.

Si les humains continuent sur la voie actuelle des émissions et sont malchanceux et que la réponse du climat est importante, ou si la capacité d'adaptation des systèmes humains et naturels est insuffisante, les conséquences pourraient être désastreuses pour les gens et la planète.  Il est possible qu'en déployant la géo-ingénierie, nous soyons en mesure de prévenir ces conséquences et de protéger des écosystèmes naturels extrêmement vulnérables.

Compte tenu des incertitudes et des enjeux , il est important de mener des recherches pour déterminer si les techniques de géo-ingénierie proposées pourrait être utilisée sans créer d'effets secondaires compensatoires.

Sujet contreversé

Affichage aggrandi: Bénéfices et risques de la géo-ingénierie, conférence d'Alan Robock, Swiss Global Change Day, 2015
Bénéfices et risques de la géo-ingénierie, conférence d'Alan Robock, Swiss Gobal Change Day, 2015

Le sujet reste très controversé. En 2015, par exemple, lors d’une présentation au Swiss global Change Day, Alan Robock de l’Université Rutgers aux Etats-Unis comparait les bénéfices possibles de la géo-ingénierie aux risques que cela comportait. Il décrivait 5 bénéfices, relevant avec un certain humour que le 4ème bénéfice serait de très beaux couchers de soleil, puisque certaines techniques de géo-ingénierie seraient tout à fait comparables aux éruptions volcaniques. Et lors de gros événements de ce type, des couchers de soleil magnifiques ont été observés (comme probablement le coucher de soleil du tableau « Le Cri » d’Edvard Munch).

Par contre, le professeur Robock note 26 risques liés à la géo-ingénierie parmi lesquels on peut relever les problèmes de technologies militaires ou la question de savoir qui décide à quel moment (à quelle température) on commence ou on arrête la géo-ingénierie.

Commentaires (17)

  1. Lucien Dorf, 15.03.2019, 15:55

    Votre article me fait penser à cet accord, signé dans les années septante, entre les principales puissances, et présidé par rien d'autre que notre CICR, visant à empêcher l'utilisation des moyens de modification du temps, de modification des océans et de modification des plaques tectoniques (tsunamis compris), entre autres, à des fins militaires.
    1976 Convention on the Prohibition of Military or any
    Hostile Use of Environmental Modification Techniques
    [...]
    The ENMOD Convention is
    specifically intended to prevent use of
    the environment as a means of
    warfare, by prohibiting the deliberate
    manipulation of natural processes that
    could produce phenomena such as
    hurricanes, tidal waves or changes in
    climate.
    [...]
    As examples, the Understandings
    also include a non-exhaustive list of
    phenomena that could result from the
    use of environmental modification
    techniques: earthquakes and
    tsunamis; an upset in the ecological
    balance of a region; changes in
    weather patterns (clouds,
    precipitation, cyclones and tornadic
    storms); changes in climate patterns;
    changes in ocean currents; changes
    in the state of the ozone layer and
    changes in the state of the
    ionosphere.
    [...]
    https://www.icrc.org/eng/assets/files/other/1976_enmod.pdf

    Réponses

    Répondre à Lucien Dorf

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. Dominic Schalzer, 15.03.2019, 12:05

    Quel catastrophisme ! Et quel messianisme anthropogène !
    L'humain plus fort que les forces de la nature (le soleil et ses perturbations, par ex.).

    Un peu d'humilité : la terre prédate l'être humain de plusieurs milliards d'années et ce ne sont pas les misérables petits humains qui vont la sauver la planète.

    De la manipulation mentale pour aider à la mise en place de l'Agenda 21 pareils slogans :

    "Si les humains continuent sur la voie actuelle des émissions et sont malchanceux et que la réponse du climat est importante, ou si la capacité d'adaptation des systèmes humains et naturels est insuffisante, les conséquences pourraient être désastreuses pour les gens et la planète. Il est possible qu'en déployant la géo-ingénierie, nous soyons en mesure de prévenir ces conséquences et de protéger des écosystèmes naturels extrêmement vulnérables."
    PS je suis curieux de voir si mon commentaire sera publié car la censure existe sur le blog de MétéoSuisse.
    Bien à vous,

    Réponses

    Répondre à Dominic Schalzer

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 16.03.2019, 04:52

      L’impact de l’activité humaine sur le climat est effectivement plus importante que celui de l’activité solaire. Je me permets de poster la même réponse faite à un autre commentaire sur le sujet :

      Le réchauffement climatique actuel n’est pas le résultat de variations dans l’activité solaire. Les variations de températures observées par le passé ne peuvent pas être attribuées à l’activité solaire uniquement. De nombreuses études ont cherché à estimer l’impact de l’activité solaire sur le climat (notamment lors du Moyen Âge et du petit âge glaciaire), malgré l’incertitude et les différences dans les reconstructions de l’activité solaire (Delaygue and Bard, 2011, Muscheler et al., 2007, Steinhilber at al., 2009, Shapiro et al., 2011, Vieira et al., 2011, Wang et al., 2005). Les variations de l’activité solaire peuvent expliquer en partie les changements survenus entre le Moyen Âge et le petit âge glaciaire (Ammann et al., 2007, Andres and Peltier, 2016, Goosse et al., 2012), mais l’impact direct sur la température reste relativement limité. La combinaison de changements dans la circulation atmosphérique (oscillation nord atlantique, oscillation arctique), dans les courants marins (Gulf Stream, courant Kuroshio) et également dans l’hémisphère sud (la Nina) peuvent par contre expliquer certaines variations de températures (Mann et al., 2009, Trouet et al, 2009). Mais aucune de ces variations de températures par le passé n’a été globales comme c’est le cas actuellement (Ahmed et al., 2013). Le réchauffement global actuel ne peut pas être expliqué sans tenir compte de des gaz à effet de serre émis par l’homme.


      Références :

      Ahmed M et al. 2013. Continental-scale temperature variability during the past two millennia. Nature Geoscience 6, 339–346.

      Amman, C. M., Joos, F., Schimel, D. S., Otto-Bliesner B. L., and Tomas, R. A.: Solar influence on climate during the past millennium: Results from transient simulations with the NCAR Climate System Model, PNAS, 104, 3713-3718, 2007.

      Andres, H. J., and Peltier, W. R.: Regional Influences of Natural External Forcings on the Transition from the Medieval Climate Anomaly to the Little Ice Age, Journal of Climate, 29, 5779-5800, 2016.

      Delaygue, G. and Bard, E.: An Antarctic view of Beryllium-10 and solar activity for the past millennium, Clim. Dynam., 36, 2201–2218, 2001.

      Goose, H., Crespin, E., Dubinkina, S., Loutre M. F., Mann, M. E., Renssen, H., Sallaz-Damaz, Y., Schindell, D.: The role of forcing and internal dynamics in explaining the ‘‘Medieval Climate Anomaly’’, Clim Dyn, 39, 2847-2866, 2012.

      Mann, M. E., Zhang, Z., Rutherford, S., Bradley, R. S., Hughes, M. K., Shindell, D., Amman, C., Faluvegi, G., ans Ni, F.: Global Signatures and Dynamical Origins of the Little Ice Age and Medieval Climate Anomaly, Science, 326, 1256-1260, 2009.

      Muscheler, R., Joos, F., Beer, J., Müller, S., Vonmoos, M., and Snowball, I.: Solar activity during the last 1000 yr inferred from radionuclide records, Quat. Sci. Revs., 26, 82–97, 2007.

      Shapiro, A. I., Schmutz, W., Rozanov, E., Schoell, M., Haberreiter, M., Shapiro, A. V., and Nyeki, S.: A new approach to the long-term reconstruction of the solar irradiance leads to large historical solar forcing, Astron. Astrophys., 529, A67, 2011.

      Steinhilber, F., Beer, J., and Fröhlich, C.: Total solar irradiance during the Holocene, Geophys. Res. Lett., 36, L19704, 2009.

      Trouet, V., Esper, J., Graham, N. E., Baker, A., Scourse J. D., and Frank, D. C.: Persistent Positive North Atlantic Oscillation Mode Dominated the Medieval Climate Anomaly, Science, 324, 78-80, 2009.

      Vieira, L. E. A., Solanki, S. K., Krivova, N. A., and Usoskin, I.: Evolution of the solar irradiance during the Holocene, Astron. Astroph., 531, A6, 2011.

      Wang, Y., Cheng, H., Edwards, R. L., He, Y., Kong, X., An, Z., Wu, J., Kelly, M. J., Dykoski, C. A., and Li, X.: The Holocene Asian Monsoon: Links to Solar Changes and North Atlantic Climate, Science, 308, 854–857, 2005.

  3. Jean Maurice, 15.03.2019, 11:57

    Et si le changement climatique, comme ce fut le cas dans le passé (Antiquité tardive, Moyen-Âge, petit âge glaciaire, par ex., ici, en Helvétie, on a de magnifiques preuves, laissées par le glacier d'Aletsch, de ce phénomène), était causé par des perturbations solaires ?

    Réponses

    Répondre à Jean Maurice

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 16.03.2019, 04:43

      Le réchauffement climatique actuel n’est pas le résultat de variations dans l’activité solaire. Les variations de températures durant les périodes que vous citez ne peuvent pas être attribuées à l’activité solaire uniquement. De nombreuses études ont cherché à estimer l’impact de l’activité solaire sur le climat (notamment lors du Moyen Âge et du petit âge glaciaire), malgré l’incertitude et les différences dans les reconstructions de l’activité solaire (Delaygue and Bard, 2011, Muscheler et al., 2007, Steinhilber at al., 2009, Shapiro et al., 2011, Vieira et al., 2011, Wang et al., 2005). Les variations de l’activité solaire peuvent expliquer en partie les changements survenus entre le Moyen Âge et le petit âge glaciaire (Ammann et al., 2007, Andres and Peltier, 2016, Goosse et al., 2012), mais l’impact direct sur la température reste relativement limité. La combinaison de changements dans la circulation atmosphérique (oscillation nord atlantique, oscillation arctique), dans les courants marins (Gulf Stream, courant Kuroshio) et également dans l’hémisphère sud (la Nina) peuvent par contre expliquer certaines variations de températures (Mann et al., 2009, Trouet et al, 2009). Mais aucune de ces variations de températures par le passé n’a été globales comme c’est le cas actuellement (Ahmed et al., 2013). Le réchauffement global actuel ne peut pas être expliqué sans tenir compte de des gaz à effet de serre émis par l’homme.


      Références :

      Ahmed M et al. 2013. Continental-scale temperature variability during the past two millennia. Nature Geoscience 6, 339–346.

      Amman, C. M., Joos, F., Schimel, D. S., Otto-Bliesner B. L., and Tomas, R. A.: Solar influence on climate during the past millennium: Results from transient simulations with the NCAR Climate System Model, PNAS, 104, 3713-3718, 2007.

      Andres, H. J., and Peltier, W. R.: Regional Influences of Natural External Forcings on the Transition from the Medieval Climate Anomaly to the Little Ice Age, Journal of Climate, 29, 5779-5800, 2016.

      Delaygue, G. and Bard, E.: An Antarctic view of Beryllium-10 and solar activity for the past millennium, Clim. Dynam., 36, 2201–2218, 2001.

      Goose, H., Crespin, E., Dubinkina, S., Loutre M. F., Mann, M. E., Renssen, H., Sallaz-Damaz, Y., Schindell, D.: The role of forcing and internal dynamics in explaining the ‘‘Medieval Climate Anomaly’’, Clim Dyn, 39, 2847-2866, 2012.

      Mann, M. E., Zhang, Z., Rutherford, S., Bradley, R. S., Hughes, M. K., Shindell, D., Amman, C., Faluvegi, G., ans Ni, F.: Global Signatures and Dynamical Origins of the Little Ice Age and Medieval Climate Anomaly, Science, 326, 1256-1260, 2009.

      Muscheler, R., Joos, F., Beer, J., Müller, S., Vonmoos, M., and Snowball, I.: Solar activity during the last 1000 yr inferred from radionuclide records, Quat. Sci. Revs., 26, 82–97, 2007.

      Shapiro, A. I., Schmutz, W., Rozanov, E., Schoell, M., Haberreiter, M., Shapiro, A. V., and Nyeki, S.: A new approach to the long-term reconstruction of the solar irradiance leads to large historical solar forcing, Astron. Astrophys., 529, A67, 2011.

      Steinhilber, F., Beer, J., and Fröhlich, C.: Total solar irradiance during the Holocene, Geophys. Res. Lett., 36, L19704, 2009.

      Trouet, V., Esper, J., Graham, N. E., Baker, A., Scourse J. D., and Frank, D. C.: Persistent Positive North Atlantic Oscillation Mode Dominated the Medieval Climate Anomaly, Science, 324, 78-80, 2009.

      Vieira, L. E. A., Solanki, S. K., Krivova, N. A., and Usoskin, I.: Evolution of the solar irradiance during the Holocene, Astron. Astroph., 531, A6, 2011.

      Wang, Y., Cheng, H., Edwards, R. L., He, Y., Kong, X., An, Z., Wu, J., Kelly, M. J., Dykoski, C. A., and Li, X.: The Holocene Asian Monsoon: Links to Solar Changes and North Atlantic Climate, Science, 308, 854–857, 2005.

  4. Benjamin Sanchez, 15.03.2019, 11:54

    Quelle page surprenante de la part de MétéoSuisse...
    Pour ce qui est de la « gestion du rayonnement solaire » à l'aide « d'aérosols stratosphériques » (« petites particules réfléchissantes [introduites] dans la haute atmosphère pour réfléchir une partie de la lumière solaire avant qu'elle n'atteigne la surface de la Terre »),
    pourrait-on établir un lien avec les traînées laissées par les avions et que l'on voit certains jours quadriller notre ciel romand ?
    L'illustration tirée du magazine « New Scientist », en haut de votre article, montre un avion (tout en haut à droite)... Est-ce ainsi que les « d'aérosols stratosphériques » sont épandus ?
    Merci de toute réponse (que ce soit de MétéoSuisse ou d'un lecteur de cet article).

    Réponses

    Répondre à Benjamin Sanchez

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 16.03.2019, 05:06

      Concernant les traînées de condensation, nous vous renvoyons au site de l’office fédéral de l’aviation civile OFAC.
      https://www.bazl.admin.ch/bazl/fr/home/politique/environnement/aviation-et-rechauffement-climatique/trainees-de-condensation.html
      Un document PDF est disponible dans les informations complémentaires avec une partie consacrée à la thèse des chemtrails.

  5. Sosthène Berger, 15.03.2019, 10:15

    Merci pour cette information.

    En fait, nous avons joué les apprentis sorciers en exploitant notre magnifique planète jusqu'à l'extrême, sans se soucier de la finitude du système et maintenant, nous voulons jouer les apprentis sorciers encore une fois, en parfaite ignorance des conséquences qui pourraient être encore plus désastreuses.

    Ce qu'il faut, c'est assumer nos erreurs du passé et réduire drastiquement et urgeamment notre emprunte écologique! Pour cela, il n'y a que la décroissance. Tout le reste ne servira au mieux qu'à différer les conséquences cataclysmiques...

    Pourquoi nos dirigeants ne voient-ils pas la réalité en face, alors que bien du monde dans la population l'aperçoit?

    Réponses

    Répondre à Sosthène Berger

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  6. Salamin, 15.03.2019, 09:44

    Encore une fois l'homme s'impose dans l'environnement.
    Les anciens savaient qu'il est néfaste de s'imposer face à la nature, elle gagne à tous les coups. Il est bien plus bénéfique de collaborer avec l'environnement.

    Je ne souhaite pas entrer dans le débat de l'oligarchie, de la raretés planifiée, la guerre, les migrations orchestrée, etc...

    Mais avant de déployer de telles moyens industrielles commençons par réduire notre consommation insensée et revenons à l'essentiel.

    Réponses

    Répondre à Salamin

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  7. julien, 15.03.2019, 08:05

    Bonjour !

    Infos au Top comme à chaque fois, merci !

    Petite question , est ce que des "test" ont été menés en Suisse concernant les aérosols ?
    Je pense notamment a certaines traces d'avions différentes de ce qu'il est habituellement visible.
    Merci pour vos lumières !

    Réponses

    Répondre à julien

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 16.03.2019, 05:05

      Concernant les traînées de condensation, nous vous renvoyons au site de l’office fédéral de l’aviation civile OFAC.
      https://www.bazl.admin.ch/bazl/fr/home/politique/environnement/aviation-et-rechauffement-climatique/trainees-de-condensation.html
      Un document PDF est disponible dans les informations complémentaires avec une partie consacrée à la thèse des chemtrails.

  8. Thiriot, 14.03.2019, 19:47

    Donc il est plus facile de contrôler le climat que de changer notre comportement envers la nature????
    Personnellement cela me fait très peur.
    Votre article à biais qui me dérange,
    Comme si c’était la solution la plus sage pour résoudre la crise d’adolescence de l’humanité.

    Réponses

    Répondre à Thiriot

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  9. Guilhem, 14.03.2019, 19:05

    Merci pour cet revue du sujet.
    Mais attention à ne pas jouer aux apprentis sorciers!
    La mécanique climatique est fine et encore largement incomprise, il y a des interactions à différents niveaux et échelles de temps, des rétroactions entrent également en jeu. Le remède peut se révéler bien pire que le mal.

    La seule qui me paraisse raisonnable est la reforestation.

    Réponses

    Répondre à Guilhem

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  10. Zinou, 14.03.2019, 18:25

    La géo ingénierie "clandestine" existe déjà depuis longtemps ! Il suffit d'observer le ciel... les épandages massifs ont bien lieu et les nuisances pour notre santé sont certainement bien plus graves que les éventuels "bénéfices" auxquels on veut nous faire croire. La documentation est abondante, il suffit de chercher... notamment le site "ciel voilé", très bien documenté.

    Réponses

    Répondre à Zinou

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 16.03.2019, 05:05

      Concernant les traînées de condensation, nous vous renvoyons au site de l’office fédéral de l’aviation civile OFAC.
      https://www.bazl.admin.ch/bazl/fr/home/politique/environnement/aviation-et-rechauffement-climatique/trainees-de-condensation.html
      Un document PDF est disponible dans les informations complémentaires avec une partie consacrée à la thèse des chemtrails.

  11. Joaquim, 14.03.2019, 17:56

    La question est qu'elle est la température globale optimale qui puisse occasionner le moins de dégâts aux écosystèmes. Peut-être maintenant allons nous faire de la géo-ingénierie régional pour éviter aux populations des canicules meurtrières ou une vague de froid qui puisse paralyser l’économie, vive l'utilitarisme !

    Réponses

    Répondre à Joaquim

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  12. Claude Guignard, 14.03.2019, 16:48

    La geo-ingienierie peut revêtir un grand intérêt scientifique mais elle est liée à des coûts très importants. Evidemment ce ne sont pas ceux qui émettent les gaz à effet de serre qui vont la financer. .. Eux ils se contentent d'encaisser aux dépens de notre environnement. Pour ma part je pense que les gaz à effet de serre les plus faciles et les moins chers à éliminer sont ceux que l'on ne produit pas. Il semble que ce point de vue n'a pas encore beaucoup séduit. ..

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension